Enfance irrégulière

Vacarme

Le dernier numéro de la revue Vacarme, qui vient de paraître en ligne, comporte un dossier coordonné par Gilles Chantraine et Ariane Chottin sur  « L’Enfance irrégulière », avec notamment un article sur l’enfant et la prison (« La vie ne s’apprend pas en prison : deux magistrates face au durcissement pénal », rencontre entre Odile Barral et Valérie Lauret : entretien réalisé par Ariane Chottin).

Le numéro propose par ailleurs un article de Michel Agier et de Marie Cosnay intitulé « Responsabilités en miettes » sur la notion d’identité au regard de celles d’intégration et d’immigration.

Michel Agier était un des invités du dernier séminaire de TerrFerme et Gilles Chantraine sera celui du prochain, le 1er décembre 2009.

Compte-rendu du séminaire sur la méthodologie de l’enquête

Voici un compte-rendu du séminaire TerrFerme du 21 septembre 2009 « Comment enquêter dans les lieux d’enfermement » avec Michel Agier (EHESS), Cédric de Torcy (CGLPL), Mathilde Darley (CESDIP / CNRS).

Définir les lieux d’enfermement

Dans la démarche de retranscrire la « France captive » qui est celle du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), Cédric de Torcy souligne que la loi du 30 octobre 2007 laisse une grande souplesse dans la définition de ce qu’est un lieu d’enfermement où des personnes sont maintenues sur décision administrative et/ou judiciaire ; en conséquence, des véhicules servant aux transferts de détenus ou d’étrangers en instance d’expulsion sont considérés comme des espaces de confinement par le CGLPL. Dans ce processus, il y a l’idée de définir l’enfermement autant par la localisation que par le statut institutionnel ou par d’autres critères déjà existants ou à définir ; l’enfermement peut donc être présent dans des lieux inattendus. Enfin, à partir du terme d’encampement que Michel Agier emprunte à Barbara Harrell-Bond, une typologie des lieux de mise à l’écart est proposée : les camps de réfugiés (la mise en camp est vue comme la quatrième solution du HCR aux situations des réfugiés dans le monde; officiellement le HCR propose trois solutions : l’intégration dans le premier pays d’accueil, la réinstallation dans un pays tiers et le retour dans le pays d’origine une fois la crise terminée) , les lieux de confinement (centre de rétention administrative, zones d’attente…), les camps de déplacés et les camps informels.

Interactions sociales et territoriales

Paradoxalement, il convient aussi de montrer les possibles attachements des individus à ces espaces ; Michel Agier cite à ce propos les travaux d’Appadurai qui rappelle que tout lieu est nécessairement symboliquement produit. Par exemple, chez celles et ceux qui sont déplacé(e)s, la localisation s’accompagne de resocialisation – sans cette dimension, le déplacement serait en effet un exil sans fin. Et Michel Agier souligne l’importance de faire une typologie générale de ces « milieux en tension » dans une seule nébuleuse – qui aurait plus ou moins d’intensité – afin de mettre en évidence ce qui relève de l’accueil ou au contraire de l’enfermement. Le « vide » qui existe autour de ces espaces définit en partie le « plein » des camps, dans le sens où les personnes sont considérées comme « légales » – par les autorités qui gèrent ces lieux – uniquement à l’intérieur de ces lieux.

Enfin ces espaces sont disharmoniques sur le plan des structures et de la représentation que nous en avons ; c’est-à-dire qu’il existe des divergences entre l’organisation du monde et les aspects de l’organisation de ces lieux à l’échelle locale.

Carnets de terrain

Les lieux d’enfermement sont souvent considérés comme des terrains hybrides, troubles, compliqués à comprendre : ils sont alors largement abordés par le biais de la méthode ethnographique. La question émotionnelle y est prégnante et a été évoquée par deux des intervenants. Michel de Torcy dit à ce propos : « l’émotion, il ne faut pas qu’elle nous submerge mais je tiens à la garder » ; et Mathilde Darley rappelle qu’il ne faut pas « se concentrer sur les acteurs qui drainent le plus de pathos ». Les émotions font toutefois partie de la production de la recherche, et ces « troubles » se révèlent plus saillants dans les enquêtes relatives aux lieux d’enfermement. Pour autant, ils ne sont pas spécifiques à ces terrains. En conséquence, il semble intéressant, plutôt que d’appréhender ces terrains comme intrinsèquement spécifiques et de risquer ainsi de les réifier comme « terrains difficiles », de les rapprocher de terrains plus consensuels mais où s’offrent également à l’observation des formes d’interaction entre populations contrôlées et agents (étatiques ou non) du contrôle (voir par exemple les travaux de Vincent Dubois, en particulier La vie au guichet).

Au-delà de la question de la « débrouillardise », point évoqué à plusieurs reprises et qui est un élément à ne pas négliger dans ces processus d’enquête, Mathilde Darley souligne qu’elle ne prend jamais de notes durant les entretiens avec les migrants, pour ne pas interrompre la fluidité des propos ; et durant les observations ethnographiques auprès des acteurs du contrôle, elle retranscrit sur papier uniquement les informations données « officiellement » et non celles évoquées sur le mode du « off ». Dans certains lieux d’enfermement, parfois, il ne se passe pas grand-chose, et c’est peut-être cela l’important ; dans ce sens, ce qui intrigue, c’est ce rapport au temps (le temps de soi, le quotidien…). Maintenir les contacts avec les personnes maintenues (même une fois libre) est une contrepartie importante dans l’enquête. Il est aussi important de ne pas reproduire les conditions d’un des multiples interrogatoires subis par les retenus ou les détenus ; en définitive les enquêteurs peuvent également être pris dans des interactions, et se pose toujours la question de « la bonne distance » évoquée par les intervenants.

Depuis la nomination du contrôleur général des lieux de privation de liberté, des prisons, des centres et locaux de rétention administrative, des hôpitaux psychiatriques ont été visités et font l’objet de rapports non publiés à l’exception d’extraits dans le rapport annuel. Pour chaque visite, un rapport de constat (sans aucun commentaire) est tout d’abord effectué et envoyé aux autorités du lieu visité ; puis le rapport est accompagné de préconisations qui sont adressées aux ministres compétents. « Nous essayons de tout voir » dit Cédric de Torcy, « nous nous attachons à voir un grand nombre de personnes maintenues (notamment les indigents, celles et ceux qui ne sortent jamais de leur cellule, etc.). Nous devons prendre le temps, perdre notre temps ; ce qui explique qu’aujourd’hui, certaines visites se déroulent durant toute une semaine ». Enfin, Cédric de Torcy souligne le déséquilibre qui existe aujourd’hui entre la sécurité et le respect de la personne, la première l’emportant toujours sur la seconde. Il rappelle notamment l’exemple du soutien-gorge évoqué dans le Rapport annuel du Contrôleur général des lieux de privations de liberté 2008.