Communications de Terrferme au colloque « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche »

Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon participeront au colloque interdisciplinaire organisé par le laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, les 20-21 septembre 2012, et qui a pour thème « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche ? ».

Tristan Bruslé y fera une communication sur Loger pour exclure. Le labour camp, espace rouage d’un système de domination des migrants peu qualifiés dans le Golfe arabique (exemples au Qatar), dont voici le résumé:

Les millions de travailleurs migrants peu qualifiés établis temporairement dans les pays du Golfe sont pris dans un système de domination et d’exclusion à plusieurs échelles dont le logement forme la base spatiale. Le système du sponsorship, en encadrant l’importation de main-d’œuvre, constitue le cadre légal en dehors duquel aucun « travailleur invité » ne peut agir. Il représente la délégation par l’État au secteur privé du contrôle des mouvements des travailleurs. Dépendants entièrement de leur sponsor pour leur travail, la majeure partie des migrants peu qualifiés le sont aussi pour leur logement. Les zones industrielles, espaces de relégation situés loin des villes, regroupent à la fois des industries polluantes, des entrepôts, des ateliers mécaniques et les logements des migrants (labour camps). La stigmatisation spatiale dont elles souffrent et dont témoigne leur absence d’entretien, correspond à une politique de facto de mise à l’écart et de cantonnement des migrants peu qualifiés, loin  des espaces centraux. Elles symbolisent aussi la crainte des populations locales vis-à-vis de la catégorie « célibataire sud-asiatique », assimilée à une classe dangereuse. D’où la nécessité ressentie d’exclure les migrants, grâce au logement en particulier.

Les labour camps, un mode d’hébergement des travailleurs importé par les compagnies pétrolières américaines selon une logique de ségrégation raciale (Vitalis), sont ainsi la pierre angulaire de l’invisibilisation des travailleurs. Espaces à l’architecture hyperfonctionnelle où l’entassement le dispute à la rusticité, ils sont les lieux où les travailleurs passent la majorité de leur temps hors du travail. Espaces où la parole du migrant est peu entendue, ils sont un rouage d’un système de domination où les relations de pouvoir sont totalement asymétriques et les termes d’une possible négociation réduits à la portion congrue. Le dénuement des migrants dans la sphère publique est quasi-total et ressenti comme tel par les travailleurs d’autant plus que la domination par l’espace se fait non seulement des les zones industrielles mais aussi par la difficulté et/ou l’interdiction de fréquenter certains lieux, à certains moments. La position subalterne du sujet migrant lui est rappelée sur son lieu de vie et à chacun de ses déplacements.

La communication de Bénédicte Michalon portera sur L’espace au cœur des rapports de pouvoir entre institutions et enfermés dans les centres de rétention pour étrangers (L’exemple de la Roumanie). En voici le résumé:

La présente communication aborde le rôle de l’espace dans l’enfermement des étrangers dans les politiques de contrôle des migrations internationales, à partir du cas de la Roumanie. Quelle place tient donc l’espace dans les rapports de pouvoir dissymétriques qui sont établis entre l’institution enfermante ou ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés ? Il s’agit plus spécifiquement de montrer que le dispositif repose sur la combinaison de deux régimes spatiaux de contrôle et d’instrumentalisation, qui se déclinent à plusieurs échelles.

La rétention repose d’abord sur un contrôle de l’espace en lui-même. Celui-ci passe par un principe de séparation, qui se matérialise par l’enfermement dans des centres ad hoc, clôturés et soumis à des techniques et pratiques de surveillance poussées. Il se manifeste également dans l’architecture interne de ces centres, marquée par de multiples seuils. La rétention fonctionne en second lieu grâce à un contrôle des pratiques spatiales, ici faites de mobilité. A l’intérieur des centres, le contrôle des déplacements des retenus est un enjeu majeur : les centres de rétention sont les lieux d’une gestion rationnelle des mobilités et des stationnements. La vocation de la rétention est d’intervenir sur les trajectoires migratoires – par l’arrêt des étrangers en situation irrégulière et leur expulsion vers un pays tiers ou leur pays d’origine ; il y a là une autre modalité d’action sur les pratiques de l’espace. Le placement en rétention n’est enfin pas synonyme d’immobilisation définitive ; il s’accompagne en effets de déplacements organisés par l’institution, sur lesquels le retenu n’a pas de pouvoir décisionnel, à vocation procédurale ou punitive. La mobilité peut donc être un outil de contrôle aux mains du pouvoir.

