Les travaux de « Border Criminologies »

Border_criminologyLes collègues de l’équipe Border Criminologies, coordonnée par Mary Bosworth et accueillie par l’Université d’Oxford, nous font parvenir un billet sur les activités qu’ils ont conduites pendant la première année de leur programme:

Launched in April 2013, Border Criminologies was created at the Centre for Criminology at the University of Oxford as part of Mary Bosworth’s European Research Council Starting Grant, ‘Subjectivity, Identity and Penal Power.’ In both its online format and within the University, Border Criminologies brings together an international group of academics, practitioners, and those who have experienced border control, disseminating high quality original research on the nature and effects of border control while exploring alternatives. Supported by a core group based in Oxford, the network and website have grown rapidly and continue to evolve as new researchers join in and content is added.

At year-end 2013, the Border Criminologies network included seventeen academic researchers and six postgraduate research students along with an international advisory group whose fourteen members represent academic, government, and non-government sectors. The website combines an active blog presenting a variety of research projects, teaching resources, publications, and information about forthcoming seminars. It also links to Border Criminologies’ active social media accounts on Twitter, Facebook, and Flickr.

The blog has emerged as a particularly important feature of Border Criminologies’ work. In 2013, we published over 80 entries on a variety of topics related to border control: immigration detention, border policing, research methods, visual methods, and maritime migration. Our website statistics indicate that over 8 months the blog was viewed approximately 21,000 times. The single most popular post so far has been that written by recent Oxford BCL graduate Celia Rooney, ‘Exploiting a Tragedy: The Securitization of EU Borders in the Wake of Lampedusa.’

In addition to the blog, we have extended the online presence of Border Criminologies through social media, with multiple Twitter feeds and posts on Facebook. As part of our focus on visual methods, we are slowly amassing images of border control on our Flickr account. While the main viewers of the website are from the UK, US, Canada, and Australia, Border Criminologies has viewers from countries in Europe, Africa, Asia, and Central and South America. At the end of 2013, Border Criminologies was approached by Newstex, a web based business to syndicate our blog content, a development that has the potential to widen our reach significantly.

Members of the Border Criminologies group in Oxford and elsewhere were active in research and publication throughout 2013, presenting on their research in a variety of academic and professional venues. Examples of their publications can be found on the Research Publications page, while accounts of some of their research activity can be found on the Current Research page. Details about their teaching in this field can be found on the Teaching page, while examples of survey instruments can be found on the Research Surveys page.

In December 2013, Mary Bosworth was awarded a Leverhulme International Network Fellowship to link the Border Criminologies research group at Oxford with the Border Crossing Observatory group at Monash University and the Crime Control in the Borderlands of Europe team at the University of Oslo. As part of this network, Border Criminologies will set up and host a new open access SSRN journal on research in criminology and migration. In addition, it will create a forum for emerging researchers to discuss and share research methods and experiences. The Leverhulme grant will also fund a three-year Network Facilitator who will be able to assist with the management and development of the website.

Looking ahead

For 2014, we have several goals in mind. First, we will be launching a redesigned version of the Border Criminologies website so that the blog is clearly identifiable on a separate page. We hope the redesigned website will be more user-friendly. Once that is done we aim to consolidate the blog’s publishing schedule. Ideally, we would like to publish three posts per week, on Monday, Wednesday, and Friday. We will continue to build content on the website, with a specific focus on three main areas:

  1. teaching resources for criminology courses on border control, migration, and mobility;
  2. creating a postdoctoral research network; and
  3. creating a professional network for NGOs.

We intend to integrate more audio and visual content, starting with podcasts from two seminars that we are hosting in March 2014 on foreign national prisoners and everyday life in immigration detention.

As we develop the website, we will include more information about the research of the network members and create a blog for detainees, ex-prisoners, and those with experience of border control. Sarah Turnbull, who is currently conducting research on immigration detainees’ perspectives on home and belonging, has started to hand out cameras to women and men leaving detention, to record what happens next. The first photo essay from this project will appear as an entry on the blog in early 2014, while later images will be collated for further academic analysis. Combined with images taken in detention centres by members of Border Criminologies, these may form the basis of a future exhibition.

Border Criminologies is at an exciting stage. While still new, it has started to consolidate. We continue to experiment with new methods and modes of communication, reaching out to colleagues around the world. Alongside these web-based interactions, network members remain active in research and publications in more traditional academic arenas as well. As we move forward, we welcome comments, suggestions, and participation in these endeavours.

