Carceral Geography Conference 2016

geog-building-sunshine1There is just one week left before the Call for Papers for this conference closes (at 8am UK time on Friday 7th October)!

Carceral Geography Conference 2016 at the University of Birmingham : Confinement, Crossings and Conditions

The School of Geography, Earth and Environmental Sciences at the University of Birmingham will host the first dedicated conference for Carceral Geography, on Tuesday 13th December 2016.

Call for Papers

Abstracts are invited for papers which address the themes of this conference: Confinement, Crossings and Conditions. These themes pertain to the nature and experience of carceral confinement, broadly interpreted; the notion of crossing of an assumed or contested boundary both between spaces of confinement and ‘other’ spaces,  and to the ways in which carceral experiences persist after periods of custody have ended – both for those confined, and for affected others. During ESRC research projects to which the conference is linked, (focused on the experience of carceral spaces) issues of absence, intimacy, choreography and the microscale emerged as significant, and prospective speakers are invited to engage with (but are by no means limited to) these notions. Papers which discuss methodological or theoretical approaches for carceral geography, and those exploring the ‘place’ of carceral geography in relation to human geography / criminology / carceral studies more generally are also welcome.

Abstracts from postgraduate and early career researchers are particularly welcome.

As well as providing a forum for dissemination and discussion of new and recent research in carceral geography, this event is intended provide a ‘springboard’ for the development of an organisational structure for this subdiscipline: there will formal and informal opportunities to discuss and plan actions and activities around this topic.

A limited number of travel and accommodation bursaries will be available for paper presenters.

Please use this URL to:

  •     Register to attend as a speaker, and submit your abstract
  •     Register to attend as a non-presenting delegate

If you are submitting an abstract, please note that the closing date to do so is 8am (UK time) on Friday 7th October. Selection decisions will be communicated by Friday 14th October.

Enfermement et catégorisations

Critique_Internationale_072_L204Vient de paraître :  « Enfermement et catégorisations », un numéro de la revue Critique Internationale (2016/3 N° 72) coordonné par Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon.

Au nom du maintien de la paix et d’une organisation efficace de la vie entre les murs au quotidien, l’enfermement s’accompagne de processus de classement des individus par le genre, l’ethnicité et la religion. Il convient d’examiner ce que l’enfermement fait à ces processus de catégorisation et, réciproquement, comment les logiques de classification sont transformées, mises à mal ou au contraire renforcées en situations de réclusion, situations dans lesquelles la possibilité d’identifier, de classer et de nommer apparaît comme un véritable outil de gestion des relations sociales et rencontre finalement peu de résistances. Envisagées dans leurs ressorts concrets, les catégorisations sont ici analysées comme des procédures disciplinaires et normatives, contribuant aux rapports de pouvoir en établissement pénitentiaire comme dans les lieux d’enfermement des étrangers.

Ce numéro publie quelques-unes des contributions au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches » organisé par l’équipe TerrFerme à Pessac en octobre 2013.

Au sommaire :

Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé, « L’ethnicité, la religion et le genre dans les institutions d’enfermement : processus et effets de catégorisation »

Aurore Mottet, « Répartition et circulation : les enjeux de la catégorisation dans le camp de Choucha (Tunisie) »

Louise Tassin, « Les frontières de la rétention : genre et ethnicité dans le contrôle des étrangers en instance d’expulsion »

Claire de Galembert, « Le « radical », une nouvelle figure de dangerosité carcérale aux contours flous »

Irene Becci, Mohammed Khalid Rhazzali, Valentina Schiavinato, « Appréhension et expérience de la pluralité religieuse dans les prisons en Suisse et en Italie : une approche par l’ethnographie »

Une interview à propos du dossier est également disponible ici : http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/enfermement-et-categorisations

 

 

L’intervention évangélique dans une prison pour femmes à Lima

Crédit Santiago Barco

Crédit Santiago Barco

Une contribution de Chloé Constant :

Sociologue, postdoctorante à la Universidad Autónoma Metropolitana-Unidad Xochimilco. Elle travaille actuellement sur les trajectoires de vie de femmes transsexuelles migrantes incarcérées à Mexico. Auteure de Solidarité et inégalités. Le centre de détention de femmes Santa Mónica à Lima (IHEAL-CREDAL, 2011), ainsi que de plusieurs articles dans des revues internationales comme Signs et Champ Pénal/Penal Field, elle a coordonné la publication d’un ouvrage sur les prisons latino-américaines à paraître en 2016.

