Chypre : retour de terrain d’Olivier Clochard

Le compte rendu d’Olivier Clochard, qui revient de Chypre :

Une partie du mur qui sépare la ville de Nicosie.

Une partie du mur qui sépare la ville de Nicosie.

Suite au conflit de l’été 1974, Chypre et sa capitale Nicosie ont été séparées en deux parties par une ligne de démarcation. Depuis avril 2003, un processus de réconciliation est en cours entraînant notamment l’ouverture de cinq points de passage, surveillés de chaque côté par les polices chypriotes (grecques et turques)[1]. La ligne de démarcation, appelé aussi ligne verte, fait maintenant l’objet d’une surveillance moins accrue ; en conséquence Chypre ne fait pas partie de l’espace Schengen car les autres États membres de l’Union estiment que les contrôles migratoires mis en place le long de la ligne de démarcation ne sont pas efficaces.

Parmi celles et ceux qui sont considérés aujourd’hui comme « illégaux » par les autorités chypriotes grecques, de nombreux exilés ont transité par la partie nord de l’île avant de passer la ligne de démarcation, d’autres sont entrés régulièrement sur le territoire mais aujourd’hui la validité de leur visa est expirée, et il y a ceux qui sont arrivés à bord d’un bateau de la marine marchande par les ports de Limassol ou Larnaka. Parmi ces derniers, plusieurs étrangers ayant transité par l’Égypte (et le port du Caire notamment) indiquent qu’ils pensaient atteindre la partie continentale de l’Union européenne. Pour de nombreux passeurs œuvrant dans les pays voisins (Égypte, Liban, Syrie, Turquie), la proximité géographique de l’île semble en effet être une aubaine, en utilisant les liaisons commerciales entre les ports régionaux. Un réfugié originaire du Congo RDC dit à ce propos : « je croyais être en Belgique car c’est ce que j’avais négocié avec le passeur lorsque j’étais au Caire. Or c’est à Limassol que je suis arrivé ». Après quelques heures sur l’île, il est arrêté et condamné à quatre mois de prison pour « entrée illégale sur le territoire », puis placé en rétention durant six mois. Au total dix mois de détention durant lesquels il a déposé une demande d’asile ; il a obtenu le statut de réfugié subsidiaire quelques semaines après sa libération.

Depuis l’intégration de la partie méridionale de l’île au sein de l’Union européenne en mai 2004, on note une augmentation du nombre de demandes d’asile ; le nombre annuel de demandes d’asile est passé de moins de 2 000 en 2001 à plus de 6 000 au cours des dernières années. En 2008, selon Eurostat, le pourcentage de ressortissants étrangers dans la population est de 16 % à Chypre. Ce taux passe à 5,6 % si on tient compte uniquement des citoyens originaires des pays extérieurs à l’Union européenne ; mais ce taux est sous-estimé car les migrants en situation irrégulière ne sont pas pris en compte.

Dans la partie sud de l’île, Blok Ten est le seul centre de rétention administrative ; il est situé dans l’enceinte de la prison centrale de Nicosie, à proximité de la ligne de démarcation. Ce centre accueille des hommes et des femmes ne disposant pas de titre de séjour en règle, mais aussi des étrangers en attente d’une réponse à leur demande d’asile. Tous les autres lieux de rétention administrative se situent à l’intérieur de commissariats, et offrent des conditions matérielles de maintien très diverses. Les commissariats de Limassol, Paphos et Larnaka (Famagousta), construits à l’époque de la colonisation britannique, c’est-à-dire bien avant 1960, offrent des conditions matérielles d’accueil problématiques pour les personnes maintenues. À Larnaka, les étrangers sont détenus dans des cellules collectives et n’ont aucune intimité ; il n’y a pas de cours de promenade. Les commissariats de Latakamia et Aradippou, qui accueillent respectivement des femmes et des hommes, sont des bâtiments récents qui offrent de meilleures conditions de détention. Dans l’ensemble de ces lieux, les étrangers et des responsables policiers avec lesquels nous nous sommes entretenus, soulignent que ces espaces sont inadaptés pour des « détentions longues ».

Une dizaine d'étrangers (hommes et femmes) peuvent être maintenus en rétention dans le commissariat de Paphos construit durant l'époque coloniale britannique. Un nouveau commissariat devrait ouvrir en février 2010, selon un des responsables de la police.

Une dizaine d'étrangers (hommes et femmes) peuvent être maintenus en rétention dans le commissariat de Paphos construit durant l'époque coloniale britannique. Un nouveau commissariat devrait ouvrir en février 2010, selon un des responsables de la police.

Suite au changement de gouvernement en février 2008[2], une partie des étrangers maintenus est maintenant libérée au bout de six mois de rétention, alors qu’auparavant le maintien pouvait se poursuivre durant plusieurs années. Toutefois cette décision ne repose pas sur une décision législative, en conséquence, des personnes condamnées pour des délits de droit commun et placés ensuite en rétention, ainsi que des étrangers déboutés ou non de leur demande d’asile, continuent à être maintenus au-delà de six mois.