We would like to thank everyone who contributed to Border Criminologies in 2013 and to those of you who follow the blog and Border Criminologies through social media.

Mary, Inês, and Sarah

Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte

L’équipe TerrFerme est invitée à présenter ses recherches dans le cadre du groupe de travail « Traitements et contraintes » mis en place à la rentrée universitaire 2012 par une équipe de jeunes chercheurs de l’EHESS. Ce groupe de travail entend prolonger les réflexions développées dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs institutionnels qui s’était tenu à Paris les 13 et 14 juin 2012.

La première séance du groupe de travail aura lieu le 21 novembre 2012 et sera  consacrée au thème « Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte ». Elle fournira l’occasion à Mathilde Darley de revenir sur la méthodologie déployée pour enquêter sur les différents lieux d’enfermement étudiés dans le cadre du projet de recherche. La présentation s’appuiera sur l’article collectif rédigé au printemps 2012 par les membres de TerrFerme et intitulé « Les lieux d’enfermement : méthodologie de la contrainte » : celui-ci s’attache à analyser une expérience collective d’enquêtes ethnographiques réalisées dans trois types de lieux de confinement (prisons, centres de rétention pour étrangers, logements fermés pour main-d’œuvre étrangère), soit dans des contextes marqués par une clôture plus ou moins prégnante et un fort contrôle institutionnel.

Il s’agit d’abord de s’interroger sur la démarche adoptée pour accéder à ces lieux a priori fermés à l’enquêteur, sur les contraintes rencontrées et les formes d’adaptation élaborées pour y répondre. L’article revient ensuite sur la pérennisation du dispositif d’enquête : une fois à l’intérieur des murs, le chercheur reste en effet tributaire de la fermeture et des rapports de pouvoir inhérents à ces espaces. Au final, il apparaît que la contrainte qui pèse sur ceux qui sont enfermés (détenus, étrangers en attente d’expulsion, travailleurs migrants) s’exerce aussi en permanence sur le chercheur. Les lieux de confinement sont marqués par des rapports de pouvoir dissymétriques dont l’enquêteur ne peut s’extraire. La complexité de l’entreprise ethnographique réside alors dans la capacité à saisir le caractère mouvant, fluctuant de ces rapports de pouvoir, perpétuellement recomposés.

 

La thèse d’Olivier Milhaud sur les prisons françaises est en ligne

Soutenance_OlivierLa thèse d’Olivier Milhaud, soutenue le 30 novembre 2009, est accessible sur le serveur de thèse TEL :

Milhaud Olivier, 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Guy Di Méo, Bordeaux/Pessac, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne/Laboratoire ADES CNRS, 50 ill., biblio., 368 p.

Passionnante lecture!

A propos du séminaire avec Gilles Chantraine

P1000996_GillesChantraine2A propos du séminaire de Terrferme qui a eu lieu le 1er décembre dernier avec Gilles Chantraine.

Par Olivier Milhaud, Laboratoire ADES.

C’est toujours un plaisir de recevoir un jeune chercheur déjà doté d’une expérience riche et variée. On peut ainsi retracer avec lui autant les interrogations fondamentales qui ont guidé sa recherche que les évolutions des centres d’intérêt au cours des années.

Gilles Chantraine se montre très attaché à remettre en cause l’idée d’une prison immobile. Pourtant c’est bien cette immobilité qui semble dominer tant le vécu entre les murs (la routine et le temps suspendu des détenus, les « bonnes journées » des surveillants, celles où il ne se passe rien) que l’inertie historique d’une prison qui se reproduit malgré ses échecs et malgré les critiques récurrentes et monotones que d’aucuns lui adressent. Il ne faut pas succomber à cette vision immobile prévient Gilles Chantraine.

N’existe-t-il pas une rationalité pénale moderne, fort différente des rationalités antérieures? Si l’on en croit Alvaro Pires, la rationalité pénale moderne est « hostile, abstraite, négative et atomiste ».