 

Crédit Chloé Constant

Crédit Chloé Constant

Résumé :

Les visiteurs évangéliques intervenant dans la prison de femmes de Chorrillos à Lima remplissent diverses fonctions qui dépassent largement le cadre religieux. Outre le soutien spirituel, ils apportent aux détenues un soutien matériel et un soutien substitutif qui permet de « combler leur incapacité d’action ». Or les détenues qui participent aux activités évangéliques ne représentent qu’un faible pourcentage de la population carcérale et celles qui profitent de ces diverses formes de soutien sont majoritairement étrangères. Quels critères conditionnent l’accès à ces intervenants et dans quelle mesure cette situation crée-t-elle des dissensions au sein de la population carcérale ? Cet article cherche à montrer la diversité des fonctions remplies par les intervenants évangéliques et à examiner leurs pratiques et leurs discours, pour analyser leur impact sur les relations entre détenues.

Lire le texte : L’intervention évangelique dans une prison pour femmes à Lima

 

 

Les réformes de l’enfermement en actes

Deviance_et_societeVient de paraître :  « Les réformes de l’enfermement en actes », un numéro de la revue Déviance et Sociétés coordonné par Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Carolina Kobelinsky et Bénédicte Michalon.

Il y a plus de quarante ans les analyses de Michel Foucault (1975) nous invitaient à envisager les réformes de la prison comme un mode de reproduction du système carcéral lui-même. Alors qu’une réforme pénale est entrée en vigueur (Loi n° 2014-896 du 15 août 2014 relative à l’individualisation des peines et renforçant l’efficacité des sanctions pénales) et qu’un nouveau projet de loi relatif au droit des étrangers et de l’asile est en cours d’élaboration, ne faut-il pas s’interroger à nouveau sur le sens des récurrentes visées réformatrices des espaces d’enfermement, qui, si l’on en croit le philosophe, n’auraient finalement de cesse que d’assurer la survie même de ces institutions complètes et austères de la réclusion ? Le présent numéro se propose de saisir la réforme comme plus qu’un simple discours, dont on noterait avant tout l’effet d’ensemble et de long terme : assurer la reproduction de l’enfermement dans son fonctionnement immuable. Fondées sur des matériaux empiriques, les contributions qu’il rassemble visent bien plutôt à décrire concrètement les ressorts sociaux des réformes : il s’agit alors d’en identifier les acteurs, de décrire leurs pratiques et les liens qui les unissent à travers les transformations contemporaines de l’enfermement. Mais il s’agit aussi de laisser dans l’analyse une place importante à l’incertitude qui accompagne les réformes, au stade de la production comme à celui de la mise en œuvre : processus ouvert, la réforme de l’enfermement est traversée par des tensions multiples, et marquée par les pratiques d’innovation, d’adaptation ou de résistance de ses acteurs qui en réorientent chaque fois les effets. Dès lors l’analyse se doit d’en éclairer les différents ressorts en actes.

 

Ce numéro publie une partie des contributions au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches » organisé par l’équipe TerrFerme à Pessac en octobre 2013.

 

Au sommaire :

Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Carolina Kobelinsky, Bénédicte Michalon, « Introduction : Traiter, humaniser, judiciariser. Les transformations contemporaines de l’enfermement »

Fabrice Fernandez, « Lorsque la prison (se) rend justice. Le traitement contemporain de l’indiscipline carcérale »

Gregory Salle, « Une anomalie normale de l’État de droit. La détention provisoire en RFA entre critiques et réformes (1953-2013) »

Collectif Contrast, « La création des UHSA : une nouvelle régulation de l’enfermement ? »

Nicolas Fischer, « De l’informalité à la « transparence ». Institutionnalisation et statut de la critique dans les réformes de la rétention administrative des étrangers en France »

