Les réformes de l’enfermement en actes

Deviance_et_societeVient de paraître :  « Les réformes de l’enfermement en actes », un numéro de la revue Déviance et Sociétés coordonné par Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Carolina Kobelinsky et Bénédicte Michalon.

Il y a plus de quarante ans les analyses de Michel Foucault (1975) nous invitaient à envisager les réformes de la prison comme un mode de reproduction du système carcéral lui-même. Alors qu’une réforme pénale est entrée en vigueur (Loi n° 2014-896 du 15 août 2014 relative à l’individualisation des peines et renforçant l’efficacité des sanctions pénales) et qu’un nouveau projet de loi relatif au droit des étrangers et de l’asile est en cours d’élaboration, ne faut-il pas s’interroger à nouveau sur le sens des récurrentes visées réformatrices des espaces d’enfermement, qui, si l’on en croit le philosophe, n’auraient finalement de cesse que d’assurer la survie même de ces institutions complètes et austères de la réclusion ? Le présent numéro se propose de saisir la réforme comme plus qu’un simple discours, dont on noterait avant tout l’effet d’ensemble et de long terme : assurer la reproduction de l’enfermement dans son fonctionnement immuable. Fondées sur des matériaux empiriques, les contributions qu’il rassemble visent bien plutôt à décrire concrètement les ressorts sociaux des réformes : il s’agit alors d’en identifier les acteurs, de décrire leurs pratiques et les liens qui les unissent à travers les transformations contemporaines de l’enfermement. Mais il s’agit aussi de laisser dans l’analyse une place importante à l’incertitude qui accompagne les réformes, au stade de la production comme à celui de la mise en œuvre : processus ouvert, la réforme de l’enfermement est traversée par des tensions multiples, et marquée par les pratiques d’innovation, d’adaptation ou de résistance de ses acteurs qui en réorientent chaque fois les effets. Dès lors l’analyse se doit d’en éclairer les différents ressorts en actes.

 

Ce numéro publie une partie des contributions au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches » organisé par l’équipe TerrFerme à Pessac en octobre 2013.

 

Au sommaire :

Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Carolina Kobelinsky, Bénédicte Michalon, « Introduction : Traiter, humaniser, judiciariser. Les transformations contemporaines de l’enfermement »

Fabrice Fernandez, « Lorsque la prison (se) rend justice. Le traitement contemporain de l’indiscipline carcérale »

Gregory Salle, « Une anomalie normale de l’État de droit. La détention provisoire en RFA entre critiques et réformes (1953-2013) »

Collectif Contrast, « La création des UHSA : une nouvelle régulation de l’enfermement ? »

Nicolas Fischer, « De l’informalité à la « transparence ». Institutionnalisation et statut de la critique dans les réformes de la rétention administrative des étrangers en France »

Arnaud Frauenfelder, Éva Nada, Géraldine Bugnon, « Division morale du travail et recompositions du sens de l’enfermement en Centre éducatif fermé »

 

Confinement des migrants en France

Avec son article intitulé « Les différents visages du confinement des migrants en France », Olivier Clochard contribue à l’ouvrage Migrations et mutations de la société française, l’état des savoirs, coordonné par Marie Poinsot et Serge Weber, aux éditions La Découverte.

Depuis 1981, période à laquelle le gouvernement de l’époque légalise la rétention administrative et judiciaire des étrangers démunis de documents en règles, de nouveaux modes de confinement ont été mis en place. La suppression graduelle des contrôles aux frontières internes de l’Union européenne (UE), consécutive à l’application des accords de Schengen (1995), a certes renforcé ce processus, mais le franchissement des frontières par des étrangers dépourvus des documents exigés et la situation des « sans-papiers » sont de plus en plus associés à des faits délictueux. En conséquence les lieux d’enfermement dont la capacité totale n’a cessé d’augmenter[1], sont devenus des enjeux importants dans l’évolution de la politique migratoire, les gouvernements successifs ayant procédé à des amendements législatifs pour faciliter la détention des migrants, engendrant dans le même temps d’autres formes de privation de liberté. C’est le cas à Calais et dans les autres villes portuaires de la Manche et la Mer du Nord où les étrangers sont confrontés à des mesures de surveillance et d’exclusion Enfin les « nouvelles » technologies comme la numérisation des données relatives à la situation administrative des migrants occupent une place croissante dans les politiques d’asile et d’immigration, elles visent à faciliter l’arrestation et l’enfermement d’enfants, de femmes et d’hommes à la recherche de meilleures conditions d’existence.

