Expériences associatives en rétention

Du 16 au 18 janvier 2011 s’est tenue à Vienne (Autriche) une conférence œcuménique sur le thème : « Assistance spirituelle et conseil en rétention » (“Beratung und Seelsorge in der Schubhaft“), organisée à l’initiative des acteurs religieux intervenant en rétention en Allemagne et en Autriche et réunissant des représentants d’associations caritatives et non caritatives en Suisse, Hollande, Finlande, Norvège, France, Allemagne et Autriche.

Deux membres du programme TerrFerme (Mathilde Darley et Bénédicte Michalon) y avaient été conviés par le pasteur intervenant dans le centre de rétention allemand dans lequel Mathilde Darley mène depuis plusieurs mois une enquête. Il était en effet chargé de l’organisation d’une table ronde dédiée à la confrontation transeuropéenne d’expériences associatives en rétention et s’avère par ailleurs très intéressé par le développement des échanges entre chercheurs et acteurs de terrain.

La conférence a notamment mis en évidence la spécificité du contexte allemand mais aussi, dans une moindre mesure, autrichien, suisse ou hollandais, où les acteurs religieux jouent souvent un rôle fondamental dans l’assistance aux retenus. Ainsi, dans certains Länder allemands, ils sont les seuls autorisés à pénétrer sur une base régulière dans l’espace de la rétention et disposent d’un accès relativement large aux retenus eux-mêmes, mais aussi à leurs dossiers juridiques et médicaux. L’équilibre des forces en présence reste toutefois précaire et les conditions d’accès des acteurs religieux à l’univers rétentionnaire dépendent avant tout des relations entretenues avec l’administration policière. Les acteurs religieux soulignent ainsi unanimement les entraves existant à leur prise de parole publique sur la rétention : le maintien de leur position en rétention est généralement conditionné à l’absence de critiques formulées publiquement sur le fonctionnement du dispositif d’enfermement et d’expulsion des étrangers.

Ils occupent de ce fait une position à priori inconfortable dans l’univers de la rétention : alors que les retenus voient en eux des « porte-parole » susceptibles de sensibiliser l’opinion publique à la question de l’enfermement des étrangers à des fins d’expulsion, les autorités policières cherchent la plupart du temps à encadrer strictement l’intervention des acteurs religieux en rétention et à la limiter à l’assistance spirituelle qui justifie généralement leur présence. Or la question de savoir s’il est possible d’intervenir en rétention sans s’engager dans une forme d’assistance juridique aux retenus est une question récurrente dans le monde associatif religieux. Si certains, en Allemagne notamment, ne peuvent concevoir leur mission en rétention sans une dimension d’assistance juridique et de défense des droits des retenus (par la mobilisation d’avocats spécialisés notamment), d’autres ont au contraire intégré cette limitation de leurs activités à la sphère religieuse et ne la remettent pas en cause – non pas tant parce qu’ils adhèrent à une conception de leurs activités consacrant le primat de l’assistance spirituelle sur l’assistance juridique et/ou matérielle que parce qu’ils ont conscience de la fragilité de leur position en rétention. En acceptant de se plier aux injonctions policières, ils évitent avant tout que ne soit remise en cause leur autorisation d’entrée dans les lieux d’enfermement.

En offrant la possibilité aux acteurs de terrain de différents pays européens de revenir sur les conditions de leur intervention auprès des étrangers retenus, la conférence de Vienne a notamment permis de mettre en lumière les différences fondamentales existant entre les centres de rétention d’un pays à l’autre (voir, en Allemagne ou en Autriche par exemple, d’une région à l’autre), notamment en regard de l’accès au droit des retenus. L’accent a notamment été mis sur la situation autrichienne, dont le caractère jugé très préoccupant par les acteurs religieux avait motivé la tenue de la conférence à Vienne. Depuis plusieurs années déjà, les acteurs religieux et non religieux jusqu’alors en charge de l’assistance aux retenus se sont vus progressivement évincer des centres de rétention autrichiens à la suite d’appels d’offres lancés par le ministère de l’Intérieur et systématiquement remportés par une organisation non gouvernementale créée dans la deuxième moitié des années 2000 et caractérisée par sa grande proximité avec le ministère. De ce fait, l’assistance juridique aux retenus n’est plus assurée et très peu d’informations sont disponibles sur les conditions de rétention, l’accès aux soins, les recours possibles, les pratiques d’expulsion, etc.

