Les réformes de l’enfermement en actes

Deviance_et_societeVient de paraître :  « Les réformes de l’enfermement en actes », un numéro de la revue Déviance et Sociétés coordonné par Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Carolina Kobelinsky et Bénédicte Michalon.

Il y a plus de quarante ans les analyses de Michel Foucault (1975) nous invitaient à envisager les réformes de la prison comme un mode de reproduction du système carcéral lui-même. Alors qu’une réforme pénale est entrée en vigueur (Loi n° 2014-896 du 15 août 2014 relative à l’individualisation des peines et renforçant l’efficacité des sanctions pénales) et qu’un nouveau projet de loi relatif au droit des étrangers et de l’asile est en cours d’élaboration, ne faut-il pas s’interroger à nouveau sur le sens des récurrentes visées réformatrices des espaces d’enfermement, qui, si l’on en croit le philosophe, n’auraient finalement de cesse que d’assurer la survie même de ces institutions complètes et austères de la réclusion ? Le présent numéro se propose de saisir la réforme comme plus qu’un simple discours, dont on noterait avant tout l’effet d’ensemble et de long terme : assurer la reproduction de l’enfermement dans son fonctionnement immuable. Fondées sur des matériaux empiriques, les contributions qu’il rassemble visent bien plutôt à décrire concrètement les ressorts sociaux des réformes : il s’agit alors d’en identifier les acteurs, de décrire leurs pratiques et les liens qui les unissent à travers les transformations contemporaines de l’enfermement. Mais il s’agit aussi de laisser dans l’analyse une place importante à l’incertitude qui accompagne les réformes, au stade de la production comme à celui de la mise en œuvre : processus ouvert, la réforme de l’enfermement est traversée par des tensions multiples, et marquée par les pratiques d’innovation, d’adaptation ou de résistance de ses acteurs qui en réorientent chaque fois les effets. Dès lors l’analyse se doit d’en éclairer les différents ressorts en actes.

 

Ce numéro publie une partie des contributions au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches » organisé par l’équipe TerrFerme à Pessac en octobre 2013.

 

Au sommaire :

Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Carolina Kobelinsky, Bénédicte Michalon, « Introduction : Traiter, humaniser, judiciariser. Les transformations contemporaines de l’enfermement »

Fabrice Fernandez, « Lorsque la prison (se) rend justice. Le traitement contemporain de l’indiscipline carcérale »

Gregory Salle, « Une anomalie normale de l’État de droit. La détention provisoire en RFA entre critiques et réformes (1953-2013) »

Collectif Contrast, « La création des UHSA : une nouvelle régulation de l’enfermement ? »

Nicolas Fischer, « De l’informalité à la « transparence ». Institutionnalisation et statut de la critique dans les réformes de la rétention administrative des étrangers en France »

Arnaud Frauenfelder, Éva Nada, Géraldine Bugnon, « Division morale du travail et recompositions du sens de l’enfermement en Centre éducatif fermé »

 

La micro-géographie goffmanienne : les terrains de manœuvre d’un hôpital psychiatrique

Dans la lignée des lectures présentées précédemment, l’équipe TerrFerme poursuit sa réflexion méthodologique.

Lecture d’Olivier Milhaud :

Goffman E., 1961, Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, N.Y., Anchor Books Doubleday, [re-impression 1990], 386 p.

asylums-erving-goffman-paperback-cover-art

Dans la troisième partie d’Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus (1968 [1961]), Erving Goffman propose toute une micro-géographie des espaces de liberté d’un lieu d’enfermement. Il décrit « the underlife » d’un hôpital psychiatrique, la « vie clandestine » d’une institution totale, et beaucoup de choses dites à propos de l’asile conviennent dans une certaine mesure à propos des prisons.

Le sociologue décrit notamment les matériaux à la disposition des « reclus » pour mettre en œuvre des « secondary adjustments » – il ne s’agit pas d’adaptations primaires (celles-ci correspondent à l’acceptation des règles de l’institution dans laquelle entre le malade), mais d’adaptations secondaires, c’est-à-dire des contournements des règles institutionnelles pour conserver des marges de liberté. Parmi ces moyens de fortune, on trouve bien sûr des détournements d’objet, des récupérations de rebuts, mais aussi un usage stratégique des horaires et des lieux. L’exploitation habile des affectations permet de travailler en cuisine et de récupérer de la nourriture par exemple – on sait d’ailleurs combien la nourriture revêt une importance cruciale dans les prisons ; dans un environnement collectif de rareté, tout aliment peut se monnayer et devenir un instrument de pouvoir (Valentine, Longstaff, 1998). D’autres reclus vont à la gymnastique simplement pour pouvoir se relaxer sur les tapis moelleux de la salle de sport. Or, comme le précise tout de suite après Erving Goffman, dans la section « Places » (1961, p. 227), « Terrains de manoeuvre » dans la traduction française (1968, p. 283) : « if these activities of underlife are to occur, they must occur in some place or region » (1961, p. 227, je souligne). Le sociologue précise que l’espace des patients peut être partagé en trois, et que ceci serait valable dans beaucoup d’institutions d’enfermement, à commencer par les prisons. Il distingue premièrement l’espace extérieur ou aux limites de l’établissement – zone interdite au reclus, à moins d’être accompagné – deuxièmement, l’espace surveillé qui, lui, est autorisé, mais soumis aux restrictions de l’institution, et enfin, troisièmement, les « free places » (1961, p. 230), ces « zones franches » (Goffman, 1968, p. 283) peu ou mal surveillées, où l’on peut être à la fois soi-même et son propre maître : « Here one can be one’s own man » (1961, p. 231).

