Enfermement et catégorisations

Critique_Internationale_072_L204Vient de paraître :  « Enfermement et catégorisations », un numéro de la revue Critique Internationale (2016/3 N° 72) coordonné par Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon.

Au nom du maintien de la paix et d’une organisation efficace de la vie entre les murs au quotidien, l’enfermement s’accompagne de processus de classement des individus par le genre, l’ethnicité et la religion. Il convient d’examiner ce que l’enfermement fait à ces processus de catégorisation et, réciproquement, comment les logiques de classification sont transformées, mises à mal ou au contraire renforcées en situations de réclusion, situations dans lesquelles la possibilité d’identifier, de classer et de nommer apparaît comme un véritable outil de gestion des relations sociales et rencontre finalement peu de résistances. Envisagées dans leurs ressorts concrets, les catégorisations sont ici analysées comme des procédures disciplinaires et normatives, contribuant aux rapports de pouvoir en établissement pénitentiaire comme dans les lieux d’enfermement des étrangers.

Ce numéro publie quelques-unes des contributions au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches » organisé par l’équipe TerrFerme à Pessac en octobre 2013.

Au sommaire :

Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé, « L’ethnicité, la religion et le genre dans les institutions d’enfermement : processus et effets de catégorisation »

Aurore Mottet, « Répartition et circulation : les enjeux de la catégorisation dans le camp de Choucha (Tunisie) »

Louise Tassin, « Les frontières de la rétention : genre et ethnicité dans le contrôle des étrangers en instance d’expulsion »

Claire de Galembert, « Le « radical », une nouvelle figure de dangerosité carcérale aux contours flous »

Irene Becci, Mohammed Khalid Rhazzali, Valentina Schiavinato, « Appréhension et expérience de la pluralité religieuse dans les prisons en Suisse et en Italie : une approche par l’ethnographie »

Une interview à propos du dossier est également disponible ici : http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/enfermement-et-categorisations

 

 

Un article de Mathilde Darley dans la revue « Sociétés contemporaines »

Ashgate_LogoMathilde Darley publie « Les coulisses de la nation : Assignations genrées et racialisées dans les pratiques d’assistance aux étrangers en situation irrégulière » dans Sociétés contemporaines, n° 94, 2014, p. 19-39.

Cet article propose, à partir d’observations ethnographiques et d’entretiens réalisés dans un centre de rétention allemand ne prévoyant pas d’assistance juridique professionnelle et systématique, d’interroger les logiques selon lesquelles les aumôniers catholiques et protestants endossant de facto le rôle de conseillers mobilisent ou non la ressource juridique. L’enquête met ainsi en lumière le rôle des assignations de genre liées à la relation conjugale (hétérosexuelle) et à la figure maternelle, mais aussi l’incidence de représentations racialisées des rapports sociaux de sexe sur l’émergence de figures tutélaires de la « victime » à défendre en rétention et, partant, sur les pratiques quotidiennes de qualification des retenus pour une assistance juridique. Loin toutefois de penser ces assignations comme endogènes à la profession religieuse en rétention, l’article questionne leur inscription dans un régime institutionnel plus large de contrôle migratoire contribuant à tracer les frontières de la nation.

 

 

L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention

Mathilde Darley , vient de publier cet article dans la revue Genre, sexualité & société:

« « Trouvez-vous une femme ici et tout s’arrangera… ». L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention « , Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, Consulté le 13 février 2013. URL : http://gss.revues.org/index2523.html ; DOI : 10.4000/gss.2523

L’enquête ethnographique entreprise aux côtés d’aumôniers en charge du conseil spirituel et juridique aux étrangers en situation irrégulière dans un centre de rétention allemand visait à saisir et interpréter les logiques motivant leur décision de déployer ou non une relation d’assistance avec les retenus rencontrés. L’analyse développée ici à partir des observations collectées révèle notamment comment, à la socialisation religieuse des acteurs, se greffent d’autres régimes de normes, juridiques et moraux, mais aussi relatifs aux rapports sociaux de sexe. La centralité de normes « familialistes » invite en particulier à s’interroger non seulement sur le rôle des normes de genre et/ou de sexualité dans les mécanismes d’ordonnancement des retenus par les aumôniers, mais aussi sur le positionnement de ces derniers par rapport aux normes familiales et conjugales dominantes – elles-mêmes fortement marquées, en Allemagne plus que dans d’autres pays européens peut-être, du sceau de l’Eglise.

Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte

L’équipe TerrFerme est invitée à présenter ses recherches dans le cadre du groupe de travail « Traitements et contraintes » mis en place à la rentrée universitaire 2012 par une équipe de jeunes chercheurs de l’EHESS. Ce groupe de travail entend prolonger les réflexions développées dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs institutionnels qui s’était tenu à Paris les 13 et 14 juin 2012.

La première séance du groupe de travail aura lieu le 21 novembre 2012 et sera  consacrée au thème « Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte ». Elle fournira l’occasion à Mathilde Darley de revenir sur la méthodologie déployée pour enquêter sur les différents lieux d’enfermement étudiés dans le cadre du projet de recherche. La présentation s’appuiera sur l’article collectif rédigé au printemps 2012 par les membres de TerrFerme et intitulé « Les lieux d’enfermement : méthodologie de la contrainte » : celui-ci s’attache à analyser une expérience collective d’enquêtes ethnographiques réalisées dans trois types de lieux de confinement (prisons, centres de rétention pour étrangers, logements fermés pour main-d’œuvre étrangère), soit dans des contextes marqués par une clôture plus ou moins prégnante et un fort contrôle institutionnel.

Il s’agit d’abord de s’interroger sur la démarche adoptée pour accéder à ces lieux a priori fermés à l’enquêteur, sur les contraintes rencontrées et les formes d’adaptation élaborées pour y répondre. L’article revient ensuite sur la pérennisation du dispositif d’enquête : une fois à l’intérieur des murs, le chercheur reste en effet tributaire de la fermeture et des rapports de pouvoir inhérents à ces espaces. Au final, il apparaît que la contrainte qui pèse sur ceux qui sont enfermés (détenus, étrangers en attente d’expulsion, travailleurs migrants) s’exerce aussi en permanence sur le chercheur. Les lieux de confinement sont marqués par des rapports de pouvoir dissymétriques dont l’enquêteur ne peut s’extraire. La complexité de l’entreprise ethnographique réside alors dans la capacité à saisir le caractère mouvant, fluctuant de ces rapports de pouvoir, perpétuellement recomposés.