La rencontre de Vienne a cependant également été l’occasion, pour les acteurs de terrain réunis, d’aborder la question de leur positionnement éthique et déontologique en rétention. Les arrangements nécessaires avec l’autorité policière font ainsi craindre à nombre d’entre eux de faire finalement partie du dispositif de contrôle des retenus en contribuant à les apaiser et en facilitant ainsi leur enfermement puis leur expulsion. Si certains acceptent de jouer le rôle d’ « agents pacificateurs » et délivrent, en situation de crise notamment, une assistance spirituelle tant aux « enfermés » qu’aux « enfermants », d’autres voient au contraire dans le fait d’être « du côté des victimes » le cœur de leur mission. Cette perception de l’univers rétentionnaire comme clairement scindé en deux camps, celui des « victimes » et celui des « coupables », les amènent à refuser toute forme de « compromission » avec les enfermants. Cette conception des retenus comme « victimes » est notamment étayée par une mise en perspective récurrente des conditions d’enfermement faites aux détenus de droit commun avec celles faites aux étrangers placés en rétention. Il en découle un sentiment d’indignation, que les acteurs religieux présentent comme « légitime » : alors même que les étrangers retenus « n’ont commis aucun crime », ils sont soumis à des conditions d’enfermement plus strictes, dans des établissements plus vétustes et avec un accès aux acteurs juridiques plus restreint (voire inexistant) que les détenus de droit commun.

Cette opposition entre rétention et prison semble jouer un rôle structurant, pour nombre d’acteurs (religieux ou non) intervenant en rétention, dans la définition de leur rôle et la perception de leurs « publics ». Les débats traversant voire divisant la sphère non gouvernementale quant au qualificatif même de « victime » et à son apposition au migrant enfermé invitent donc à s’interroger plus avant sur les caractéristiques du retenu pouvant justifier, dans les pratiques d’assistance des acteurs non gouvernementaux, son inscription ou non dans la catégorie des « victimes ». Ils appellent également à questionner les incidences de ces processus de catégorisation sur le traitement accordé aux demandes d’assistance formulées par les retenus ainsi que sur la place réservée, dans ces mécanismes de labellisation des publics retenus, aux anciens détenus ayant fait l’objet d’un transfert depuis un établissement pénitentiaire vers un centre de rétention.

La position des acteurs associatifs en rétention, le caractère souvent précaire de leur autorisation d’entrée et la nécessité constante qui leur est faite de démontrer leur « loyauté » aux autorités policières (induisant notamment d’importantes entraves à leurs prises de position publiques), ou encore leur éventuelle instrumentalisation (en tant que « caution humanitaire ») par les acteurs de la sécurité, autorisent de nombreux parallèles avec la situation du chercheur travaillant sur les lieux d’enfermement. Ce dernier est en effet généralement lui aussi tributaire, pour la réalisation de ses enquêtes de terrain, du bon vouloir de la hiérarchie policière ; il s’expose aussi à une possible remise en cause de son autorisation d’accès en cas de publication d’analyses jugées peu favorables aux acteurs du contrôle. Enfin, il fait souvent l’objet d’instrumentalisations par les enquêtés (enfermés, enfermants ou acteurs intermédiaires) qui posent la question de l’incidence du rôle endossé par le chercheur sur les résultats produits et sur les formes possibles de leur restitution aux différents groupes d’enquêtés.

La conférence de Vienne et la proximité qu’elle a fait apparaître entre les retours auto-réflexifs conduits par les acteurs non gouvernementaux (et en particulier religieux) et ceux qui animent la communauté des chercheurs travaillant sur l’enfermement quant à leur positionnement en rétention invitent donc à chercher de nouvelles opportunités d’échanges entre la sphère scientifique et la sphère non gouvernementale, qui entretiennent souvent des liens étroits sur le terrain du fait des conditions mêmes d’accès des chercheurs (par le biais des acteurs associatifs) aux terrains à priori décrits comme « fermés ».

Crédits photographiques aspito4kids (Prison tree), Licence CC.

Mission au Qatar

Retour de Terrain par Tristan Bruslé :

Du 4 au 18 janvier 2011, j’ai effectué une mission au Qatar pour m’intéresser au labor camp comme forme de logement contraint. L’arrivée au Qatar ressemble à l’entrée dans un immense chantier. Partout des quartiers sont détruits, d’autres sont construits, un souk surgit, des tours s’élèvent à grande vitesse, des routes irriguent le pays. En bref, la demande d’ouvriers non qualifiés n’est pas prête de tarir, d’autant plus que le Qatar organisera la coupe du monde de football en 2022 et que les projets d’infrastructures sont pharaoniques.