De par la convergence de leurs fonctionnements, ces dispositifs semblent constituer les diverses strates d’un confinement physique et immatériel où d’un côté, les contrôles des migrants doivent constamment être ajustés selon l’évolution des flux migratoires, et de l’autre les mobilités et les stratégies des migrants évoluent en fonction de ces nouveaux bornages mis en place (…).

[1] De 2000 à 2012, la capacité connue des lieux d’enfermement (centres et locaux de rétention administrative, zones d’attente) est passé de 723 à 2 280 places.

Schémas de la détention administrative en France de 1983 à 2013 (crédits cartographiques: Olivier Clochard), cliquez sur chaque carte pour l’agrandir :

 

Détention administrative en France en 1983.

Détention administrative en France en 1983.

 

Détention administrative en France en 1993.

Détention administrative en France en 1993.

 

Détention administrative en France en 2003.

Détention administrative en France en 2003.

 

Détention administrative en France en 2013 (1).

Détention administrative en France en 2013 (1).

 

Détention administrative en France en 2013 (2).

Détention administrative en France en 2013 (2).

 

Habiter l’enfermement?

camp Malte c schmoll dec 2013_2Le Festival International de Géographie 2014 de Saint-Dié-des-Vosges s’intéresse à l’enfermement. La question de l’habiter, thématique centrale du festival cette année, sera relue par les lieux d’enfermement : est-il possible d’habiter un espace lorsque l’on est placé dans un rapport de force dissymétrique et limité géographiquement par une clôture ? A travers différents cas d’étude (France, Malte, Roumanie, Italie), les conférences s’attacheront à montrer comment l’habiter se décline dans des contextes de contraintes spatiales, corporelles et policières : la prison, le centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire, le centre pour demandeurs d’asile, et, par le biais d’un film documentaire, le Goulag.

Samedi 4 octobre, Conf 10 h 15 à 11 h. Lycée Jules-Ferry, amphithéâtre
Conférence «9m² pour deux. Habiter une prison» par Olivier Milhaud, Université de Paris Sorbonne.

L’objectif de cette conférence sur la thématique annuelle est d’explorer les dimensions de l’habiter dans une situation d’enfermement, c’est-à-dire de réduction d’espace, de contraintes spatiales, et de logement non choisi. A partir d’un travail empirique dans plusieurs maisons d’arrêt françaises (matériau accumulé lors d’une thèse de doctorat soutenue en 2009), on montrera dans quelles conditions sont appropriées les cellules (nettoyage pour en faire un espace propre à soi, partage de l’espace avec le codétenu, conflits récurrents pour la télé ou la propreté), occupés les espaces communs (articuler emploi du temps et emploi des lieux pour fréquenter ou au contraire fuir les parloirs, les promenades, les ateliers) et opérées les circulations d’un lieu à l’autre entre quatre murs (passer du temps hors de cellule permet d’accéder à des ressources cruciales en situation d’enfermement, à condition d’attendre entre les grilles et de savoir négocier des marges de manœuvre). La conférence sera autant une plongée dans l’univers carcéral français qu’une réflexion sur l’habiter en termes de territorialités, de micro-échelles et de violence.

Samedi 4 octobre, Conf 14 h 15 à 15 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter et cohabiter en prison : de la cellule à l’extérieur», par Lucie Bony, Université Paris Val de Seine, et Lionel Bolmont, docteur en philosophie, ex détenu.