Arnaud Frauenfelder, Éva Nada, Géraldine Bugnon, « Division morale du travail et recompositions du sens de l’enfermement en Centre éducatif fermé »

 

Les espaces de l’attente en migration

logo_MigrinterPar Bénédicte Michalon

Le 19 février dernier, le laboratoire Migrinter organisait une séance de son séminaire « Sources et méthodes pour la recherche sur les migrations » autour des espaces de l’attente. Laurent Vidal, Professeur d’histoire à l’Université de la Rochelle, présentait la réflexion déployée depuis 2010 dans le programme Les territoires de l’attente (Terriat) sur l’attente en situation de mobilité. Chowra Makaremi, anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’IRIS, y proposait une contribution basée sur son article « Participer en observant : Etudier et assister les étrangers aux frontières » (2008). Dans ma discussion, j’ai présenté quelques points structurants des travaux sur l’attente en migration, sans toutefois que cette présentation ne vise à l’exhaustivité.

Quels sont les enjeux de l’attente en situation migratoire ? Qu’est-ce que passer par l’attente permet de dire sur les migrations ? Une réflexion sur l’attente comme prisme de lecture des migrations s’avère stimulante dans la mesure où la thématique de l’attente peut se traiter tout autrement qu’en lien avec la migration. C’est notamment un thème central des recherches sur la prison et de l’enfermement ; il y a donc là matière à faire dialoguer des champs de recherche distincts. Pourquoi s’interroger en termes d’attente plutôt qu’en termes de temps, d’étape, de phase ou d’arrêt ? L’attente comporte à la fois une dimension contrainte (l’attente est généralement imposée) et une dimension prospective (l’attente a pour horizon un objectif précis, on attend quelque chose) ; elle se cristallise précisément au point de rencontre entre cette contrainte et cet objectif à atteindre. L’attente a ainsi le mérite de positionner les migrations dans des relations de pouvoir et de favoriser une lecture qui prenne au sérieux la charge politique des expériences migratoires.

« Le temps dilaté et l’espace rétréci » (Kobelinsky, 2014) : l’attente comme unité spatio-temporelle contrainte

L’attente en migration est inscrite dans un espace-temps qui lui propre. L’attente est rarement choisie, elle est en général imposée, que ce soit par les autorités en charge du contrôle des migrations, la logistique du voyage, ou l’inscription dans des réseaux sociaux qu’il faut mobiliser pour pouvoir migrer. Laurent Vidal reprend à cet égard la catégorie de « mouvement empêché » (stranded mobility) formulée par Bergman et Sager (2008).

Certains lieux sont institutionnellement définis par et pour la mise en attente des migrants, notamment les centres de demandeurs d’asile, les centres de rétention ou les zones d’attente aux frontières. Chowra Makaremi montre bien comment les zones d’attente sont caractérisées par leur fermeture, et comment la circulation n’y est pas libre ou alors seulement dans certaines portions. Le chercheur qui vient y enquêter ou l’associatif qui vient y travailler ne peuvent se soustraire à ces contraintes spatiales. Ce sont des espaces organisés, quadrillés par l’institution, des espaces fonctionnels qui répondent aux besoins de l’administration. Mais ces espaces sont aussi des lieux pratiqués, voire « habités », avec des points de regroupement, des espaces recherchés, des espaces où l’on voit et où l’on se montre, ou d’autres, à l’inverse, qui servent au repli sur soi, qui servent à cacher, à dissimuler. L’attente en migration se déroule aussi dans des lieux non institutionnalisés, non contrôlés par la puissance publique. La prise en main de la migration par des passeurs se traduit notamment par des phases d’attente dans des espaces temporairement transformés en « caches » de passeurs : appartements, parkings ou sous-sols de maisons dans lesquels les migrants attendent que l’on vienne les chercher pour tenter un passage de frontière. Ils y sont soumis à un contrôle fort, et y vivent, parfois pendant plusieurs semaines, dans une tension, une peur assez semblable à celle ressentie dans des lieux d’attente institutionnalisés.

