Objets et enfermement : un dossier dans la revue Champ pénal

champ_penalDans la lignée de la journée d’étude de mars 2012 sur la place des objets et cultures matérielles dans l’enfermement, organisée par l’équipe TerrFerme, un dossier vient de paraître dans la revue Champ pénal, vol. XI, « Parentalités enfermées/Objets et enfermement », sous la direction de Tristan Bruslé et Marie Morelle.

Cinq articles reviennent sur le rapport à l’objet dans les prisons et les centres de rétention, partie prenante des dispositifs d’enfermement ou point d’appui de contre-conduites. A découvrir ici : http://champpenal.revues.org/8714

 

Non-Lieux de l’exil

Marie Morelle participera au séminaire Non-Lieux de l’exil qui aura lieu le 22 mai prochain (10h-12h30, salle 638-640, 190 av. de France 75013 Paris; M°Quai de la gare, bus 89). Elle y sera discutante, avec Sébastien Ledoux (Paris I), de l’intervention d’Octave Debary (Université Paris-Descartes) sur le thème  “Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain”.

Les Rencontres interdisciplinaires « Non-Lieux de l’exil » sont organisées par le programme scientifique du même nom (Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris) avec la collaboration du groupe de recherche POexil (Université de Montréal), du Réseau Asie – Imasie (FMSH / CNRS) et du Cardiff Research Group on Politics of Translating (Cardiff University) ainsi que des Editions Non-lieu (Paris).

Les actualités de ces rencontres sont sur:

http://fr-fr.facebook.com/NonLieuxDelExil

et sur le carnet : http://nle.hypotheses.org/

Inscription recommandée auprès de : marine.sam@cnrs.fr

Objets et enfermement : Compte-rendu

Marie Morelle propose un compte-rendu du séminaire de Terrferme qui s’est tenu le 9 mars dernier sur le thème « Objets et enfermement ».

Discutantes : Elisabeth Gessat Anstett (CNRS, IRIS), Alexandra Loumpet-Galitzine (CNRS, FMSH)

Participants : David Scheer (Université Libre de Bruxelles), Louise Tassin (URMIS), Olivier Clochard (ADES, TerrFerme), Olivier Razac (CIRAP), Claire de Galembert (ISP, Cachan), Corinne Rostaing (CMW, Lyon), Tristan Bruslé (UPR 299, TerrFerme), Gwenola Ricordeau (Université de Lille 1), Marie Morelle (Prodig, Terrferme).

Ce séminaire avait pour ambition de traiter des objets dans l’enfermement. Il pouvait s’agir de ceux liés explicitement à ces espaces, à visée coercitive et de surveillance ou d’objets a priori plus anodins mais dont l’existence et les usages pouvaient prendre un sens spécifique en situation de contrainte.

En filigrane, partir de ces objets devait permettre de continuer à réfléchir aux processus, situations et lieux d’enfermement.

Plusieurs thèmes ont pu être dégagés à l’issue des discussions.

Objet et rapports de pouvoir

Il a été rappelé combien les usages de certains de ces objets s’inscrivent dans des rapports de pouvoir : ils produisent l’enfermement, le rappellent (les portes, le PSE et PSEM), norment les usages. On peut d’ailleurs relever la complexification des dispositifs. Leur usage est souvent monopolistique et peut donner lieu, le cas échéant, à des négociations et des arrangements (les clefs et les serrures), malgré tout dans le cadre de rapports de domination (l’usage d’un briquet, les documents administratifs). Dans le même esprit, on peut noter des processus de dépossession : des objets et des usages sont interdits. Leur catégorisation est aussi au cœur d’enjeux de pouvoir (objets religieux, sacrés).

Cela n’empêche nullement des contournements et des détournements : posséder un objet malgré son interdiction, en faire un usage détourné.

Objet et rapports sociaux

Les objets donnent lieu à des rituels et des transmissions. Ils traduisent des savoir-faire et permettent la constitution et l’intégration à des groupes sociaux (une économie du geste). Ils sont au cœur de transactions et d’échanges. On peut penser à l’échange d’un briquet entre retenus comme à l’apprentissage pour les surveillants du fonctionnement d’une serrure.

Ils sont aussi au cœur d’échanges entre l’intérieur et l’extérieur (cadeaux, objets religieux). Ils participent donc des multiples circulations entre dehors et dedans, jusqu’à redéfinir la limite de l’enfermement (cas du bracelet électronique).

Objet et valeur

Dans un contexte de dénuement et, en général, de mise à l’écart, on est amené à se demander comment l’objet peut être investi. Comment entrent en jeu et sont définis ses qualités techniques, son caractère sacré, esthétique et affectif, pour le doter d’une valeur. L’objet banal acquiert dans le contexte d’une économie de la rareté et de la pauvreté, un statut extra-ordinaire : il est requalifié par le processus d’enfermement.

