A propos du séminaire avec Gilles Chantraine

P1000996_GillesChantraine2A propos du séminaire de Terrferme qui a eu lieu le 1er décembre dernier avec Gilles Chantraine.

Par Olivier Milhaud, Laboratoire ADES.

C’est toujours un plaisir de recevoir un jeune chercheur déjà doté d’une expérience riche et variée. On peut ainsi retracer avec lui autant les interrogations fondamentales qui ont guidé sa recherche que les évolutions des centres d’intérêt au cours des années.

Gilles Chantraine se montre très attaché à remettre en cause l’idée d’une prison immobile. Pourtant c’est bien cette immobilité qui semble dominer tant le vécu entre les murs (la routine et le temps suspendu des détenus, les « bonnes journées » des surveillants, celles où il ne se passe rien) que l’inertie historique d’une prison qui se reproduit malgré ses échecs et malgré les critiques récurrentes et monotones que d’aucuns lui adressent. Il ne faut pas succomber à cette vision immobile prévient Gilles Chantraine.

N’existe-t-il pas une rationalité pénale moderne, fort différente des rationalités antérieures? Si l’on en croit Alvaro Pires, la rationalité pénale moderne est « hostile, abstraite, négative et atomiste ».

<<Hostile, parce qu’on représente le déviant comme un ennemi du groupe tout entier et parce qu’on veut établir une sorte d’équivalence nécessaire, voire ontologique, entre la valeur du bien offensé et l’affliction à produire chez le déviant. Abstraite, parce que le mal (concret) causé par la peine est reconnu mais conçu comme devant causer un bien moral immatériel (« rétablir la justice par la souffrance », « renforcer la moralité des gens honnêtes », etc.) ou encore un bien pratique invisible et futur (la dissuasion). Négative, puisque ces théories excluent toute autre sanction visant à réaffirmer le droit par une action positive (le dédommagement, etc.) et stipulent que seul le mal concret et immédiat causé au déviant peut produire un bien-être pour le groupe ou réaffirmer la valeur de la norme. Et enfin, atomiste, parce que la peine – dans la meilleure des hypothèses – n’a pas à se préoccuper des liens sociaux concrets entre les personnes sauf d’une façon tout à fait secondaire et accessoire.>> (Pires et al., 2001, 198).

Cette rationalité pénale entrave toute innovation. Quand on pense que la moindre récidive peut faire vaciller toute la politique des libérations conditionnelles, on peut se demander pourquoi tant de récidives post-carcérales ne remettent pas en cause la prison? L’institution pénitentiaire existe assurément sous le poids d’une certaine lourdeur qui entrave les évolutions.

Cependant, ne croyons pas à une prison immobile. D’ailleurs, la sociologie carcérale s’est construite assez vite en porte à faux avec une certaine représentation du travail de Michel Foucault. Les constats empiriques ne sont pas ceux d’un dispositif correctionnaliste, mais plutôt celui d’un dispositif guerrier défensif, visant la contention, la neutralisation des détenus. Certes, il existe des efforts correctionnalistes, mais le fonctionnement banal d’une prison est bien plus pragmatique : réduire les désordres et éviter les évasions.

On constate toutefois une complexification de la vie sociale en prison aujourd’hui. Nous sommes loin des travaux de Gresham Sykes ou même du Erving Goffman d' »Asiles » et des institutions totales. Pensons simplement à la porosité grandissante avec l’environnement ou à la poussée du droit en détention. Toutes deux contribuent grandement à la complexification du pouvoir et des rapports sociaux en détention. La présence plus massive d’autres acteurs (issus de l’Administration pénitentiaire bien sûr, mais aussi de l’Education nationale, de la Santé, voire de la Protection Judiciaire de la Jeunesse…) redéfinit le gouvernement des détenus. Dans les Etablissements pour Mineurs, on a affaire à un gouvernement hétérogène, traitant des mineurs à gérer, des élèves à instruire, des patients à soigner, des jeunes à éduquer. A partir de là, on peut se demander qu’en pensent les principaux intéressés. Comment s’adaptent-ils? Comment résistent-ils?

D’où les recherches de Gilles Chantraine, au croisement des stratégies de gouvernement, selon une ligne foucaldienne, et des interactions quotidiennes, selon une ligne plus goffmanienne.

Sa thèse, Par-delà les Murs (Le Monde, 2004), revisitait l’idée d’institution totale à l’aune des expériences subjectives. La diversité des expériences carcérales, du fait de la diversité des parcours de vie, y est pour beaucoup.

Son séjour à Montréal lui a ouvert la porte des governmentality studies: qui gouverne? comment? quelles sont les réactions? D’où ses travaux sur la prison post-disciplinaire, ou sur les mutations pénales contemporaines.

Son travail sur les trajectoires d’enfermement (suivi de cohortes biographiques) lui a permis de rencontrer des jeunes en quartier mineurs puis de les réinterroger six mois plus tard (pour ceux dont on n’a pas perdu la trace) là où ils en sont de leur parcours.

A présent, Gilles Chantraine travaille plus sur les professionnels que sur les détenus. Nouvel éclairage sur une rationalité pénale moderne toujours saisie au plus prés des vécus et des expériences.

•PIRES A.P., CELLARD A., PELLETIER G. (2001). L’énigme des demandes de modifications législatives au code criminel canadien, in FRAILLE P. (dir.), Régulations et gouvernances. Le contrôle des populations et du territoire en Europe et au Canada. Une perspective historique, Barcelone, Éditions de l’Université de Barcelone, p. 195-217.

Voir aussi :

•PIRES, A. P. (1998). Aspects, traces et parcours de la rationalité pénale moderne, in DEBUYST, C., DIGNEFFE F. & PIRES, A. P. (eds.), Histoire des savoirs sur le crime et la peine. 2/ La rationalité pénale et la naissance de la criminologie, Montréal, DeBoeck Université, p. 3-52.

Crédits photographiques: B. Michalon, C. Abéla