L’attente peut aussi se dérouler en milieu ouvert, sans qu’elle ne soit assignée à un lieu particulier. La différenciation spatiale est importante pour le contenu de l’expérience de l’attente. Carolina Kobelinsky (2010) a en effet démontré que l’attente ne prend pas la même épaisseur dans les lieux de l’attente et hors de ces lieux. Le contrôle par les agents de l’État (ou ceux à qui cette fonction est déléguée, entreprises privées ou associations) et le quadrillage spatial et temporel qu’il implique conditionnent le vécu de l’attente. Celle-ci paraît d’autant plus difficile que le migrant ne peut s’y soustraire ; en milieu ouvert en revanche, il peut travailler, avoir une vie sociale, etc., autant d’activités qui rendent l’attente moins oppressante.

Ces lieux de l’attente, formels ou informels, ne sont pas isolés. Ils sont intégrés dans des réseaux de lieux qui dessinent l’armature des trajectoires migratoires ; les travaux menés par Nancy Hiemstra (2013) mettent bien en lumière cette dimension réticulaire des espaces de l’attente.

La configuration spatio-temporelle dans laquelle elle se déroule donne donc son épaisseur à l’attente, l’attente délimitant par elle-même un espace-temps spécifique.

L’individu, son corps et sa subjectivité : l’attente comme mise à l’épreuve du sujet

L’individu est au cœur de la problématique de l’attente en migration : il est visé par les politiques de mise en attente, et en fait l’expérience tant objective que subjective. L’attente se présente comme un rapport au temps et à l’espace qui rompt avec la perception du temps ordinaire et s’accompagne d’émotions diverses. De nombreux auteurs rapportent des propos du type « je perds ma vie » (Le Courant, 2014), « je perds mon temps », « je devrais être étudiant et mener la vie de tous les garçons de mon âge ». Ces perceptions subjectives du temps sont analysées par Gilles Chantraine (2004) qui, à propos de la prison, utilise l’expression de « temps vide », et par Melanie Griffiths (2014), qui distingue quatre types de temps subjectifs de l’attente à partir d’un terrain fait auprès d’étrangers placés en rétention : un temps « collant » (sticky time) qui est celui d’une attente longue et lente mais qui doit déboucher sur quelque chose ; un temps suspendu (suspended time), celui d’un arrêt sans aucune perspective ; un temps frénétique (frenzied time) marqué par une accélération telle des événements que les migrants peuvent en perdre le contrôle ; et la rupture temporelle, qui intervient lorsque les migrants sont incapables d’envisager ce qui peut leur arriver, cette impossibilité étant vécue comme une rupture.

L’individu est également au cœur de l’attente en situation migratoire par son corps. L’attente est en général la conséquence d’une biopolitique, dans la mesure où les politiques migratoires passent bien souvent par une emprise directe sur les corps des migrants. Ainsi, dans des contextes où l’activité est réduite, tels que le sont les divers centres de mise l’écart des étrangers, les migrants font face à l’attente en se repliant sur leurs besoins premiers, qui relèvent du fonctionnement corporel : se nourrir, dormir, déambuler dans les couloirs lorsqu’il est possible de sortir des cellules afin de se dégourdir les jambes, sont les activités qui rythment le quotidien. L’emprise sur les corps va plus loin encore : Chowra Makaremi décrit comment l’attente et le désœuvrement transforment le corps des voyageurs, leurs attitudes corporelles, et provoquent de nombreux problèmes psychosomatiques. Au final, en contraignant le migrant à se concentrer sur son corps et sur rien d’autre, c’est la possibilité de rester constitué en sujet qui est ébranlée en situation d’attente. Ce qui amène à revisiter la figure du migrant acteur, la question de sa capacité d’action, de son autonomie.

Mais cette focalisation des politiques de l’attente sur les individus et les conséquences qui en découlent n’excluent pas le fait que les espaces de l’attente sont aussi et bien sûr des espaces sociaux.