À Paphos, Assad de nationalité afghane, maintenu depuis neuf mois et arrivé à Chypre il y a neuf ans – après être passé par la Turquie et la partie nord de l’île – a vu sa demande d’asile rejetée à trois reprises[3]. Les autorités viennent toutefois de l’autoriser à travailler et n’ont donc pas signé le bordereau d’expulsion. Assad me dit : « qu’avec la situation actuelle en Afghanistan dont tout le monde a connaissance, ce n’est pas envisageable ». Il ne sait pas que ce même jour – mercredi 16 décembre 2009 – Eric Besson (ministre français de l’Immigration) a autorisé l’expulsion depuis la France de neuf Afghans. Selon les dires d’Assad – que les policiers confirment – il doit sortir dans quinze jours.

À Larnaka, nous nous sommes entretenus le 17 décembre 2009 avec un jeune Palestinien originaire de Gaza. Après avoir été maintenu pendant un an dans une prison israélienne, il réussit à quitter son pays ; il dépose une demande d’asile à Chypre le 2 juin 2009. Le titre de séjour dont il dispose l’autorise à aller temporairement dans la partie nord de l’île ; il souhaite y retourner pour chercher des effets personnels qu’il a laissés lors de son passage. À son retour, la police chypriote turque considère que ses papiers ne sont pas en règle, et le place en prison pendant vingt jours, une nouvelle détention qu’il considère bien plus difficile que celle vécue auparavant en Israël. Il est ensuite renvoyé vers Istanbul et maintenu pendant cinq jours dans l’aéroport international d’Atatürk. Les larmes aux yeux, il précise qu’il a été battu à plusieurs reprises par les policiers turcs qui cherchaient à connaître le pays par lequel il avait transité auparavant. Il est alors expulsé vers Damas où il passe trois jours ; les autorités syriennes décidant de le renvoyer vers Larnaka le 19 septembre 2009. À son arrivée sur l’île, il est placé dans le commissariat de Famagousta (Larnaka). N’ayant pas pu se rendre au rendez-vous d’Asylum Service[4] le 25 septembre dernier, étant maintenu en rétention, il est à nouveau convoqué en février 2010. L’un des policiers assistant à l’entretien admet que la situation est assez ahurissante et propose d’envoyer un courrier au ministère de la justice, responsable de la décision. Le lendemain, le jeune Palestinien est libéré. Cette situation et d’autres entretiens que nous avons pu consigner, montrent que de nombreux parcours migratoires à Chypre sont marqués par des périodes d’enfermement avec des attentes allant de quelques jours à quelques mois voire plusieurs années.

En 2003, le rapport du Commissaire européen aux droits de l’homme a noté l’absence d’une politique d’immigration et des lacunes législatives encourageant la traite des femmes à Chypre ; depuis il y a eu quelques améliorations. Toutefois un important et long arrêt de la Cour européenne des droits de l’homme relatif au décès d’une ressortissante russe le 28 mars 2001, rendu le 7 janvier 2010, est venu rappeler que l’État chypriote a toujours des difficultés à développer une politique d’immigration et à faire respecter les droits des immigrés. Ainsi à Paphos, à Block Ten ou dans le centre social Saint-Joseph (Nicosie), nous avons rencontré des femmes – employées comme domestiques – qui témoignent de graves difficultés avec leur employeur ; certaines travaillent de sept heures le matin à dix heures le soir avec au mieux, un seul jour de congé le dimanche. D’autres disent être victimes de maltraitances de la part de leur employeur. Elles ont la possibilité de quitter leur employeur, mais la loi les oblige à retrouver un nouveau patron dans le mois qui suit. En l’absence d’un nouveau contrat, elles sont placées en rétention afin d’organiser leur expulsion vers leur pays d’origine. Ces fonctionnements placent ainsi les travailleuses immigrées sous le contrôle de leur employeur, créant des terrains fertiles aux mauvais traitements et à l’exploitation des populations immigrées.

Crédits photographiques Olivier Clochard.


[1] Auparavant un seul check point sous le contrôle des Nations Unies, permettait le passage entre les deux parties de l’île.
[2] Le communiste Demetris Christofias a remporté l’élection présidentielle le 24 février 2008, dans la partie sud de l’île.
[3] Sa première demande auprès d’Asylum Service, sa révision en appel puis son ultime recours devant la suprême court.
[4] Ce service sous la tutelle du ministère de l’Intérieur, est en charge de l’instruction des demandes d’asile.

La thèse d’Olivier Milhaud sur les prisons françaises est en ligne

Soutenance_OlivierLa thèse d’Olivier Milhaud, soutenue le 30 novembre 2009, est accessible sur le serveur de thèse TEL :

Milhaud Olivier, 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Guy Di Méo, Bordeaux/Pessac, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne/Laboratoire ADES CNRS, 50 ill., biblio., 368 p.

Passionnante lecture!