Dans les pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Koweït, Oman, Qatar), le labor camp est une sorte de foyer de travailleurs où sont logés des millions d’hommes, et de femmes dans une moindre mesure, pour une grande part venus d’Asie du Sud. Les conditions de logement des hommes y sont régulièrement épinglées par des organisations des droits de l’homme, telles Human Rights Watch (voir à propos des conditions de construction du Louvre Abu Dhabi) et par des reportages peu flatteurs sur la volonté des entreprises de bien traiter leurs employés.

Le camp

Mon entrée sur le terrain a été facilitée par les contacts népalais acquis lors de mes deux précédents séjours au Qatar en 2006 et 2008. Après quelques jours à Doha et dans les environs pour prendre le pouls de la situation des ouvriers au Qatar, je me suis installé dans le labor camp où j’avais déjà passé quelques jours en 2008, grâce à des jeunes hommes animateurs d’un groupe culturel avec qui j’échangeais régulièrement des mails. N’ayant pas accès aux lieux du travail, je me suis contenté d’observer la vie quotidienne des hommes dans leur logement.

Photo 1 - Les lits superposés sont la norme

Le camp est habité par 200 Népalais travaillant pour une entreprise de services. Il est constitué d’un bâtiment principal avec 14 chambres et de plus petits bâtiments et mobile homes où l’on trouve des chambres, la cuisine, une salle de cantine et des sanitaires. Le groupe culturel possède en outre deux mobile homes, l’une destinée à ses réunions et l’autre convertie en salle de sport. Les conditions de logement dans ce camp sont assez représentatives de celles des autres camps, ne serait-ce l’état particulièrement dégradé des sanitaires. Les chambres accueillent 10 hommes qui dorment sur des lits superposés alors que dans d’autres camps, jusqu’à 25 personnes peuvent habiter ensemble (cf. photo 1).

Photo 2 - Un minimum d’espace pour ranger ses affaires personnelles

L’entassement et le manque d’espace privé sont néanmoins flagrants. Seuls les plus anciens possèdent des armoires ou commodes pour ranger leurs effets personnels tandis que les autres se contentent de glisser leurs affaires sous les lits (cf. photo 2).

Photo 3 - La télévision, un meuble au centre des chambres

Dans chaque chambre, un espace est dédié à la télévision achetée collectivement et branchée sur le réseau câblé (cf. photo 3).

Photo 4 - Le rideau et fermeture de l’espace-refuge du lit

Aux murs, des décorations cachent parfois la peinture vieillissante. Les bleus de travail pendent près de la porte mais les chaussures restent toujours à l’extérieur. Le lit est l’espace minimal approprié, là où le migrant peut enfin se retrouver seul, avec les photos de sa famille ou son ordinateur. Le soir ou quand il n’est pas là, le lit-refuge se ferme avec un rideau improvisé (cf. photo 4) comme pour préserver un peu l’intimité de son occupant.

Alors que les chambrées sont constituées d’hommes de castes et d’origines géographiques différentes, elles constituent une base forte de la sociabilité quotidienne. Les hommes y dorment, y préparent parfois des repas, y mangent, y jouent et s’y reposent. En l’absence d’espace public intérieur, hormis la pièce du groupe culturel qui n’est ouverte qu’aux membres du club, la majeure partie du temps libre est donc passé dans les chambres, notamment pendant les 6 mois de l’année durant lesquels les températures sont élevées.

L’enfermement et sa relégation

Photo 5 - Les zones industrielles où sont situées les labor camps sont peu entretenues

Le sentiment d’enfermement qui pourrait exister dans d’autres labor camps n’apparaît pas vraiment comme prééminent dans celui que j’ai visité. En fait, l’impression de vivre dans une « prison » (d’après les mots de plusieurs migrants) est surtout relative au système de la kafala (parrainage) qui lie permis de travail et permis de résidence et qui conditionne totalement
à la bonne volonté du parrain la liberté de mouvement et de changer de travail. À l’échelle locale, les allers-venues dans et hors du camp ne sont pas contrôlés, le gardien surveille uniquement les mouvements de véhicules. Les hommes peuvent donc, durant leur temps libre, s’en échapper comme ils veulent. Mais la zone industrielle poussiéreuse où est situé le camp n’offre que peu de paysages de promenade aux Népalais qui vantent sans cesse les beautés naturelles et verdoyantes de leur pays d’origine (cf. photo 5).

