Enfance irrégulière

Vacarme

Le dernier numéro de la revue Vacarme, qui vient de paraître en ligne, comporte un dossier coordonné par Gilles Chantraine et Ariane Chottin sur  « L’Enfance irrégulière », avec notamment un article sur l’enfant et la prison (« La vie ne s’apprend pas en prison : deux magistrates face au durcissement pénal », rencontre entre Odile Barral et Valérie Lauret : entretien réalisé par Ariane Chottin).

Le numéro propose par ailleurs un article de Michel Agier et de Marie Cosnay intitulé « Responsabilités en miettes » sur la notion d’identité au regard de celles d’intégration et d’immigration.

Michel Agier était un des invités du dernier séminaire de TerrFerme et Gilles Chantraine sera celui du prochain, le 1er décembre 2009.

La micro-géographie goffmanienne : les terrains de manœuvre d’un hôpital psychiatrique

Dans la lignée des lectures présentées précédemment, l’équipe TerrFerme poursuit sa réflexion méthodologique.

Lecture d’Olivier Milhaud :

Goffman E., 1961, Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, N.Y., Anchor Books Doubleday, [re-impression 1990], 386 p.

asylums-erving-goffman-paperback-cover-art

Dans la troisième partie d’Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus (1968 [1961]), Erving Goffman propose toute une micro-géographie des espaces de liberté d’un lieu d’enfermement. Il décrit « the underlife » d’un hôpital psychiatrique, la « vie clandestine » d’une institution totale, et beaucoup de choses dites à propos de l’asile conviennent dans une certaine mesure à propos des prisons.

Le sociologue décrit notamment les matériaux à la disposition des « reclus » pour mettre en œuvre des « secondary adjustments » – il ne s’agit pas d’adaptations primaires (celles-ci correspondent à l’acceptation des règles de l’institution dans laquelle entre le malade), mais d’adaptations secondaires, c’est-à-dire des contournements des règles institutionnelles pour conserver des marges de liberté. Parmi ces moyens de fortune, on trouve bien sûr des détournements d’objet, des récupérations de rebuts, mais aussi un usage stratégique des horaires et des lieux. L’exploitation habile des affectations permet de travailler en cuisine et de récupérer de la nourriture par exemple – on sait d’ailleurs combien la nourriture revêt une importance cruciale dans les prisons ; dans un environnement collectif de rareté, tout aliment peut se monnayer et devenir un instrument de pouvoir (Valentine, Longstaff, 1998). D’autres reclus vont à la gymnastique simplement pour pouvoir se relaxer sur les tapis moelleux de la salle de sport. Or, comme le précise tout de suite après Erving Goffman, dans la section « Places » (1961, p. 227), « Terrains de manoeuvre » dans la traduction française (1968, p. 283) : « if these activities of underlife are to occur, they must occur in some place or region » (1961, p. 227, je souligne). Le sociologue précise que l’espace des patients peut être partagé en trois, et que ceci serait valable dans beaucoup d’institutions d’enfermement, à commencer par les prisons. Il distingue premièrement l’espace extérieur ou aux limites de l’établissement – zone interdite au reclus, à moins d’être accompagné – deuxièmement, l’espace surveillé qui, lui, est autorisé, mais soumis aux restrictions de l’institution, et enfin, troisièmement, les « free places » (1961, p. 230), ces « zones franches » (Goffman, 1968, p. 283) peu ou mal surveillées, où l’on peut être à la fois soi-même et son propre maître : « Here one can be one’s own man » (1961, p. 231).

Erving Goffman s’appesantit longuement sur ces espaces de moindre contrainte qui affinent la vision parfois trop univoque des coercitions spatiales. On peut boire, jouer au poker, se détendre, ne plus avoir à se comporter comme un malade, être traité comme une personne normale, non seulement dans diverses cachettes, mais aussi dans les lieux que les personnels renoncent à surveiller de manière rigoureuse. Les espaces de contact avec des amis hébergés dans d’autres parties de l’institution, ou avec le personnel et les familles, ou simplement avec l’extérieur via une ouverture visuelle, font bien sûr partie des zones franches recherchées des reclus. Sûrement moins présentes en prison que dans un hôpital, ces zones franches pourraient se retrouver dans les infirmeries ou les salles de classe de la détention.

Ces « free places » sont distinguées des « group territories » (Goffman, 1961, p. 239), « territoires réservés » (Goffman, 1968, p. 294), que plusieurs reclus s’approprient collectivement, aux dépens des autres. Ceux qui jouissent d’une affectation au foyer où est publié l’hebdomadaire de l’institution, ou à l’entretien du quartier des séniles, peuvent disposer pour quelques heures du bureau ou d’une aile de la véranda, avec la complicité du personnel. Ce privilège spatial n’est pas accordé à tous.

