Article sur le site du Monde.fr

Migreurop vient de publier un rapport intitulé Aux frontières de l’Europe : contrôles, enfermement et expulsions, avec la participation de Terrferme. Ce rapport fait l’objet d’un article paru sur le site du Monde.fr aujourd’hui. Une partie de ce rapport concerne les travaux d’Olivier Clochard sur les passagers clandestins maritimes.

Séminaire « Enfermement et intimité »

Le 25 novembre 2011 se tiendra le prochain séminaire de Terrferme sur le thème « Enfermement et intimité ».

L’intimité existe-t-elle en situation d’enfermement ? A travers une série de lieux clos caractérisés par l’exposition contrainte des individus enfermés et par le pouvoir des institutions sur les corps et les sujets, l’équipe Terrferme souhaite interroger l’enfermement à travers la notion d’intimité et ses différentes expériences. Prise dans un sens large, dégagée d’une définition qui la réduise à la sexualité, nous l’envisageons sous une multiplicité de facettes, dans une dimension juridique de propriété de soi (privacy) et dans une dimension relative au sujet (intimacy) (Iness, 1992). Nous nous attacherons à appréhender l’intimité comme une construction socioculturelle, à la sonder dans son historicité (Laé, 2003).

La journée sera structurée par un certain nombre de questions autour du postulat que l’intimité est mise à mal dans un système d’enfermement. Comment les sujets – détenus, retenus, demandeurs d’asile dans des centres, travailleurs en situation de « logement contraint » (Bernardot, 2005) – parviennent-ils à garder une zone de secret, un for intérieur, un espace de retranchement, un monde à soi ? Peut-on voir dans la production mentale ou matérielle d’une zone de retranchement une possible résistance physique comme morale à la contrainte ? Quelle place y tiennent les liens qui fondent et étayent l’identité de l’individu, tels les liens d’amour filial ? Comment l’intimité résiste-elle à l’épreuve de la visibilité sans réciprocité ?

On peut aussi se demander s’il y existe un droit à l’intimité. Quelle place a cette notion dans les règlements des lieux, et dans les procédures afférentes ? Comment est-elle mise en mots ? Peut-on, en se basant sur le vocabulaire technique en vigueur dans certains lieux comme la prison et dont l’expression « être extrait » est un bon exemple, dire qu’il existe un vocabulaire de l’intimité enfermée ? Par ailleurs, la mainmise des institutions sur les corps permet-elle d’envisager les lieux clos comme ordonnés par une gestion politique de l’intimité ?

Nous interrogerons enfin la spécificité de l’intimité des lieux d’enfermement. Un contrepoint sera porté à partir de ce qui peut faire irruption et troubler les interactions ou les modes de co-présence dans l’espace public (prostitution, nudité, intimité des SDF…) (Laé et Proth, 2002).

Références citées :

Bernardot M., Déplacer et loger les indésirables, sociologie du logement contraint, Recueil Alexandries, Collections Esquisses, septembre 2005, url de référence: http://www.reseau-terra.eu/article337.html.

Inness J. C., 1992, Privacy, Intimacy and Isolation, Oxford University Press.

Laé J-F, 2002, « L’intimité: une longue histoire de la propriété de soi », Sociologie et sociétés, vol. 35, n° 2, 2003, p. 139-147.

Laé J-F, Proth B., 2002, « Les territoires de l’intimité, protection et sanction », Ethnologie française, 2002/1 Vol. 32, p. 5- 10.

Programme :

10-11 heures Jean-François Laé, Professeur, Université Paris 8

« Penser l’intimité en situation extrême »

11-12 heures Caroline Touraut, Post-doctorante, Centre Max Weber, Lyon

« Entraves et supports de l’intimité au-delà des murs »

Déjeuner

14h-15 heures Camille Schmoll, Maître de conférences, Université Paris 7

« Les tyrannies de l’enfermement. Échelles et lieux de l’intimité chez les femmes somaliennes immobilisées à Malte »

15-16 heures Stéphanie Latte-Abdallah, Chargée de recherche CNRS, Iremam, Aix-en-Provence

« Toile carcérale et toile de liens en Palestine : les intimités virtuelles des prisonniers »

Discussion générale

Pour des raisons logistiques, les personnes intéressées sont priées de prendre contact avec les organisatrices avant le séminaire.

