Enfermement et catégorisations

Critique_Internationale_072_L204Vient de paraître :  « Enfermement et catégorisations », un numéro de la revue Critique Internationale (2016/3 N° 72) coordonné par Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon.

Au nom du maintien de la paix et d’une organisation efficace de la vie entre les murs au quotidien, l’enfermement s’accompagne de processus de classement des individus par le genre, l’ethnicité et la religion. Il convient d’examiner ce que l’enfermement fait à ces processus de catégorisation et, réciproquement, comment les logiques de classification sont transformées, mises à mal ou au contraire renforcées en situations de réclusion, situations dans lesquelles la possibilité d’identifier, de classer et de nommer apparaît comme un véritable outil de gestion des relations sociales et rencontre finalement peu de résistances. Envisagées dans leurs ressorts concrets, les catégorisations sont ici analysées comme des procédures disciplinaires et normatives, contribuant aux rapports de pouvoir en établissement pénitentiaire comme dans les lieux d’enfermement des étrangers.

Ce numéro publie quelques-unes des contributions au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches » organisé par l’équipe TerrFerme à Pessac en octobre 2013.

Au sommaire :

Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé, « L’ethnicité, la religion et le genre dans les institutions d’enfermement : processus et effets de catégorisation »

Aurore Mottet, « Répartition et circulation : les enjeux de la catégorisation dans le camp de Choucha (Tunisie) »

Louise Tassin, « Les frontières de la rétention : genre et ethnicité dans le contrôle des étrangers en instance d’expulsion »

Claire de Galembert, « Le « radical », une nouvelle figure de dangerosité carcérale aux contours flous »

Irene Becci, Mohammed Khalid Rhazzali, Valentina Schiavinato, « Appréhension et expérience de la pluralité religieuse dans les prisons en Suisse et en Italie : une approche par l’ethnographie »

Une interview à propos du dossier est également disponible ici : http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/enfermement-et-categorisations

 

 

Participation au colloque international « Un paysage global de camps »

cite_architecture Olivier Clochard et Tristan Bruslé participent au colloque international « Un paysage global de camps », qui a lieu à la Cité de l’architecture & du patrimoine à Paris les 22, 23 et 24 octobre.

Ils y débattront des chapitres qu’ils ont rédigé pour l’ouvrage « Un Monde de Camps », dirigé par Michel Agier (avec la collaboration de Clara Lecadet) et publié aux éditions La Découverte.

Olivier Clochard présentera, à partir d’enquêtes effectuées à Chypre, un chapitre (« Kofinou (Chypre). Du confinement à la mise au travail des demandeurs d’asile ») destiné à décrire le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile, les mesures de surveillance mises en place par les autorités chypriotes, et la manière dont ces dernières peuvent être ou non ressenties par les étrangers. Puis, dans un second temps, il s’agira d’envisager dans quelle mesure certaines activités de l’économie informelle de la région de Kofinou s’appuient sur la présence de ce camp « ouvert » articulant diverses formes de mobilité plus ou moins nouvelles et de mise au travail des étrangers.

Dans un texte intitulé « Qatar. Vie quotidienne et intimité dans un camp de travailleurs migrants », Tristan Bruslé s’est intéressé à la manière dont les travailleurs migrants s’approprient leur espace de vie contrainte. Entre routines quotidiennes, travail et ennui, les hommes tentent de se créer des parcelles d’intimité dans des dortoirs où l’entassement le dispute à l’inconfort.

 

Communications de Terrferme au colloque « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche »

Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon participeront au colloque interdisciplinaire organisé par le laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, les 20-21 septembre 2012, et qui a pour thème « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche ? ».

Tristan Bruslé y fera une communication sur Loger pour exclure. Le labour camp, espace rouage d’un système de domination des migrants peu qualifiés dans le Golfe arabique (exemples au Qatar), dont voici le résumé:

Les millions de travailleurs migrants peu qualifiés établis temporairement dans les pays du Golfe sont pris dans un système de domination et d’exclusion à plusieurs échelles dont le logement forme la base spatiale. Le système du sponsorship, en encadrant l’importation de main-d’œuvre, constitue le cadre légal en dehors duquel aucun « travailleur invité » ne peut agir. Il représente la délégation par l’État au secteur privé du contrôle des mouvements des travailleurs. Dépendants entièrement de leur sponsor pour leur travail, la majeure partie des migrants peu qualifiés le sont aussi pour leur logement. Les zones industrielles, espaces de relégation situés loin des villes, regroupent à la fois des industries polluantes, des entrepôts, des ateliers mécaniques et les logements des migrants (labour camps). La stigmatisation spatiale dont elles souffrent et dont témoigne leur absence d’entretien, correspond à une politique de facto de mise à l’écart et de cantonnement des migrants peu qualifiés, loin  des espaces centraux. Elles symbolisent aussi la crainte des populations locales vis-à-vis de la catégorie « célibataire sud-asiatique », assimilée à une classe dangereuse. D’où la nécessité ressentie d’exclure les migrants, grâce au logement en particulier.

Les labour camps, un mode d’hébergement des travailleurs importé par les compagnies pétrolières américaines selon une logique de ségrégation raciale (Vitalis), sont ainsi la pierre angulaire de l’invisibilisation des travailleurs. Espaces à l’architecture hyperfonctionnelle où l’entassement le dispute à la rusticité, ils sont les lieux où les travailleurs passent la majorité de leur temps hors du travail. Espaces où la parole du migrant est peu entendue, ils sont un rouage d’un système de domination où les relations de pouvoir sont totalement asymétriques et les termes d’une possible négociation réduits à la portion congrue. Le dénuement des migrants dans la sphère publique est quasi-total et ressenti comme tel par les travailleurs d’autant plus que la domination par l’espace se fait non seulement des les zones industrielles mais aussi par la difficulté et/ou l’interdiction de fréquenter certains lieux, à certains moments. La position subalterne du sujet migrant lui est rappelée sur son lieu de vie et à chacun de ses déplacements.

La communication de Bénédicte Michalon portera sur L’espace au cœur des rapports de pouvoir entre institutions et enfermés dans les centres de rétention pour étrangers (L’exemple de la Roumanie). En voici le résumé:

La présente communication aborde le rôle de l’espace dans l’enfermement des étrangers dans les politiques de contrôle des migrations internationales, à partir du cas de la Roumanie. Quelle place tient donc l’espace dans les rapports de pouvoir dissymétriques qui sont établis entre l’institution enfermante ou ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés ? Il s’agit plus spécifiquement de montrer que le dispositif repose sur la combinaison de deux régimes spatiaux de contrôle et d’instrumentalisation, qui se déclinent à plusieurs échelles.

La rétention repose d’abord sur un contrôle de l’espace en lui-même. Celui-ci passe par un principe de séparation, qui se matérialise par l’enfermement dans des centres ad hoc, clôturés et soumis à des techniques et pratiques de surveillance poussées. Il se manifeste également dans l’architecture interne de ces centres, marquée par de multiples seuils. La rétention fonctionne en second lieu grâce à un contrôle des pratiques spatiales, ici faites de mobilité. A l’intérieur des centres, le contrôle des déplacements des retenus est un enjeu majeur : les centres de rétention sont les lieux d’une gestion rationnelle des mobilités et des stationnements. La vocation de la rétention est d’intervenir sur les trajectoires migratoires – par l’arrêt des étrangers en situation irrégulière et leur expulsion vers un pays tiers ou leur pays d’origine ; il y a là une autre modalité d’action sur les pratiques de l’espace. Le placement en rétention n’est enfin pas synonyme d’immobilisation définitive ; il s’accompagne en effets de déplacements organisés par l’institution, sur lesquels le retenu n’a pas de pouvoir décisionnel, à vocation procédurale ou punitive. La mobilité peut donc être un outil de contrôle aux mains du pouvoir.

« Qatar is like a jail ». Daily life in a Nepalese migrant labor camp and the inmate metaphor

Communication de Tristan Bruslé dans le cadre du colloque Rethinking the Himalaya: The Indo-Tibetan Interface and Beyond, Minneapolis, 28-30 octobre 2011.

Nepalese migrants in the Gulf countries number between 1.2 and 2 million. Their living space extends far beyond the traditional pattern of Nepalese migrations to India but at the same time, locally, they shrink to set places due to the policy implemented by the State of Qatar. Since, for the most part, they belong to the working class diaspora, they are housed in labor camps, a model predominant in accommodating millions of “guest workers” in the Gulf States. As “neo-liberal spaces” (Marsden), labor camps combine the need both for global companies to have flexible, on-the-spot manpower hired on a short-term contract (the sponsorship system fits these objectives perfectly) and for the host countries to try and settle the demographic imbalance on the labor market without having to address any integration issues. In a world described as more and more fluid and open to circulation, labor camps are nonetheless spaces of confinement and exclusion. In Qatar they are part of highly segregated urban planning (Nagy), of which Nepalese migrants suffer the discriminatory nature.

