Des prisons si loin, si proches. Réinterroger les mises à distance

Olivier Milhaud participait au colloque de l’ENAP sur l’architecture carcérale qui s’est tenu à Agen du 1er au 3 décembre dernier. Voici un résumé de sa communication : Des prisons si loin, si proches. Réinterroger les mises à distance.

Contrairement à une idée reçue, les détenus de France se concentrent principalement dans les villes têtes de la hiérarchie administrative (préfectures et sous-préfectures), dans les principales aires urbaines du pays, tout en étant surreprésentés dans les plus petites aires urbaines. Ainsi, ils jouissent de localisations bien plus centrales (cœur des bassins démographiques et des réseaux de communication) que la population française en général.

Nombre de détenus par établissement en France. Crédits cartographiques O. Milhaud et O. Pissoat. Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

La logique de mise à distance n’est ni une stratégie délibérée, ni une tendance historiquement prouvée, qui toucherait l’ensemble des détenus. La simplification de la carte pénitentiaire au cours des décennies est sans nul doute indéniable, en dépit de l’augmentation de la population du pays. En 1875, la France comptait approximativement une prison pour 96 000 habitants. En 2009, le pays compte une prison pour 320 000 habitants. Mais les moyens de transport se sont énormément développés au cours de la période, tout comme la diffusion urbaine de la population a aujourd’hui pris le relais de l’exode rural. L’évolution de la carte pénitentiaire ne permet pas, à elle seule, de conclure à une spatialisation du rejet des détenus par la société.

La proximité à l’hôpital, au tribunal, aux forces de l’ordre, plus largement aux grands bassins démographiques, est bien présente, non seulement dans les cahiers des charges, mais aussi dans les stratégies de recherche de l’ Agence Publique pour l’Immobilier de la Justice (APIJ). Les erreurs du plan 13000 des années 1980 – quête urgente de terrain menant à des choix fort éloignés des grands centres démographiques – semblent aujourd’hui évitées.

Certes, des jeux politiques interviennent pour installer des prisons démesurées par rapport à leur « clientèle » potentielle. Pensons en particulier à l’ouverture fin 2008 d’un centre pénitentiaire à Mont-de-Marsan de presque 700 places, qui ne se justifiait pas pour remplacer la maison d’arrêt de la ville qui comptait 98 détenus en mai 2008. De plus, seuls 175 détenus originaires des Landes étaient incarcérés dans les diverses prisons françaises à cette même date. Mais les élus locaux ont trouvé en Alain Juppé un soutien de poids pour compenser la perte d’un escadron de la base militaire aérienne de Mont-de-Marsan, décidée sous son gouvernement, par l’ouverture d’un établissement pénitentiaire surdimensionné.

C’est à une échelle plus locale que les prisons tendent à être de plus en plus implantées à l’écart des agglomérations, comme si les proximités à l’échelle nationale étaient contrebalancées par des distanciations à l’échelle locale.

Pour reprendre les termes d’un de mes interlocuteurs de l’APIJ :

« On se positionne en général en périphéries des villes. Parce que ça nous permet encore d’avoir des dessertes, routières, par transport en commun, par les réseaux, etc., en ayant un environnement beaucoup moins urbanisé, donc moins d’oppositions locales, moins d’impacts à gérer lorsqu’on construit le projet, mais tout en restant relativement proche, dans un délai, dans un timing, qui reste admissible par l’Administration pénitentiaire. Voilà. Donc ça permet d’avoir des terrains moins chers, d’avoir moins d’impact, de générer moins d’opposition ».

Si les proximités entre les détenus et leurs proches sont plutôt vécues sous le signe de la difficulté et de l’obstacle à la relation, c’est que des trois technologies pour vaincre la distance (la mobilité, la coprésence, les télécommunications), l’Administration pénitentiaire semble surtout privilégier la première et négliger les deux autres.