Erving Goffman s’appesantit longuement sur ces espaces de moindre contrainte qui affinent la vision parfois trop univoque des coercitions spatiales. On peut boire, jouer au poker, se détendre, ne plus avoir à se comporter comme un malade, être traité comme une personne normale, non seulement dans diverses cachettes, mais aussi dans les lieux que les personnels renoncent à surveiller de manière rigoureuse. Les espaces de contact avec des amis hébergés dans d’autres parties de l’institution, ou avec le personnel et les familles, ou simplement avec l’extérieur via une ouverture visuelle, font bien sûr partie des zones franches recherchées des reclus. Sûrement moins présentes en prison que dans un hôpital, ces zones franches pourraient se retrouver dans les infirmeries ou les salles de classe de la détention.

Ces « free places » sont distinguées des « group territories » (Goffman, 1961, p. 239), « territoires réservés » (Goffman, 1968, p. 294), que plusieurs reclus s’approprient collectivement, aux dépens des autres. Ceux qui jouissent d’une affectation au foyer où est publié l’hebdomadaire de l’institution, ou à l’entretien du quartier des séniles, peuvent disposer pour quelques heures du bureau ou d’une aile de la véranda, avec la complicité du personnel. Ce privilège spatial n’est pas accordé à tous.

Enfin, Erving Goffman termine cette analyse très éthologique de la territorialité des reclus, en mentionnant le « personal territory » du patient :

« I have mentioned two kinds of places over which the patient has unusual control: free places and group territories. He shares the first with any patient and the second with a selected few. There remains private claim on space, where the individual develops some comforts, control, and tacit rights that he shares with no other patients except by his own invitation. I shall speak here of personal territory. A continuum is involved, with a veritable home or nest at one extreme, and at the other a mere location or refuge site in which the individual feels as protected and satisfied as is possible in the setting. » (Goffman, 1961, p. 243-244).

Ceux qui disposent d’une chambre individuelle à l’hôpital psychiatrique St. Elizabeth de Washington, D.C., qu’étudie Erving Goffman, peuvent y accumuler des objets interdits (photos d’actrices, romans policiers, etc.), d’autres s’approprient un coin de la salle commune ou une chaise devant la télévision. La loi du premier occupant dans les quartiers les plus évolués, contraste avec la loi du plus fort dans les quartiers d’arriérés, même si la loi du plus éloquent fonctionne aussi – celui qui n’arrive pas à parler du tabouret qu’il occupe peut s’en faire déloger par celui qui maîtrise le vocabulaire et la persuasion.  Les emboîtements spatiaux sont bien sûr possibles : le refuge de tel reclus, parfois réduit à la couverture dans laquelle il s’enveloppe, peut se trouver situé dans le territoire réservé de son groupe, lui-même inclus dans une zone franche plus vaste et peu surveillée.

Il existe ainsi toute une géographie de la liberté, toute une différenciation des espaces où les contraintes institutionnelles sont plus ou moins marquées. On pourrait étendre cette analyse goffmanienne des subdivisions entre « free places », « group territories » et « personal territories » à tous les espaces clos institutionnels, à commencer par les prisons. Cet usage de l’espace permet de faire glisser l’analyse de ce que l’espace d’enfermement fait aux reclus, à ce que les reclus font avec l’espace. Comme le résume Isaac Joseph, « dans les adaptations secondaires, il [Erving Goffman] va découvrir de petites mobilisations, qui ont pour enjeu de circonscrire les territoires de la coexistence et de gérer le partage des places et des ressources entre la vie privée et la vie publique » (2001, p. 80). Cet usage de l’espace pour contourner les règles officielles de l’institution a bien été repéré ici et là dans la littérature carcérale antérieure à la parution d’Asiles (Sykes, 1958 ; Dendrickson et Thomas, 1954 ; Hassler, 1954), mais il n’a pas été développé de manière aussi convaincante.

Références :

Dendrickson G., Thomas F., 1954, The Truth about Dartmoor, Londres, Victor Gollancz, 240 p.

Goffman E., 1961, Asylums: Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, N.Y., Anchor Books Doubleday, [re-impression 1990], 386 p.

Goffman E., 1968 [1961], Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Éditions de Minuit, 450 p.

Hassler A., 1954, Diary of a Self-Made Convict, Chicago, Henry Regnery, 182 p.

Joseph I., 2001, « Le reclus, le souci de soi et la folie de la place », in Erving Goffman et les institutions totales, C. Amourous, A. Blanc, (éd.), Paris, L’Harmattan, 316 p., pp. 79-92.

Sykes G., 1958, The Society of Captives: A Study of Maximum Security Prison, Princeton, N.J., Princeton University Press, 144 p.

Valentine G., Longstaff B., 1998, « Doing Porridge: Food and Social Relations in a Male Prison », Journal of Material Culture, vol. 3, n°2, pp. 131-152.