D’autre part, sortir de cette zone de relégation où sont concentrés des industries et des logements de travailleurs demande du temps, seul le vendredi est férié, et de l’argent, que les hommes essaient d’épargner. Enfin, s’il est possible le vendredi de rencontrer des amis au centre de Doha, il faut encore que les migrants aient le droit de fréquenter les espaces de leur choix. Depuis quelques années en effet à Doha, les principaux centres commerciaux, la promenade du front de mer dite « la Corniche », le zoo et le vieux souk sont régies par la règle du « Family day ». Cet euphémisme est utilisé pour empêcher la venue des hommes seuls originaires d’Asie du sud, qui sont donc refoulés hors des espaces de modernité et de consommation du Qatar. Dans ce contexte d’exclusion, doublé d’une volonté d’épargner et d’une curiosité de découverte rapidement satisfaite au début des séjours, les hommes sortent peu de leur camp.

Rythmes du camp

La vie quotidienne dans le camp est marquée par des rythmes très réguliers. La répétition de journées quasi-identiques, l’absence de moyens de se divertir hors du camp et l’enfermement, relatif, font que l’ennui est fortement ressenti.

À 5h30, les premiers bus partent vers les lieux du travail. Les garçons de bureau ont enfilé leur chemise blanche et pantalon noir, bien repassés. Les autres se contentent d’un « bleu de travail » jaune. Les premiers retours ont lieu vers 15 h 30. Certains hommes enchaînent alors sur une deuxième activité rémunérée, chez des particuliers où ils font le ménage ou nettoient les voitures. Une fois la journée de travail terminée, vient le temps de s’occuper de soi (toilettes, lessive) ou de la chambre (des tours de ménage sont organisés). La question de l’occupation du temps libre est une préoccupation majeure dans les camps. Hors de leur environnement familial, dans un cadre qu’ils n’ont pas choisi, il faut « tuer le temps », un « temps qui passe deux fois moins vite au Qatar qu’au Népal ». Certains pratiquent la musculation tandis que d’autres ne font pas grand-chose (cf. les deux vidéos suivantes).

Photo 6 - Télévision ou ordinateur, à chacun son occupation

Photo 7 - Un soir de match de football réunit les hommes autour de la télévision

Les membres du groupe culturel préparent leur prochaine réunion. Mais de plus en plus, avec la forte pénétration des ordinateurs portables dans les chambres, le temps libre est passé devant un écran (cf. photo 6 et 7). Les modes de loisir s’uniformisent à travers le monde. Avec au moins 3 ordinateurs reliés par chambre, la pratique d’internet est bien ancrée dans les habitudes. Les sites Canadanepal.net, Facebook ou Youtube sont les plus populaires, ainsi que les sites d’informations en langue népalaise. Les séries, films ou vidéoclips népalais sont privilégiés : à deux ou trois sur un lit autour de l’ordinateur, se divertir passe aujourd’hui aussi par le réseau mondial (cf. photo 8).

Photo 8 - Des écrans et des hommes

Le chat est en revanche plus personnel, surtout s’il est fait avec sa femme ou sa fiancée.

Le soir à partir de 19h 30, le dîner est servi. Les trois cuisiniers ont préparé pour la deuxième fois de la journée un plat de riz-lentilles, agrémentés de viande de poulet ou de mouton. Les hommes se dirigent alors en ordre dispersé vers la cuisine, leur assiette en mains et rentrent dans leur chambre pour partager le repas avec leurs compagnons (cf. photo 9).

Photo 9 - Le repas du soir est pris en commun dans la chambre

C’est aussi le soir que pour changer de la nourriture de la cantine, source de récriminations constantes, que les hommes cuisinent pour eux-mêmes (cf. vidéo ci-dessous), le must étant d’agrémenter le riz et les légumes « de l’entreprise » avec du beurre clarifié ou des légumes séchés rapportés du village. Certains soirs, un tournoi de volley est organisé, tandis que d’autres se tournent vers l’alcool, pourtant interdit mais facilement accessible sur le marché noir.

À partir de 22 h, le camp retrouve un calme ponctué des derniers mouvements avant le coucher et du va et vient des hommes travaillant en horaires décalés (cf. vidéo ci-dessous).

Au final, l’observation de la vie dans un labor camp et les entretiens avec les hommes font ressortir à la fois des constantes de la vie de migrants (la rupture avec la famille, les difficultés de comblement de la distance) et les particularités de la vie en logement contraint (l’absence de vie privée, la réduction de l’espace vécu).