In this paper I focus on the materiality and representations of daily life inside a labor camp and on the inmate metaphor used by workers to describe their own status. I analyze the use of places and the pace of camp life. The use of the word “jail” (jelkhana) to portray their own lives becomes apparent in the migrant’s discourse. I show how such statements are formulated and how people live and describe their lives in such a constrained environment. As a word whose meaning is not usually applied to this category of people, I show how it corresponds to the creation of a self “set apart” category. “Jail” should not only be understood as a closed place but should be seen as a metaphor for a set of constraints felt by migrants: the obligation to leave home, to take out a loan, to reimburse it, to work and never to change jobs, to live in a camp and so forth.

Télécharger la présentation de cette communication.

Testing the confinement concept via the case study of female Moroccan farmworkers in Huelva (Spain)

Abstract of the paper presented by Djemila Zeneidi at the Association of American Geographers Annual meeting as part of the Paper Session: Mobilities, Borders, and Confinement II: Mobility and Exclusion (scheduled on Friday, 4/15/2011 at 12:40 PM. Washington State Convention Center Level 6, Seattle, Washington) :

Testing the confinement concept via the case study of female Moroccan farmworkers in Huelva (Spain)

The present proposal focuses on the situation of female Moroccan farmworkers recruited to work in the Huelva (Spain) strawberry production sector. We would like to put the concept of confinement to the test for this case. Constraints on everyday movements, and processes of isolation and relegation mark the housing conditions of these women who are recruited within the framework of contratos en origen. This means that both the recruitment process and the signing of temporary work contracts take place in Morocco, and that those recruited – married women with young children – undertake to return there. In Spain, the province of Huelva, which has become a laboratory for this type of utilitarian, seasonal-work migration, benefits from  specially targeted EU financial measures. The women are housed either in the workplace – the campo, in endogenous terminology – or in immigrant workers’ hostels. These places speak volumes about the particular way in which the female Moroccan migrants are constructed as a specific category of foreigners, as potential candidates for illegal migration, and as a category whose mobility is subject to control. This emerges from an in-depth enquiry, in both Morocco and Spain, embracing the various institutional actors and women concerned.

Publications dans le Monde diplomatique

A lire : l’article du Monde diplomatique du mois de juin 2010 de Alain Morice et Claire Rodier Comment l’Union européenne enferme ses voisins (p16-17), pour lequel Olivier Clochard, membre de TerrFerme, a réalisé la cartographie avec Philippe Rekacewicz.

Voir un extrait de l’article.

Olivier Clochard vient également de publier un billet sur le blog Visions cartographiques (un des blogs du Monde diplomatique) : Les camps d’étrangers, symbole d’une politique.

A propos du séminaire Terrferme avec Marc Bernardot

Camp de travailleurs chinois (1886), Bibliothèque et archives Canada.

Le compte-rendu de l’équipe

Le sociologue Marc Bernardot est venu partager avec nous un moment de réflexion sur le logement contraint, le 11 mars dernier. Cette rencontre nous a permis de réfléchir aux orientations de sa recherche, depuis les foyers de la Sonacotra jusqu’aux « camps d’étrangers ». Voici quelques aperçus de cette pensée « en marche ».

Il a longtemps travaillé sur les foyers ; mais le monde qu’il y a connu il y a vint-cinq ans n’existe plus, il a tout simplement disparu, de nouvelles formes de logement d’urgence sont apparues dans les mêmes lieux. Les bâtiments sont restés, c’est le principe du foyer qui a été radicalement transformé. Il a été inséré dans un espace réglementaire plus large alors que, dans le même temps, les formes d’hébergement d’urgence connaissaient une fragmentation rapide, une précarisation sans précédent des statuts d’habitation et des bâtiments. Il y voit une « indigénisation » des politiques du logement social, avec transfert sur ce champ de l’action publique de techniques auparavant testées sur des indigènes.

