La Roumanie et ses migrations

Bénédicte Michalon, responsable de TerrFerme, vient de publier avec Mihaela Nedelcu le dernier numéro de la Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, consacré à la Roumanie et ses migrations vingt ans après la chute du Communisme et l’ouverture des frontières du pays. La Roumanie est un des principaux pays d’émigration dans l’Union européenne, et ce depuis le début des années quatre-vingt dix ; la majorité des contributions approfondit la connaissance des migrations des Roumains à travers l’Europe. Mais c’est aussi un pays dans lequel des étrangers passent ou s’installent ; en dépit du nombre extrêmement réduit de recherches consacrées à cette autre facette de la question migratoire, le numéro tente de donner quelques éclaircissements sur ce sujet.

Si le numéro n’aborde pas de front la question de l’enfermement des étrangers en Roumanie, il livre néanmoins des clés pour contextualiser celui-ci, tant du point de vue des dynamiques et pratiques migratoires (les réseaux et leur fonctionnement jouent un rôle déterminant de soutien aux étrangers en rétention ou sortis de rétention), que de la position particulière de la Roumanie sur la scène migratoire européenne, avec un panorama de l’immigration dans l’introduction. L’article de Rixta Wundrak parle du gigantesque marché localisé à la périphérie nord de Bucarest, le marché dit « Europe » : c’est un des principaux lieux d’emploi des étrangers en Roumanie, et nombreux sont ceux qui, avant ou après avoir été placés dans un centre de rétention, y trouvent du travail. La contribution de Helga Zichner et Andreas Wust permet quant à elle de confronter le recours à la rétention à la logique globale de renforcement des contrôles aux frontières externes de l’Union européenne, les centres de rétention constituant, finalement, des frontières délocalisées à l’intérieur des territoires nationaux.

Commander la Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest: Commande. Ou : Jean-Louis Soubret, 16, rue Claude Tillier, 75012 Paris, Tel. 06 21 15 22 22.