Crédits photographiques et vidéos: Tristan Bruslé

Power, Control and Money in Prison : the case of the Yaounde Central Prison

Abstract of the  paper presented by Marie Morelle at the Association of American Geographers Annual meeting as part of the Paper Session: Mobilities, Borders, and Confinement III: Place and Fixity (scheduled on Friday, 4/15/2011 at 14:40 PM. Washington State Convention Center Level 6, Seattle, Washington) :

Power, Control and Money in Prison : the case of the Yaounde Central Prison

This paper aims at analysing the interactions between inmates and the penitentiary authorities, in a carceral situation, from a spatial point of view. It focuses especially on internal mobilities, in the Central Prison of Yaounde. It draws from fielwork undertaken in the Yaounde Central Prison, in April and July 2010. The fieldwork was based on enquiries and on observations.

The Yaounde Central Prison (known as « Kondengui ») is overcrowded : it was built in 1968 for 800 to 1 000 inmates, according to the differents sources. It now hosts between 3 000 and 4 000 of them. This overcrowding acts upon the appropriation of space and the power structures at the level of the prison, in a context where the prisoners are unevenly divided into the 13 districts of Kondengui. How does the right to circulate inside the prison and even to have access to a bed, to a cell, to a district is guaranted inside the prison ?

The formal prison organization cannot be opposed in a binary way to the inmates’ resistances to spatial and temporal constraints. Some prisoners are neither subjected to nor entirely resisting the carceral order (of the guards as well as of the penitentiary authorities). They negociate a place to live. These kinds of negociations produce a secure (money, access to different places, etc.).

This paper therefore proposes a microgeography of the carceral space to understand the power relationships in a context of confinement.

How migratory routes shed light on geography of confinement

Abstract of the paper presented by Bénédicte Michalon at the Association of American Geographers Annual meeting as part of the Paper Session: Mobilities, Borders, and Confinement I: Confinement as Mobility (scheduled on Friday, 4/15/2011 at 10:00 AM. Washington State Convention Center Level 6, Seattle, Washington) :

How migratory routes shed light on geography of confinement

This proposal is a spatial reading of detention centres for foreigners awaiting deportation, confronted with the migratory routes of migrants. I assume that international migrations and the control policies dedicated to them produce fixity and confinement. I do not oppose mobility and control of mobility in a binary way, but shed light on the diversity of interactions that arise between them. The migratory routes appear to be more and more linked to confinement places for foreigners. These are not only milestones but places where the following steps of the trip can be planed. The second level of analysis is about temporality: the length of migration gets considerably longer because of the stays in detention places. The stops-off are not short cuts in the trip but can last months or years. There is a rhythmic inversion: the migrants spend less time moving than waiting to go on. The third level handles with the insertion of detention centres in a set of places of confinement. A lot of migrants go through other places of confinement, such as: hiding places of smugglers, prisons, military settlements. Migratory routes reveal geography of confinement.

Romania is an interesting place to observe how the globalisation of migration flows and the control of migration in the frame of the European enlargement meet and produce new dynamics and places of confinement. The empirical datas used were gathered in 2009 and 2010 in the two detention centres of Romania, as well as during interviews with migrants in detention or released.

Testing the confinement concept via the case study of female Moroccan farmworkers in Huelva (Spain)

Abstract of the paper presented by Djemila Zeneidi at the Association of American Geographers Annual meeting as part of the Paper Session: Mobilities, Borders, and Confinement II: Mobility and Exclusion (scheduled on Friday, 4/15/2011 at 12:40 PM. Washington State Convention Center Level 6, Seattle, Washington) :

Testing the confinement concept via the case study of female Moroccan farmworkers in Huelva (Spain)

The present proposal focuses on the situation of female Moroccan farmworkers recruited to work in the Huelva (Spain) strawberry production sector. We would like to put the concept of confinement to the test for this case. Constraints on everyday movements, and processes of isolation and relegation mark the housing conditions of these women who are recruited within the framework of contratos en origen. This means that both the recruitment process and the signing of temporary work contracts take place in Morocco, and that those recruited – married women with young children – undertake to return there. In Spain, the province of Huelva, which has become a laboratory for this type of utilitarian, seasonal-work migration, benefits from  specially targeted EU financial measures. The women are housed either in the workplace – the campo, in endogenous terminology – or in immigrant workers’ hostels. These places speak volumes about the particular way in which the female Moroccan migrants are constructed as a specific category of foreigners, as potential candidates for illegal migration, and as a category whose mobility is subject to control. This emerges from an in-depth enquiry, in both Morocco and Spain, embracing the various institutional actors and women concerned.