L’attente, à l’articulation de régimes temporels différenciés

Des temporalités différentes coexistent dans les espaces d’attente : le désœuvrement des personnes confinées et leurs différentes appréhensions subjectives du temps ont à faire face aux temporalités des différents groupes professionnels qui interviennent en zone d’attente. Si les temporalités des migrants sont celles de l’attente, celles des professionnels sont souvent en revanche marquées par une certaine urgence. Un détour par la sociologie carcérale permet de creuser ce qui se joue dans cette rencontre des temporalités. Yasmine Bouagga (2014) a analysé les dissonances entre d’une part les temps des personnels pénitentiaires et juges d’application des peines, qui s’envisagent en général sous l’angle de l’urgence et de la gestion de la pénurie, et d’autre part les expériences du prisonnier, qui peuvent être résumées comme celles du « temps vide » (p.6). Yasmine Bouagga montre comment les usages du temps sont déterminés par les besoins des professionnels et de l’administration, par leurs contraintes organisationnelles – et non par l’objectif de normalisation disciplinaire des prisonniers. On a donc d’un côté du temps « trop long », et de l’autre du temps « trop court », et cela relève d’une politique volontariste : « les usages du temps dans la prison marquent une radicale asymétrie de pouvoir entre les gardiens et les reclus, entre ceux qui maîtrisent le temps et ceux qui se trouvent dans une disponibilité permanente à leur égard » (p.3).

La portée sociale de l’attente réside aussi dans le fait qu’elle constitue une mise à l’écart des temps sociaux, tant dans les pays d’immigration que dans les sociétés d’origine. On pourrait évoquer le fait, assez connu, que les placements dans des espaces d’attente, par exemple en centre de rétention, ont des répercussions fortes sur la vie quotidienne : perte du travail, perte du logement, affaiblissement des liens sociaux et familiaux. A la sortie, que l’on soit expulsé ou non, il faut souvent tout reconstruire, parfois sans même que la situation administrative ne soit débloquée. L’attente crée donc un affaiblissement social, qui peut s’aggraver à mesure que se répètent les mises en attente (par exemple en cas de non régularisation). On peut aussi évoquer le fait qu’être en situation irrégulière et ne pas pouvoir faire des allers-retours avec le pays d’origine « fige » en quelque sorte les migrants dans une position sociale qui petit à petit, ne correspond plus à leur âge. Ainsi, plusieurs auteurs, dont Stephan Le Courant (2014) montrent comment le fait de ne pas pouvoir se marier et avoir des enfants du fait de la précarité administrative bloque les hommes dans le statut de « jeunes », de « garçons » et les empêche de devenir « hommes » à des âges où, selon les normes de leurs sociétés d’origine, ils devraient déjà l’être. Ce qui peut perturber l’ordre des mariages dans la famille (un jeune frère en situation régulière qui se marie avant son frère ainé sans titre de séjour). L’administration agit ainsi directement sur les rythmes biographiques, et indirectement sur les rythmes familiaux.

Ainsi, les temps subjectifs des personnes mises en attente ne sont pas isolés ; ils se confrontent à d’autres temps sociaux, et cette confrontation contribue à l’affaiblissement des migrants en les mettant en porte-à-faux avec les temps sociaux dans lesquels ils sont inscrits.

L’attente comme technique de gouvernement des migrations

Les différents vécus subjectifs de l’attente se recoupent autour de la question de l’incertitude. Cette incertitude est intrinsèque à l’attente mais elle prend un relief particulier à propos de l’attente en situation migratoire car elle résulte des logiques institutionnelles. Le fait que l’attente en situation migratoire soit souvent imposée et parfois aussi non bornée dans le temps (on ne sait pas quand on recevra l’avis de la commission d’attribution du statut de réfugié, on ne sait pas quand l’expulsion aura lieu, etc), explique que l’attente soit avant tout vécue comme une épreuve. Cette impression est renforcée par la confrontation de temporalités contradictoires : le temps long et vide de l’attente est sans arrêt confronté à des accélérations brutales, l’expulsion pouvant par exemple survenir de manière très rapide. Ainsi, tout en craignant de rester à jamais dans une situation d’attente, les migrants redoutent également le moment brutal où cette attente prendra fin par une expulsion, ou d’être déboutés du droit d’asile. Les modes d’intervention institutionnelle sur le devenir des migrants provoquent donc le net sentiment d’être privés de la maîtrise du présent et du futur immédiat.