Nombre de détenus mineurs par établissement en France. Crédits cartographiques O. Milhaud et O. Pissoat. Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

Assurer une accessibilité des lieux de détention fait assurément partie du cahier des charges des nouveaux lieux de détention. Et les choix de localisation au plus proche des grands bassins démographiques, comme on l’a vu, favorisent une certaine mobilité. Cela est loin de tout régler quand on pense aux nombreuses difficultés rencontrées par les familles de détenus. Rien ne rappelle mieux l’importance de l’accessibilité évaluée en fatigue, en temps, en organisation (qui compte autant que l’accessibilité physique) que les propos du détenu incarcéré à Mulhouse et se souvenant de son incarcération à Bar-le-Duc, près de chez lui. Venir au parloir depuis la Meuse (plus de 275 kilomètres) devient un véritable casse-tête pour sa mère. Si elle ne lui a rendu visite qu’une seule fois, ce n’est pas seulement pour une question de distance kilométrique :

« – Comme ma mère elle n’a pas le permis, c’est plus chiant. Elle n’est venue qu’une fois…

– Oui, oui… Elle a pris le train ?

– Non, elle vient en voiture avec mon beau-père. Ça fait quatre heures. Huit heures aller-retour… Ça fait que j’ai pas de parloir… Parce que j’ai un petit frère aussi. Faut qu’elle le garde et tout. Donc elle peut pas s’absenter trop longtemps. 8 heures c’est un peu chaud. »

(Détenu de Mulhouse, la vingtaine, à deux en cellule, service général, chargé des réparations dans toute la détention, aucun parloir, originaire de la Meuse, troisième incarcération, incarcéré pour violences depuis huit mois).

On devine entre les lignes la situation délicate de la mère devant demander à son nouveau mari, qui ne tient pas forcément à faire de la route jusqu’à Mulhouse, de l’accompagner voir son fils incarcéré. On comprend aussi les contraintes temporelles qui pèsent sur elle : à la distance kilométrique s’ajoute une distance temps conséquente (huit heures pour plus de 500 kilomètres aller-retour), et surtout toute une organisation pour la garde du petit frère (les géographes féministes ont déjà repéré les effets discriminants des distances et des mobilités pour les femmes).

De même, les conditions de rencontre au parloir sont loin d’être idéales. Je renvoie aux diverses enquêtes quantitatives sur ces questions [1]. Les familles dénoncent la saleté des lieux (51%), la surveillance et l’attitude des personnels (31 et 17%), l’interdiction des relations sexuelles (24%), la durée des parloirs trop courte (16%), ou l’interdiction d’y amener de la nourriture (15%).

« Une fois qu’ils ont vu qu’il y a rien de suspect pour tout le monde [fouille à nu de tous les détenus après le parloir], ils ouvrent la famille et la famille repart. Mais le plus dur c’est pour les familles, car il faut venir une demi-heure à l’avance (…) et [repartir] une demi-heure après, donc ça fait deux heures [dans l’établissement] pour une heure de parloir (…). C’est le plus dur pour eux. Déjà c’est dur de venir voir leur enfant en prison, puis en plus… (…) Y a certaines prisons où les familles sont considérées comme des détenus quoi, donc ça c’est dur pour eux (…), qu’un surveillant leur parle mal, c’est mal vécu. Mais la famille n’en parle pas trop parce qu’ils ne veulent pas trop affoler le détenu qui lui va après tourner comme un lion en cage. »

(Détenu de Villeneuve-lès-Maguelone, la quarantaine, seul en cellule, va au centre scolaire et travaille comme auxi., parloirs rares, originaire du Pays basque, première incarcération, incarcéré pour terrorisme depuis cinq ans et pour encore quelques mois).

Au niveau des communications, il semble que les prisons restent plus ouvertes aux visiteurs venant au parloir qu’à l’échange de messages. Les déplacements des corps seraient-ils donc moins dangereux (ou plus facilement contrôlables) que la circulation des mots ? Les communications limitées par le système carcéral français – lecture aléatoire du courrier par les surveillants pour des questions de sécurité, interdiction du téléphone pour les prévenus, contraintes de l’accès au téléphone pour les condamnés (démarches pour homologuer les personnes pouvant être contactées, coût des cartes téléphoniques jugé trop élevé par les détenus les plus modestes, et surtout conversations pouvant être écoutées par les surveillants) – sont aussi dénoncées par les familles.

