Enfance irrégulière

Vacarme

Le dernier numéro de la revue Vacarme, qui vient de paraître en ligne, comporte un dossier coordonné par Gilles Chantraine et Ariane Chottin sur  « L’Enfance irrégulière », avec notamment un article sur l’enfant et la prison (« La vie ne s’apprend pas en prison : deux magistrates face au durcissement pénal », rencontre entre Odile Barral et Valérie Lauret : entretien réalisé par Ariane Chottin).

Le numéro propose par ailleurs un article de Michel Agier et de Marie Cosnay intitulé « Responsabilités en miettes » sur la notion d’identité au regard de celles d’intégration et d’immigration.

Michel Agier était un des invités du dernier séminaire de TerrFerme et Gilles Chantraine sera celui du prochain, le 1er décembre 2009.

La micro-géographie goffmanienne : les terrains de manœuvre d’un hôpital psychiatrique

Dans la lignée des lectures présentées précédemment, l’équipe TerrFerme poursuit sa réflexion méthodologique.

Lecture d’Olivier Milhaud :

Goffman E., 1961, Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, N.Y., Anchor Books Doubleday, [re-impression 1990], 386 p.

asylums-erving-goffman-paperback-cover-art

Dans la troisième partie d’Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus (1968 [1961]), Erving Goffman propose toute une micro-géographie des espaces de liberté d’un lieu d’enfermement. Il décrit « the underlife » d’un hôpital psychiatrique, la « vie clandestine » d’une institution totale, et beaucoup de choses dites à propos de l’asile conviennent dans une certaine mesure à propos des prisons.

Le sociologue décrit notamment les matériaux à la disposition des « reclus » pour mettre en œuvre des « secondary adjustments » – il ne s’agit pas d’adaptations primaires (celles-ci correspondent à l’acceptation des règles de l’institution dans laquelle entre le malade), mais d’adaptations secondaires, c’est-à-dire des contournements des règles institutionnelles pour conserver des marges de liberté. Parmi ces moyens de fortune, on trouve bien sûr des détournements d’objet, des récupérations de rebuts, mais aussi un usage stratégique des horaires et des lieux. L’exploitation habile des affectations permet de travailler en cuisine et de récupérer de la nourriture par exemple – on sait d’ailleurs combien la nourriture revêt une importance cruciale dans les prisons ; dans un environnement collectif de rareté, tout aliment peut se monnayer et devenir un instrument de pouvoir (Valentine, Longstaff, 1998). D’autres reclus vont à la gymnastique simplement pour pouvoir se relaxer sur les tapis moelleux de la salle de sport. Or, comme le précise tout de suite après Erving Goffman, dans la section « Places » (1961, p. 227), « Terrains de manoeuvre » dans la traduction française (1968, p. 283) : « if these activities of underlife are to occur, they must occur in some place or region » (1961, p. 227, je souligne). Le sociologue précise que l’espace des patients peut être partagé en trois, et que ceci serait valable dans beaucoup d’institutions d’enfermement, à commencer par les prisons. Il distingue premièrement l’espace extérieur ou aux limites de l’établissement – zone interdite au reclus, à moins d’être accompagné – deuxièmement, l’espace surveillé qui, lui, est autorisé, mais soumis aux restrictions de l’institution, et enfin, troisièmement, les « free places » (1961, p. 230), ces « zones franches » (Goffman, 1968, p. 283) peu ou mal surveillées, où l’on peut être à la fois soi-même et son propre maître : « Here one can be one’s own man » (1961, p. 231).

Erving Goffman s’appesantit longuement sur ces espaces de moindre contrainte qui affinent la vision parfois trop univoque des coercitions spatiales. On peut boire, jouer au poker, se détendre, ne plus avoir à se comporter comme un malade, être traité comme une personne normale, non seulement dans diverses cachettes, mais aussi dans les lieux que les personnels renoncent à surveiller de manière rigoureuse. Les espaces de contact avec des amis hébergés dans d’autres parties de l’institution, ou avec le personnel et les familles, ou simplement avec l’extérieur via une ouverture visuelle, font bien sûr partie des zones franches recherchées des reclus. Sûrement moins présentes en prison que dans un hôpital, ces zones franches