<<Hostile, parce qu’on représente le déviant comme un ennemi du groupe tout entier et parce qu’on veut établir une sorte d’équivalence nécessaire, voire ontologique, entre la valeur du bien offensé et l’affliction à produire chez le déviant. Abstraite, parce que le mal (concret) causé par la peine est reconnu mais conçu comme devant causer un bien moral immatériel (« rétablir la justice par la souffrance », « renforcer la moralité des gens honnêtes », etc.) ou encore un bien pratique invisible et futur (la dissuasion). Négative, puisque ces théories excluent toute autre sanction visant à réaffirmer le droit par une action positive (le dédommagement, etc.) et stipulent que seul le mal concret et immédiat causé au déviant peut produire un bien-être pour le groupe ou réaffirmer la valeur de la norme. Et enfin, atomiste, parce que la peine – dans la meilleure des hypothèses – n’a pas à se préoccuper des liens sociaux concrets entre les personnes sauf d’une façon tout à fait secondaire et accessoire.>> (Pires et al., 2001, 198).

Cette rationalité pénale entrave toute innovation. Quand on pense que la moindre récidive peut faire vaciller toute la politique des libérations conditionnelles, on peut se demander pourquoi tant de récidives post-carcérales ne remettent pas en cause la prison? L’institution pénitentiaire existe assurément sous le poids d’une certaine lourdeur qui entrave les évolutions.

Cependant, ne croyons pas à une prison immobile. D’ailleurs, la sociologie carcérale s’est construite assez vite en porte à faux avec une certaine représentation du travail de Michel Foucault. Les constats empiriques ne sont pas ceux d’un dispositif correctionnaliste, mais plutôt celui d’un dispositif guerrier défensif, visant la contention, la neutralisation des détenus. Certes, il existe des efforts correctionnalistes, mais le fonctionnement banal d’une prison est bien plus pragmatique : réduire les désordres et éviter les évasions.

On constate toutefois une complexification de la vie sociale en prison aujourd’hui. Nous sommes loin des travaux de Gresham Sykes ou même du Erving Goffman d' »Asiles » et des institutions totales. Pensons simplement à la porosité grandissante avec l’environnement ou à la poussée du droit en détention. Toutes deux contribuent grandement à la complexification du pouvoir et des rapports sociaux en détention. La présence plus massive d’autres acteurs (issus de l’Administration pénitentiaire bien sûr, mais aussi de l’Education nationale, de la Santé, voire de la Protection Judiciaire de la Jeunesse…) redéfinit le gouvernement des détenus. Dans les Etablissements pour Mineurs, on a affaire à un gouvernement hétérogène, traitant des mineurs à gérer, des élèves à instruire, des patients à soigner, des jeunes à éduquer. A partir de là, on peut se demander qu’en pensent les principaux intéressés. Comment s’adaptent-ils? Comment résistent-ils?

D’où les recherches de Gilles Chantraine, au croisement des stratégies de gouvernement, selon une ligne foucaldienne, et des interactions quotidiennes, selon une ligne plus goffmanienne.

Sa thèse, Par-delà les Murs (Le Monde, 2004), revisitait l’idée d’institution totale à l’aune des expériences subjectives. La diversité des expériences carcérales, du fait de la diversité des parcours de vie, y est pour beaucoup.

Son séjour à Montréal lui a ouvert la porte des governmentality studies: qui gouverne? comment? quelles sont les réactions? D’où ses travaux sur la prison post-disciplinaire, ou sur les mutations pénales contemporaines.

Son travail sur les trajectoires d’enfermement (suivi de cohortes biographiques) lui a permis de rencontrer des jeunes en quartier mineurs puis de les réinterroger six mois plus tard (pour ceux dont on n’a pas perdu la trace) là où ils en sont de leur parcours.

A présent, Gilles Chantraine travaille plus sur les professionnels que sur les détenus. Nouvel éclairage sur une rationalité pénale moderne toujours saisie au plus prés des vécus et des expériences.

•PIRES A.P., CELLARD A., PELLETIER G. (2001). L’énigme des demandes de modifications législatives au code criminel canadien, in FRAILLE P. (dir.), Régulations et gouvernances. Le contrôle des populations et du territoire en Europe et au Canada. Une perspective historique, Barcelone, Éditions de l’Université de Barcelone, p. 195-217.

Voir aussi :

•PIRES, A. P. (1998). Aspects, traces et parcours de la rationalité pénale moderne, in DEBUYST, C., DIGNEFFE F. & PIRES, A. P. (eds.), Histoire des savoirs sur le crime et la peine. 2/ La rationalité pénale et la naissance de la criminologie, Montréal, DeBoeck Université, p. 3-52.