Objet et identité

La présence et les usages de l’objet sont au service de stratégies identitaires, de production et de mise en scène de soi (objets religieux, photographies), également d’assignation. Mais parce qu’ils sont porteurs d’images d’un soi dont on voudrait s’éloigner, signes d’une période douloureuse, ils peuvent aussi être jetés ou oubliés.

Objet et espace

Les objets permettent d’habiter l’espace. Les objets circulent, parfois plus que les individus eux-mêmes. Ils matérialisent des circulations et des seuils à franchir. Ils mettent aussi en circulation des univers sociaux, le lieu de l’enfermement et l’extérieur.

Ils ne sont pas situés au hasard au sein des lieux d’enfermement, exposés ou cachés.

Ils sont au fondement de processus d’appropriation d’espaces au départ standardisés (les parloirs, les espaces de prière, la cellule, le dortoir). Ils permettent de moduler les espaces au fil du temps (d’une journée, d’un séjour) au service, par exemple, de l’intimité (le parloir, le lit) ou de l’identité. Leur situation les dote d’une valeur (lit superposé).

Ils renvoient aussi à l’espace du corps (photographie), aux sens (PSEM), au sensible (le linge).

Carrière de l’objet et temporalités

Les objets ont une vie, depuis leur fabrication jusqu’à leurs usages et parfois leur disparition.

Ils sont gardés, transmis, parfois jetés (documents administratifs). Ils sont des traces et portent des traces. Ils peuvent être supports de mémoire.

Ils ont parfois plusieurs vies : ils connaissent des métamorphoses, souvent par le simple fait d’être situés et utilisés dans des contextes d’enfermement. On peut supposer que leurs usages évoluent dans le temps (lit et extensions) et qu’ils révèlent des cycles, des temporalités.

Objet comme indice

L’objet peut se muer en preuve judiciaire. De la même manière, il renvoie à la démarche du chercheur en quête d’informations.

Objets et enfermement

Le prochain séminaire de Terrferme se tiendra le 9 mars 2012 à la Maison des Suds (Pessac) sur le thème « Objets et enfermement ». En voici le programme:

Discutantes : Elisabeth Gessat Anstett (CNRS, IRIS), Alexandra Loumpet-Galitzine (CNRS, FMSH)

9h00 : Accueil des participants

9h30 – Table-ronde 1 : Objet et rapports de pouvoirs

– David Scheer (Université Libre de Bruxelles), « La prison de murs troués… Une micro-architecture carcérale de l’embrasure »

Franck Enjolras (IRIS, EHESS), « La discrétion policière aux frontières : usages et pratiques du menottage au cours de la procédure de rétention »

– Louise Tassin (URMIS), « De l’interdit à l’incendie, éléments de réflexion autour des briquets dans un centre de rétention administrative »

Olivier Clochard (ADES, TerrFerme), « Etrangers en rétention avec beaucoup de papiers »

Olivier Razac (CIRAP), « Objets de la traçabilité »

11h00 : Discussion

12h30-14h00 : déjeuner

14h00 – Table-ronde 2 : appropriations et circulations

Claire de Galembert (ISP, Cachan), Corinne Rostaing (CMW, Lyon), « La religion en prison racontée par les objets »

Tristan Bruslé (UPR 299, TerrFerme), « Le lit, objet et lieu. Micro-géographie d’une chambre de travailleurs migrants dans un labour camp au Qatar »

– Gwenola Ricordeau (Université de Lille 1), « Se dépouiller, se parer, mettre en scène et échanger : les objets au parloir »

Marie Morelle (Prodig, Terrferme), « Les portraits à la prison centrale de Yaoundé, Cameroun. Le détenu et ses doubles »

15h30 : Discussion

16h30 : Discussion générale, perspectives

17h00 : fin du séminaire

Contacts

Olivier Clochard, olivier.clochard@yahoo.fr

Marie Morelle, Marie.Morelle@univ-paris1.fr

Tristan Bruslé, tristan.brusle@gmail.com

ADES (UMR 5185) – CNRS – Université de Bordeaux

Maison des Suds – 12 Esplanade des Antilles – 33607 Pessac

Appel à communications : Objets et enfermement

Séminaire Terrferme: Objets et enfermement

Date: 9 mars 2012

Lieu: ADES, Maison de Suds (Pessac)

 

Depuis 2009, notre équipe TerrFerme composée de chercheurs en géographie et en sciences politiques appréhende la notion d’enfermement par l’étude de centres de rétention, de prisons et de logements fermés de travailleurs migrants, dans différents Etats.