Enfin, Erving Goffman termine cette analyse très éthologique de la territorialité des reclus, en mentionnant le « personal territory » du patient :

« I have mentioned two kinds of places over which the patient has unusual control: free places and group territories. He shares the first with any patient and the second with a selected few. There remains private claim on space, where the individual develops some comforts, control, and tacit rights that he shares with no other patients except by his own invitation. I shall speak here of personal territory. A continuum is involved, with a veritable home or nest at one extreme, and at the other a mere location or refuge site in which the individual feels as protected and satisfied as is possible in the setting. » (Goffman, 1961, p. 243-244).

Ceux qui disposent d’une chambre individuelle à l’hôpital psychiatrique St. Elizabeth de Washington, D.C., qu’étudie Erving Goffman, peuvent y accumuler des objets interdits (photos d’actrices, romans policiers, etc.), d’autres s’approprient un coin de la salle commune ou une chaise devant la télévision. La loi du premier occupant dans les quartiers les plus évolués, contraste avec la loi du plus fort dans les quartiers d’arriérés, même si la loi du plus éloquent fonctionne aussi – celui qui n’arrive pas à parler du tabouret qu’il occupe peut s’en faire déloger par celui qui maîtrise le vocabulaire et la persuasion.  Les emboîtements spatiaux sont bien sûr possibles : le refuge de tel reclus, parfois réduit à la couverture dans laquelle il s’enveloppe, peut se trouver situé dans le territoire réservé de son groupe, lui-même inclus dans une zone franche plus vaste et peu surveillée.

Il existe ainsi toute une géographie de la liberté, toute une différenciation des espaces où les contraintes institutionnelles sont plus ou moins marquées. On pourrait étendre cette analyse goffmanienne des subdivisions entre « free places », « group territories » et « personal territories » à tous les espaces clos institutionnels, à commencer par les prisons. Cet usage de l’espace permet de faire glisser l’analyse de ce que l’espace d’enfermement fait aux reclus, à ce que les reclus font avec l’espace. Comme le résume Isaac Joseph, « dans les adaptations secondaires, il [Erving Goffman] va découvrir de petites mobilisations, qui ont pour enjeu de circonscrire les territoires de la coexistence et de gérer le partage des places et des ressources entre la vie privée et la vie publique » (2001, p. 80). Cet usage de l’espace pour contourner les règles officielles de l’institution a bien été repéré ici et là dans la littérature carcérale antérieure à la parution d’Asiles (Sykes, 1958 ; Dendrickson et Thomas, 1954 ; Hassler, 1954), mais il n’a pas été développé de manière aussi convaincante.

Références :

Dendrickson G., Thomas F., 1954, The Truth about Dartmoor, Londres, Victor Gollancz, 240 p.

Goffman E., 1961, Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, N.Y., Anchor Books Doubleday, [re-impression 1990], 386 p.

Goffman E., 1968 [1961], Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit, 450 p.

Hassler A., 1954, Diary of a Self-Made Convict, Chicago, Henry Regnery, 182 p.

Joseph I., 2001, « Le reclus, le souci de soi et la folie de la place », in Erving Goffman et les institutions totales, C. Amourous, A. Blanc, (éd.), Paris, L’Harmattan, 316 p., pp. 79-92.

Sykes G., 1958, The Society of Captives: A Study of Maximum Security Prison, Princeton, N.J., Princeton University Press, 144 p.

Valentine G., Longstaff B., 1998, « Doing Porridge: Food and Social Relations in a Male Prison », Journal of Material Culture, vol. 3, n°2, pp. 131-152.

Une micro-géographie de la prison : compromis, contingents et territorialisations violentes

Olivier Milhaud nous présente sa lecture de:

Lamarre J., 2001, « La territorialisation de l’espace carcéral », Géographie et Cultures, n°40, pp. 77-92.

Si plusieurs tageographie-et-culturesctiques géographiques permettent de s’approprier certains espaces dans les lieux d’enfermement, elles ne vont pas sans difficulté. Ainsi, en prison, les logiques d’appropriation de l’espace carcéral relèvent bien souvent d’une territorialisation violente (Lamarre, 2001). La prison constitue un espace de placement exacerbé : chaque emplacement est essentiel, et tous dépendent d’un pouvoir – celui de l’administration, celui des surveillants, celui des autres détenus.

Les négociations et les compromis qui s’établissent entre les détenus pour s’approprier et contrôler tel ou tel lieu, s’avèrent donc à la fois violents et contingents. Au Centre de détention de Québec qu’étudie Jules Lamarre, les détenus mangent dans un réfectoire : un nouveau venu ne peut en aucun cas prendre place à la table un peu isolée des « dominants », à moins d’y avoir été explicitement invité. Cette table relève des territoires de socialisation réservés aux plus forts. Jules Lamarre reprend les distinctions de Gustave-Nicolas Fischer (1997) entre les territoires de socialisation (qui regroupent certains individus et en excluent d’autres), les espaces interstitiels peu ou mal contrôlés, et enfin les espaces refuges de la solitude protectrice. Les couloirs, où les détenus font exprès de se trouver à telle ou telle heure, parce qu’ils sont sûrs d’y croiser une connaissance d’une autre aile de la prison, relèveraient par exemple des espaces interstitiels que l’administration ne peut pas entièrement contrôler. La cellule ou le lit constituent des lieux refuges, de solitude et de tranquillité.