Il faut donc replacer les proximités et les mises à l’écart dans un raisonnement à plusieurs échelles géographiques : la proximité à l’échelle nationale ne se vérifie pas forcément à l’échelle locale. Et surtout, il faut saisir le vécu de ces distances pour mieux évaluer quelles politiques de proximité peuvent être mises en place : par la proximité géographique, par la qualité des lieux de rencontre, et par l’accès aux télécommunications.

Nombre de femmes détenues par établissement en France. Crédits cartographiques O. Milhaud et O. Pissoat. Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

La notion de distance est beaucoup plus riche que sa simple traduction kilométrique. Chercher à insérer les prisons dans la ville, à ne pas les tenir à l’écart de la société, suppose tout un travail d’implantation pas trop éloignée des grands pôles démographiques (ne répétons pas l’erreur de Joux-la-Ville), mais surtout et plus encore, toute une réflexion sur les contacts entre les détenus et les professionnels de la prison d’une part, et les proches, les intervenants extérieurs, et le reste de la société au sens large d’autre part, ce qui renvoie aux parloirs (horaires, organisation des lieux, intimité), aux Unités de Vie Familiale, au téléphone, au courrier, à l’Internet si la France veut suivre l’exemple russe à cet égard, et plus largement aux représentations du dedans et du dehors.

Au lieu de se focaliser sur les lieux d’implantation, il faudrait réfléchir sur toute la complexité de la notion de distance et repenser notamment les conditions de rencontre entre le dedans et le dehors, et les enjeux de télécommunications. On se doute qu’un réflexe facile serait, devant l’immensité de la tâche, de renoncer, de tout laisser en l’état, en rejetant sur d’autres (les choix antérieurs, la politique pénale, la réglementation interne, que sais-je encore ?) les difficultés de relation entre le dedans et le dehors. Cela serait, ne nous leurrons pas, faire sciemment le choix du statu quo. L’idée même de réinsertion et la place de la prison dans la société méritent mieux que cela.

[1] Rencontre nationale des maisons d’accueil des familles et amis des détenus, 2006, Les liens à l’épreuve de la prison, Saintes, UFRAMA, 178 p. Le Quéau P., Aillet V., Dubéchot P., Fronteau A., Olm C., 2000, ‘‘L’autre peine’’, enquête exploratoire sur les conditions de vie des familles de détenus, Paris, CREDOC, 140 p. Désesquelles A., Kensey A., 2006, « Les détenus et leur famille : des liens presque toujours maintenus, mais parfois très distendus », in Données sociales, la société française, Paris, INSEE, 668 p., pp. 59-67.

Three years detained in Cyprus: Majid Eazadi

Cyprus : foreigner in a detention center, june 2010. Crédits photographiques O. Clochard et O. Pissoat.

By Olivier Clochard (this post is also available in french).

Majid Eazadi [1] is an Iranian citizen living in Cyprus since 2001. I met him twice, on December 17th 2009 and June 3rd 2010. We also talked several times on the phone and I read about fifty administrative documents and letters related to his situation. This short paper aims at reconstructing the story of a man who has now been detained for more than three years and who is desperate to be free.

In 2001, Majid Eazadi joined Tabriz and fled Iran. Hidden in a truck, he went to Turkey. He then reached a coastal city of the Mediterranean Sea where he boarded on a fishing boat. After five hours of sea crossing, he arrived in the northern part of Cyprus, in Famagusta. Then he crossed the Green Line which resulted in two months of confinement at Limassol police station for “illegal” entry in the territory of Cyprus. In 2010, many exilees [2] are still locked in for the same reason: according to the code of foreigners and immigration, any « undesirable » alien can be imprisoned.

After being released, Majid Eazadi filed an asylum claim; the UNHCR rejected it on November 16th 2003 (at that time the international organization was in charge of the instruction of asylum claims). This first decision was upheld on first appeal on January 12th 2004. A second appeal was made to the Cypriot authorities, but it failed. Since 2004 the annual recognition rate to grant refugee status is about 1 %; the possibility of being granted asylum is therefore very low. Majid Eazadi worked temporarily throughout this period of time.

In August 2007 he was suspected of possession of drug and was arrested in Limassol. He was sentenced to jail for a duration of four months, although he claimed in several letters to the Cypriot authorities that judicial authorities do not have any substantial evidence against him. After three months and six days in jail, he was transferred on November 28th 2007 to the detention center for foreigners of Block Ten, located in the premises of Nicosia central prison, in order to be deported to Iran.