L’institution définit également son champ d’intervention par la gestion (ou non gestion) de la situation d’attente. Lorsqu’elle cherche à gérer cette attente, elle va organiser des activités (sport, sorties à l’air libre, célébration de cultes, voire travail rémunéré dans certains pays). Mais parfois aussi l’institution se désintéresse de cette attente et c’est l’inactivité qui prévaut, ce qui affaiblir psychologiquement les migrants et limite leur capacité à réagir à la situation dans laquelle ils sont placés. Enfin, l’institution prévoit aussi d’avoir à faire face à des situations de crise : la mise à l’isolement, la distribution de somnifères et d’anxiolytiques sont des mesures qui peuvent être prises lorsque l’attente devient intolérable ou provoque des réactions que l’administration juge inadaptées.

L’incertitude qui entoure l’attente fait donc partie intégrante du gouvernement des étrangers. Elle n’est pas forcément planifiée en tant que telle –l’administration ne cherche pas forcément délibérément à faire attendre les étrangers –, mais elle joue tout de même un rôle central dans les rouages du contrôle politique et social et dans l’emprise de l’État sur les étrangers. Ce qui rappelle le propos de Bourdieu, pour qui « L’attente est une des manières privilégiées d’éprouver le pouvoir » (1997).

L’attente peut aussi être comprise dans un autre sens, qui serait celui de l’espérance, d’une opinion vis-à-vis de quelqu’un ou de quelque chose. En l’occurrence, en situation migratoire, l’attente désignerait aussi ce que les migrants imaginent, conçoivent, peuvent attendre de l’État qui gère leur statut administratif et qui ordonne leurs déplacements ou non-déplacements. Or, les espaces-temps de l’attente mettent à mal ces attentes vis-à-vis de l’État. Les rapports de pouvoir auxquels les migrants sont soumis, les perturbations fortes de leur vie sociale et émotionnelle qui en découlent, les amènent à réviser leur point de vue sur la puissance publique. Bien souvent, celle-ci n’apparaît plus comme garante du respect des droits de l’homme et de la démocratie, comme protectrice, mais à l’inverse comme productrice de mise à l’écart et d’injustice. L’État est dévoilé dans ses ambivalences, les migrants le voient sous un autre jour. En somme, l’attente c’est la fin des attentes et le début d’un rapport désillusionné à l’État.

 Références citées

Bergman Sigurd, Sager Tore, 2008, “In Between standstill and hypermobility – introductory Remarks to a Broader discourse”, in Bergman Sigurd, Sager Tore, The Ethics of Mobilities. Rethinking Place, Exclusion, Freedom and Environment, Farnham, Ashgate, pp.1-9.

Bouagga Yasmine, 2014, « Le temps de punir. Gérer l’attente en maison d’arrêt », Terrain, n°63, pp.86-101.

Bourdieu Pierre, 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Chantraine Gilles, « La mécanique du temps vide. Structure sécuritaire et réactions individuelles au temps carcéral en maison d’arrêt » (2004).

Griffiths Melanie, 2013, “Living with Uncertainty: Indefinite Immigration Detention”, Journal of Legal Anthropology, vol.1, n°3, pp.263-286.

Griffiths Melanie, 2014, « Out of Time : The Temporal Uncertainties od Refused Asylum Seekers and Immigration Detainees », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.40, n°12.

Hiemstra Nancy, 2013, « ‘You don’t even know where you are’. Chaotic Geographies of US Migrant Detention and Deportation », in Moran Dominique, Gill Nick, Conlon Deirdre (ed.), Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Farnham, Ashgate pp.57-75.

Kobelinsky Carolina, 2010, L’accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Editions du Cygne.

Kobelinsky Carolina, 2014, « Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Terrain, n°63, pp.22-37.

Le Courant Stephan, 2014, « ‘Etre le dernier jeune’. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Terrain, n°63, pp.38-53.

