Le bon, la brute et le migrant

sociologie_du_travailMathilde Darley publie « Le bon, la brute et le migrant ? Le rôle négocié des acteurs religieux dans un dispositif policier d’enfermement des étrangers en Allemagne » dans Sociologie du travail, Volume 56, Issue 4, October–December 2014, Pages 472–492.

Résumé:

Contrairement au modèle français, le centre allemand de rétention d’étrangers en situation irrégulière étudié ici ne prévoit pas d’autre intervention extérieure que celle des aumôniers. Leur champ d’action déborde cependant largement le cadre de l’assistance spirituelle pour inclure la défense des droits des étrangers retenus et la contestation politique du dispositif d’enfermement. Le huis clos de la rétention met ainsi en scène deux groupes professionnels, aumôniers et policiers, aux objectifs a priori inconciliables. Tout en éclairant les origines de cette cohabitation singulière, j’analyserai ici ce que l’intervention d’acteurs religieux dans un dispositif étatique de contrainte fait à la construction, par chaque famille d’acteurs, de sa légitimité professionnelle, et aux pratiques d’assistance et de contrôle qui en découlent.

L’Atlas global, pour voir le monde autrement

atlas_global_arton3972Olivier Milhaud (TerrFerme) a participé à l’Atlas global (s.d. Christian Grataloup, Gilles Fumey, Patrick Boucheron, Les Arènes, 2014) en publiant une carte « Derrière les barreaux » et en interrogeant les énormes écarts de taux d’incarcération sur la planète. Le texte oppose aux systèmes concentrationnaires (notamment le record américain du nombre de détenus par milliers d’habitants) des pays incarcérant comparativement si peu leurs citoyens (Inde, Japon, etc.), et cherche les logiques explicatives derrière ces si fortes variations.

« L’Atlas global est un essai en images, conçu par une équipe de vingt-six historiens et géographes de renom. En soixante cartes et infographies inédites, ils nous racontent comment l’Occident s’est vu (parfois à tort) au centre du monde et pourquoi, au tournant du xxie siècle, les cartes du pouvoir ont été rebattues.

Un autre monde émerge sous nos yeux, largement désoccidentalisé. La beauté, le bonheur, les prisons, le sport, les déchets, les virus, les habitudes alimentaires, la vieillesse, le climat… on peut tout cartographier. « 

 

De l’usage contestataire des cartes

logo_GranitOlivier Clochard (UMR MIGRINTER, membre de TerrFerme) et Nicolas Lambert (UMS RIATE) participeront au séminaire du GRANIT 12 décembre intitulé « De l’usage contestataire des cartes ».

Leur intervention (« Des données de l’enfermement à la Cartographie radicale ») présentera le travail fait autour de deux outils de diffusion de l’information cartographique sur les lieux d’enfermement des étrangers, réalisés dans le cadre du réseau militant Migreurop : l’Atlas des migrations en Europe, paru en 2009 et actualisé en 2010, sorti en 2013 dans sa version anglaise ; et du site participatif closethecamps : une cartographie pour dénoncer l’enfermement des étranger-e-s en Europe et au-delà.

Plus d’informations sur la journée sur : http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1272