Penser l’enfermement à partir de la prison

Progr_seminaireChantraine_3

Le prochain séminaire de TerrFerme aura lieu le mardi 1er décembre de 9h à 12h à la Maison des Suds (campus de Pessac), salle des stages.

Il prendra la forme d’un atelier de travail à partir des travaux de Gilles Chantraine, chargé de recherche CNRS (CLERSE, Lille), qui sera présent. Autour du thème « Penser l’enfermement à partir de la prison », seront abordés : le positionnement scientifique de l’auteur (sa grille d’interprétation, ses concepts et notions, son analyse, sa posture en tant que chercheur, etc.), sa méthode (l’accès au terrain et aux données, les techniques d’enquête, le positionnement face aux interlocuteurs, les émotions du chercheur) et enfin son approche de la prison et de l’enfermement.

Cet atelier est ouvert au public. Pour des raisons logistiques, les personnes intéressées sont priées de prendre contact avec l’organisatrice avant le séminaire.

Contact : Bénédicte Michalon, chargée de recherche Cnrs.

Et n’oubliez pas la soutenance de thèse d’Olivier Milhaud le lundi 30 novembre!!!


Soutenance de thèse d’Olivier Milhaud

milhaud_2008

Olivier Milhaud soutiendra sa thèse de doctorat de géographie lundi 30 novembre 2009, à 13h45 (Amphithéâtre de la Maison des Suds, campus de Pessac).

Milhaud Olivier, 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Guy Di Méo, Bordeaux/Pessac, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne/Laboratoire ADES CNRS, 50 ill., biblio., 368 p.

Résumé : La prison est une peine géographique : elle punit des populations détenues en les tenant à distance de leurs proches et en les confinant dans des lieux clos et segmentés. En même temps, le dispositif spatial de la prison cherche à réinsérer le détenu dans la cité, à maintenir ses liens familiaux. D’où un jeu entre distances et proximités, continuités et discontinuités. L’étude de la carte pénitentiaire française montre diverses formes de mise à distance des détenus. En dépit de proximités avérées entre la plupart des prisons et les bassins de population ou les voies de communication, les détenus et leurs proches vivent l’incarcération comme une mise à l’écart. Ces distanciations s’accroissent au niveau local : les élus et les riverains interrogés souhaitent souvent éloigner les nuisances des prisons, voire cacher le stigmate carcéral – d’où la délicate insertion des établissements dans leur « territoire d’accueil ». L’espace architectural des prisons accentue cette obsession séparatrice : démarquer le dedans du dehors et séparer les détenus entre eux. Une trentaine d’entretiens sur le vécu de l’espace carcéral menés dans cinq établissements confirme la force de la discontinuité dedans/dehors, mais nuance les discontinuités internes. Certains détenus arrivent à circuler dans la prison, beaucoup moins à s’approprier un espace garantissant sécurité, intimité ou vie sociale. La prison se présente donc comme un dispositif de séparation, plus que de relégation : elle coupe les détenus de leurs proches et les empêche de partager un espace commun entre les murs. Cette thèse invite ainsi à repenser les géographies de l’exclusion plus en termes de discontinuités que de distances.

Mots-clés : prison, géographie, dispositif spatial, exclusion, distance, discontinuité, antimonde, hétérotopie, Foucault, enfermement, détention, France.

Title: Divide and Punish. Distance, Space and Punishment in French Prisons

Abstract: This Ph.D. thesis envisions a prison sentence as a geographical punishment – inmates are kept at a distance from their relatives and are confined to an enclosed area that is also internally subdivided. At the same time, as a spatial apparatus, the prison is also aimed to reintegrate inmates back into their communities as well as maintain family ties. Hence, a tension develops between distance and proximity, discontinuity and continuity. Mapping the French penitentiary system reveals the diverse ways used to keep inmates distanced from society. Despite the fact that most French prisons are located close to populated areas and connected to transportation networks, both inmates and their relatives experience incarceration as a form of exclusion. This effect is magnified at the local scale: local authorities and residents want to keep prisons, their noise and stigma at a distance from the community. Moreover, prison architecture exacerbates the focus on separation: demarcating the inside from the outside and segregating inmates within. It is clear, from 31 interviews with inmates in five different prisons, that prisoners experience this discontinuity between the inside and the outside. Even when inmates are not prevented from moving around within the walls of the prison, there is nowhere they can feel secure, enjoy privacy or have uninhibited interactions with others. Not only are inmates separated from their relatives, but they are also from each other within prison walls. In this way, the prison isolates its inhabitants to a greater extent than it displaces them. Thus, spatial discontinuities play a greater role than issues of distance in such geographies of exclusion.

Keywords: prison, geography, spatial apparatus (dispositif spatial), distance, discontinuity, exclusion, France, confinement, detention, heterotopia, antiworld (antimonde), Foucault.

Membres du jury :

Gilles CHANTRAINE, Chargé de recherche, CNRS, Lille.

Guy DI MEO, Professeur, Université Bordeaux 3, directeur.

Georg GLASZE, Professeur, Université d’Erlangen.

Michel LUSSAULT, Professeur, ENS-LSH, Université de Lyon, rapporteur.

Denis RETAILLÉ, Professeur, Université Bordeaux 3.

Jean-François STASZAK, Professeur, Université de Genève, rapporteur.

En savoir plus sur la thèse d’Olivier : Resume_Long_TheseOMILHAUD

Les terrains de TerrFerme

Cette carte fait apparaître la répartition des terrains prévus dans le cadre du projet TerrFerme en fonction de trois types de lieux (prisons, centres de rétention et logements contraints) et des chercheurs impliqués.

terrains-et-lieux-terrferme_02_blog_51

Crédits cartographiques : Olivier Pissoat.