Communication aux rencontres de l’Association des géographes américains

Le 24 février prochain Tristan Bruslé participera, dans le cadre de Terrferme, aux rencontres annuelles de l’Association of American Geographers 2012, qui se tiennent cette année à New York. Il interviendra dans le panel Disqualified places: practices and representations, avec une conférence intitulée Rejected by society, despised by their inhabitants: industrial areas, labour camps and the making of otherness. Examples from Qatar, dont voici le résumé :

The economies of the Gulf Countries Council rely predominantly on foreign manpower, a large part of which is made up of unqualified migrant workers from South Asia. In order to house millions of these workers, who represent as much as 80 per cent of the total population, the labour camp model was chosen. Built purely for their functional qualities, labour camps offer basic facilities and dormitories for men who are ferried to work and back every day by bus. In Qatar this form of accommodation, which was directly inherited from racial segregation policies implemented by American oil companies (Vitalis), is now widespread. Labour camps are built well away from towns, on industrial areas along with workshops, warehouses and factories. For mainstream Qatari society, industrial areas represent “other spaces”. Culturally constructed images of these areas match the promoted image of the South Asian bachelor as a threat to society. Just as the fate of workers is of practically no concern to the authorities, so too are these industrial areas with their clouds of dust, their pollution and lack of maintenance. Migrants cannot help disliking their living places and these spaces are rejected by all sectors of society, though not for the same reasons. In a context where the right to mobility is reduced to a strict minimum, migrants’ practiced and lived territories focus on their room and their camp. Although workers may live in these places for years, industrial areas are not appropriated in that they are definitely not part of the migrant’s layer of belonging. Desolate landscapes and a feeling of rejection create a form of territorial stigmatization that is forgotten once migrants return home.

Crédits photographiques: Tristan Bruslé

« Qatar is like a jail ». Daily life in a Nepalese migrant labor camp and the inmate metaphor

Communication de Tristan Bruslé dans le cadre du colloque Rethinking the Himalaya: The Indo-Tibetan Interface and Beyond, Minneapolis, 28-30 octobre 2011.

Nepalese migrants in the Gulf countries number between 1.2 and 2 million. Their living space extends far beyond the traditional pattern of Nepalese migrations to India but at the same time, locally, they shrink to set places due to the policy implemented by the State of Qatar. Since, for the most part, they belong to the working class diaspora, they are housed in labor camps, a model predominant in accommodating millions of “guest workers” in the Gulf States. As “neo-liberal spaces” (Marsden), labor camps combine the need both for global companies to have flexible, on-the-spot manpower hired on a short-term contract (the sponsorship system fits these objectives perfectly) and for the host countries to try and settle the demographic imbalance on the labor market without having to address any integration issues. In a world described as more and more fluid and open to circulation, labor camps are nonetheless spaces of confinement and exclusion. In Qatar they are part of highly segregated urban planning (Nagy), of which Nepalese migrants suffer the discriminatory nature.

In this paper I focus on the materiality and representations of daily life inside a labor camp and on the inmate metaphor used by workers to describe their own status. I analyze the use of places and the pace of camp life. The use of the word “jail” (jelkhana) to portray their own lives becomes apparent in the migrant’s discourse. I show how such statements are formulated and how people live and describe their lives in such a constrained environment. As a word whose meaning is not usually applied to this category of people, I show how it corresponds to the creation of a self “set apart” category. “Jail” should not only be understood as a closed place but should be seen as a metaphor for a set of constraints felt by migrants: the obligation to leave home, to take out a loan, to reimburse it, to work and never to change jobs, to live in a camp and so forth.

Télécharger la présentation de cette communication.

Mission au Qatar

Retour de Terrain par Tristan Bruslé :

Du 4 au 18 janvier 2011, j’ai effectué une mission au Qatar pour m’intéresser au labor camp comme forme de logement contraint. L’arrivée au Qatar ressemble à l’entrée dans un immense chantier. Partout des quartiers sont détruits, d’autres sont construits, un souk surgit, des tours s’élèvent à grande vitesse, des routes irriguent le pays. En bref, la demande d’ouvriers non qualifiés n’est pas prête de tarir, d’autant plus que le Qatar organisera la coupe du monde de football en 2022 et que les projets d’infrastructures sont pharaoniques.