La thématique des camps s’est profilée lors de ces recherches sur les foyers, lors d’entretiens avec des responsables qui avaient auparavant travaillé dans des camps coloniaux. Il avait par ailleurs constaté une répétition des lieux, dont les fonctions d’internement se répétaient dans l’histoire (par exemple à Crest ou à Rivesaltes), tout en visant des « publics » similaires, et dont les dispositifs d’encadrement se ressemblaient. Les foyers comme les différents types de camps ne sont pas faits pour être habités, or ils le sont quand même ; c’est un point de rencontre à creuser.

Marc Bernardot travaille actuellement à une « archéologie globale » du camp. Il cherche à ouvrir sa réflexion sur la mise à l’écart, le confinement. Il se tourne vers une démarche plus comparative, qui confronte le cas français à d’autres structures étatiques ou d’anciens empires coloniaux (Australie, Japon, Etats-Unis). Il se penche aussi sur des formes d’enfermement plus anciennes, celles de la plantation dans les Caraïbes et dans le sud des Etats-Unis au XVIIIe siècle, ou celles des villes minières (Gabon, Afrique du Sud, Namibie). L’évolution de sa réflexion s’inspire de travaux de l’histoire et de l’anthropologie coloniale ; se pose alors la question de la circulation entre les métropoles et les espaces coloniaux, du rapatriement de formes de gestion coloniale en métropole, du transfert des idées et des modes de gestion des populations. Il faut aller voir du côté des travaux de Pierre Legendre et de la projection coloniale (Legendre 1992). Ann Stoler, avec son « archipel carcéral de l’Empire », avance l’idée d’une invention concomitante d’une manière de gérer les indigènes dans les colonies et les indigents, les exclus en métropole (Stoler 2009). Cette démarche plus englobante pose un problème épistémologique et de délimitation du champ d’analyse: les formes qui semblent avoir inventé le camp moderne prolifèrent.

C’est aussi une théorie globale de l’Etat et de la souveraineté qui s’esquisse à travers l’étude des sans papiers. Marc Bernardot s’inspire de l’analyse des guerres de capture (Meillassoux 1986) pour tenter un parallèle avec le traitement réservé aux sans papiers en Europe. Il voit dans la radicalisation des pouvoirs publics une fragmentation de la souveraineté. Il y a là une articulation entre un mode de contrôle et un mode de production (utilisation des sans papiers comme « armée de réserve »), qui renvoie à un discours à double-face de la société sur elle-même : la production discursive véhicule des figures de la diversité à la fois invasives et sympathiques. Cela peut se résumer en une formule : « l’Etat fait la guerre aux sans-papiers, la guerre aux sans-papiers fait l’Etat ».

La question des rapports sociaux sur la frontière est également posée. Qui intervient dans cet interface : groupes intégrés, citoyens, légalisés d’un côté ; groupes illégalisés, marginalisés de l’autre ? Que produit le contact entre les différentes populations en présence, quelle est la place attribuée à celles présentées comme impures voire contaminantes (prostituées, indigents) ? Il faut voir comment sont mobilisés ces « sous-citoyens » et comment leur mobilisation influence les rapports sur la frontière.

A travers ces différents aspects de ses travaux, Marc Bernardot cherche à désocculter les rapports sociaux et politiques et à agir sur les conditions de production du savoir scientifique. Son investissement dans le réseau Terra traduit une volonté de bousculer les frontières entre la production scientifique et la participation politique.

Les références citées par Marc Bernardot:

Legendre Pierre, Trésor historique de l’Etat en France. L’administration classique, Paris, Fayart, 1992.

Meillassoux Claude, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, 1986.

Stoler Ann. L., Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, Princeton University Press, 2009.

Crédit photographique : Bibliothèque et Archives Canada / PA-053560, licence CC.

Du foyer au camp. Autour des travaux de Marc Bernardot

L’équipe TerrFerme se réunira le jeudi 11 mars au laboratoire PRODIG dans le cadre d’un atelier de travail consacré aux travaux de Marc Bernardot, Professeur de sociologie à l’Université du Havre, qui sera présent.

A partir du thème Du foyer au camp, il s’agira de réfléchir à la manière dont la perspective du logement permet d’approfondir et/ou de revisiter l’analyse des lieux d’enfermement. Seront aussi abordés le positionnement scientifique de l’auteur, ses évolutions et ses pratiques de recherche.

Un compte-rendu de cet atelier suivra.