Makaremi Chowra, 2008, « Participer en observant : Etudier et assister les étrangers aux frontières », in Fassin Didier, Bensa Alban, Politiques de l’enquête  Paris, La Découverte, pp.165-183.

L’Atlas global, pour voir le monde autrement

atlas_global_arton3972Olivier Milhaud (TerrFerme) a participé à l’Atlas global (s.d. Christian Grataloup, Gilles Fumey, Patrick Boucheron, Les Arènes, 2014) en publiant une carte « Derrière les barreaux » et en interrogeant les énormes écarts de taux d’incarcération sur la planète. Le texte oppose aux systèmes concentrationnaires (notamment le record américain du nombre de détenus par milliers d’habitants) des pays incarcérant comparativement si peu leurs citoyens (Inde, Japon, etc.), et cherche les logiques explicatives derrière ces si fortes variations.

« L’Atlas global est un essai en images, conçu par une équipe de vingt-six historiens et géographes de renom. En soixante cartes et infographies inédites, ils nous racontent comment l’Occident s’est vu (parfois à tort) au centre du monde et pourquoi, au tournant du xxie siècle, les cartes du pouvoir ont été rebattues.

Un autre monde émerge sous nos yeux, largement désoccidentalisé. La beauté, le bonheur, les prisons, le sport, les déchets, les virus, les habitudes alimentaires, la vieillesse, le climat… on peut tout cartographier. « 

 

Objets et enfermement : un dossier dans la revue Champ pénal

champ_penalDans la lignée de la journée d’étude de mars 2012 sur la place des objets et cultures matérielles dans l’enfermement, organisée par l’équipe TerrFerme, un dossier vient de paraître dans la revue Champ pénal, vol. XI, « Parentalités enfermées/Objets et enfermement », sous la direction de Tristan Bruslé et Marie Morelle.

Cinq articles reviennent sur le rapport à l’objet dans les prisons et les centres de rétention, partie prenante des dispositifs d’enfermement ou point d’appui de contre-conduites. A découvrir ici : http://champpenal.revues.org/8714

 

Les relations entre prison et rétention des étrangers

uoBirmingham_logoBénédicte Michalon et Djemila Zeneidi sont invitées le 20 juin à communiquer à l’Université de Birmingham lors d’une séance de la série de séminaires « Exploring Everyday Practice and Resistance in Immigration Detention » coordonnée par Dominique Moran, Nick Gill, Mary Bosworth, Alexandra Hall et Imogen Tyler et financée par le Economic and Social Research Council. La séance portera plus précisément sur la recherche consacrée aux relations entre prison et rétention des étrangers.

Bénédicte et Djemila présenteront une réflexion méthodologique menée par l’ensemble de l’équipe TerrFerme sur les modalités et enjeux d’une recherche sur trois types différents de lieux d’enfermement.

By bringing together a range of established academics, early-career academics, postgraduates, practitioners, artists, activists and former detainees this seminar series will investigate the ways in which the UK experience of detention reflects and re-produces the contradictory logics inherent in modern global detention practices. Through five one-day workshop events the seminar series will span the academic disciplines of criminology, geography, politics and sociology in order to examine the phenomenon of detention as it relates to supporting detainees, penology and prisons, everyday experiences of detention and the politics of, and resistance to, detention practices.

The seminars, to be held in London, York, Birmingham, Oxford and Lancaster will also reflect upon the ethical/methodological challenges that the study of detention produces and the tension, running throughout work in this area, between outright resistance to detention practices or a reformist approach based on working with the state on behalf of immigration detainees.

Voici le programme du séminaire: ESRC Seminar Series

From poor neighbourhoods to prison. Daily social relationships and Cameroon State regulation in Yaoundé

Crédits: Stéphanie Fer, 2010.

Crédits: Stéphanie Fer, Yaoundé, 2010. 

Marie Morelle will participate to the Conference – The Stuck, the Mobile and the Dislocated: Reflections on Life in Ghettos, Slums, Camps and Prisons. This Conference will take place at Aalborg University’s Copenhagen Campus between October 30 and November 1, 2013.