This particularly long period of detention contradicts the Return Directive [3] that each Member State should have incorporated into its legislation by the end of 2010. This directive mentions that “each Member State sets a limited period of detention, which can not exceed six months”; it can be extended by a “specified period not exceeding twelve additional months”, i.e. a maximum detention period which should not exceed eighteen months. The reports of Council of Europe’s Committee for the Prevention of Torture (CPT) and the Commissioner for Human Rights of Council of Europe, Thomas Hammarberg, following their visits in Cyprus in May and July 2008, also emphasize the singular situation of asylum seekers whose applications were rejected and were subsequently put in detention; the authors urge the authorities to reduce their time of detention. The European Court of Human Rights (ECHR) also underlines that in case the deportation of a person within a reasonable period of time seems unrealistic, the detention is not justified any more [4]. The detention of Majid Eazadi is therefore in contradiction with the ECHR.

This long period of detention in Cyprus, the uncertainty about the future, and the very problematic access to health care [5], increase Majid Eazadi’s vulnerability. Many other foreigners detained in Cyprus suffer from the same conditions.

On June 10th 2009 however, the Ministry of Interior decided to release him [6] and to grant him a non-renewable residence permit for 12 months, provided Majid Eazadihas finds an employment contract and agrees on contacting his embassy to get a new passport.

Obtaining travel documents requires negotiating with the embassy of the Islamic Republic of Iran. Yet, Majid Eazadihas has harshly criticized the Iranian regime in several letters [7] which increases his fear of the Iranian representatives on the island, especially as they sometime visit the detention center of Block Ten where asylum seekers from Iran are [8].

Obtaining a non-renewable one year residence permit makes Majid Eazadi highly anxious; he “is afraid of being deported as soon as his temporary permit of residence expires[9]. Accordingly, he resigned himself to remain detained in Block Ten.

During our interviews and telephone conversations, Majid Eazadi show different postures, what his letters sent to the Cypriot authorities confirmed. This may reflect a strategy of self-presentation or a respect for the institutions despite his degrading conditions of detention. For example, he is able to emphasize the respectful attitude of some of the policemen of the detention centers. In a letter to the Ministry of Interior sent on October 27th 2008, Majid Eazadi underlines that he is doing his best “to be a good prisoner”. He writes that he “helps keep the place of Block Ten clean, where he sometimes works as a gardener”. He shows attention to the Cyprus authorities by sending them letters for some religious events (Christmas, Lent, etc.). This attitude is somewhat reflected by the certificate of his former employer dated September 21st 2009, which confirms that Majid Eazadi was “extremely organized, reliable and dedicated[10].

However these three harsh years have led Majid Eazadi to go on hunger strikes [11] to express his disapproval with his detention in Block Ten. Majid Eazadi was also suspected of bribing an officer of the Cyprus Police during summer 2009, and of having given him 500 euros to get support by the Cypriot officials in order to be released [12]. Even if punishable by the law [13], bribery is, for foreigners who have been detained in Block Ten for many years a last resort in the hope of being released.

In a letter dated from January 18th 2010 sent to several organizations for foreigners and to the Ministry of Interior of Cyprus, Majid Eazadi wrote for the umpteenth time: “I desire to live as a free man”.