Contacts:

Bénédicte Michalon, Chargée de recherche Cnrs, b.michalon@ades.cnrs.fr

Djemila Zeneidi, Chargée de recherche Cnrs, djemila.zeneidi@ades.cnrs.fr

Lieu: ADES (UMR 5185) – CNRS – Université de Bordeaux, Maison des Suds – 12 Esplanade des Antilles – 33607 Pessac (Salle 19 places).

Retour de terrain de Tristan Bruslé au Qatar

Retour de terrain par Tristan Bruslé:

En septembre 2011 je suis retourné au Qatar durant deux semaines. Il s’agissait de ma deuxième mission au Qatar pour le programme TerrFerme. La première avait été centrée sur la vie quotidienne dans un labor camp de travailleurs. La seconde avait pour objectif de cerner les politiques du logement, en particulier du logement contraint dans un pays qui accueille au moins 700 000 hommes seuls, logés en grande partie par leur employeur dans des labor camps. Je voulais donc rencontrer les acteurs des politiques publiques (municipalité de Doha, ministère du travail) et des acteurs privés (entreprises du secteur du bâtiment et entreprises employant des ouvriers) pour comprendre la manière dont les institutions « gèrent » le logement des migrants. Mais dans un pays où la question migratoire est encore très taboue (au moins 85 % de la population est étrangère), il s’est révélé très difficile de franchir les portes des bureaux pour rencontrer des officiels. Que ce soient les institutions qataries ou les entreprises, la suspicion est de rigueur. Le chercheur est considéré comme un intrus, dont les rapports, qu’on imagine peu flatteurs, ne peuvent pas être contrôlés. L’accès à l’information est donc très verrouillé. Comprendre les politiques publiques, non rendues publiques, s’avère quasiment impossible. Comme la question de la politique du logement des travailleurs migrants n’a pas pu être abordée de front, je me suis tourné vers les manifestations de cette politique, à savoir les expressions spatiales de la ségrégation. Pour ce faire, j’ai visité assez longuement les industrial areas où sont localisés les logements pour travailleurs, je suis retourné dans le camp de mon précédent terrain et j’ai visité d’autres camps. Une entreprise m’a ouvert les portes d’un de ses camps où je suis resté trois jours. Dans chaque lieu, je me suis entretenu avec leurs habitants, à défaut d’entrer en contact avec les gestionnaires de la main-d’œuvre et des camps. Les impressions générales de cette période de terrain, qui s’est révélée plus difficile qu’escomptée, vont dans le sens d’une ségrégation de plus en plus forte des travailleurs migrants peu ou semi-qualifiés. Même s’il est difficile de dire qu’elle est intentionnelle (est-ce à dessein que les alentours des labor camps ne sont pas entretenus et ressemblent à des décharges ?), une politique d’exclusion de facto est en place. Que ce soit dans les zones dites industrial areas, où sont réunis des usines polluantes, des ateliers mécaniques, des entrepôts et des logements pour travailleurs migrants, ou en ville, où l’accès à certains lieux est interdit aux célibataires le vendredi, la ségrégation sociale et raciale est de mise. Les soutiers de la mondialisation en sont conscients, eux qui rappellent souvent au chercheur combien le Qatar est une prison.

Crédits photographiques: Trustan Bruslé

« Qatar is like a jail ». Daily life in a Nepalese migrant labor camp and the inmate metaphor

Communication de Tristan Bruslé dans le cadre du colloque Rethinking the Himalaya: The Indo-Tibetan Interface and Beyond, Minneapolis, 28-30 octobre 2011.