Crédits photographiques: B. Michalon, C. Abéla

Penser l’enfermement à partir de la prison

Progr_seminaireChantraine_3

Le prochain séminaire de TerrFerme aura lieu le mardi 1er décembre de 9h à 12h à la Maison des Suds (campus de Pessac), salle des stages.

Il prendra la forme d’un atelier de travail à partir des travaux de Gilles Chantraine, chargé de recherche CNRS (CLERSE, Lille), qui sera présent. Autour du thème « Penser l’enfermement à partir de la prison », seront abordés : le positionnement scientifique de l’auteur (sa grille d’interprétation, ses concepts et notions, son analyse, sa posture en tant que chercheur, etc.), sa méthode (l’accès au terrain et aux données, les techniques d’enquête, le positionnement face aux interlocuteurs, les émotions du chercheur) et enfin son approche de la prison et de l’enfermement.

Cet atelier est ouvert au public. Pour des raisons logistiques, les personnes intéressées sont priées de prendre contact avec l’organisatrice avant le séminaire.

Contact : Bénédicte Michalon, chargée de recherche Cnrs.

Et n’oubliez pas la soutenance de thèse d’Olivier Milhaud le lundi 30 novembre!!!


Compte-rendu du séminaire sur la méthodologie de l’enquête

Voici un compte-rendu du séminaire TerrFerme du 21 septembre 2009 « Comment enquêter dans les lieux d’enfermement » avec Michel Agier (EHESS), Cédric de Torcy (CGLPL), Mathilde Darley (CESDIP / CNRS).

Définir les lieux d’enfermement

Dans la démarche de retranscrire la « France captive » qui est celle du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), Cédric de Torcy souligne que la loi du 30 octobre 2007 laisse une grande souplesse dans la définition de ce qu’est un lieu d’enfermement où des personnes sont maintenues sur décision administrative et/ou judiciaire ; en conséquence, des véhicules servant aux transferts de détenus ou d’étrangers en instance d’expulsion sont considérés comme des espaces de confinement par le CGLPL. Dans ce processus, il y a l’idée de définir l’enfermement autant par la localisation que par le statut institutionnel ou par d’autres critères déjà existants ou à définir ; l’enfermement peut donc être présent dans des lieux inattendus. Enfin, à partir du terme d’encampement que Michel Agier emprunte à Barbara Harrell-Bond, une typologie des lieux de mise à l’écart est proposée : les camps de réfugiés (la mise en camp est vue comme la quatrième solution du HCR aux situations des réfugiés dans le monde; officiellement le HCR propose trois solutions : l’intégration dans le premier pays d’accueil, la réinstallation dans un pays tiers et le retour dans le pays d’origine une fois la crise terminée) , les lieux de confinement (centre de rétention administrative, zones d’attente…), les camps de déplacés et les camps informels.

Interactions sociales et territoriales

Paradoxalement, il convient aussi de montrer les possibles attachements des individus à ces espaces ; Michel Agier cite à ce propos les travaux d’Appadurai qui rappelle que tout lieu est nécessairement symboliquement produit. Par exemple, chez celles et ceux qui sont déplacé(e)s, la localisation s’accompagne de resocialisation – sans cette dimension, le déplacement serait en effet un exil sans fin. Et Michel Agier souligne l’importance de faire une typologie générale de ces « milieux en tension » dans une seule nébuleuse – qui aurait plus ou moins d’intensité – afin de mettre en évidence ce qui relève de l’accueil ou au contraire de l’enfermement. Le « vide » qui existe autour de ces espaces définit en partie le « plein » des camps, dans le sens où les personnes sont considérées comme « légales » – par les autorités qui gèrent ces lieux – uniquement à l’intérieur de ces lieux.

Enfin ces espaces sont disharmoniques sur le plan des structures et de la représentation que nous en avons ; c’est-à-dire qu’il existe des divergences entre l’organisation du monde et les aspects de l’organisation de ces lieux à l’échelle locale.