Cette conférence propose une analyse des déterminants de l’habiter carcéral. Celui-ci sera appréhendé à trois échelles (la cellule, les espaces de circulation et d’activité, l’extérieur de la prison). A partir de données recueillies par entretien et par observation dans une maison d’arrêt de région parisienne en 2011, il s’agit de montrer que l’habiter carcéral est une construction sociale. Au-delà de la contrainte exercée par le cadre architectural et règlementaire du contexte carcéral, les manières d’habiter et de cohabiter en prison varient en effet selon les caractéristiques sociales des détenus, leurs réseaux relationnel en détention et à l’extérieur, la position de l’incarcération dans leur cycle de vie et leurs expériences résidentielles passées. Cette conférence s’attache finalement à montrer que l’habiter carcéral relève des mêmes logiques sociales et spatiales que l’habiter dans d’autres contextes résidentiels mais que celles-ci y sont exacerbées.

Samedi 4 octobre, Conf 17 h 15 à 18 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter des espaces contraints : l’enfermement des étrangers aux marges de l’Europe», avec Bénédicte Michalon, CNRS, UMR ADESS, Camille Schmoll, Université de Paris 7 Denis Diderot, et Nathalie Bernardie-Tahir, Université de Limoges.

Cette conférence portera sur l’habiter dans des espaces contraints, et plus précisément en centre pour demandeurs d’asile et en centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire. A partir d’enquêtes menées dans trois pays situés aux marges de l’Europe (Malte, Roumanie, Italie), il s’agira de discuter l’idée selon laquelle l’appropriation de l’espace est possible dans les lieux d’enfermement, mais toujours soumise au contrôle. L’habiter y est temporaire, bricolé, précaire. En effet, les lieux d’enfermement font l’objet de micropolitiques destinées à contrôler en permanence ce qui se déroule en leur sein et à empêcher, ou tout du moins à limiter fortement l’appropriation des espaces par ceux qui sont enfermés. Si ces micropolitiques concernent toutes celles et ceux qui sont placés en un établissement donné à un moment donné, le vécu de l’enfermement n’est pas le même pour tout le monde. L’habiter contraint connait des variations en fonction de lignes de catégorisation ethniques, de genre, de statuts juridiques, etc. En dépit du fort contrôle auquel les lieux de confinement sont soumis, des marges de manœuvre existent qui permettent aux étrangers de se ménager une parcelle d’intimité, afin de se préserver de l’institution. L’habiter « enfermé » se déploie notamment dans un dépassement de la clôture et dans une dialectique isolement/relations à l’extérieur. Au final, c’est toute la charge politique de cet habiter qui émerge : il contribue à transformer l’étranger, le migrant, en « enfermé » soumis à la puissance publique.

Samedi 4 octobre, Ciné 16 h, Espace Georges-Sadoul, salle Excelsior
Projection du film «Solovki : la bibliothèque disparue». Séance unique en présence de l’écrivain Olivier Rolin.
Un film de Élisabeth Kapnist, Olivier Rolin. 2014 – France – 54 minutes – HD.

Le camp des îles Solovki, au milieu de la Mer Blanche, fut le laboratoire d’où sortit « L’Archipel du Goulag ». Intellectuels, artistes, membres de l’ancienne aristocratie, les déportés firent que ce lieu d’esclavage et de mort fut aussi paradoxalement un lieu de culture.
Ce film, –voyage à travers les paysages, l’histoire et la littérature russes– est une enquête menée par l’écrivain Olivier Rolin sur le destin de la bibliothèque du camp qui compta jusqu’à 30 000 volumes.

Le programme du FIG 2014 est accessible sur : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/images/programme.pdf

Crédits photographiques : Camille Schmoll, centre de demandeurs d’asile Hal Far à Malte, décembre 2013.