Nepalese migrants in the Gulf countries number between 1.2 and 2 million. Their living space extends far beyond the traditional pattern of Nepalese migrations to India but at the same time, locally, they shrink to set places due to the policy implemented by the State of Qatar. Since, for the most part, they belong to the working class diaspora, they are housed in labor camps, a model predominant in accommodating millions of “guest workers” in the Gulf States. As “neo-liberal spaces” (Marsden), labor camps combine the need both for global companies to have flexible, on-the-spot manpower hired on a short-term contract (the sponsorship system fits these objectives perfectly) and for the host countries to try and settle the demographic imbalance on the labor market without having to address any integration issues. In a world described as more and more fluid and open to circulation, labor camps are nonetheless spaces of confinement and exclusion. In Qatar they are part of highly segregated urban planning (Nagy), of which Nepalese migrants suffer the discriminatory nature.

In this paper I focus on the materiality and representations of daily life inside a labor camp and on the inmate metaphor used by workers to describe their own status. I analyze the use of places and the pace of camp life. The use of the word “jail” (jelkhana) to portray their own lives becomes apparent in the migrant’s discourse. I show how such statements are formulated and how people live and describe their lives in such a constrained environment. As a word whose meaning is not usually applied to this category of people, I show how it corresponds to the creation of a self “set apart” category. “Jail” should not only be understood as a closed place but should be seen as a metaphor for a set of constraints felt by migrants: the obligation to leave home, to take out a loan, to reimburse it, to work and never to change jobs, to live in a camp and so forth.

Télécharger la présentation de cette communication.

Olivier Milhaud lauréat du Prix Gabriel Tarde, prix français de criminologie

La thèse d’Olivier Milhaud, Séparer et punir, les prisons françaises mises à distance et punition par l’espace a été récompensée du Prix Gabriel Tarde, dont la gestion est assurée par l’Association française de criminologie , dans le but de « promouvoir la recherche et les enseignements de toutes les disciplines qui participent au développement de la criminologie ».

Le jury de la session 2010-2011 s’était réuni début octobre sous la présidence de Christian Nils Robert, professeur honoraire de droit pénal et de criminologie, avocat, expert au Comité européen de prévention de la torture.

Né en 1978, Olivier Milhaud est maître de conférences en géographie à l’Université Paris 4 Sorbonne. Normalien, agrégé et docteur en géographie, il travaille sur l’espace carcéral. Soutenue en 2009 à l’Université de Bordeaux 3, sa thèse avait déjà reçu le Prix de thèse de l’Université de Bordeaux en 2010.

La rétention des étrangers à Berlin

Retour de terrain par Mathilde Darley

Eléments de contexte

La gestion de la rétention est, en Allemagne, de la compétence des Länder (régions), ce qui signifie que les conditions et les formes de rétention varient fortement d’une région à l’autre. A cet égard, Berlin a la réputation d’être l’une des régions les plus « libérales » en matière d’enfermement des étrangers. C’est par ailleurs également l’un des quelques Länder disposant d’un bâtiment spécifiquement consacré à l’enfermement des étrangers en attente d’expulsion. De nombreux autres Länder allemands regroupent l’enfermement des étrangers en instance d’éloignement avec celui des détenus de droit commun, ce qui place la rétention dans le champ de compétences du ministère de la Justice (et non de l’Intérieur) et soumet les retenus à un règlement intérieur beaucoup plus strict, celui de l’institution carcérale (Strafvollzugsgesetz).

Le centre de rétention de Berlin a été installé en 1995 dans une ancienne prison est-allemande pour femmes située dans la banlieue de la ville, à proximité de points de baignade dans la Spree, à une heure environ du centre-ville en transports en commun. L’architecture du centre de rétention est donc fortement marquée par son ancienne vocation carcérale : il est entouré de hauts murs surmontés de barbelés et jalonnés de caméras de vidéo-surveillance. A l’entrée, un panneau signale qu’il s’agit d’un « centre de détention policier ». Il est situé sur une artère assez passante (desservie par le tramway) d’une zone résidentielle, entre un supermarché discount et une série de petites « datchas » entourées d’un jardin (« Schrebergärten », où les Berlinois aiment passer le week-end aux beaux jours).