Carnets de terrain

Les lieux d’enfermement sont souvent considérés comme des terrains hybrides, troubles, compliqués à comprendre : ils sont alors largement abordés par le biais de la méthode ethnographique. La question émotionnelle y est prégnante et a été évoquée par deux des intervenants. Michel de Torcy dit à ce propos : « l’émotion, il ne faut pas qu’elle nous submerge mais je tiens à la garder » ; et Mathilde Darley rappelle qu’il ne faut pas « se concentrer sur les acteurs qui drainent le plus de pathos ». Les émotions font toutefois partie de la production de la recherche, et ces « troubles » se révèlent plus saillants dans les enquêtes relatives aux lieux d’enfermement. Pour autant, ils ne sont pas spécifiques à ces terrains. En conséquence, il semble intéressant, plutôt que d’appréhender ces terrains comme intrinsèquement spécifiques et de risquer ainsi de les réifier comme « terrains difficiles », de les rapprocher de terrains plus consensuels mais où s’offrent également à l’observation des formes d’interaction entre populations contrôlées et agents (étatiques ou non) du contrôle (voir par exemple les travaux de Vincent Dubois, en particulier La vie au guichet).

Au-delà de la question de la « débrouillardise », point évoqué à plusieurs reprises et qui est un élément à ne pas négliger dans ces processus d’enquête, Mathilde Darley souligne qu’elle ne prend jamais de notes durant les entretiens avec les migrants, pour ne pas interrompre la fluidité des propos ; et durant les observations ethnographiques auprès des acteurs du contrôle, elle retranscrit sur papier uniquement les informations données « officiellement » et non celles évoquées sur le mode du « off ». Dans certains lieux d’enfermement, parfois, il ne se passe pas grand-chose, et c’est peut-être cela l’important ; dans ce sens, ce qui intrigue, c’est ce rapport au temps (le temps de soi, le quotidien…). Maintenir les contacts avec les personnes maintenues (même une fois libre) est une contrepartie importante dans l’enquête. Il est aussi important de ne pas reproduire les conditions d’un des multiples interrogatoires subis par les retenus ou les détenus ; en définitive les enquêteurs peuvent également être pris dans des interactions, et se pose toujours la question de « la bonne distance » évoquée par les intervenants.

Depuis la nomination du contrôleur général des lieux de privation de liberté, des prisons, des centres et locaux de rétention administrative, des hôpitaux psychiatriques ont été visités et font l’objet de rapports non publiés à l’exception d’extraits dans le rapport annuel. Pour chaque visite, un rapport de constat (sans aucun commentaire) est tout d’abord effectué et envoyé aux autorités du lieu visité ; puis le rapport est accompagné de préconisations qui sont adressées aux ministres compétents. « Nous essayons de tout voir » dit Cédric de Torcy, « nous nous attachons à voir un grand nombre de personnes maintenues (notamment les indigents, celles et ceux qui ne sortent jamais de leur cellule, etc.). Nous devons prendre le temps, perdre notre temps ; ce qui explique qu’aujourd’hui, certaines visites se déroulent durant toute une semaine ». Enfin, Cédric de Torcy souligne le déséquilibre qui existe aujourd’hui entre la sécurité et le respect de la personne, la première l’emportant toujours sur la seconde. Il rappelle notamment l’exemple du soutien-gorge évoqué dans le Rapport annuel du Contrôleur général des lieux de privations de liberté 2008.

Méthodologie de l’enquête et lieux d’enfermement

trou_maille2Le séminaire du 21 septembre auquel vous invite TerrFerme (voir programme ci-dessous) a pour objectif de réfléchir aux méthodes de l’enquête dans les lieux d’enfermement à partir d’une question simple : comment, concrètement, le chercheur peut-il y mener son enquête ? Les particularités de ces lieux engendrent-elles des spécificités dans le travail d’enquête du chercheur ? On peut en effet partir de l’idée que la clôture physique des lieux et leur contrôle strict par des administrations ad hoc constituent des obstacles à surmonter qui vont orienter les manières de mener des investigations scientifiques.

Se pose d’emblée la question de l’accès à ce type de lieu et donc de l’accès aux informations indispensables à l’enquête. Se pose aussi la question de l’entrée sur ce terrain : par où, par qui et comment entreprendre le recueil des données empiriques ? Faut-il nécessairement enquêter à l’intérieur même des lieux clos pour réfléchir sur l’enfermement ?

