Habiter l’enfermement?

camp Malte c schmoll dec 2013_2Le Festival International de Géographie 2014 de Saint-Dié-des-Vosges s’intéresse à l’enfermement. La question de l’habiter, thématique centrale du festival cette année, sera relue par les lieux d’enfermement : est-il possible d’habiter un espace lorsque l’on est placé dans un rapport de force dissymétrique et limité géographiquement par une clôture ? A travers différents cas d’étude (France, Malte, Roumanie, Italie), les conférences s’attacheront à montrer comment l’habiter se décline dans des contextes de contraintes spatiales, corporelles et policières : la prison, le centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire, le centre pour demandeurs d’asile, et, par le biais d’un film documentaire, le Goulag.

Samedi 4 octobre, Conf 10 h 15 à 11 h. Lycée Jules-Ferry, amphithéâtre
Conférence «9m² pour deux. Habiter une prison» par Olivier Milhaud, Université de Paris Sorbonne.

L’objectif de cette conférence sur la thématique annuelle est d’explorer les dimensions de l’habiter dans une situation d’enfermement, c’est-à-dire de réduction d’espace, de contraintes spatiales, et de logement non choisi. A partir d’un travail empirique dans plusieurs maisons d’arrêt françaises (matériau accumulé lors d’une thèse de doctorat soutenue en 2009), on montrera dans quelles conditions sont appropriées les cellules (nettoyage pour en faire un espace propre à soi, partage de l’espace avec le codétenu, conflits récurrents pour la télé ou la propreté), occupés les espaces communs (articuler emploi du temps et emploi des lieux pour fréquenter ou au contraire fuir les parloirs, les promenades, les ateliers) et opérées les circulations d’un lieu à l’autre entre quatre murs (passer du temps hors de cellule permet d’accéder à des ressources cruciales en situation d’enfermement, à condition d’attendre entre les grilles et de savoir négocier des marges de manœuvre). La conférence sera autant une plongée dans l’univers carcéral français qu’une réflexion sur l’habiter en termes de territorialités, de micro-échelles et de violence.

Samedi 4 octobre, Conf 14 h 15 à 15 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter et cohabiter en prison : de la cellule à l’extérieur», par Lucie Bony, Université Paris Val de Seine, et Lionel Bolmont, docteur en philosophie, ex détenu.

Cette conférence propose une analyse des déterminants de l’habiter carcéral. Celui-ci sera appréhendé à trois échelles (la cellule, les espaces de circulation et d’activité, l’extérieur de la prison). A partir de données recueillies par entretien et par observation dans une maison d’arrêt de région parisienne en 2011, il s’agit de montrer que l’habiter carcéral est une construction sociale. Au-delà de la contrainte exercée par le cadre architectural et règlementaire du contexte carcéral, les manières d’habiter et de cohabiter en prison varient en effet selon les caractéristiques sociales des détenus, leurs réseaux relationnel en détention et à l’extérieur, la position de l’incarcération dans leur cycle de vie et leurs expériences résidentielles passées. Cette conférence s’attache finalement à montrer que l’habiter carcéral relève des mêmes logiques sociales et spatiales que l’habiter dans d’autres contextes résidentiels mais que celles-ci y sont exacerbées.

Samedi 4 octobre, Conf 17 h 15 à 18 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter des espaces contraints : l’enfermement des étrangers aux marges de l’Europe», avec Bénédicte Michalon, CNRS, UMR ADESS, Camille Schmoll, Université de Paris 7 Denis Diderot, et Nathalie Bernardie-Tahir, Université de Limoges.

Cette conférence portera sur l’habiter dans des espaces contraints, et plus précisément en centre pour demandeurs d’asile et en centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire. A partir d’enquêtes menées dans trois pays situés aux marges de l’Europe (Malte, Roumanie, Italie), il s’agira de discuter l’idée selon laquelle l’appropriation de l’espace est possible dans les lieux d’enfermement, mais toujours soumise au contrôle. L’habiter y est temporaire, bricolé, précaire. En effet, les lieux d’enfermement font l’objet de micropolitiques destinées à contrôler en permanence ce qui se déroule en leur sein et à empêcher, ou tout du moins à limiter fortement l’appropriation des espaces par ceux qui sont enfermés. Si ces micropolitiques concernent toutes celles et ceux qui sont placés en un établissement donné à un moment donné, le vécu de l’enfermement n’est pas le même pour tout le monde. L’habiter contraint connait des variations en fonction de lignes de catégorisation ethniques, de genre, de statuts juridiques, etc. En dépit du fort contrôle auquel les lieux de confinement sont soumis, des marges de manœuvre existent qui permettent aux étrangers de se ménager une parcelle d’intimité, afin de se préserver de l’institution. L’habiter « enfermé » se déploie notamment dans un dépassement de la clôture et dans une dialectique isolement/relations à l’extérieur. Au final, c’est toute la charge politique de cet habiter qui émerge : il contribue à transformer l’étranger, le migrant, en « enfermé » soumis à la puissance publique.

