Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie

Bénédicte Michalon est invitée à présenter ses recherches dans le cadre des journées « Et l’immobilité dans la circulation ? ». Organisées par l’UMR Migrinter et l’axe Mobilités, Identités et Territoires du Collège International des Sciences du Territoire, elles auront lieu à Migrinter les 19 et 20 novembre 2012.

Ces journées ont pour objectif de revenir sur les articulations entre mobilité et immobilité : voici ce qu’en dit le texte de présentation.

« Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

La communication de Bénédicte Michalon, intitulée, « Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie », s’inscrira dans un atelier sur l’immobilité forcée (en prison, établissement pour mineurs, centre de rétention s) et ses liens à la mobilité. A partir de ses recherches menées en Roumanie sur le dispositif de rétention administrative des étrangers, sa communication cherchera à creuser les imbrications de l’immobilité et de la mobilité qui caractérisent ces lieux de privation de liberté, car ceux-ci ont pour vocation première d’interférer sur les circulations, de les cadrer spatialement et socialement, voire de les interrompre. En ce sens, la rétention consiste en une assignation à l’immobilité, dont la vocation est de contrarier, voire d’empêcher la liberté de mouvement. Or, l’existence même des lieux de rétention et leur fonctionnement reposent sur aussi des formes spécifiques de mise en mobilité, la plus évidente étant l’expulsion censée justifier le placement en rétention. Il s’agira donc de cerner comment mobilité et immobilité font partie intégrante des rapports de pouvoir, par nature dissymétriques, établis entre l’institution enfermante et ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés.

Les autres billets du carnet sur les terrains de Benedicte Michalon en Roumanie: lire les billets.

 

 

Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte

L’équipe TerrFerme est invitée à présenter ses recherches dans le cadre du groupe de travail « Traitements et contraintes » mis en place à la rentrée universitaire 2012 par une équipe de jeunes chercheurs de l’EHESS. Ce groupe de travail entend prolonger les réflexions développées dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs institutionnels qui s’était tenu à Paris les 13 et 14 juin 2012.

La première séance du groupe de travail aura lieu le 21 novembre 2012 et sera  consacrée au thème « Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte ». Elle fournira l’occasion à Mathilde Darley de revenir sur la méthodologie déployée pour enquêter sur les différents lieux d’enfermement étudiés dans le cadre du projet de recherche. La présentation s’appuiera sur l’article collectif rédigé au printemps 2012 par les membres de TerrFerme et intitulé « Les lieux d’enfermement : méthodologie de la contrainte » : celui-ci s’attache à analyser une expérience collective d’enquêtes ethnographiques réalisées dans trois types de lieux de confinement (prisons, centres de rétention pour étrangers, logements fermés pour main-d’œuvre étrangère), soit dans des contextes marqués par une clôture plus ou moins prégnante et un fort contrôle institutionnel.

Il s’agit d’abord de s’interroger sur la démarche adoptée pour accéder à ces lieux a priori fermés à l’enquêteur, sur les contraintes rencontrées et les formes d’adaptation élaborées pour y répondre. L’article revient ensuite sur la pérennisation du dispositif d’enquête : une fois à l’intérieur des murs, le chercheur reste en effet tributaire de la fermeture et des rapports de pouvoir inhérents à ces espaces. Au final, il apparaît que la contrainte qui pèse sur ceux qui sont enfermés (détenus, étrangers en attente d’expulsion, travailleurs migrants) s’exerce aussi en permanence sur le chercheur. Les lieux de confinement sont marqués par des rapports de pouvoir dissymétriques dont l’enquêteur ne peut s’extraire. La complexité de l’entreprise ethnographique réside alors dans la capacité à saisir le caractère mouvant, fluctuant de ces rapports de pouvoir, perpétuellement recomposés.

 

Majid Eazadi : près de 5 années derrière les barreaux à Chypre

Vue sur la prison centrale de Nicosie à l’intérieur de laquelle se situe Block Ten

Par Olivier Clochard:

Juillet 2011. Je revois Madjid à Nicosie, nous nous sommes donné rendez-vous devant l’immeuble de l’association Kisa. En provenance de la rue piétonne Ledra street, il marche d’une manière déterminée, à coté du trottoir. En me voyant, il me fait des grands signes de la main. Arrivé à ma hauteur, il m’embrasse et d’une accolade très chaleureuse, il me remercie à plusieurs reprises. Puis il me demande si tout va bien, la famille, le voyage et le séjour à Chypre. Nous ne traînons pas car sa voiture située de l’autre côté de Ledra street, est mal stationnée. Après quelques minutes, nous montons dans une voiture qu’il a empruntée à son ami qui vit avec lui dans sa maison à Limassol. Il ne cesse de parler, de ses difficultés administratives, de son avenir. Il ne connaît pas la ville de Nicosie, il a toujours vécu à Limassol à l’exception des trois années où il a été maintenu dans le centre de rétention de Block Ten. Il roule à travers Nicosie sans savoir exactement où nous allons. Après avoir emprunté rues, boulevards et avenues dans la banlieue sud de Nicosie, nous reprenons la direction du centre de Nicosie. Nous nous arrêtons en bordure d’une place, dans la partie « nouvelle » de la ville. Une fois l’argent mis dans l’horodateur, nous tentons de chercher un café où nous pourrions discuter tranquillement. Madjid se ballade avec une mallette, je crois qu’à l’intérieur, il dispose d’un ordinateur portable, mais pas du tout : c’est une petite mallette où l’ensemble de sa correspondance avec l’administration est archivée. Notre recherche de café s’avère vaine, et nous décidons de reprendre la voiture pour aller dans le centre ville. Je lui indique les différentes rues à prendre, nous nous stationnons sur une place à proximité de la mosquée. Puis nous allons nous installer à la terrasse d’un bar-restaurant devant lequel je suis souvent passé sans m’y arrêter. Je prends une salade composée et Madjid prend un café glacé, c’est lui qui offre.

Kofinou

Il m’apprend qu’il est assigné à résidence à Kofinou, dans le centre d’accueil pour demandeur d’asile bien que Madjid ait été débouté de sa demande d’asile à deux reprises et qu’aujourd’hui, il n’ait pas entrepris d’autres démarches. C’est la police qui l’a transféré dans le centre à sa sortie de Block Ten. Il savait qu’il y serait conduit. Depuis sa sortie de rétention, il doit aller chaque semaine au poste de police de Kofinou, signer un document, et il doit également ne pas s’absenter plus de quarante-huit heures du centre. Il doit indiquer à chaque fois aux responsables du centre quand il sort et quand il pense revenir. Alors il ne cesse de faire des allers et retours entre le centre où il y passe une nuit sur deux environ, et sa maison à Limassol qu’il a entièrement refaite avant qu’il soit arrêté et conduit à la prison centrale de Nicosie où se situe Block Ten.

Il dit que les odeurs à proximité de Kofinou, demeurent insupportables. Les puanteurs proviennent de l’usine d’équarrissage voisine du centre. Un enfant d’une famille a du être hospitalisé il y a quelques mois, et selon lui, les malaises de l’enfant seraient dus à ces émanations. Depuis quelques semaines, les produits d’hygiène et la nourriture sont distribués aux résidents, de façon restreinte. Il parle également des agriculteurs des alentours qui viennent régulièrement à l’entrée du camp pour y recruter de la main d’œuvre. Les gens partent travailler aux aurores, en été de sept heures à vingt heures le soir. À travail égal, les salaires ne sont pas les mêmes pour tous, ils diffèrent selon la couleur de la peau des personnes. Ce comportement racial des employeurs perdure depuis des années : les personnes à la peau noire, souvent insultées par l’emploi du terme grec « mavro », sont payées entre quinze et vingt euros, les autres sont rémunérées autour de vingt-cinq euros. Madjid n’est jamais allé travailler dans les champs. Bien que les autorités lui interdisent, il dit qu’il aurait pu y aller. Il préfère aller de temps en temps travailler à Limassol sans être déclaré, cela lui permet d’avoir un peu d’argent pour ses cigarettes, ses déplacements en voiture et la nourriture. Par ailleurs, son ancien patron est prêt à le reprendre à partir du moment où les autorités chypriotes délivreront un titre de séjour à Madjid.

Durant sa période de rétention, il a toujours été maintenu à Block Ten et il n’a jamais changé de chambre. Lors de notre week-end à la plage, il me dit qu’il pourrait écrire au Guinness des records pour mentionner qu’il détient à ce jour le triste record d’avoir été maintenu en rétention en Europe, pendant plus de trois ans, dans la même cellule. C’est à se demander si les policiers n’y trouvaient pas leur compte en maintenant toujours Madjid à Block Ten, de par sa formation de mécanicien et chauffagiste, Madjid dit à plusieurs reprises avoir réparé les installations du centre (climatisation, douches, WC, etc.). Au départ, il a travaillé pendant près de deux ans à l’entretien du jardin, il n’a jamais eu accès au terrain de Basket à proximité duquel il y a Block 9, bâtiment où sont maintenus les femmes. Il dit bien qu’avec son ancienneté dans le centre, il était devenu en quelques sortes le porte-parole des prisonniers de Block Ten, toutefois chaque groupe ethnique à l’intérieur de Block Ten a son porte-parole.

