Juillet 2010, Yaoundé

De Marie Morelle :

Yaoundé, Cameroun

Ma nouvelle mission au Cameroun a effacé certaines de mes appréhensions. A dire vrai, je ne sais plus où mener mes recherches tant la parole d’acteurs et d’individus se révèle intéressante. Bien sûr, il y a celle des prisonniers : prévenus, détenus, hommes, femmes et mineurs, incarcérés dans différents espaces de « Kondengui ». Mais celle des gardiens et gardiennes serait également importante. Sans compter la nécessité d’entretiens avec leurs supérieurs et la multitude d’intervenants extérieurs (avocats, ONG locale, étrangère et ordres religieux).
Je ne souhaite pas me disperser et j’ai donc pris pour habitude de m’asseoir dans le quartier des Condamnés à mort (la peine capitale existe toujours mais de fait, elle est transformée en peine perpétuelle). Là-bas, les détenus ont droit à une cellule individuelle (parfois partagée à deux) dans un quartier en retrait où ils ne sont qu’une vingtaine. Tout y est plus calme et plus propre. Et cela n’empêche guère d’autres rencontres. J’observe aussi les va-et-vient dans la cour et au fil des jours, découvre le rythme de la vie carcérale : les visites des familles, les départs au tribunal… Les entretiens et les observations m’informent autant qu’ils stimulent de nouveaux questionnements sur les parcours judiciaires, sur les différences potentielles entre prisons urbaines et prisons rurales… Ce qui me frappe par-dessus tout est le temps, finalement, que les détenus me consacrent ; sans limite tant leurs jours ne passent pas.

Crédits photographiques : Marie Morelle

Avril 2010, Yaoundé

De Marie Morelle :

Je suis retournée au Cameroun après 3 ans d’absence. Mon objectif de ces 10 jours de mission était d’obtenir une autorisation du Secrétariat d’Etat à l’Administration pénitentiaire pour mener des recherches dans la prison centrale de Yaoundé, dite « Kondengui », la grande prison de la capitale camerounaise. En quelques jours à peine, grâce à de précieuses rencontres, j’ai obtenu le sésame me donnant accès à « Kondengui » pour l’année 2010. Dans le même temps, je reprends contact avec l’une des rares associations intervenant en prison ainsi que les responsables d’un programme Cameroun-Union européenne portant sur l’amélioration des conditions de détention.

Cependant, munie de mon autorisation, l’essentiel pour moi est de revenir à « Kondengui ». J’en connaissais la cour principale et le Quartier-mineur, j’étais déjà restée au seuil de quelques autres quartiers pénitentiaires, celui pour femme et quelques uns pour hommes. Me croyant préparée, j’entre à « Kondengui », décidée à en parcourir les moindres recoins. Bien m’en a pris. Il faudra sans nul doute du temps pour trouver les éventuels espaces propices à quelques entretiens. Ma présence est loin d’être discrète. J’ai senti le regard (le contrôle ?) de certains détenus qui sans nul doute décident, au moins dans une certaine mesure, des allées et venues au sein de l’espace carcéral. Je ne suis pas nécessairement attendue. D’autres espèrent de moi une aide financière. Je suis prise à partie de toutes parts, « au mieux » ignorée. Et renvoyée largement à mon identité de femme, pas toujours de manière très flatteuse. Je ne sais pas non plus comment rencontrer les surveillant-e-s. Je ne suis pas certaine d’avoir tout simplement le temps de prendre le temps, avec chacun, temps si précieux pour une recherche mais toujours plus rare et fragmenté aujourd’hui dans la vie d’un enseignant-chercheur. Ma nouvelle mission va démarrer le 5 juillet, j’espère jongler entre observations in situ et entretiens auprès d’anciens détenus. Certains d’entre eux m’ont déjà appris beaucoup de leur expérience carcérale comme de leurs itinéraires les ayant conduit à « Kondengui ».

A suivre.


Afficher Kondengui sur une carte plus grande
Prison de Kondengui, Yaoundé, Cameroun

Crédits cartographiques : Repérages Olivier Pissoat et Julie Pierson – UMR ADES