From poor neighbourhoods to prison. Daily social relationships and Cameroon State regulation in Yaoundé

Crédits: Stéphanie Fer, 2010.

Crédits: Stéphanie Fer, Yaoundé, 2010. 

Marie Morelle will participate to the Conference – The Stuck, the Mobile and the Dislocated: Reflections on Life in Ghettos, Slums, Camps and Prisons. This Conference will take place at Aalborg University’s Copenhagen Campus between October 30 and November 1, 2013.

Abstract of her talk: « From poor neighbourhoods to prison. Daily social relationships and Cameroon State regulation in Yaoundé »

For the inmates of the Yaounde Central Prison, carceral space is divided into the Bottom and the Top of the prison. The Bottom, usually overcrowded, is devoted to working class individuals, especially second offenders and serious criminals. The inmates often originate from the poorest neighborhoods of the city. In the prison as in the city, these people learn on a daily basis how to negotiate with the State, through its officers (policemen, magistrates and guards). In a dissymmetric power relationship, they develop informal strategies to survive, marking both their life in the city and in the prison.

This paper draws from the case of the urban experiences of the cannabis dealers in order to analyze the continuum from the city to the prison. It will study the possible relationships to the State of people in a situation of domination, how they in turn use submission, passive obedience, intrumentalisation or resistance. At the same time, the State uses violence, coercion and corruption to regulate social relationships, on the one hand, and to neutralize the claims of the poorest, on the other, in an authoritarian context.

The paper draws from fielwork undertaken in the Yaounde Central Prison, in 2010 and 2011, as well as in a poor neighborhood of Yaoundé in 2013. The fieldwork was based on interviews and field observations with cannabis dealers.

Résumé: « Des quartiers populaires à la prison. Comment l’Etat gère au quotidien les rapports sociaux dans la ville de Yaoundé « 

Pour les détenus de la prison centrale de Yaoundé, leur espace de détention se divise grossièrement en deux entités : le “Haut” et le “Bas”. Sans surprise, le “Bas” rassemble principalement les quartiers les plus surpeuplés, accueillant les prisonniers les plus démunis. Ces derniers sont d’ailleurs originaires des quartiers populaires de la capitale camerounaise, à l’image d’autres espaces carcéraux à travers le monde. En prison comme dans les quartiers de Yaoundé, ces individus vont devoir apprendre à négocier avec des agents de l’Etat (police, magistrats, gardiens) dans le cadre d’une relation de pouvoir asymétrique, la capacité à vivre et à mener diverses petites activités informelles ou illégales.

L’intervention prendra pour exemple l’itinéraire urbain de dealers de cannabis afin de démontrer le continuum du quartier à la prison. L’objectif est de saisir la manière dont se construit un certain rapport à l’Etat, en situation de dominés, entre assujettissement, négociation et résistance. Comment, dans le même temps, cet Etat joue de la coercition et de la violence d’une part, de la corruption et du clientélisme d’autre part pour réguler les rapports sociaux en ville et pour neutraliser les populations les plus pauvres et leurs éventuelles revendications, en régime autoritaire.

L’intervention s’appuiera sur des enquêtes menées dans la prison centrale de Yaoundé en 2010 et 2011 et, en 2013, l’amorce de nouvelles enquêtes auprès des revendeurs de cannabis d’un quartier populaire de la capitale camerounaise.

 

La prison centrale de Yaoundé : l’espace au coeur d’un dispositif de pouvoir

logo_armand_colinMarie Morelle a publié un article dans le dernier numéro des Annales de Géographie, des éditions Armand Colin:

« La prison centrale de Yaoundé : l’espace au coeur d’un dispositif de pouvoir » Annales de Géographie, n°691, juin 2013, pp. 332-356.

Cet article traite du fonctionnement interne de la prison centrale de Yaoundé (Cameroun). Construite en 1968 pour accueillir 1 000 prisonniers, celle-ci abrite environ 4 000 détenus, répartis de manière très inégalitaire. De tels effectifs influent sur les processus de contrôle de l’espace carcéral. On constate l’émergence d’une gestion de la prison fondée sur une double hiérarchie dans le travail de surveillance : les gardiens exercent leur contrôle sur les détenus tout en déléguant une partie de cette tâche à certains prisonniers. Selon un système de don-contre-don, des détenus accèdent ainsi à de relatifs privilèges durant leur incarcération. Ils surveillent des espaces et des seuils au sein de la prison : ils en tirent une rente et un statut. D’autres prisonniers encore ont recours à la corruption des agents de l’administration pénitentiaire. Des logiques informelles de régulation et de pacification de l’espace carcéral côtoient ainsi des pratiques plus formelles. Ensemble, elles produisent un dispositif de pouvoir, garant du maintien de l’ordre en prison. Cet article étudie les rapports de pouvoir entre les personnels de l’Administration pénitentiaire et les détenus d’une part, et entre les détenus d’autre part, dans leur dimension spatiale, en étudiant en particulier les circulations internes à la prison centrale de Yaoundé.