Comme d’autres qui sont passés par la prison avant d’être détenus en rétention, il dit que les conditions de détention étaient meilleures lorsqu’il était enfermé dans la partie pénitentiaire de la prison de Nicosie, espace destiné aux prisonniers de droit commun et aux étrangers condamnés à une peine d’emprisonnement pour entrée ou séjour « irrégulier ». Pour lui, lorsqu’on est en prison, les personnes connaissent leur durée de détention et savent en conséquence la période à laquelle elles vont sortir. Il y a par ailleurs un cadre règlementaire, les gardiens par exemple interviennent à l’intérieur de l’espace carcéral lorsqu’il y a des différents entre les détenus, ce qui n’est pas toujours le cas à Block Ten. Le soir, il y a une heure où tout le monde doit être couché. Cette demande de limites peut paraître paradoxale pour des gens qui recherchent par tous les moyens, à être à l’extérieur. La préférence de la prison à Block Ten se joue aussi sur le terrain des périodes de promenades autorisées : en prison, il est possible chaque jour d’aller à l’extérieur du bâtiment où les prisonniers sont maintenus alors qu’à Block Ten, il est accordé au mieux aux étrangers une heure de sortie par jour. La nourriture y est également meilleure, elle est préparée par les prisonniers eux-mêmes. Autant de points qui font passer Block Ten pour un endroit pire qu’une prison. Il y a enfin le fait non négligeable qu’à Block Ten, « nous avons déjà un pied dehors, l’expulsion n’est jamais loin. Si ce n’est pas nous, ce sont des gars que tu côtoies au quotidien, et un jour, tu ne les voies plus ».

Madjid évoque les problèmes qu’il a eus avec un policier, un agent qu’il a tenté de soudoyer en lui donnant de l’argent pour qu’il sorte de rétention. Madjid dit qu’il n’est pas le seul à avoir (ou tenté d’avoir) eu recours aux services de ce policier corrompu. Bilan de l’opération : Madjid a perdu de l’argent et n’a pas été libéré pour autant. Il a porté l’affaire devant les tribunaux. Une première audience devait avoir lieu en septembre 2011, selon Madjid.

Suite à ce précédent billet, il semble que les autorités chypriotes auraient pris la décision de le libérer en mars 2011. Une dizaine d’autres personnes qui étaient maintenues depuis près de dix-huit mois, ont également été libérées. À son départ, Madjid a laissé toutes ses affaires aux autres détenus, à l’exception de ses effets personnels.

Sur la plage

Depuis Madjid me dit que chaque nuit, il se réveille, parfois c’est un cauchemar qui le sort de son sommeil. La nuit que nous passons sous la tente sur la plage, un cri viendra rompre le bruit des vagues…

En septembre 2011, j’apprends qu’il a été à nouveau incarcéré au moment où il allait pointer au commissariat (même pour un étranger qui a obtenu un titre de séjour après avoir été en situation irrégulière à Chypre, celui-ci peut être ensuite arrêté et conduit en rétention pour le seul fait d’avoir été sans papier à un moment donné de sa vie). Est-ce lié au procès qui devait avoir lieu ? Il passera plusieurs semaines, enfermé dans le commissariat de Kofinou – sans pouvoir sortir – avant d’être transféré à Block 10. Ce statut de leader qu’il avait acquis avec le temps durant la précédente période de rétention, il ne le retrouvera pas après sa nouvelle arrestation. Au-delà du fait d’être enfermé une fois de plus, le fait de revenir dans un lieu avec une position sociale différente de celle qu’il avait quand il a quitté Block Ten au printemps 2011, explique sans doute les grandes difficultés psychologiques dans lesquelles se trouve Madjid à l’automne 2011.

Octobre 2012, cela fait plus d’un an qu’il est enfermé, et près de cinq années si on fait le cumul des périodes passées derrière les barreaux. Or « Lorsqu’il apparaît qu’il n’existe plus de perspective raisonnable d’éloignement pour des considérations d’ordre juridique ou autres (…) ne sont plus réunies, la rétention ne se justifie plus et la personne concernée est immédiatement remise en liberté ». Article 15 de la Directive 2008/115/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 relative aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier. Directive que l’État chypriote a transposée.

Aujourd’hui Chypre est présidente de l’Union européenne jusqu’en décembre 2012, et Majid Eazadi est toujours derrière les barreaux. Jusqu’à quand ?

Graphique des périodes d’enfermement: Parcours_enfermement_Eazadi

Crédits photographiques: Olivier Clochard