Avril 2010, Yaoundé

De Marie Morelle :

Je suis retournée au Cameroun après 3 ans d’absence. Mon objectif de ces 10 jours de mission était d’obtenir une autorisation du Secrétariat d’Etat à l’Administration pénitentiaire pour mener des recherches dans la prison centrale de Yaoundé, dite « Kondengui », la grande prison de la capitale camerounaise. En quelques jours à peine, grâce à de précieuses rencontres, j’ai obtenu le sésame me donnant accès à « Kondengui » pour l’année 2010. Dans le même temps, je reprends contact avec l’une des rares associations intervenant en prison ainsi que les responsables d’un programme Cameroun-Union européenne portant sur l’amélioration des conditions de détention.

Cependant, munie de mon autorisation, l’essentiel pour moi est de revenir à « Kondengui ». J’en connaissais la cour principale et le Quartier-mineur, j’étais déjà restée au seuil de quelques autres quartiers pénitentiaires, celui pour femme et quelques uns pour hommes. Me croyant préparée, j’entre à « Kondengui », décidée à en parcourir les moindres recoins. Bien m’en a pris. Il faudra sans nul doute du temps pour trouver les éventuels espaces propices à quelques entretiens. Ma présence est loin d’être discrète. J’ai senti le regard (le contrôle ?) de certains détenus qui sans nul doute décident, au moins dans une certaine mesure, des allées et venues au sein de l’espace carcéral. Je ne suis pas nécessairement attendue. D’autres espèrent de moi une aide financière. Je suis prise à partie de toutes parts, « au mieux » ignorée. Et renvoyée largement à mon identité de femme, pas toujours de manière très flatteuse. Je ne sais pas non plus comment rencontrer les surveillant-e-s. Je ne suis pas certaine d’avoir tout simplement le temps de prendre le temps, avec chacun, temps si précieux pour une recherche mais toujours plus rare et fragmenté aujourd’hui dans la vie d’un enseignant-chercheur. Ma nouvelle mission va démarrer le 5 juillet, j’espère jongler entre observations in situ et entretiens auprès d’anciens détenus. Certains d’entre eux m’ont déjà appris beaucoup de leur expérience carcérale comme de leurs itinéraires les ayant conduit à « Kondengui ».

A suivre.


Afficher Kondengui sur une carte plus grande
Prison de Kondengui, Yaoundé, Cameroun

Crédits cartographiques : Repérages Olivier Pissoat et Julie Pierson – UMR ADES


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.