Toutefois, Jules Lamarre rappelle que les détenus ne restent pas éternellement dans les mêmes ailes ou dans les mêmes cellules : certains quittent la prison, d’autres sont affectés ailleurs, au point que la territorialisation change sans cesse. Les compromis territoriaux s’avèrent toujours très contingents. L’administration tient compte de ces compromis territoriaux, établis par les détenus, pour pouvoir gérer la détention. Certes, « le désir de demeurer quelqu’un dans un endroit où la société condamne les gens à n’être plus personne » pourrait bien être un moteur essentiel (voir Hoyaux, 2003-2004, pour une idée similaire mais dans le cadre de toute une réflexion sur l’habiter dans les camps de concentration nazis), mais Jules Lamarre ne démontre pas qu’il soit « le moteur de toute l’activité d’appropriation des lieux qui s’effectue en prison » (2001, p. 90).

Références :

Fischer G.-N., 1997, Psychologie de l’environnement social, Paris, Dunod, 204 p.

Hoyaux A.-F., 2003-2004, « Pouvait-on habiter un camp de concentration sous le nazisme ? », Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n°115-118, pp. 123-136.

Lamarre J., 2001, « La territorialisation de l’espace carcéral », Géographie et Cultures, n°40, pp. 77-92.

Alvaro Escobar Molina – L’enfermement. Espace, Temps, Clôture

Alvaro Escobar Molina, 1989, L’enfermement. Espace, Temps, Clôture, Paris, Klincksieck, 370 p.

Alvaro Escobar Molina, psychothérapeute, aborde les aspects psychologiques de l’enfermement à travers six entretiens avec des moines et des prisonniers. D’abord difficile, L’enfermement. Espace, Temps, Clôture est souvent déroutant pour un géographe tant les méthodes et les concepts employés sont éloignés des approches des sciences humaines. Par exemple, la recherche n’étant pas contextualisée, le lecteur ne sait quasiment rien des conditions de son déroulement et ni ne connaît les données sociologiques essentielles des individus interrogés. Le point d’entrée de la recherche n’est pas l’espace de la prison ou du monastère mais les espaces intérieurs « de l’illusion ou de la désillusion » : l’auteur insiste sur le temps et la mémoire dans des espaces de répétition et de routine où « la parole est défiée par le temps ». Il affirme d’emblée une correspondance de destin entre les moines et les prisonniers, « deux populations caractérisées par la vocation ou l’adhésion à un idéal fortement investi, l’une ayant choisi volontairement l’enfermement, l’autre ayant accepté et encouru le risque ». Dans le « travail de l’idéal aux prises avec l’enfermement », il distingue trois phases chronologiques, à travers lesquelles passent les enfermés : l’initiation, la négociation et le dépassement.

La phase d’initiation est celle d’une confrontation directe et brutale de l’idéal avec un monde clos où la discipline prime sur l’idéal et où le but de l’institution ne rejoint pas forcément celui de l’interné. C’est le temps pendant lequel les institutions « annulent le dehors grâce au système de la clôture, afin de travailler le dedans, les enfermés ». Le « deuil de la perte du dehors » se fait progressivement jusqu’à ce que le dehors devienne un univers étrange. Pour le moine et le prisonnier, le monde devient « parallèle ».

La phase de négociation correspond à l’entrée dans le temps de la durée qui se prolonge, qui « fait basculer les choses et le vécu dans le rêve ». Les internés réalisent l’emprise de l’institution et de son espace et tentent d’y résister par l’imaginaire et par l’appropriation de leur espace de vie. C’est dans l’enfermement que les internés découvrent « les pouvoirs inouïs de l’espace. Comme s’il fallait être cloué, figé dans l’espace d’enfermement pour saisir la mobilité qu’offrait l’espace ». C’est dans cette deuxième phase que l’enfermé ayant joué le jeu de l’institution « se confond avec elle et en reproduit le rêve, le répète et confond les avatars de sa vie avec ceux de l’institution, sans vivre réellement des tâches humaines plus personnalisantes ».

La phase de dépassement ou de mort correspond à l’expérience du vide social, c’est-à-dire l’organisation sociale de la méconnaissance et de l’invisibilité de l’interné par la société entière. L’enfermé souffre de la « rupture des transmissions sociales » et continue néanmoins à chercher l’idéal. « L’espace et le temps confondu en oubli de la clôture deviennent un lieu de deuil et de nostalgie » ; l’interné se réfugie dans les sensations du corps, « lieu d’une lente mise à distance », mais « piégé du dehors et du dedans, il expérimente la vraie prison, d’où personne ne peut faire sortir personne ».