Venez les rencontrer au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales »

Djemila Zeneidi nous présente les biographies des chercheurs que nous aurons le plaisir et le privilège de rencontrer lors du colloque de Terrferme qui se tiendra à Bordeaux du 16 au 19 octobre 2013:

Lorna Rhodes : Psychiatrie, Prisons modernes, et Enfermement total

Anthropologue de l’université de Washington (Seattle), sa recherche a pour point de départ un contexte précis : le croisement de la dés-institutionalisation de la psychiatrie (diminution du nombre de structures de prise en charge des malades mentaux) et la présence croissante de personnes souffrant de maladies mentales dans les prisons. Elle  est une spécialiste reconnue de la psychiatrie (Voir son ouvrage Emptying Beds: The Work of an Emergency Psychiatric Unit 1998) et du monde carcéral. Elle a restitué dans un ouvrage remarquable Total Confinement: Madness and Reason in the Maximum Security Prison l’univers de l’enfermement absolu dans les « supermax », prisons modernes de haute sécurité aux Etats-Unis, où les détenus sont confinés pendant des jours entiers sans voir un seul individu. Elle réinterroge les effets de cette pratique sur les détenus et sur le sens de la peine, qui remet en cause  l’idée  de réinsertion, pourtant une des missions affichées de la prison.

Sarah Curtis : Comment se justifie encore la contention du patient en milieu psychiatrique ?

Professeure de géographie  à l ‘université de Durham, elle est une spécialiste internationale de la géographie de la santé.  Ses travaux portent sur les inégalités de santé. Elle est des premières et géographes à avoir travaillé sur une géographie de la psychiatrie. Elle a mené des recherches sur les soins psychiatriques en France de 1800 aux années 2000. Elle est aussi experte des politiques de santé de nombreux pays européens.

Son dernier ouvrage, Space, Place and Mental Health (Ashgate, 2010), interroge l’articulation entre l’environnement et la santé mentale. Dans ce colloque son intervention portera sur la pratique de la contention des patients et la gestion du risque dans le milieu de la psychiatrie.

Ruth Gilmore Wilson: Pourquoi et comment la prison est devenue aux Usa une peine pour les noirs ?

Don’t reform prison, abolish them (« Ne réformez pas les prisons, abolissez les). Cet appel à la fin de la prison est de Ruth Gilmore Wilson et reflète la recherche engagée de cette géographe américaine de grand renom. A la fois chercheure et activiste, elle est une grande figure du mouvement abolitionniste aux Usa. Elle a fondé avec Angela Davis (et d’autres), figure des Black Panthers militante des droits civiques, le mouvement Critical Resistance, mouvement qui lutte contre « l’industrie de la prison ».  Auteur d’un ouvrage central dans le champ des études carcérales, intitulé Golden Gulag, c’est une des premières géographes à avoir travaillé sur le sujet.

Ses études ont principalement été menées en Californie où elle a mis en évidence l’hyperincarcération, et une racialisation de cette hyperincarération, qui concerne en premier lieu les noirs. Elle a livré une analyse sans concession du recul de l’Etat providence en lien avec les mutations du capitalisme.

Andrew Jefferson : Les effets de l’enfermement sur les sujets  

Psychologue, chercheur au Dignity – Danish Institute against Torture de Copenhage, ses travaux portent sur la violence,  le recours à l’incarcération et le vécu de l’enfermement dans des situations de post-conflits. Ses terrains sont l’Afrique de l’ouest, en particulier le Nigeria et la Sierra Leone, ainsi que  les Philippines. Il établit des comparaisons entre vie en prison et vie dans les ghettos. Lors du colloque, il s’intéressera aux effets de l’enfermement sur les sujets. Il est également co-fondateur du GLOBAL PRISONS RESEARCH NETWORK, réseau de chercheurs et de militants dont la mission est de contribuer au développement et à la diffusion des travaux sur l’enfermement dans d’autres aires culturelles que l’Europe de l’ouest et l’Amérique du nord.

Kelly Gillespie : La prison post apartheid, vers la fin de la ségrégation ?

Anthropologue de l’Université de Witwatersrand à Johannesburg, le travail de Kelly Gillespie porte sur une analyse des périodes de l’apartheid et post-apartheid à travers la prison. Lors du colloque, elle s’intéressera à une prison particulière construite par un cabinet d’architectes noirs, la première prison post-l’apartheid. Elle livre, à partir de l’étude attentive des plans de ces architectes et aménageurs, la volonté d’inaugurer une nouvelle ère. Mais la chercheure démontrera que malgré de significatives avancées, il n’est pas simple de démanteler un système ségrégationniste.

Dominique Moran : Russie, des goulags aux prisons actuelles

Professeure de géographie à l’Université de Birmingham, Dominique Moran a d’abord travaillé sur les femmes et les prisons en Russie. Elle est une des principales animatrices d’un nouveau courant en géographie : la « carceral geography ». Ce courant cherche à penser ensemble centres de rétention pour migrant et prisons. Son dernier ouvrage collectif explique pourquoi et comment se pensent ensemble ces différents espaces (avec Nick Gill et Deirdre Conlon,  Carceral Spaces: Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Ashgate 2013).

Gilles Chantraine : Les horizons du projet punitif

Sociologue chargé de recherche au Clersé – Cnrs (Lille 1). Il est l’auteur de l’ouvrage Par-delà les murs: expériences et trajectoires en maison d’arrêt, (prix Le Monde de la recherche universitaire et prix spécial de l’Association française de criminologie en 2004). Il est également l’auteur d’un rapport sur la détention des mineurs (2011). Son travail porte sur l’expérience carcérale saisie à partir des trajectoires individuelles. Un des apports majeurs de son travail réside dans la mise en évidence de l’enfermement carcéral comme une peine sociale qui excède la peine judiciaire.

Olivier Razac : Le bracelet électronique, une alternative néolibérale à l’enfermement.

Professeur de philosophie à l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire (Agen), Olivier Razac est l’auteur d’un ouvrage passionnant sur l’histoire du barbelé : Histoire politique du barbelé. La prairie, la tranchée, le camp (Ed La Fabrique). Il y dresse la trajectoire de politisation de cet objet et une lecture sociologique et historique de la période contemporaine. Spécialiste des travaux de Michel Foucault, il mène des recherches sur les alternatives à l’enfermement, tel le bracelet électronique. Cette orientation s’articule selon lui à une politique néolibérale qui fait du détenu un contractuel, partenaire dans l’exécution de sa peine.

Olivier Clochard : l’Europe des camps

Chercheur Cnrs (Migrinter Poitiers), président de Migreurop (Observatoire des frontières), membre d’un programme de recherche sur les usages et dispositifs contemporains de l’enfermement, piloté par Bénédicte Michalon (Cnrs, Adess) il est l’auteur de nombreuses études sur la rétention en Europe, à Chypre, Malte, et de l’Atlas des migrants, Une géographie critique des politiques migratoires (Armand colin, 2012). Sa dernière enquête porte sur l’enfermement des migrants à bord des navires et dans les ports.