L’un de nos axes d’analyse privilégie la compréhension des processus individuels et collectifs d’appropriation d’un espace contraint. Dans cette optique, lors de nos observations et de certains de nos entretiens, nous avons remarqué l’existence récurrente d’un certain nombre d’objets matériels, d’un terrain à l’autre, aux utilisations et aux sens variés. Si certains relèvent du registre disciplinaire et sécuritaire, d’autres renvoient aux tactiques d’adaptations des « enfermés » voire à certaines dynamiques de résistance. A titre d’exemple, en France, dans son rapport annuel de 2008, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté dénonce la classification en « objets dangereux » des soutiens-gorge et des lunettes, au même titre que les lacets et les ceintures. Ces objets sont retirés à la personne incarcérée, au risque de remettre en cause la dignité de celle-ci.

Notre séminaire a pour ambition de traiter des objets dans l’enfermement. Il peut s’agir de ceux classiquement liés à ces espaces, à visée coercitive et de surveillance (menottes, entraves, œilletons, caméras) ou défensive (les couteaux et armes de fortune) et souvent illégaux ; ou à l’inverse, à des objets pensés comme « éducatifs » (Dirsuweit, 1999), non exempts de détournements de la part des « enfermés » (maquillage, matériel de coiffure et couture) : les objets de l’enfermement. Dans cette lignée, l’importance et le sens de la création artisanale voire artistique ont pu être étudiés (Gessat-Anstett, 2007). On peut aussi discuter d’objets a priori plus anodins (les objets dans l’enfermement) (photographie, bijou, livre, etc.) et dont l’existence et les usages prennent peut-être un sens spécifique en situation de contrainte. Ces objets nous révèlent les tentatives et les stratégies pour préserver et pour conquérir des espaces d’intimité, pour maintenir des liens avec « l’extérieur » ou asseoir un pouvoir au sein d’un espace donné. L’objet est une part de soi mis en scène. Il est aussi un repère dans les rythmes familiers (Kaufmann, 1997). La question de son agencement et de sa position dans l’espace nous intéressera dans la mesure où les lieux de l’enfermement sont aussi ceux de l’exigüité. L’armoire, la valise, le lit ou le casier sont des contenants qui permettent le stockage d’autres biens mais dont la propriété n’est pas toujours permise à tout le monde. La fabrication parfois, la possession et la circulation de ces objets ou d’autres plus recherchés peuvent être sources de tensions entre individus, parfois source de pouvoir pour les institutions. En définitive, les objets dont un « enfermé » est dépouillé lors de l’incarcération, ceux qui lui sont accordés au titre d’un certain nombre de droits (médicaments), ceux qu’il cache (téléphone portable) et ceux qu’il revendique (papiers d’identité) donnent à voir des faits et des processus sociaux propres aux espaces de l’enfermement.

Ce séminaire ne souhaite pas se doter d’une ligne directrice trop définitive. Au contraire, il a pour objectif de faire émerger des questions diverses. Il faudra aussi discuter de la notion même d’objet, et son intégration à la démarche méthodologique. Comment observer un objet, l’analyser et en restituer le sens ?

La journée se déroulera sous la forme de présentations courtes, éventuellement réunies en plusieurs tables rondes thématiques, selon les propositions reçues. Ces interventions présenteront un objet en particulier (10 à 15 mn à chaque fois) et seront suivies d’un temps de discussion animé par des intervenants extérieurs (20 mn), La journée se terminera par une réflexion plus générale et transversale.
Les notes d’intention ( 3 pages soit 15 000 signes espaces compris) ) sont à envoyer avant le 9 février 2012 aux organisateurs (contacts ci-dessous).

Références bibliographiques

-Artières Philippe, Laé Jean-François (dir.), 2009, L’asile aux fous. Un lieu d’oubli, Presses Universitaires de Vincennes.
-Contrôleur général des lieux de privation de liberté, 2008, Rapport d’activité, Paris.
-Dirsuweit T., 1999, « Carceral Spaces in South Africa: A Case Study of Institutional Power, Sexuality and Transgression in a Women’s Prison », Geoforum, vol. 30, pp.71-83.
-Gessat-Anstett Elisabeth, 2007, « Résister à l’outrage. Un musée de l’institution concentrationnaire soviétique », Gradhiva, 5, pp. 96-101.
-Goffman E., 1968, Asiles. Etudes sur la condition des malades mentaux, Paris, Editions de Minuit.
-Kaufman, J.C., 1997, « Le monde social des objets », Sociétés contemporaines, n°27, pp.111-125.
-Majerus Benoît, 2011, « La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie », Genèses, vol.1, n°82, pp.95-119.

Contacts:
Olivier Clochard, olivier.clochard@yahoo.fr
Marie Morelle, Marie.Morelle@univ-paris1.fr
Tristan Bruslé, tristan.brusle@gmail.com

Lieu: ADES (UMR 5185) – CNRS – Université de Bordeaux
Maison des Suds – 12 Esplanade des Antilles – 33607 Pessac