Communications de Terrferme au colloque “Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche”

Date 14 septembre 2012

Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon participeront au colloque interdisciplinaire organisé par le laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, les 20-21 septembre 2012, et qui a pour thème « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche ? ».

Tristan Bruslé y fera une communication sur Loger pour exclure. Le labour camp, espace rouage d’un système de domination des migrants peu qualifiés dans le Golfe arabique (exemples au Qatar), dont voici le résumé:

Les millions de travailleurs migrants peu qualifiés établis temporairement dans les pays du Golfe sont pris dans un système de domination et d’exclusion à plusieurs échelles dont le logement forme la base spatiale. Le système du sponsorship, en encadrant l’importation de main-d’œuvre, constitue le cadre légal en dehors duquel aucun « travailleur invité » ne peut agir. Il représente la délégation par l’État au secteur privé du contrôle des mouvements des travailleurs. Dépendants entièrement de leur sponsor pour leur travail, la majeure partie des migrants peu qualifiés le sont aussi pour leur logement. Les zones industrielles, espaces de relégation situés loin des villes, regroupent à la fois des industries polluantes, des entrepôts, des ateliers mécaniques et les logements des migrants (labour camps). La stigmatisation spatiale dont elles souffrent et dont témoigne leur absence d’entretien, correspond à une politique de facto de mise à l’écart et de cantonnement des migrants peu qualifiés, loin  des espaces centraux. Elles symbolisent aussi la crainte des populations locales vis-à-vis de la catégorie « célibataire sud-asiatique », assimilée à une classe dangereuse. D’où la nécessité ressentie d’exclure les migrants, grâce au logement en particulier.

Les labour camps, un mode d’hébergement des travailleurs importé par les compagnies pétrolières américaines selon une logique de ségrégation raciale (Vitalis), sont ainsi la pierre angulaire de l’invisibilisation des travailleurs. Espaces à l’architecture hyperfonctionnelle où l’entassement le dispute à la rusticité, ils sont les lieux où les travailleurs passent la majorité de leur temps hors du travail. Espaces où la parole du migrant est peu entendue, ils sont un rouage d’un système de domination où les relations de pouvoir sont totalement asymétriques et les termes d’une possible négociation réduits à la portion congrue. Le dénuement des migrants dans la sphère publique est quasi-total et ressenti comme tel par les travailleurs d’autant plus que la domination par l’espace se fait non seulement des les zones industrielles mais aussi par la difficulté et/ou l’interdiction de fréquenter certains lieux, à certains moments. La position subalterne du sujet migrant lui est rappelée sur son lieu de vie et à chacun de ses déplacements.

La communication de Bénédicte Michalon portera sur L’espace au cœur des rapports de pouvoir entre institutions et enfermés dans les centres de rétention pour étrangers (L’exemple de la Roumanie). En voici le résumé:

La présente communication aborde le rôle de l’espace dans l’enfermement des étrangers dans les politiques de contrôle des migrations internationales, à partir du cas de la Roumanie. Quelle place tient donc l’espace dans les rapports de pouvoir dissymétriques qui sont établis entre l’institution enfermante ou ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés ? Il s’agit plus spécifiquement de montrer que le dispositif repose sur la combinaison de deux régimes spatiaux de contrôle et d’instrumentalisation, qui se déclinent à plusieurs échelles.

La rétention repose d’abord sur un contrôle de l’espace en lui-même. Celui-ci passe par un principe de séparation, qui se matérialise par l’enfermement dans des centres ad hoc, clôturés et soumis à des techniques et pratiques de surveillance poussées. Il se manifeste également dans l’architecture interne de ces centres, marquée par de multiples seuils. La rétention fonctionne en second lieu grâce à un contrôle des pratiques spatiales, ici faites de mobilité. A l’intérieur des centres, le contrôle des déplacements des retenus est un enjeu majeur : les centres de rétention sont les lieux d’une gestion rationnelle des mobilités et des stationnements. La vocation de la rétention est d’intervenir sur les trajectoires migratoires – par l’arrêt des étrangers en situation irrégulière et leur expulsion vers un pays tiers ou leur pays d’origine ; il y a là une autre modalité d’action sur les pratiques de l’espace. Le placement en rétention n’est enfin pas synonyme d’immobilisation définitive ; il s’accompagne en effets de déplacements organisés par l’institution, sur lesquels le retenu n’a pas de pouvoir décisionnel, à vocation procédurale ou punitive. La mobilité peut donc être un outil de contrôle aux mains du pouvoir.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">


Carnets de recherche