Samedi 4 octobre, Ciné 16 h, Espace Georges-Sadoul, salle Excelsior
Projection du film «Solovki : la bibliothèque disparue». Séance unique en présence de l’écrivain Olivier Rolin.
Un film de Élisabeth Kapnist, Olivier Rolin. 2014 – France – 54 minutes – HD.

Le camp des îles Solovki, au milieu de la Mer Blanche, fut le laboratoire d’où sortit « L’Archipel du Goulag ». Intellectuels, artistes, membres de l’ancienne aristocratie, les déportés firent que ce lieu d’esclavage et de mort fut aussi paradoxalement un lieu de culture.
Ce film, –voyage à travers les paysages, l’histoire et la littérature russes– est une enquête menée par l’écrivain Olivier Rolin sur le destin de la bibliothèque du camp qui compta jusqu’à 30 000 volumes.

Le programme du FIG 2014 est accessible sur : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/images/programme.pdf

Crédits photographiques : Camille Schmoll, centre de demandeurs d’asile Hal Far à Malte, décembre 2013.

 

Vient de paraître

Natures_Memoires L’ouvrage Natures, miroirs des hommes? vient de paraître sous la direction de Sophie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot et Antoine Da Lage chez L’Harmattan, collection Géographie et Cultures. Olivier Milhaud y a rédigé le chapitre « Enfermés entre quatre murs : les besoins de nature des détenus ».

En voici le résumé:

L’incarcération n’est pas seulement une privation de liberté. Elle est aussi une privation de « nature », si l’on réduit ce mot à sa définition minimale du règne animal et végétal, au vivant non-humain. L’architecture carcérale, ultra-fonctionnaliste, et les contraintes sécuritaires expliquent cette absence de nature végétale. De l’extérieur, le mur d’enceinte manifeste de manière éclatante ce règne du minéral. A l’intérieur, les détenus s’accrochent à toute trace de végétal et d’animalité. Le moindre pigeon ou la moindre plante permet une sortie du cadre carcéral, le rappel d’une temporalité non pénitentiaire, marquée par les saisons, l’évidence d’une mobilité animale par-delà les murs, et donc un effacement en quelque sorte de la peine et de la privation de nature que semble imposer l’incarcération. Alors que les architectes de prison essaient de réintroduire des parterres gazonnés ou de la végétation basse entre les murs, alors que des projets de jardin en prison se développent, pourquoi donc tant de détenus tiennent à s’asseoir dans l’herbe, embrasser un arbre, ou voir la mer, au moment de leur sortie de prison? C’est la même réduction d’une nature à la fois essentielle et minimale – ce qui n’est pas humain mais permet de le devenir – qui guide les expériences de zoothérapie en prison. Derrière une conception qui pourrait paraître minimaliste de la nature (réduite à du végétal ou de l’animal), se cache toute une profondeur vitale des besoins de nature.

Milhaud, Olivier. Enfermés entre quatre murs : les besoins de nature des détenus. In Sophie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot et Antoine Da Lage (Dir.) Natures, miroirs des hommes?. Paris : L’Harmattan, 2014, p. 317-328 ( Géographie et Cultures).

 

Un article de Mathilde Darley dans la revue « Sociétés contemporaines »

Ashgate_LogoMathilde Darley publie « Les coulisses de la nation : Assignations genrées et racialisées dans les pratiques d’assistance aux étrangers en situation irrégulière » dans Sociétés contemporaines, n° 94, 2014, p. 19-39.

Cet article propose, à partir d’observations ethnographiques et d’entretiens réalisés dans un centre de rétention allemand ne prévoyant pas d’assistance juridique professionnelle et systématique, d’interroger les logiques selon lesquelles les aumôniers catholiques et protestants endossant de facto le rôle de conseillers mobilisent ou non la ressource juridique. L’enquête met ainsi en lumière le rôle des assignations de genre liées à la relation conjugale (hétérosexuelle) et à la figure maternelle, mais aussi l’incidence de représentations racialisées des rapports sociaux de sexe sur l’émergence de figures tutélaires de la « victime » à défendre en rétention et, partant, sur les pratiques quotidiennes de qualification des retenus pour une assistance juridique. Loin toutefois de penser ces assignations comme endogènes à la profession religieuse en rétention, l’article questionne leur inscription dans un régime institutionnel plus large de contrôle migratoire contribuant à tracer les frontières de la nation.