Juillet 2010, Yaoundé

De Marie Morelle :

Yaoundé, Cameroun

Ma nouvelle mission au Cameroun a effacé certaines de mes appréhensions. A dire vrai, je ne sais plus où mener mes recherches tant la parole d’acteurs et d’individus se révèle intéressante. Bien sûr, il y a celle des prisonniers : prévenus, détenus, hommes, femmes et mineurs, incarcérés dans différents espaces de « Kondengui ». Mais celle des gardiens et gardiennes serait également importante. Sans compter la nécessité d’entretiens avec leurs supérieurs et la multitude d’intervenants extérieurs (avocats, ONG locale, étrangère et ordres religieux).
Je ne souhaite pas me disperser et j’ai donc pris pour habitude de m’asseoir dans le quartier des Condamnés à mort (la peine capitale existe toujours mais de fait, elle est transformée en peine perpétuelle). Là-bas, les détenus ont droit à une cellule individuelle (parfois partagée à deux) dans un quartier en retrait où ils ne sont qu’une vingtaine. Tout y est plus calme et plus propre. Et cela n’empêche guère d’autres rencontres. J’observe aussi les va-et-vient dans la cour et au fil des jours, découvre le rythme de la vie carcérale : les visites des familles, les départs au tribunal… Les entretiens et les observations m’informent autant qu’ils stimulent de nouveaux questionnements sur les parcours judiciaires, sur les différences potentielles entre prisons urbaines et prisons rurales… Ce qui me frappe par-dessus tout est le temps, finalement, que les détenus me consacrent ; sans limite tant leurs jours ne passent pas.

Crédits photographiques : Marie Morelle


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.