Dans les pays du Conseil de coopération du Golfe (Arabie Saoudite, Bahreïn, Emirats Arabes Unis, Koweït, Oman, Qatar), le labor camp est une sorte de foyer de travailleurs où sont logés des millions d’hommes, et de femmes dans une moindre mesure, pour une grande part venus d’Asie du Sud. Les conditions de logement des hommes y sont régulièrement épinglées par des organisations des droits de l’homme, telles Human Rights Watch (voir à propos des conditions de construction du Louvre Abu Dhabi) et par des reportages peu flatteurs sur la volonté des entreprises de bien traiter leurs employés.

Le camp

Mon entrée sur le terrain a été facilitée par les contacts népalais acquis lors de mes deux précédents séjours au Qatar en 2006 et 2008. Après quelques jours à Doha et dans les environs pour prendre le pouls de la situation des ouvriers au Qatar, je me suis installé dans le labor camp où j’avais déjà passé quelques jours en 2008, grâce à des jeunes hommes animateurs d’un groupe culturel avec qui j’échangeais régulièrement des mails. N’ayant pas accès aux lieux du travail, je me suis contenté d’observer la vie quotidienne des hommes dans leur logement.

Photo 1 - Les lits superposés sont la norme

Le camp est habité par 200 Népalais travaillant pour une entreprise de services. Il est constitué d’un bâtiment principal avec 14 chambres et de plus petits bâtiments et mobile homes où l’on trouve des chambres, la cuisine, une salle de cantine et des sanitaires. Le groupe culturel possède en outre deux mobile homes, l’une destinée à ses réunions et l’autre convertie en salle de sport. Les conditions de logement dans ce camp sont assez représentatives de celles des autres camps, ne serait-ce l’état particulièrement dégradé des sanitaires. Les chambres accueillent 10 hommes qui dorment sur des lits superposés alors que dans d’autres camps, jusqu’à 25 personnes peuvent habiter ensemble (cf. photo 1).

Photo 2 - Un minimum d’espace pour ranger ses affaires personnelles

L’entassement et le manque d’espace privé sont néanmoins flagrants. Seuls les plus anciens possèdent des armoires ou commodes pour ranger leurs effets personnels tandis que les autres se contentent de glisser leurs affaires sous les lits (cf. photo 2).

Photo 3 - La télévision, un meuble au centre des chambres

Dans chaque chambre, un espace est dédié à la télévision achetée collectivement et branchée sur le réseau câblé (cf. photo 3).

Photo 4 - Le rideau et fermeture de l’espace-refuge du lit

Aux murs, des décorations cachent parfois la peinture vieillissante. Les bleus de travail pendent près de la porte mais les chaussures restent toujours à l’extérieur. Le lit est l’espace minimal approprié, là où le migrant peut enfin se retrouver seul, avec les photos de sa famille ou son ordinateur. Le soir ou quand il n’est pas là, le lit-refuge se ferme avec un rideau improvisé (cf. photo 4) comme pour préserver un peu l’intimité de son occupant.

Alors que les chambrées sont constituées d’hommes de castes et d’origines géographiques différentes, elles constituent une base forte de la sociabilité quotidienne. Les hommes y dorment, y préparent parfois des repas, y mangent, y jouent et s’y reposent. En l’absence d’espace public intérieur, hormis la pièce du groupe culturel qui n’est ouverte qu’aux membres du club, la majeure partie du temps libre est donc passé dans les chambres, notamment pendant les 6 mois de l’année durant lesquels les températures sont élevées.

L’enfermement et sa relégation

Photo 5 - Les zones industrielles où sont situées les labor camps sont peu entretenues

Le sentiment d’enfermement qui pourrait exister dans d’autres labor camps n’apparaît pas vraiment comme prééminent dans celui que j’ai visité. En fait, l’impression de vivre dans une « prison » (d’après les mots de plusieurs migrants) est surtout relative au système de la kafala (parrainage) qui lie permis de travail et permis de résidence et qui conditionne totalement
à la bonne volonté du parrain la liberté de mouvement et de changer de travail. À l’échelle locale, les allers-venues dans et hors du camp ne sont pas contrôlés, le gardien surveille uniquement les mouvements de véhicules. Les hommes peuvent donc, durant leur temps libre, s’en échapper comme ils veulent. Mais la zone industrielle poussiéreuse où est situé le camp n’offre que peu de paysages de promenade aux Népalais qui vantent sans cesse les beautés naturelles et verdoyantes de leur pays d’origine (cf. photo 5).

