A propos du séminaire Terrferme avec Marc Bernardot

Camp de travailleurs chinois (1886), Bibliothèque et archives Canada.

Le compte-rendu de l’équipe

Le sociologue Marc Bernardot est venu partager avec nous un moment de réflexion sur le logement contraint, le 11 mars dernier. Cette rencontre nous a permis de réfléchir aux orientations de sa recherche, depuis les foyers de la Sonacotra jusqu’aux « camps d’étrangers ». Voici quelques aperçus de cette pensée « en marche ».

Il a longtemps travaillé sur les foyers ; mais le monde qu’il y a connu il y a vint-cinq ans n’existe plus, il a tout simplement disparu, de nouvelles formes de logement d’urgence sont apparues dans les mêmes lieux. Les bâtiments sont restés, c’est le principe du foyer qui a été radicalement transformé. Il a été inséré dans un espace réglementaire plus large alors que, dans le même temps, les formes d’hébergement d’urgence connaissaient une fragmentation rapide, une précarisation sans précédent des statuts d’habitation et des bâtiments. Il y voit une « indigénisation » des politiques du logement social, avec transfert sur ce champ de l’action publique de techniques auparavant testées sur des indigènes.

La thématique des camps s’est profilée lors de ces recherches sur les foyers, lors d’entretiens avec des responsables qui avaient auparavant travaillé dans des camps coloniaux. Il avait par ailleurs constaté une répétition des lieux, dont les fonctions d’internement se répétaient dans l’histoire (par exemple à Crest ou à Rivesaltes), tout en visant des « publics » similaires, et dont les dispositifs d’encadrement se ressemblaient. Les foyers comme les différents types de camps ne sont pas faits pour être habités, or ils le sont quand même ; c’est un point de rencontre à creuser.

Marc Bernardot travaille actuellement à une « archéologie globale » du camp. Il cherche à ouvrir sa réflexion sur la mise à l’écart, le confinement. Il se tourne vers une démarche plus comparative, qui confronte le cas français à d’autres structures étatiques ou d’anciens empires coloniaux (Australie, Japon, Etats-Unis). Il se penche aussi sur des formes d’enfermement plus anciennes, celles de la plantation dans les Caraïbes et dans le sud des Etats-Unis au XVIIIe siècle, ou celles des villes minières (Gabon, Afrique du Sud, Namibie). L’évolution de sa réflexion s’inspire de travaux de l’histoire et de l’anthropologie coloniale ; se pose alors la question de la circulation entre les métropoles et les espaces coloniaux, du rapatriement de formes de gestion coloniale en métropole, du transfert des idées et des modes de gestion des populations. Il faut aller voir du côté des travaux de Pierre Legendre et de la projection coloniale (Legendre 1992). Ann Stoler, avec son « archipel carcéral de l’Empire », avance l’idée d’une invention concomitante d’une manière de gérer les indigènes dans les colonies et les indigents, les exclus en métropole (Stoler 2009). Cette démarche plus englobante pose un problème épistémologique et de délimitation du champ d’analyse: les formes qui semblent avoir inventé le camp moderne prolifèrent.

C’est aussi une théorie globale de l’Etat et de la souveraineté qui s’esquisse à travers l’étude des sans papiers. Marc Bernardot s’inspire de l’analyse des guerres de capture (Meillassoux 1986) pour tenter un parallèle avec le traitement réservé aux sans papiers en Europe. Il voit dans la radicalisation des pouvoirs publics une fragmentation de la souveraineté. Il y a là une articulation entre un mode de contrôle et un mode de production (utilisation des sans papiers comme « armée de réserve »), qui renvoie à un discours à double-face de la société sur elle-même : la production discursive véhicule des figures de la diversité à la fois invasives et sympathiques. Cela peut se résumer en une formule : « l’Etat fait la guerre aux sans-papiers, la guerre aux sans-papiers fait l’Etat ».

La question des rapports sociaux sur la frontière est également posée. Qui intervient dans cet interface : groupes intégrés, citoyens, légalisés d’un côté ; groupes illégalisés, marginalisés de l’autre ? Que produit le contact entre les différentes populations en présence, quelle est la place attribuée à celles présentées comme impures voire contaminantes (prostituées, indigents) ? Il faut voir comment sont mobilisés ces « sous-citoyens » et comment leur mobilisation influence les rapports sur la frontière.

A travers ces différents aspects de ses travaux, Marc Bernardot cherche à désocculter les rapports sociaux et politiques et à agir sur les conditions de production du savoir scientifique. Son investissement dans le réseau Terra traduit une volonté de bousculer les frontières entre la production scientifique et la participation politique.

Les références citées par Marc Bernardot:

Legendre Pierre, Trésor historique de l’Etat en France. L’administration classique, Paris, Fayart, 1992.

Meillassoux Claude, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, 1986.

Stoler Ann. L., Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, Princeton University Press, 2009.

Crédit photographique : Bibliothèque et Archives Canada / PA-053560, licence CC.