La capacité totale d’accueil du lieu avait été une première fois réduite au moment de la rénovation des bâtiments, au tournant des années 1990. Officiellement, le centre peut aujourd’hui héberger 214 retenus. Cependant, au cours des dernières années, leur nombre a rarement excédé la centaine – il a même généralement oscillé, au cours de l’année 2010, entre cinquante et soixante-dix et n’a que rarement dépassé quarante retenus en 2011. En 2009, 611 expulsions ont été organisées depuis Berlin, soit deux fois moins qu’en 2005. Ce recul des mesures d’éloignement est généralement attribué à l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’UE (la Roumanie était jusqu’à 2007 l’une des principales destinations des vols d’expulsion), à la création d’une « zone-tampon » pour l’arrestation de migrants en situation irrégulière (zone constituée des Etats est-européens) ainsi qu’à la politique particulière suivie en la matière par le Land de Berlin, où le placement en rétention des étrangers en situation irrégulière n’est pas systématique (ce qui explique les faibles effectifs de retenus).

Le Land de Berlin a défini ainsi l’objectif de la rétention : « Wohnen minus Freiheit », c’est-à-dire « Habiter, la liberté en moins », ce qui se traduit par la garantie de droits supplémentaires aux retenus (par rapport aux autres Länder) tels que circuler librement au sein de chaque étage du centre de rétention, conserver son téléphone portable et pouvoir en faire usage, être autorisé à fumer dans l’espace de la rétention, être autorisé à recevoir des visites quotidiennement de 7h à 19h (en principe limitées à 1h par jour et par personne mais cette limitation n’est mise en œuvre qu’en cas de forte affluence dans la salle des visites), etc.

Malgré ces conditions relativement libérales en regard d’autres dispositifs de rétention des étrangers, la Commission pour la prévention de la torture (Länderkommission zur Verhütung von Folter) a récemment déploré l’architecture carcérale des lieux, le caractère spartiate de l’aménagement des cellules et des installations sanitaires, et les insuffisances en matière d’activités de loisirs ainsi que d’accompagnement médical et psychologique des retenus (voir l’article).

La durée moyenne de rétention à Berlin est extrêmement variable. Elle est estimée par les acteurs associatifs et policiers à 33 jours mais certains retenus sont enfermés depuis plus de trois mois (en particulier les retenus d’origine vietnamienne, qui doivent souvent attendre plusieurs semaines que leur ambassade les reconnaisse comme ressortissants vietnamiens), tandis que d’autres ne restent que quelques jours.

Architecture et quotidien en rétention

Le centre de rétention comprend trois bâtiments : le premier accueille, au sous-sol, le bureau des acteurs religieux intervenant en rétention (cf. plus bas) ainsi que ceux où ont lieu les entretiens des retenus demandeurs d’asile avec les représentants de l’Office national pour les migrations et les réfugiés (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge). Le rez-de-chaussée est occupé par les bureaux des policiers affectés à l’accueil et au transport des retenus, ainsi que par le service médical et les bureaux de l’Office des étrangers (Ausländerbehörde) chargé d’organiser l’expulsion. Les étages supérieurs (au nombre de trois) sont découpés en cellules et hébergent les retenus hommes.