Abstract of her talk: « From poor neighbourhoods to prison. Daily social relationships and Cameroon State regulation in Yaoundé »

For the inmates of the Yaounde Central Prison, carceral space is divided into the Bottom and the Top of the prison. The Bottom, usually overcrowded, is devoted to working class individuals, especially second offenders and serious criminals. The inmates often originate from the poorest neighborhoods of the city. In the prison as in the city, these people learn on a daily basis how to negotiate with the State, through its officers (policemen, magistrates and guards). In a dissymmetric power relationship, they develop informal strategies to survive, marking both their life in the city and in the prison.

This paper draws from the case of the urban experiences of the cannabis dealers in order to analyze the continuum from the city to the prison. It will study the possible relationships to the State of people in a situation of domination, how they in turn use submission, passive obedience, intrumentalisation or resistance. At the same time, the State uses violence, coercion and corruption to regulate social relationships, on the one hand, and to neutralize the claims of the poorest, on the other, in an authoritarian context.

The paper draws from fielwork undertaken in the Yaounde Central Prison, in 2010 and 2011, as well as in a poor neighborhood of Yaoundé in 2013. The fieldwork was based on interviews and field observations with cannabis dealers.

Résumé: « Des quartiers populaires à la prison. Comment l’Etat gère au quotidien les rapports sociaux dans la ville de Yaoundé « 

Pour les détenus de la prison centrale de Yaoundé, leur espace de détention se divise grossièrement en deux entités : le “Haut” et le “Bas”. Sans surprise, le “Bas” rassemble principalement les quartiers les plus surpeuplés, accueillant les prisonniers les plus démunis. Ces derniers sont d’ailleurs originaires des quartiers populaires de la capitale camerounaise, à l’image d’autres espaces carcéraux à travers le monde. En prison comme dans les quartiers de Yaoundé, ces individus vont devoir apprendre à négocier avec des agents de l’Etat (police, magistrats, gardiens) dans le cadre d’une relation de pouvoir asymétrique, la capacité à vivre et à mener diverses petites activités informelles ou illégales.

L’intervention prendra pour exemple l’itinéraire urbain de dealers de cannabis afin de démontrer le continuum du quartier à la prison. L’objectif est de saisir la manière dont se construit un certain rapport à l’Etat, en situation de dominés, entre assujettissement, négociation et résistance. Comment, dans le même temps, cet Etat joue de la coercition et de la violence d’une part, de la corruption et du clientélisme d’autre part pour réguler les rapports sociaux en ville et pour neutraliser les populations les plus pauvres et leurs éventuelles revendications, en régime autoritaire.

L’intervention s’appuiera sur des enquêtes menées dans la prison centrale de Yaoundé en 2010 et 2011 et, en 2013, l’amorce de nouvelles enquêtes auprès des revendeurs de cannabis d’un quartier populaire de la capitale camerounaise.

 

Soutenance d’HDR de Marie Morelle

marie_morelleMarie Morelle a le plaisir de vous faire part de sa soutenance d’Habilitation à Diriger des Recherches.

Le 6 novembre 2013

A l’Université Nanterre Paris Ouest La Défense

Bâtiment B, salle B015 (salle René Rémond)

A 14 heures

 

Le jury sera composé de :

Michel Agier, Directeur de recherche à l’IRD, Directeur d’études à l’EHESS

Marie-Hélène Bacqué, Professeure à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Jean-Louis Chaléard, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (rapporteur)

Guy Di Méo, Professeur à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 (rapporteur)

Laurent Fourchard, Chargé de recherche, Fondation Nationale des Sciences Politiques, Les Afriques dans le Monde (LAM), IEP de Bordeaux

Philippe Gervais-Lambony, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (référent)

 

Le dossier de HDR se décline en 3 volumes :

Volume 1 « Espace et rapports de pouvoir » (itinéraire scientifique) »

Volume 2 : « Recension des principales publications »

Volume 3 « La prison et la ville » (inédit)

 

Marie Morelle

Maître de Conférences

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Laboratoire Prodig

http://terrferme.hypotheses.org/

http://www.inverses.org/