 

Parution : Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention

Ashgate_LogoBénédicte Michalon et Olivier Milhaud viennent de contribuer à l’ouvrage Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, coordonné par Dominique Moran, Nick Gill et Deirdre Colon et publié chez Ashgate. Cet ouvrage marque l’essor très récent d’une géographie des lieux de privation de liberté, et questionne plus spécifiquement l’emprisonnement et le placement d’étrangers en rétention administrative à partir de la mise à l’écart, des actions et des mobilités provoquées par l’enfermement.

A partir du cas roumain, l’article de Bénédicte Michalon éclaire la manière dont les mobilités participent des relations de pouvoir qui caractérisent le dispositif de rétention, en analysant tant la gestion des déplacements internes aux centres que les mobilités externes induites par le placement dans ces lieux de privation de liberté (« Mobility and Power in Detention : The Management of Internal Movement and Governmental Mobility in Romania », pp.37-55).

Olivier Milhaud a co-écrit, avec Dominique Moran, la contribution intitulée « Penal Space and Privacy in French and Russian Prisons » (pp.167-182). Ils y questionnent, à partir d’une comparaison franco-russe, les répercussions de l’organisation spatiale des lieux d’incarcération sur la capacité d’action des détenus, et plus particulièrement sur ce qui relève de leur intimité.

Quatrième de couverture : This book draws together the work of a new community of scholars with a growing interest in carceral geography: the geographical study of practices of imprisonment and detention. It combines work by geographers on ‘mainstream’ penal establishments where people are incarcerated by the prevailing legal system, with geographers’ recent work on migrant detention centres, where irregular migrants and ‘refused’ asylum seekers are detained, ostensibly pending decisions on admittance or repatriation. Working in these contexts, the book’s contributors investigate the geographical location and spatialities of institutions, the nature of spaces of incarceration and detention and experiences inside them, governmentality and prisoner agency, cultural geographies of penal spaces, and mobility in the carceral context. In dialogue with emergent and topical agendas in geography around mobility, space and agency, and in relation to international policy challenges such as the (dis)functionality of imprisonment and the search for alternatives to detention, this book presents a timely addition to emergent interdisciplinary scholarship that will prompt dialogue among those working in geography, criminology and prison sociology (http://www.ashgate.com/isbn/9781409442684).

Dominique Moran, Nick Gill, Deirdre Colon (Ed.), Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Farnham, Ashgate, avril 2013, 250 p.

La Roumanie et ses migrations

Bénédicte Michalon, responsable de TerrFerme, vient de publier avec Mihaela Nedelcu le dernier numéro de la Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, consacré à la Roumanie et ses migrations vingt ans après la chute du Communisme et l’ouverture des frontières du pays. La Roumanie est un des principaux pays d’émigration dans l’Union européenne, et ce depuis le début des années quatre-vingt dix ; la majorité des contributions approfondit la connaissance des migrations des Roumains à travers l’Europe. Mais c’est aussi un pays dans lequel des étrangers passent ou s’installent ; en dépit du nombre extrêmement réduit de recherches consacrées à cette autre facette de la question migratoire, le numéro tente de donner quelques éclaircissements sur ce sujet.

Si le numéro n’aborde pas de front la question de l’enfermement des étrangers en Roumanie, il livre néanmoins des clés pour contextualiser celui-ci, tant du point de vue des dynamiques et pratiques migratoires (les réseaux et leur fonctionnement jouent un rôle déterminant de soutien aux étrangers en rétention ou sortis de rétention), que de la position particulière de la Roumanie sur la scène migratoire européenne, avec un panorama de l’immigration dans l’introduction. L’article de Rixta Wundrak parle du gigantesque marché localisé à la périphérie nord de Bucarest, le marché dit « Europe » : c’est un des principaux lieux d’emploi des étrangers en Roumanie, et nombreux sont ceux qui, avant ou après avoir été placés dans un centre de rétention, y trouvent du travail. La contribution de Helga Zichner et Andreas Wust permet quant à elle de confronter le recours à la rétention à la logique globale de renforcement des contrôles aux frontières externes de l’Union européenne, les centres de rétention constituant, finalement, des frontières délocalisées à l’intérieur des territoires nationaux.