[1] The identity is true because the person wants to make publicity of his situation.
[2] There are asylum seekers among these people.
[3] Directive 2008/115/EC of the European Parliament and of the Council of 16 December 2008 on common standards and procedures in Member States for returning illegally staying third-country nationals, December 24th 2008.
[4] ECHR, judgment Chahal c. United Kingdom, November 15th, 1996, para. 113.
[5] In the absence of dental care, Majid Eazadi lost 15 teeth since he is held in Block Ten. He also mentions major health problems which are the cause of stomach pain.
[6] The Minister of Interior may, at its discretion, consider the release of an alien held in detention for over six months, provided that the person has not been convicted of a serious crime, does not constitute a threat to public order and agrees to negociate for the issuance of a passport or any other travel document.
[7] Letters to the Ministry of Interior of January 26th 2009 and July 1st 2009.
[8] Letter dated March 17th 2010 by Majid Eazadi to the Ministry of Interior of Cyprus.
[9] “No one may be removed, expelled or extradited to a State where there is a serious risk that he or she would be subjected to the death penalty, torture or other inhuman or degrading treatment or punishment” (article 19 of Charter of fundamental rights of European union).
[10] Certificate of director of A.X. Bloklimatik H, Mechanical Services LTD.
[11] The first hunger strike began on October 25th 2008, a second began on July 1st 2009 and continued until at least July 10th 2009.
[12] These facts are mentioned by Majid Eazadi in a letter (August 4th 2009) he wrote to an official of the Ministry of Interior.
[13] In a letter from the Ombudsman addressed to Majid Eazadi, it is written that the Ombudsman received on September 29th a written response on behalf of the police chief. According to him, the investigation of the case against the police officer was concluded on September 2nd 2009. The record of the officer under investigation was transferred to the Attorney General’s office for further examination on the charges against the officer. Meanwhile, the police officer has been suspended from duty and a disciplinary proceeding against him is also underway.

À Chypre, Majid Eazadi est enfermé depuis trois ans

Chypre : étranger maintenu dans un lieu de rétention, juin 2010. Crédits photographiques Olivier Clochard.

Par Olivier Clochard

Majid Eazadi [1] est un ressortissant iranien présent sur l’île de Chypre depuis 2001. Je l’ai rencontré à deux reprises, le 17 décembre 2009 et le 3 juin 2010. Après plusieurs communications téléphoniques consécutives à notre première rencontre et la lecture d’une cinquantaine de correspondances administratives liées à sa situation administrative, j’ai tenté de reconstituer le parcours d’un homme enfermé depuis plus de trois ans à Chypre et qui attend désespérément d’être libre.

En 2001, après avoir rejoint Tabriz, il a fui l’Iran. Caché dans un camion, il est passé en Turquie. Puis il est parvenu dans une ville côtière de la mer Méditerranée où il a embarqué à bord d’un bateau de pêche. Après cinq heures de traversée, il est arrivé dans la partie nord de l’île de Chypre, à Famagousta. Il a ensuite franchi la ligne verte, ce qui lui a valu deux mois d’enfermement dans le commissariat de Limassol pour entrée « illégale » sur le territoire chypriote. En 2010, de nombreux exilés [2] sont encore enfermés à ce titre car le code des étrangers et de l’immigration précise que tout étranger « indésirable » est passible d’une peine d’emprisonnement.

Après avoir été libéré, Majid Eazadi a déposé une demande d’asile qui a été rejetée le 16 novembre 2003 par le HCR, organisme qui instruisait les demandes d’asile à l’époque. Cette première décision fut confirmée en appel le 12 janvier 2004. Une seconde requête a été effectuée ultérieurement auprès des autorités chypriotes, mais elle s’est soldée comme la précédente par deux réponses négatives : le 27 juillet 2004 par le service de l’asile (Asylum Service) et le 9 janvier 2006 par l’autorité de contrôle des réfugiés (Reviewing Authority of Refugees). Depuis 2004, le taux annuel de reconnaissance du statut de réfugié est de l’ordre de 1 % ; la possibilité d’obtenir le droit d’asile est donc faible, Majid Eazadi a travaillé à plusieurs reprises au cours de cette période.

En août 2007, il est accusé de possession de stupéfiants et arrêté à Limassol, puis condamné à quatre mois de prison. Selon lui, la justice ne disposait d’aucune preuve substantielle ; il s’en est défendu à travers de multiples courriers adressés aux autorités chypriotes. Après trois mois et six jours d’emprisonnement, il a été conduit le 28 novembre 2007 dans le centre de rétention administrative de Block Ten, situé dans l’enceinte de la prison de Nicosie, en vue de son expulsion vers l’Iran. Il s’y trouve aujourd’hui encore.