Une fois à l’intérieur, quelles sont les méthodes et techniques les plus appropriées (par ex. entretien et niveau de sa structuration, observation et ses lieux de conduite…) ? Comment les adapter aux contraintes de contrôle des espaces et des personnes qui les fréquentent ? Comment les adapter, aussi, aux préoccupations de ceux qui vivent l’enfermement, bien différentes de celle de l’enquêteur ? Les temporalités de l’enquête doivent-elles également être aménagées ?

Par la suite, que faire de toutes ces contraintes dans le traitement des données ? Comment analyser des données qui ont été recueillies dans des circonstances de contrôle variables ? Par exemple, les informations recueillies à l’intérieur et celles recueillies à l’extérieur ont-elles le même statut ?

Est-ce que les modalités de l’enquête peuvent être les mêmes pour tous les lieux d’enfermement retenus dans le cadre de ce programme, ou les différences de vocation et de fonctionnement qui peuvent être repérées entre prisons, centres de rétention administrative et de demandeurs d’asile, et logements contraints des travailleurs entraînent-elles nécessairement des variations dans les manières de mener les investigations ? Peut-on s’armer d’un viatique méthodologique commun pour aborder tous ces lieux ?

C’est finalement la singularité même de l’enquête scientifique dans les lieux d’enfermement qui est à interroger, en matière de positionnement du chercheur, en matière de méthodes et techniques de recueil des données, en matière de traitement de ces informations.

Crédits photographiques : Pulpolux !!!, Licence CC

Comment enquêter dans les lieux d’enfermement ?

TerrFerme vous invite le 21 septembre 2009 à son séminaire sur le thème « Comment enquêter dans les lieux d’enfermement? ».

Programme :

13h30 -14h45 Michel AGIER (Anthropologue, EHESS, Centre d’Etudes Africaines, Paris)

Place et déplacements de l’ethnologue, dans les camps et dans le dispositif humanitaire

14h45 -16h Cédric DE TORCY (Contrôleur général des lieux de privation de liberté)

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté : une approche globale

16h – 16h15 Pause

16h15 -17h30 Mathilde DARLEY (Politologue, CNRS, Cesdip, Guyancourt)

Enquêter dans les lieux d’enfermement pour étrangers : questionnements méthodologiques

17h30 -18h Discussions et conclusion

Lieu : Maison des Suds (salle des stages), 12 Esplanade des Antilles, 33600 PESSAC

Contact :

Bénédicte Michalon

La micro-géographie goffmanienne : les terrains de manœuvre d’un hôpital psychiatrique

Dans la lignée des lectures présentées précédemment, l’équipe TerrFerme poursuit sa réflexion méthodologique.

Lecture d’Olivier Milhaud :

Goffman E., 1961, Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, N.Y., Anchor Books Doubleday, [re-impression 1990], 386 p.

asylums-erving-goffman-paperback-cover-art

Dans la troisième partie d’Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus (1968 [1961]), Erving Goffman propose toute une micro-géographie des espaces de liberté d’un lieu d’enfermement. Il décrit « the underlife » d’un hôpital psychiatrique, la « vie clandestine » d’une institution totale, et beaucoup de choses dites à propos de l’asile conviennent dans une certaine mesure à propos des prisons.

Le sociologue décrit notamment les matériaux à la disposition des « reclus » pour mettre en œuvre des « secondary adjustments » – il ne s’agit pas d’adaptations primaires (celles-ci correspondent à l’acceptation des règles de l’institution dans laquelle entre le malade), mais d’adaptations secondaires, c’est-à-dire des contournements des règles institutionnelles pour conserver des marges de liberté. Parmi ces moyens de fortune, on trouve bien sûr des détournements d’objet, des récupérations de rebuts, mais aussi un usage stratégique des horaires et des lieux. L’exploitation habile des affectations permet de travailler en cuisine et de récupérer de la nourriture par exemple – on sait d’ailleurs combien la nourriture revêt une importance cruciale dans les prisons ; dans un environnement collectif de rareté, tout aliment peut se monnayer et devenir un instrument de pouvoir (Valentine, Longstaff, 1998). D’autres reclus vont à la gymnastique simplement pour pouvoir se relaxer sur les tapis moelleux de la salle de sport. Or, comme le précise tout de suite après Erving Goffman, dans la section « Places » (1961, p. 227), « Terrains de manoeuvre » dans la traduction française (1968, p. 283) : « if these activities of underlife are to occur, they must occur in some place or region » (1961, p. 227, je souligne). Le sociologue précise que l’espace des patients peut être partagé en trois, et que ceci serait valable dans beaucoup d’institutions d’enfermement, à commencer par les prisons. Il distingue premièrement l’espace extérieur ou aux limites de l’établissement – zone interdite au reclus, à moins d’être accompagné – deuxièmement, l’espace surveillé qui, lui, est autorisé, mais soumis aux restrictions de l’institution, et enfin, troisièmement, les « free places » (1961, p. 230), ces « zones franches » (Goffman, 1968, p. 283) peu ou mal surveillées, où l’on peut être à la fois soi-même et son propre maître : « Here one can be one’s own man » (1961, p. 231).