Commander la Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest: Commande. Ou : Jean-Louis Soubret, 16, rue Claude Tillier, 75012 Paris, Tel. 06 21 15 22 22.

Circulations carcérales

Olivier Milhaud et Marie Morelle participent au Colloque « L’architecture carcérale : Des mots et des murs » qui a lieu du 1er décembre 2010 au 3 décembre 2010 à l’ENAP (Ecole nationale d’administration pénitentiaire, Agen).

Leur communication porte sur les « Circulations carcérales: entre contraintes et détournements des logiques architecturales. Regards croisés à partir de l’étude d’une prison centrale camerounaise et de maisons d’arrêt françaises ».

Résumé : Cette intervention s’intéresse à la prison habitée et au rapport qui existe entre détenus et espace carcéral. Elle propose d’analyser le vécu de détenus incarcérés dans une prison camerounaise (Yaoundé) et dans des maisons d’arrêt françaises.

Les établissements étudiés présentent quelques traits architecturaux communs largement issus d’une filiation directe des prisons camerounaises avec celles de France. Aujourd’hui, on y retrouve a minima le souci de séparer, de classer et de surveiller, et ce par le biais du contrôle des allées et venues des détenus d’une part et de leur emploi du temps d’autre part. La double logique de séparation spatiale et de concentration de population entraîne inévitablement un conflit entre contraintes matérielles et usages de l’espace. Afin de saisir le vécu des détenus en lien avec les architectures carcérales sans tomber dans une simple description des lieux, nous souhaitons mettre l’accent sur les circulations internes aux établissements pénitentiaires étudiés. Ces contraintes architecturales et ces circulations carcérales ont été appréhendées par le biais d’observations sur le terrain et d’entretiens auprès de détenus, de personnels et d’architectes de prison.

La capacité de mouvement des détenus est a priori contrainte par l’architecture, même si la logique séparatrice est plus forte en France qu’au Cameroun. Comment cela est-il vécu dans les deux contextes ? Dans quelle mesure est-il éventuellement possible de dépasser ces entraves à une relative mobilité ? Au jour le jour, des prisonniers développent des adaptations voire des stratégies de détournement de ces contraintes, en particulier dans des contextes de surpopulation carcérale plus ou moins marquée.

Outre ces questions de contraintes formelles et de pratiques informelles, une autre question émerge par-delà des analyses des adaptations secondaires dans la lignée de Goffman. En effet, certains détenus, en lien avec l’administration pénitentiaire, peuvent participer de ce contrôle des mobilités. Ils y gagnent une forme de liberté de circulation mais surtout un pouvoir sur d’autres détenus. Paradoxalement, ils renforcent alors les contraintes physiques et morales s’exerçant déjà sur ces derniers.

La thèse d’Olivier Milhaud sur les prisons françaises est en ligne

Soutenance_OlivierLa thèse d’Olivier Milhaud, soutenue le 30 novembre 2009, est accessible sur le serveur de thèse TEL :

Milhaud Olivier, 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Guy Di Méo, Bordeaux/Pessac, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne/Laboratoire ADES CNRS, 50 ill., biblio., 368 p.

Passionnante lecture!

Soutenance de thèse d’Olivier Milhaud

milhaud_2008

Olivier Milhaud soutiendra sa thèse de doctorat de géographie lundi 30 novembre 2009, à 13h45 (Amphithéâtre de la Maison des Suds, campus de Pessac).

Milhaud Olivier, 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Guy Di Méo, Bordeaux/Pessac, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne/Laboratoire ADES CNRS, 50 ill., biblio., 368 p.

