Terrain en Roumanie

Le matériel de terrain de Bénédicte

Le matériel de terrain de Bénédicte

Bénédicte Michalon a commencé son terrain en Roumanie. Quelques questions à chaud posées par Caroline :

Où se passe ton terrain précisément ?

Je commence par Bucarest, la capitale, car c’est là que vivent la majeure partie des étrangers présents dans le pays. Du coup c’est aussi à Bucarest que se trouvent plusieurs lieux d’enfermement de ces étrangers : le centre de rétention situé à proximité de l’aéroport international d’Otopeni, un centre de demandeurs d’asile implanté dans un des quartiers nord de la ville. Il y a aussi des zones de rétention pour étrangers dans les deux aéroports internationaux de la ville. Ces espaces peuvent être qualifiés de lieux d’enfermement car les personnes qui y vivent ne peuvent aller et venir à leur guise, elles sont parfois totalement enfermées comme c’est le cas en rétention, et sont soumises à un contrôle strict de la part des autorités roumaines. Mais c’est en fait dans l’ensemble du pays qu’il faut mener l’enquête, car il y a un autre centre de rétention près de la frontière avec la Hongrie, à Horea ; et les quatre autres centres pour demandeurs d’asile sont dispersés sur l’ensemble du territoire, à proximité des frontières.

Quels sont tes objectifs ?

En partant mon objectif principal était de nouer des contacts avec différents types d’acteurs impliqués dans la question de l’enfermement des étrangers. Il s’agit avant tout de migrants ayant vécus dans un des lieux d’enfermement et qui en sont aujourd’hui sortis, ou qui y vivent encore, par exemple dans le centre de demandeurs d’asile. La difficulté est qu’il est très difficile d’accéder à ces personnes sans passer par les ONG qui s’occupent d’elles. Ces ONG et leur personnel sont donc tout aussi centrales dans mon enquête, car c’est par leur intermédiaire que je peux accéder aux migrants. Enfin, je vais essayer de contacter des agents de l’État impliqués dans la gestion de ces centres et dans leur fonctionnement quotidien. Il faut que ces contacts soient suffisamment étroits pour que je puisse les conserver tout au long du programme de recherche, revenir à plusieurs reprises ici pour compléter les entretiens, rencontrer de nouvelles personnes, revoir celles que j’ai déjà interrogées…

Quelle méthode as-tu suivie pour cette première approche du terrain ?

J’étais déjà venue il y en novembre 2007 pour préparer cette enquête, et plus largement l’ensemble du programme TerrFerme. J’avais été accueillie pendant plusieurs jours par une ONG qui s’occupe des demandeurs d’asile et des réfugiés à Timişoara, et j’avais visité le centre de demandeurs d’asile qui se trouve dans cette ville. A Bucarest j’avais rencontré quelques ONG impliquées dans l’aide aux étrangers. J’ai ainsi pu avoir une image globale de la situation, et définir des priorités. Une de ces ONG s’est spécialisées dans l’assistance aux personnes enfermées en centre de rétention ou en étant sorties. J’y travaille donc comme bénévole quelques heures par semaine, ce qui me permet de rencontrer celles et ceux qui y viennent pour y trouver une aide en matière d’emploi, de logement, de procédure juridique…

Qu’as-tu l’intention de faire maintenant ?

Je vais rester deux mois à Bucarest pour mener ces entretiens. C’est un travail de longue haleine car il faut établir une certaine confiance avec les migrants pour qu’ils acceptent de parler de leur trajectoire migratoire et de leur expérience de l’enfermement. Je procède par entretiens dits « semi-directifs » : j’ai une liste de questions à poser, que j’adapte en fonction des circonstances. Mon activité bénévole au sein de l’ONG me permet également d’apprendre beaucoup sur ces lieux, sur ceux qui y sont enfermés. J’ai également l’intention de faire des demandes auprès de l’administration roumaine pour aller dans le centre d’Otopeni et dans le centre de demandeurs d’asile. Mais il n’est pas sûr que j’obtienne les autorisations requises. C’est la raison pour laquelle je réalise la majeure partie des entretiens avec des personnes sorties des centres. Il est très difficile de pouvoir leur parler sur place, du fait de ces problèmes d’accès aux lieux ; par ailleurs leur parler à l’extérieur permet probablement de recueillir un discours plus libre.

Crédits photographiques : Bénédicte Michalon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.