Rapprocher les lieux d’enfermement, confronter les approches : un retour du colloque Terrferme

Par Olivier Milhaud :

Le colloque TerrFerme d’octobre 2013 fut un succès, autant pour sa qualité scientifique que pour son atmosphère chaleureuse. Il lui manquait toutefois ce qui s’éternise dans les lieux d’enfermement : le temps ! Puissent ces quelques notes jetées au retour du colloque servir de possibles points de départ pour une discussion plus large, prolongeant – via ce blog – nos débats inachevés à l’issue de longues journées.

Commencer le colloque par un film sur le contrôle général des lieux de privation de liberté (dans trois prisons et un hôpital psychiatrique en l’occurrence), avant les communications proprement dites, invitait d’emblée au décloisonnement des regards. Est-ce parce que la mise en visibilité de l’enfermement par un film (images, sons, mouvements) permet déjà d’en saisir toute l’épaisseur, alors même que les odeurs – si fondamentales dans tant de lieux d’enfermement – ne transpirent pas de l’écran ?

Décloisonnement analytique et rapprochement/confrontation des approches ne mènent assurément pas à un aplatissement du regard. Ils ne mènent pas non plus à des comparaisons au sens strict. Décloisonner le regard ne permet-il pas une purification des logiques à l’œuvre dans son objet (les prisons françaises par exemple) à force de le mettre en regard avec d’autres objets (hôpitaux psychiatriques, centres de rétention, logements contraints de travailleurs, camps de réfugiés, etc.) dans d’autres contextes régionaux (Ecosse, Pérou, Cameroun, Afrique du Sud, Italie, Niger…) ? Reste que la démarche est risquée : ne pas rendre justice à l’enracinement de chaque lieu d’enfermement ; manquer de nuances pour capter les processus d’enfermement à l’œuvre, être rivé à une seule échelle analytique, ou encore limiter son regard à la seule dimension matérielle du cadre d’enfermement. Jusqu’où l’approche spatiale est-elle heuristique ? Quand vire-t-elle à l’exercice de style ?

L’approche spatiale de l’enfermement semble bien souvent constituer la prison comme un modèle analytique indépassable. D’où la question d’Andrew Jefferson : pourquoi la métaphore carcérale est-elle si forte ? Certes, Lorna Rhodes appelait à une vision résolument “messy” des institutions d’enfermement, qui enchevêtrent des logiques qui se recoupent, laissant tout un espace entre les théories de l’institution et leurs actualisations concrètes dans les lieux. « Spatial ordering is limiting our imagination », entendait-on malgré tout, en fin de colloque.

De quoi le rapprochement des lieux nous éloigne-t-il (par-delà la singularité de chacun) ? Et de quoi nous rapproche-t-il aussi ? Question lancinante depuis Asiles de Goffman… Question qui rappelle combien le rapprochement permet de saisir l’effet d’amplification de l’enfermement. L’enfermement spectacularise les phénomènes, de manière dramatique pour les enfermés, et de manière peut-être analytiquement très profitable (soyons cyniques) pour les chercheurs. Le colloque a d’ailleurs permis de pointer, en creux, le peu de place laissé à l’analyse de la souffrance quand on monte en généralité ou quand on raffine l’analyse de l’espace d’enfermement.

Comme si le rapprochement des lieux pouvait dépolitiser, à notre insu, les processus d’enfermement. Pourquoi le caractère relationnel du pouvoir – thème incontournable si on ne veut pas priver l’enfermé de capacité d’action – nous fait si souvent oublier sa fondamentale asymétrie en ces lieux-là ? La géopolitique de la vulnérabilité, que Lauren Martin met en évidence pour le contrôle de l’immigration aux Etats-Unis, est une question politique autant qu’une question d’éthique de la recherche sur l’enfermement. Mais de quels moyens disposons-nous pour la soulever ? Quelle place donner à la souffrance, sans être pris dans les hiérarchisations victimaires qu’évoquait Andrew Jefferson ? Sans même parler des différences d’approches en terme de degré de politisation de l’analyse entre monde académique anglophone, plus volontiers critique et militant, et monde académique francophone, plus frileux peut-être.

L’approche du colloque, mettant à l’honneur la dimension spatiale de l’enfermement, montrait autant la richesse heuristique du questionnement spatial que les limites des raisonnements trop spatialistes des autorités qui enferment. D’un point de vue méthodologique, Sarah Curtis rappelait ainsi combien il était facile aux enquêtés de parler de l’espace physique des hôpitaux psychiatriques pour évoquer, in fine, le type de soin. Mais en même temps, l’espace invisibilise. La prison post-apartheid étudiée par Kelly Gillepsie soulignait combien ses concepteurs avaient pensé l’espace architectural pour ne pas penser complètement la peine de prison – prison inévitablement ségrégative, pointait Olivier Razac.