Cette période particulièrement longue de détention va à l’encontre de l’esprit de la directive retour [3] que chaque État membre devrait avoir intégré dans sa législation avant la fin de l’année 2010. Cette directive mentionne notamment que « chaque État membre fixe une durée déterminée de rétention, qui ne peut pas dépasser six mois », celle-ci pouvant être prolongée d’une « période déterminée n’excédant pas douze mois supplémentaires », soit une durée totale de rétention qui ne devrait pas excéder dix-huit mois. Les rapports du Comité européen pour la Prévention de la Torture (CPT) et du Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, Thomas Hammarberg, consécutifs à leurs visites en mai et juillet 2008, soulignent également la situation singulière des demandeurs d’asile dont la demande a été rejetée et qui ont été placés en rétention ; leurs auteurs exhortent les autorités à réduire la durée d’enfermement. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a par ailleurs souligné que si l’éloignement d’une personne dans un délai raisonnable paraît peu réaliste, la détention cesse d’être justifiée [4]. L’enfermement de Majid Eazadi est donc contraire à la CEDH.

Cette longue période de détention à Chypre, l’incertitude face à l’avenir, l’accès très problématique à l’aide médicale [5], sont des facteurs créateurs de vulnérabilité pour Majid Eazadi. Et il en est de même pour de nombreux autres étrangers enfermés à Chypre.

Le 10 juin 2009, le Ministère de l’Intérieur a pris la décision de le libérer [6] et de lui accorder un permis de résidence pour une période de 12 mois non renouvelable, à condition qu’il dispose d’un contrat de travail et qu’il accepte de faire les démarches nécessaires auprès de son ambassade pour avoir un passeport.

L’obtention d’un document de voyage nécessite de faire des démarches auprès de l’ambassade de la République islamique d’Iran. Or dans plusieurs courriers [7], Majid Eazadi a émis des critiques sévères envers le pouvoir iranien en place, ce qui renforce ses appréhensions vis-à-vis des représentants iraniens présents sur l’île. Et ce d’autant que ces derniers viennent de temps en temps dans le centre de rétention de Block Ten où des demandeurs d’asile iraniens sont maintenus [8].

L’obtention d’un permis de résidence d’une année non renouvelable inquiète fortement Majid Eazadi ; il « a peur d’être expulsé lorsque sa carte temporaire de séjour sera périmée [9] ». En conséquence, il se résigne à demeurer détenu à l’intérieur de Block Ten.

Les propos de Majid Eazadi recueillis lors de nos deux entretiens et de nos communications téléphoniques, les courriers adressés aux autorités chypriotes que j’ai pu consulter, témoignent de différentes postures. Cela peut traduire une stratégie de présentation de soi ou un respect des institutions en dépit des conditions dégradantes de sa détention. Il souligne par exemple l’attitude respectueuse de certains policiers des centres. Dans une lettre adressée au Ministre de l’Intérieur, datée du 27 octobre 2008, Majid Eazadi souligne qu’il fait de son mieux « pour être un bon prisonnier ». Il écrit qu’il « contribue à garder propres les lieux de Block Ten où il travaille parfois comme jardinier ». Plusieurs lettres envoyées à l’occasion de certaines fêtes religieuses (Noël, carême, etc.) soulignent une attention particulière de Majid Eazadi portée aux autorités chypriotes. Cette attitude fait en quelque sorte écho à l’attestation de son ancien employeur [10], datée du 21 septembre 2009, où il est indiqué que Majid Eazadi était « extrêmement organisé, fiable et dévoué ».

Toutefois ces trois années éprouvantes ont conduit Majid Eazadi à effectuer plusieurs grèves de la faim [11] pour marquer sa désapprobation vis-à-vis de sa détention à Block Ten. Majid Eazadi a été soupçonné au cours de l’été 2009 d’avoir corrompu un officier de la police chypriote, auquel il aurait donné près de 500 euros pour que celui-ci défende le cas de Majid Eazadi auprès de hauts responsables chypriotes. Condamnable par la loi, ce type de démarche représente pour les étrangers détenus à Block Ten durant des années un dernier espoir de sortie.

Dans une lettre du 18 janvier 2010 adressée à plusieurs organismes de défenses des étrangers et au Ministère de l’Intérieur chypriote, Majid Eazadi a écrit pour la énième fois : « j’ai le désir de vivre comme un homme libre ».