Le deuxième bâtiment est occupé, au sous-sol, par les cellules d’isolement, réservées notamment aux retenus posant des problèmes de discipline (tentatives d’évasion, refus d’embarquer à bord du vol d’expulsion, rixes avec des co-retenus, etc.). Lorsqu’une cellule d’isolement est occupée, un policier au moins est affecté en permanence à la surveillance du retenu isolé. Le sous-sol accueille également la « salle de prière », où a lieu tous les vendredis un office œcuménique (célébré alternativement par un prêtre catholique ou un/une pasteur(e) protestant(e)). Le dernier étage du deuxième bâtiment est occupé pour moitié par les cellules des femmes retenues et pour moitié par les cellules réservées aux familles. Les deux autres étages sont inoccupés.

Enfin, le troisième bâtiment accueille, outre le parloir pour les visites au rez-de-chaussée, les bureaux de l’administration policière (direction, salle de réunion, bureaux des travailleurs sociaux et du psychologue, etc.).


Agrandir le plan

Chaque étage dédié à l’enfermement des retenu(e)s est divisé en deux parties entre lesquelles se trouve un grand palier abritant le bureau des policiers de garde. Les demi-étages, clos par une grille, s’articulent autour d’un couloir central donnant de part et d’autre sur les cellules, la cuisine et les sanitaires. Chaque demi-étage, au sein duquel les retenus sont le plus souvent regroupés par origine géographique, comprend en général quatre grandes cellules (contentant trois à quatre lits superposés chacune), une petite cellule individuelle et une cuisine. Les toilettes sont dans une pièce attenante à la cellule, les douches sont à l’étage (une par étage). Le mobilier (tables, bancs, lits superposés) est inamovible, fixé au sol. A l’origine, une rangée de barreaux avait été installée à l’intérieur, devant les fenêtres, empêchant notamment leur ouverture. Ces barreaux intérieurs ont été supprimés par un précédent directeur du centre, ne restent donc « que » les barreaux extérieurs aux fenêtres et les fenêtres peuvent ainsi être entrouvertes. Les retenus qui en font la demande peuvent, si cette demande est appuyée par les travailleurs sociaux policiers du centre, être transférés dans une cellule individuelle. Ce transfert est en général motivé par des considérations relatives au psychisme du retenu (tendances suicidaires par exemple).

Le bureau des policiers, de petite taille, accueille généralement trois à quatre policiers par étage, réunis autour de deux tables. Au mur, un tableau fait état de l’occupation des cellules au moyen de petites étiquettes de couleur mentionnant le numéro des détenus. Les policiers de garde se trouvent quasiment en permanence dans leur bureau. Ils ne sortent sur le palier que si l’un des retenus les interpelle (par l’interjection « Meister ! ») à l’une des deux grilles séparant le demi-étage du palier. Les policiers ne pénètrent qu’exceptionnellement dans l’espace des cellules – par exemple à l’occasion des fouilles qui peuvent faire suite à la disparition d’un objet ou à un trouble survenu dans l’ordre interne du centre. Les étages ne sont pas équipés de dispositifs de vidéo-surveillance, de sorte que la surveillance n’est que partielle, limitée aux coups d’œil jetés par les policiers au couloir des étages, aperçu depuis le palier à travers les grilles.

Un plat chaud est distribué aux retenus le midi, du pain et du fromage leur sont mis à disposition pour le repas du soir. La plupart des retenus préfèrent cependant utiliser la cuisine et cuisiner pour eux-mêmes et leurs co-retenus. Pour ce faire, ils peuvent effectuer des achats au « chariot » qui passe quotidiennement dans les étages (et qui assure également la commercialisation de cigarettes par exemple) ou bien se faire apporter des denrées alimentaires lors des visites au parloir (conformément au règlement, qui interdit notamment la viande, le poisson ou les œufs crus, les emballages en verre ou en métal, etc.).