N’est-il pas dès lors illusoire de se réjouir de l’allègement de la surveillance entre les murs d’une Unité Hospitalière Spécialement Aménagée (« ici, c’est l’hôpital »), comme le rappelle Camille Lancelevée, quand cela se fait au prix d’un renforcement du dispositif technique de surveillance environnant, géré par l’Administration pénitentiaire ? Logique carcérale répétitive : ouvrir les espaces en les fermant mieux, dirait David Scheer. D’autant que le caractère hospitalier du dedans de l’Unité Hospitalière Spécialement Aménagée tend à lever l’inquiétude éthique des personnels, routinisant une urgence sanitaire encadrée par l’Administration pénitentiaire, voire laissant à penser que, finalement, la prison peut soigner.

Le cadre spatial de l’enfermement emprisonne le regard, rive les yeux sur le dedans. Ce qui fait toute l’urgence politique du décloisonnement scalaire (« the political urgency of the question of scale » pour reprendre l’expression de Kelly Gillepsie) : le dedans des lieux d’enfermement, comme le dehors que nous habitons, sont tous deux coproduits. André-Frédéric Hoyaux rappelle combien chaque situation est liée à un dispositif de contrôle, de placement de l’autre, de contrôle de l’assignation à un emplacement particulier. Cela invisibilise le contrôle social sans empêcher, dedans, l’ambition institutionnelle de tout voir, tout savoir, tout ordonner.

Qui plus est, l’espace matériel semble une réponse toujours disponible face aux vertiges du droit. Tant pour la rétention administrative des étrangers en instance d’éloignement que pour la rétention de sûreté faisant suite à une incarcération, Barbara Bauduin et Nicolas Fischer montrent ainsi comment l’espace (son agencement, les choix de localisation, comme la visibilité critique qu’il permet, donnant prise aux enquêtes indépendantes) va servir de réponse au caractère problématique d’une codification juridique n’allant pas de soi dans une démocratie (l’enfermement non pénal ou post-pénal, difficilement acceptable dans un Etat de droit). Travailler la matière spatiale devient ainsi outil de gouvernement. Outil loin d’être absolu ou infaillible, bien sûr, quand on réduit l’espace à un simple agencement matériel. Comme le disait Olivier Razac à propos des lieux psychiatriques, la sécurité technique a finalement des moyens limités pour une finalité illimitée : concilier sécurité parfaite des lieux et soin réussi.

Saisir l’enfermement comme un processus, les lieux comme des institutions en construction (ou en cours de délabrement ?) permet de croiser les dimensions spatiales et temporelles comme le rappelait Dominique Moran, et de ne pas figer le regard. Penser l’enfermement par le prisme de la mobilité, de la fluidité, de l’hybridation, de la complexité aussi (à l’image des femmes péruviennes enfermées chez elles, parce que gardiennes du foyer), est-ce un simple appel post-moderne craignant les réifications, ou une exigence de décentrer le regard et sortir des seuls lieux intra-muros pour essayer de cerner ce qui finalement nous entoure ?

Puissent ces quelques lignes, qui ne prétendent pas du tout à l’exhaustivité vu le nombre et la richesse des communications, appeler d’autres points de débat et d’autres questionnements. Dominique Moran a d’ailleurs déjà publié un billet sur le colloque sur son blog Carceral Geography (Reflections on the TerrFerme Colloque: Prisons, Paradoxes and Interpretation). Les  questions que pose l’enfermement au chercheur, au citoyen, au praticien, à l’enfermé, sont multiples et foisonnantes. Et les réponses n’en sont qu’à leur début. C’est bien la conviction de l’équipe TerrFerme.

 

 

Parution du numéro de Cultures et Conflits sur l’enfermement

couv CC 90« Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales », voici le titre du dossier de Cultures et Conflits qui vient de paraître sous la responsabilité scientifique de Mathilde Darley, Camille Lancelevée et Bénédicte Michalon.

Il publie une partie des actes du colloque international et pluridisciplinaire tenu à Berlin en décembre 2011 « Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement : circulations et transferts » initié par Mathilde Darley et Camille Lancelevée et co-organisé avec Falk Bretschneider, Bénédicte Michalon et Thomas Scheffer en partenariat avec l’Université Humboldt (Berlin), le Centre Marc Bloch (Berlin), le programme de recherche TerrFerme (ANR / Conseil Région d’Aquitaine), le CRIA (EHESS), l’IRIS (EHESS) et l’Université franco-allemande.

Retrouvez les billets du carnet sur ce colloque: l’appel à communication, le programme du colloque.

« Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales », Cultures et Conflits, n°90, été 2013.