D’autre part, sortir de cette zone de relégation où sont concentrés des industries et des logements de travailleurs demande du temps, seul le vendredi est férié, et de l’argent, que les hommes essaient d’épargner. Enfin, s’il est possible le vendredi de rencontrer des amis au centre de Doha, il faut encore que les migrants aient le droit de fréquenter les espaces de leur choix. Depuis quelques années en effet à Doha, les principaux centres commerciaux, la promenade du front de mer dite « la Corniche », le zoo et le vieux souk sont régies par la règle du « Family day ». Cet euphémisme est utilisé pour empêcher la venue des hommes seuls originaires d’Asie du sud, qui sont donc refoulés hors des espaces de modernité et de consommation du Qatar. Dans ce contexte d’exclusion, doublé d’une volonté d’épargner et d’une curiosité de découverte rapidement satisfaite au début des séjours, les hommes sortent peu de leur camp.

Rythmes du camp

La vie quotidienne dans le camp est marquée par des rythmes très réguliers. La répétition de journées quasi-identiques, l’absence de moyens de se divertir hors du camp et l’enfermement, relatif, font que l’ennui est fortement ressenti.

À 5h30, les premiers bus partent vers les lieux du travail. Les garçons de bureau ont enfilé leur chemise blanche et pantalon noir, bien repassés. Les autres se contentent d’un « bleu de travail » jaune. Les premiers retours ont lieu vers 15 h 30. Certains hommes enchaînent alors sur une deuxième activité rémunérée, chez des particuliers où ils font le ménage ou nettoient les voitures. Une fois la journée de travail terminée, vient le temps de s’occuper de soi (toilettes, lessive) ou de la chambre (des tours de ménage sont organisés). La question de l’occupation du temps libre est une préoccupation majeure dans les camps. Hors de leur environnement familial, dans un cadre qu’ils n’ont pas choisi, il faut « tuer le temps », un « temps qui passe deux fois moins vite au Qatar qu’au Népal ». Certains pratiquent la musculation tandis que d’autres ne font pas grand-chose (cf. les deux vidéos suivantes).

Photo 6 - Télévision ou ordinateur, à chacun son occupation

Photo 7 - Un soir de match de football réunit les hommes autour de la télévision

Les membres du groupe culturel préparent leur prochaine réunion. Mais de plus en plus, avec la forte pénétration des ordinateurs portables dans les chambres, le temps libre est passé devant un écran (cf. photo 6 et 7). Les modes de loisir s’uniformisent à travers le monde. Avec au moins 3 ordinateurs reliés par chambre, la pratique d’internet est bien ancrée dans les habitudes. Les sites Canadanepal.net, Facebook ou Youtube sont les plus populaires, ainsi que les sites d’informations en langue népalaise. Les séries, films ou vidéoclips népalais sont privilégiés : à deux ou trois sur un lit autour de l’ordinateur, se divertir passe aujourd’hui aussi par le réseau mondial (cf. photo 8).

Photo 8 - Des écrans et des hommes

Le chat est en revanche plus personnel, surtout s’il est fait avec sa femme ou sa fiancée.

Le soir à partir de 19h 30, le dîner est servi. Les trois cuisiniers ont préparé pour la deuxième fois de la journée un plat de riz-lentilles, agrémentés de viande de poulet ou de mouton. Les hommes se dirigent alors en ordre dispersé vers la cuisine, leur assiette en mains et rentrent dans leur chambre pour partager le repas avec leurs compagnons (cf. photo 9).

Photo 9 - Le repas du soir est pris en commun dans la chambre

C’est aussi le soir que pour changer de la nourriture de la cantine, source de récriminations constantes, que les hommes cuisinent pour eux-mêmes (cf. vidéo ci-dessous), le must étant d’agrémenter le riz et les légumes « de l’entreprise » avec du beurre clarifié ou des légumes séchés rapportés du village. Certains soirs, un tournoi de volley est organisé, tandis que d’autres se tournent vers l’alcool, pourtant interdit mais facilement accessible sur le marché noir.

À partir de 22 h, le camp retrouve un calme ponctué des derniers mouvements avant le coucher et du va et vient des hommes travaillant en horaires décalés (cf. vidéo ci-dessous).

Au final, l’observation de la vie dans un labor camp et les entretiens avec les hommes font ressortir à la fois des constantes de la vie de migrants (la rupture avec la famille, les difficultés de comblement de la distance) et les particularités de la vie en logement contraint (l’absence de vie privée, la réduction de l’espace vécu).

Crédits photographiques et vidéos: Tristan Bruslé