Erving Goffman s’appesantit longuement sur ces espaces de moindre contrainte qui affinent la vision parfois trop univoque des coercitions spatiales. On peut boire, jouer au poker, se détendre, ne plus avoir à se comporter comme un malade, être traité comme une personne normale, non seulement dans diverses cachettes, mais aussi dans les lieux que les personnels renoncent à surveiller de manière rigoureuse. Les espaces de contact avec des amis hébergés dans d’autres parties de l’institution, ou avec le personnel et les familles, ou simplement avec l’extérieur via une ouverture visuelle, font bien sûr partie des zones franches recherchées des reclus. Sûrement moins présentes en prison que dans un hôpital, ces zones franches pourraient se retrouver dans les infirmeries ou les salles de classe de la détention.

Ces « free places » sont distinguées des « group territories » (Goffman, 1961, p. 239), « territoires réservés » (Goffman, 1968, p. 294), que plusieurs reclus s’approprient collectivement, aux dépens des autres. Ceux qui jouissent d’une affectation au foyer où est publié l’hebdomadaire de l’institution, ou à l’entretien du quartier des séniles, peuvent disposer pour quelques heures du bureau ou d’une aile de la véranda, avec la complicité du personnel. Ce privilège spatial n’est pas accordé à tous.

Enfin, Erving Goffman termine cette analyse très éthologique de la territorialité des reclus, en mentionnant le « personal territory » du patient :

« I have mentioned two kinds of places over which the patient has unusual control: free places and group territories. He shares the first with any patient and the second with a selected few. There remains private claim on space, where the individual develops some comforts, control, and tacit rights that he shares with no other patients except by his own invitation. I shall speak here of personal territory. A continuum is involved, with a veritable home or nest at one extreme, and at the other a mere location or refuge site in which the individual feels as protected and satisfied as is possible in the setting. » (Goffman, 1961, p. 243-244).

Ceux qui disposent d’une chambre individuelle à l’hôpital psychiatrique St. Elizabeth de Washington, D.C., qu’étudie Erving Goffman, peuvent y accumuler des objets interdits (photos d’actrices, romans policiers, etc.), d’autres s’approprient un coin de la salle commune ou une chaise devant la télévision. La loi du premier occupant dans les quartiers les plus évolués, contraste avec la loi du plus fort dans les quartiers d’arriérés, même si la loi du plus éloquent fonctionne aussi – celui qui n’arrive pas à parler du tabouret qu’il occupe peut s’en faire déloger par celui qui maîtrise le vocabulaire et la persuasion.  Les emboîtements spatiaux sont bien sûr possibles : le refuge de tel reclus, parfois réduit à la couverture dans laquelle il s’enveloppe, peut se trouver situé dans le territoire réservé de son groupe, lui-même inclus dans une zone franche plus vaste et peu surveillée.

Il existe ainsi toute une géographie de la liberté, toute une différenciation des espaces où les contraintes institutionnelles sont plus ou moins marquées. On pourrait étendre cette analyse goffmanienne des subdivisions entre « free places », « group territories » et « personal territories » à tous les espaces clos institutionnels, à commencer par les prisons. Cet usage de l’espace permet de faire glisser l’analyse de ce que l’espace d’enfermement fait aux reclus, à ce que les reclus font avec l’espace. Comme le résume Isaac Joseph, « dans les adaptations secondaires, il [Erving Goffman] va découvrir de petites mobilisations, qui ont pour enjeu de circonscrire les territoires de la coexistence et de gérer le partage des places et des ressources entre la vie privée et la vie publique » (2001, p. 80). Cet usage de l’espace pour contourner les règles officielles de l’institution a bien été repéré ici et là dans la littérature carcérale antérieure à la parution d’Asiles (Sykes, 1958 ; Dendrickson et Thomas, 1954 ; Hassler, 1954), mais il n’a pas été développé de manière aussi convaincante.

