Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie

Date 16 novembre 2012

Bénédicte Michalon est invitée à présenter ses recherches dans le cadre des journées « Et l'immobilité dans la circulation ? ». Organisées par l’UMR Migrinter et l’axe Mobilités, Identités et Territoires du Collège International des Sciences du Territoire, elles auront lieu à Migrinter les 19 et 20 novembre 2012.

Ces journées ont pour objectif de revenir sur les articulations entre mobilité et immobilité : voici ce qu’en dit le texte de présentation.

« Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

La communication de Bénédicte Michalon, intitulée, « Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie », s’inscrira dans un atelier sur l’immobilité forcée (en prison, établissement pour mineurs, centre de rétention s) et ses liens à la mobilité. A partir de ses recherches menées en Roumanie sur le dispositif de rétention administrative des étrangers, sa communication cherchera à creuser les imbrications de l’immobilité et de la mobilité qui caractérisent ces lieux de privation de liberté, car ceux-ci ont pour vocation première d’interférer sur les circulations, de les cadrer spatialement et socialement, voire de les interrompre. En ce sens, la rétention consiste en une assignation à l’immobilité, dont la vocation est de contrarier, voire d’empêcher la liberté de mouvement. Or, l’existence même des lieux de rétention et leur fonctionnement reposent sur aussi des formes spécifiques de mise en mobilité, la plus évidente étant l’expulsion censée justifier le placement en rétention. Il s’agira donc de cerner comment mobilité et immobilité font partie intégrante des rapports de pouvoir, par nature dissymétriques, établis entre l’institution enfermante et ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés.

Les autres billets du carnet sur les terrains de Benedicte Michalon en Roumanie: lire les billets.

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">