Power, Control and Money in Prison : the case of the Yaounde Central Prison

Abstract of the  paper presented by Marie Morelle at the Association of American Geographers Annual meeting as part of the Paper Session: Mobilities, Borders, and Confinement III: Place and Fixity (scheduled on Friday, 4/15/2011 at 14:40 PM. Washington State Convention Center Level 6, Seattle, Washington) :

Power, Control and Money in Prison : the case of the Yaounde Central Prison

This paper aims at analysing the interactions between inmates and the penitentiary authorities, in a carceral situation, from a spatial point of view. It focuses especially on internal mobilities, in the Central Prison of Yaounde. It draws from fielwork undertaken in the Yaounde Central Prison, in April and July 2010. The fieldwork was based on enquiries and on observations.

The Yaounde Central Prison (known as « Kondengui ») is overcrowded : it was built in 1968 for 800 to 1 000 inmates, according to the differents sources. It now hosts between 3 000 and 4 000 of them. This overcrowding acts upon the appropriation of space and the power structures at the level of the prison, in a context where the prisoners are unevenly divided into the 13 districts of Kondengui. How does the right to circulate inside the prison and even to have access to a bed, to a cell, to a district is guaranted inside the prison ?

The formal prison organization cannot be opposed in a binary way to the inmates’ resistances to spatial and temporal constraints. Some prisoners are neither subjected to nor entirely resisting the carceral order (of the guards as well as of the penitentiary authorities). They negociate a place to live. These kinds of negociations produce a secure (money, access to different places, etc.).

This paper therefore proposes a microgeography of the carceral space to understand the power relationships in a context of confinement.

Circulations carcérales

Olivier Milhaud et Marie Morelle participent au Colloque « L’architecture carcérale : Des mots et des murs » qui a lieu du 1er décembre 2010 au 3 décembre 2010 à l’ENAP (Ecole nationale d’administration pénitentiaire, Agen).

Leur communication porte sur les « Circulations carcérales: entre contraintes et détournements des logiques architecturales. Regards croisés à partir de l’étude d’une prison centrale camerounaise et de maisons d’arrêt françaises ».

Résumé : Cette intervention s’intéresse à la prison habitée et au rapport qui existe entre détenus et espace carcéral. Elle propose d’analyser le vécu de détenus incarcérés dans une prison camerounaise (Yaoundé) et dans des maisons d’arrêt françaises.

Les établissements étudiés présentent quelques traits architecturaux communs largement issus d’une filiation directe des prisons camerounaises avec celles de France. Aujourd’hui, on y retrouve a minima le souci de séparer, de classer et de surveiller, et ce par le biais du contrôle des allées et venues des détenus d’une part et de leur emploi du temps d’autre part. La double logique de séparation spatiale et de concentration de population entraîne inévitablement un conflit entre contraintes matérielles et usages de l’espace. Afin de saisir le vécu des détenus en lien avec les architectures carcérales sans tomber dans une simple description des lieux, nous souhaitons mettre l’accent sur les circulations internes aux établissements pénitentiaires étudiés. Ces contraintes architecturales et ces circulations carcérales ont été appréhendées par le biais d’observations sur le terrain et d’entretiens auprès de détenus, de personnels et d’architectes de prison.

La capacité de mouvement des détenus est a priori contrainte par l’architecture, même si la logique séparatrice est plus forte en France qu’au Cameroun. Comment cela est-il vécu dans les deux contextes ? Dans quelle mesure est-il éventuellement possible de dépasser ces entraves à une relative mobilité ? Au jour le jour, des prisonniers développent des adaptations voire des stratégies de détournement de ces contraintes, en particulier dans des contextes de surpopulation carcérale plus ou moins marquée.

Outre ces questions de contraintes formelles et de pratiques informelles, une autre question émerge par-delà des analyses des adaptations secondaires dans la lignée de Goffman. En effet, certains détenus, en lien avec l’administration pénitentiaire, peuvent participer de ce contrôle des mobilités. Ils y gagnent une forme de liberté de circulation mais surtout un pouvoir sur d’autres détenus. Paradoxalement, ils renforcent alors les contraintes physiques et morales s’exerçant déjà sur ces derniers.

Temporalités de la prison

Lors du Congrès des études africaines en France qui s’est tenu à Bordeaux les 6, 7 et 8 septembre derniers, Marie Morelle a coordonné avec Amandine Spire un des ateliers « Glissements de terrain », organisés par le Gecko :

Glissements de terrain 5 : bascules et glissements temporels sur le terrain, sur le thème  « Faire son temps »  : les temporalités de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé (Cameroun).

En voici la présentation :

Les travaux scientifiques sur l’espace carcéral en Afrique subsaharienne s’avèrent peu fréquents. Quelques historiens ont pu retracer et croiser l’histoire de la prison avec celle de la colonisation. Les médecins ont vu en elle un espace propice à des études épidémiologiques. Cependant, la prison, en Afrique, reste largement appréhendée à travers la presse, le roman, le témoignage de quelques grandes figures politiques. Elle est avant tout un objet d’étude et d’action des organisations internationales et non gouvernementales.