Références :

Dendrickson G., Thomas F., 1954, The Truth about Dartmoor, Londres, Victor Gollancz, 240 p.

Goffman E., 1961, Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, N.Y., Anchor Books Doubleday, [re-impression 1990], 386 p.

Goffman E., 1968 [1961], Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit, 450 p.

Hassler A., 1954, Diary of a Self-Made Convict, Chicago, Henry Regnery, 182 p.

Joseph I., 2001, « Le reclus, le souci de soi et la folie de la place », in Erving Goffman et les institutions totales, C. Amourous, A. Blanc, (éd.), Paris, L’Harmattan, 316 p., pp. 79-92.

Sykes G., 1958, The Society of Captives: A Study of Maximum Security Prison, Princeton, N.J., Princeton University Press, 144 p.

Valentine G., Longstaff B., 1998, « Doing Porridge: Food and Social Relations in a Male Prison », Journal of Material Culture, vol. 3, n°2, pp. 131-152.

Une micro-géographie de la prison : compromis, contingents et territorialisations violentes

Olivier Milhaud nous présente sa lecture de:

Lamarre J., 2001, « La territorialisation de l’espace carcéral », Géographie et Cultures, n°40, pp. 77-92.

Si plusieurs tageographie-et-culturesctiques géographiques permettent de s’approprier certains espaces dans les lieux d’enfermement, elles ne vont pas sans difficulté. Ainsi, en prison, les logiques d’appropriation de l’espace carcéral relèvent bien souvent d’une territorialisation violente (Lamarre, 2001). La prison constitue un espace de placement exacerbé : chaque emplacement est essentiel, et tous dépendent d’un pouvoir – celui de l’administration, celui des surveillants, celui des autres détenus.

Les négociations et les compromis qui s’établissent entre les détenus pour s’approprier et contrôler tel ou tel lieu, s’avèrent donc à la fois violents et contingents. Au Centre de détention de Québec qu’étudie Jules Lamarre, les détenus mangent dans un réfectoire : un nouveau venu ne peut en aucun cas prendre place à la table un peu isolée des « dominants », à moins d’y avoir été explicitement invité. Cette table relève des territoires de socialisation réservés aux plus forts. Jules Lamarre reprend les distinctions de Gustave-Nicolas Fischer (1997) entre les territoires de socialisation (qui regroupent certains individus et en excluent d’autres), les espaces interstitiels peu ou mal contrôlés, et enfin les espaces refuges de la solitude protectrice. Les couloirs, où les détenus font exprès de se trouver à telle ou telle heure, parce qu’ils sont sûrs d’y croiser une connaissance d’une autre aile de la prison, relèveraient par exemple des espaces interstitiels que l’administration ne peut pas entièrement contrôler. La cellule ou le lit constituent des lieux refuges, de solitude et de tranquillité.

Toutefois, Jules Lamarre rappelle que les détenus ne restent pas éternellement dans les mêmes ailes ou dans les mêmes cellules : certains quittent la prison, d’autres sont affectés ailleurs, au point que la territorialisation change sans cesse. Les compromis territoriaux s’avèrent toujours très contingents. L’administration tient compte de ces compromis territoriaux, établis par les détenus, pour pouvoir gérer la détention. Certes, « le désir de demeurer quelqu’un dans un endroit où la société condamne les gens à n’être plus personne » pourrait bien être un moteur essentiel (voir Hoyaux, 2003-2004, pour une idée similaire mais dans le cadre de toute une réflexion sur l’habiter dans les camps de concentration nazis), mais Jules Lamarre ne démontre pas qu’il soit « le moteur de toute l’activité d’appropriation des lieux qui s’effectue en prison » (2001, p. 90).

Références :

Fischer G.-N., 1997, Psychologie de l’environnement social, Paris, Dunod, 204 p.

Hoyaux A.-F., 2003-2004, « Pouvait-on habiter un camp de concentration sous le nazisme ? », Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n°115-118, pp. 123-136.

Lamarre J., 2001, « La territorialisation de l’espace carcéral », Géographie et Cultures, n°40, pp. 77-92.