Les retenus ont droit à une heure (parfois deux) de promenade (Freistunde) quotidienne. L’ordre de passage des étages et l’heure de la promenade sont fixés par les policiers. Parmi les autres activités de loisirs proposées figurent notamment l’emprunt de documents à la bibliothèque et la participation à des cours de dessin ou de sport.  Les retenus qui le souhaitent peuvent également recevoir la visite d’un imam, d’un prêtre catholique ou d’un pasteur protestant et assister aux offices œcuméniques célébrés le vendredi. Ces offices, célébrés alternativement par le pasteur ou le prêtre, sont d’ailleurs très fréquentés par les retenus, indépendamment de leur confession religieuse : ils leur fournissent en effet l’occasion de sortir de l’espace des cellules et de rencontrer les retenues femmes.

Les acteurs de la rétention

Le corps policier se divise, en rétention, entre policiers chargés de la garde des retenus aux étages et policiers chargés des escortes, stationnés au rez-de-chaussée. L’équipe policière du centre comprend également, outre un directeur et un directeur adjoint, un psychologue et deux travailleurs sociaux. Enfin, un médecin policier est également présent  quotidiennement dans le centre et une équipe d’infirmiers y assure une permanence jour et nuit. Au total, ce sont 192 policiers qui sont employés au sein du centre de rétention, pour une quarantaine de retenus environ. L’importance du personnel policier explique, en partie au moins, le coût élevé du dispositif rétentionnaire – coût qui incombe, à Berlin, au retenu lui-même : chaque jour passé en rétention est facturé 65,26 euros au retenu. Si ce dernier dispose de quelques économies lors de son placement en rétention, le coût de son séjour est directement prélevé sur ses économies. S’il n’est pas en mesure de régler ses « frais de séjour » dans le centre, il contracte une dette à l’égard de la région de Berlin et doit s’en acquitter avant de pouvoir à nouveau déposer, ultérieurement, une demande de titre de séjour sur le territoire allemand.

Les seuls acteurs associatifs autorisés à se rendre dans les cellules sont les acteurs religieux : un pasteur, une pasteure (chargée de l’accompagnement des femmes retenues), un prêtre, une sœur, un imam et, depuis peu, un rabbin. Ils sont présents plusieurs fois par semaine et assurent, outre l’accompagnement religieux des retenus, le « démêlage » des fils de leur parcours migratoire et/ou juridique afin de les orienter, si nécessaire, vers un avocat ou une association d’aide aux migrants. Les acteurs religieux jouent également fréquemment le rôle d’intermédiaires ou de relais entre les retenus, avec lesquels ils ont un contact quasi quotidien, et les travailleurs sociaux policiers du centre.

Une fois par semaine, une permanence gratuite est assurée au parloir par un collectif d’avocats bénévoles. Chaque retenu n’a cependant le droit de faire appel à cette consultation (d’une durée d’un quart d’heure environ) qu’une fois au cours de son séjour en rétention. Les consultations ultérieures sont payantes. Pour les retenus dont ils estiment qu’ils ont besoin d’être assistés par un avocat mais qui n’ont pas les moyens d’en régler les honoraires, les acteurs œcuméniques tentent d’organiser une prise en charge des frais d’avocat par l’Eglise.

* * *

L’observation du centre de rétention de Berlin soulève différents questionnements relatifs à la privation de liberté pour les étrangers en situation irrégulière. Le fait que,  en Allemagne, la rétention puisse, selon les Länder, être du ressort du ministère de la Justice (et donc rattachée à l’institution pénitentiaire) ou de celui de l’Intérieur (et alors administrée par l’autorité policière) invite à s’interroger sur les conséquences de ces deux alternatives sur le fonctionnement des dispositifs d’enfermement et sur le vécu des enfermés. Le cas particulier de Berlin, où le personnel policier est près de cinq fois supérieur au nombre des retenus (et où le coût de la rétention doit en outre être pris en charge par le retenu lui-même) questionne par ailleurs le rôle que revêtent de tels dispositifs, lourds et coûteux, dans la politique de contrôle migratoire. Enfin, le fait que les religieux soient les seuls acteurs non policiers autorisés à pénétrer l’univers rétentionnaire pose la question de l’ouverture très relative du lieu au contrôle de la société civile.