Espace faiblement étudié, la prison est un espace oublié où, au Cameroun par exemple, les prévenus dépassent en nombre les condamnés, dans l’espoir d’un hypothétique procès. L’attente est inhérente à l’univers carcéral. Le temps s’écoule lentement : celui de « la préventive », celui de la peine. Il est continuité mais aussi succession de moments. Ceux-ci sont au fondement d’un système de contrôle institutionnel comme de tactiques de résistances et de contournements. Comprendre le fonctionnement d’un espace fermé, qui plus est marqué par la surpopulation, implique de saisir les temporalités qui le figent autant qu’elles le modulent.

Juillet 2010, Yaoundé

De Marie Morelle :

Yaoundé, Cameroun

Ma nouvelle mission au Cameroun a effacé certaines de mes appréhensions. A dire vrai, je ne sais plus où mener mes recherches tant la parole d’acteurs et d’individus se révèle intéressante. Bien sûr, il y a celle des prisonniers : prévenus, détenus, hommes, femmes et mineurs, incarcérés dans différents espaces de « Kondengui ». Mais celle des gardiens et gardiennes serait également importante. Sans compter la nécessité d’entretiens avec leurs supérieurs et la multitude d’intervenants extérieurs (avocats, ONG locale, étrangère et ordres religieux).
Je ne souhaite pas me disperser et j’ai donc pris pour habitude de m’asseoir dans le quartier des Condamnés à mort (la peine capitale existe toujours mais de fait, elle est transformée en peine perpétuelle). Là-bas, les détenus ont droit à une cellule individuelle (parfois partagée à deux) dans un quartier en retrait où ils ne sont qu’une vingtaine. Tout y est plus calme et plus propre. Et cela n’empêche guère d’autres rencontres. J’observe aussi les va-et-vient dans la cour et au fil des jours, découvre le rythme de la vie carcérale : les visites des familles, les départs au tribunal… Les entretiens et les observations m’informent autant qu’ils stimulent de nouveaux questionnements sur les parcours judiciaires, sur les différences potentielles entre prisons urbaines et prisons rurales… Ce qui me frappe par-dessus tout est le temps, finalement, que les détenus me consacrent ; sans limite tant leurs jours ne passent pas.

Crédits photographiques : Marie Morelle

Avril 2010, Yaoundé

De Marie Morelle :

Je suis retournée au Cameroun après 3 ans d’absence. Mon objectif de ces 10 jours de mission était d’obtenir une autorisation du Secrétariat d’Etat à l’Administration pénitentiaire pour mener des recherches dans la prison centrale de Yaoundé, dite « Kondengui », la grande prison de la capitale camerounaise. En quelques jours à peine, grâce à de précieuses rencontres, j’ai obtenu le sésame me donnant accès à « Kondengui » pour l’année 2010. Dans le même temps, je reprends contact avec l’une des rares associations intervenant en prison ainsi que les responsables d’un programme Cameroun-Union européenne portant sur l’amélioration des conditions de détention.

Cependant, munie de mon autorisation, l’essentiel pour moi est de revenir à « Kondengui ». J’en connaissais la cour principale et le Quartier-mineur, j’étais déjà restée au seuil de quelques autres quartiers pénitentiaires, celui pour femme et quelques uns pour hommes. Me croyant préparée, j’entre à « Kondengui », décidée à en parcourir les moindres recoins. Bien m’en a pris. Il faudra sans nul doute du temps pour trouver les éventuels espaces propices à quelques entretiens. Ma présence est loin d’être discrète. J’ai senti le regard (le contrôle ?) de certains détenus qui sans nul doute décident, au moins dans une certaine mesure, des allées et venues au sein de l’espace carcéral. Je ne suis pas nécessairement attendue. D’autres espèrent de moi une aide financière. Je suis prise à partie de toutes parts, « au mieux » ignorée. Et renvoyée largement à mon identité de femme, pas toujours de manière très flatteuse. Je ne sais pas non plus comment rencontrer les surveillant-e-s. Je ne suis pas certaine d’avoir tout simplement le temps de prendre le temps, avec chacun, temps si précieux pour une recherche mais toujours plus rare et fragmenté aujourd’hui dans la vie d’un enseignant-chercheur. Ma nouvelle mission va démarrer le 5 juillet, j’espère jongler entre observations in situ et entretiens auprès d’anciens détenus. Certains d’entre eux m’ont déjà appris beaucoup de leur expérience carcérale comme de leurs itinéraires les ayant conduit à « Kondengui ».

A suivre.


Afficher Kondengui sur une carte plus grande
Prison de Kondengui, Yaoundé, Cameroun

Crédits cartographiques : Repérages Olivier Pissoat et Julie Pierson – UMR ADES

Les terrains de TerrFerme

Cette carte fait apparaître la répartition des terrains prévus dans le cadre du projet TerrFerme en fonction de trois types de lieux (prisons, centres de rétention et logements contraints) et des chercheurs impliqués.

terrains-et-lieux-terrferme_02_blog_51

Crédits cartographiques : Olivier Pissoat.