[1]L’identité est réelle car l’intéressé veut faire connaître sa situation.
[2]Parmi ces personnes, il y a des demandeurs d’asile.
[3] Directive n°2008/115 (CE) du 16 décembre 2008 relative aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier, J.O., 24 décembre 2008.
[4] CEDH, arrêt Chahal c. Royaume-Uni du 15 novembre 1996, par. 113.
[5] En l’absence de soins dentaires, Majid Eazadi a perdu 15 dents depuis qu’il est maintenu à Block Ten. Il évoque aussi d’importants problèmes de santé qui le font souffrir au niveau de l’estomac.
[6] Le Ministre de l’Intérieur peut, à sa discrétion, examiner la libération d’un étranger qui est maintenu en rétention depuis plus de six mois, à condition que cette personne n’aie pas été condamnée pour un crime grave, ne constitue pas une menace pour l’ordre public et consente à participer aux démarches nécessaires pour la délivrance d’un passeport ou de tout autre document de voyage.
[7] Lettres adressées au Ministère de l’Intérieur datées du 26 janvier 2009 et du 1er juillet 2009.
[8] Lettre du 17 mars 2010 de Majid Eazadi au Ministère de l’Intérieur chypriote.
[9]« Nul ne peut être éloigné, expulsé ou extradé vers un État où il existe un risque sérieux qu’il soit soumis à la peine de mort, à la torture ou à d’autres peines ou traitements inhumains ou dégradants » (article 19 de la chartre des droits fondamentaux de l’Union européenne).
[10] Attestation du directeur de A.X. Bloklimatik H, Mechanical Services LTD.
[11] Une première grève de la faim a débuté le 25 octobre 2008, une seconde a commencé le 1er juillet 2009 et s’est poursuivie au moins jusqu’au 10 juillet 2009.

Circulations carcérales

Olivier Milhaud et Marie Morelle participent au Colloque « L’architecture carcérale : Des mots et des murs » qui a lieu du 1er décembre 2010 au 3 décembre 2010 à l’ENAP (Ecole nationale d’administration pénitentiaire, Agen).

Leur communication porte sur les « Circulations carcérales: entre contraintes et détournements des logiques architecturales. Regards croisés à partir de l’étude d’une prison centrale camerounaise et de maisons d’arrêt françaises ».

Résumé : Cette intervention s’intéresse à la prison habitée et au rapport qui existe entre détenus et espace carcéral. Elle propose d’analyser le vécu de détenus incarcérés dans une prison camerounaise (Yaoundé) et dans des maisons d’arrêt françaises.

Les établissements étudiés présentent quelques traits architecturaux communs largement issus d’une filiation directe des prisons camerounaises avec celles de France. Aujourd’hui, on y retrouve a minima le souci de séparer, de classer et de surveiller, et ce par le biais du contrôle des allées et venues des détenus d’une part et de leur emploi du temps d’autre part. La double logique de séparation spatiale et de concentration de population entraîne inévitablement un conflit entre contraintes matérielles et usages de l’espace. Afin de saisir le vécu des détenus en lien avec les architectures carcérales sans tomber dans une simple description des lieux, nous souhaitons mettre l’accent sur les circulations internes aux établissements pénitentiaires étudiés. Ces contraintes architecturales et ces circulations carcérales ont été appréhendées par le biais d’observations sur le terrain et d’entretiens auprès de détenus, de personnels et d’architectes de prison.

La capacité de mouvement des détenus est a priori contrainte par l’architecture, même si la logique séparatrice est plus forte en France qu’au Cameroun. Comment cela est-il vécu dans les deux contextes ? Dans quelle mesure est-il éventuellement possible de dépasser ces entraves à une relative mobilité ? Au jour le jour, des prisonniers développent des adaptations voire des stratégies de détournement de ces contraintes, en particulier dans des contextes de surpopulation carcérale plus ou moins marquée.

Outre ces questions de contraintes formelles et de pratiques informelles, une autre question émerge par-delà des analyses des adaptations secondaires dans la lignée de Goffman. En effet, certains détenus, en lien avec l’administration pénitentiaire, peuvent participer de ce contrôle des mobilités. Ils y gagnent une forme de liberté de circulation mais surtout un pouvoir sur d’autres détenus. Paradoxalement, ils renforcent alors les contraintes physiques et morales s’exerçant déjà sur ces derniers.