Résumé : La prison est une peine géographique : elle punit des populations détenues en les tenant à distance de leurs proches et en les confinant dans des lieux clos et segmentés. En même temps, le dispositif spatial de la prison cherche à réinsérer le détenu dans la cité, à maintenir ses liens familiaux. D’où un jeu entre distances et proximités, continuités et discontinuités. L’étude de la carte pénitentiaire française montre diverses formes de mise à distance des détenus. En dépit de proximités avérées entre la plupart des prisons et les bassins de population ou les voies de communication, les détenus et leurs proches vivent l’incarcération comme une mise à l’écart. Ces distanciations s’accroissent au niveau local : les élus et les riverains interrogés souhaitent souvent éloigner les nuisances des prisons, voire cacher le stigmate carcéral – d’où la délicate insertion des établissements dans leur « territoire d’accueil ». L’espace architectural des prisons accentue cette obsession séparatrice : démarquer le dedans du dehors et séparer les détenus entre eux. Une trentaine d’entretiens sur le vécu de l’espace carcéral menés dans cinq établissements confirme la force de la discontinuité dedans/dehors, mais nuance les discontinuités internes. Certains détenus arrivent à circuler dans la prison, beaucoup moins à s’approprier un espace garantissant sécurité, intimité ou vie sociale. La prison se présente donc comme un dispositif de séparation, plus que de relégation : elle coupe les détenus de leurs proches et les empêche de partager un espace commun entre les murs. Cette thèse invite ainsi à repenser les géographies de l’exclusion plus en termes de discontinuités que de distances.

Mots-clés : prison, géographie, dispositif spatial, exclusion, distance, discontinuité, antimonde, hétérotopie, Foucault, enfermement, détention, France.

Title: Divide and Punish. Distance, Space and Punishment in French Prisons

Abstract: This Ph.D. thesis envisions a prison sentence as a geographical punishment – inmates are kept at a distance from their relatives and are confined to an enclosed area that is also internally subdivided. At the same time, as a spatial apparatus, the prison is also aimed to reintegrate inmates back into their communities as well as maintain family ties. Hence, a tension develops between distance and proximity, discontinuity and continuity. Mapping the French penitentiary system reveals the diverse ways used to keep inmates distanced from society. Despite the fact that most French prisons are located close to populated areas and connected to transportation networks, both inmates and their relatives experience incarceration as a form of exclusion. This effect is magnified at the local scale: local authorities and residents want to keep prisons, their noise and stigma at a distance from the community. Moreover, prison architecture exacerbates the focus on separation: demarcating the inside from the outside and segregating inmates within. It is clear, from 31 interviews with inmates in five different prisons, that prisoners experience this discontinuity between the inside and the outside. Even when inmates are not prevented from moving around within the walls of the prison, there is nowhere they can feel secure, enjoy privacy or have uninhibited interactions with others. Not only are inmates separated from their relatives, but they are also from each other within prison walls. In this way, the prison isolates its inhabitants to a greater extent than it displaces them. Thus, spatial discontinuities play a greater role than issues of distance in such geographies of exclusion.

Keywords: prison, geography, spatial apparatus (dispositif spatial), distance, discontinuity, exclusion, France, confinement, detention, heterotopia, antiworld (antimonde), Foucault.

Membres du jury :

Gilles CHANTRAINE, Chargé de recherche, CNRS, Lille.

Guy DI MEO, Professeur, Université Bordeaux 3, directeur.

Georg GLASZE, Professeur, Université d’Erlangen.

Michel LUSSAULT, Professeur, ENS-LSH, Université de Lyon, rapporteur.

Denis RETAILLÉ, Professeur, Université Bordeaux 3.

Jean-François STASZAK, Professeur, Université de Genève, rapporteur.

En savoir plus sur la thèse d’Olivier : Resume_Long_TheseOMILHAUD

Les terrains de TerrFerme

Cette carte fait apparaître la répartition des terrains prévus dans le cadre du projet TerrFerme en fonction de trois types de lieux (prisons, centres de rétention et logements contraints) et des chercheurs impliqués.

terrains-et-lieux-terrferme_02_blog_51

Crédits cartographiques : Olivier Pissoat.