Circulations carcérales

Olivier Milhaud et Marie Morelle participent au Colloque « L’architecture carcérale : Des mots et des murs » qui a lieu du 1er décembre 2010 au 3 décembre 2010 à l’ENAP (Ecole nationale d’administration pénitentiaire, Agen).

Leur communication porte sur les « Circulations carcérales: entre contraintes et détournements des logiques architecturales. Regards croisés à partir de l’étude d’une prison centrale camerounaise et de maisons d’arrêt françaises ».

Résumé : Cette intervention s’intéresse à la prison habitée et au rapport qui existe entre détenus et espace carcéral. Elle propose d’analyser le vécu de détenus incarcérés dans une prison camerounaise (Yaoundé) et dans des maisons d’arrêt françaises.

Les établissements étudiés présentent quelques traits architecturaux communs largement issus d’une filiation directe des prisons camerounaises avec celles de France. Aujourd’hui, on y retrouve a minima le souci de séparer, de classer et de surveiller, et ce par le biais du contrôle des allées et venues des détenus d’une part et de leur emploi du temps d’autre part. La double logique de séparation spatiale et de concentration de population entraîne inévitablement un conflit entre contraintes matérielles et usages de l’espace. Afin de saisir le vécu des détenus en lien avec les architectures carcérales sans tomber dans une simple description des lieux, nous souhaitons mettre l’accent sur les circulations internes aux établissements pénitentiaires étudiés. Ces contraintes architecturales et ces circulations carcérales ont été appréhendées par le biais d’observations sur le terrain et d’entretiens auprès de détenus, de personnels et d’architectes de prison.

La capacité de mouvement des détenus est a priori contrainte par l’architecture, même si la logique séparatrice est plus forte en France qu’au Cameroun. Comment cela est-il vécu dans les deux contextes ? Dans quelle mesure est-il éventuellement possible de dépasser ces entraves à une relative mobilité ? Au jour le jour, des prisonniers développent des adaptations voire des stratégies de détournement de ces contraintes, en particulier dans des contextes de surpopulation carcérale plus ou moins marquée.

Outre ces questions de contraintes formelles et de pratiques informelles, une autre question émerge par-delà des analyses des adaptations secondaires dans la lignée de Goffman. En effet, certains détenus, en lien avec l’administration pénitentiaire, peuvent participer de ce contrôle des mobilités. Ils y gagnent une forme de liberté de circulation mais surtout un pouvoir sur d’autres détenus. Paradoxalement, ils renforcent alors les contraintes physiques et morales s’exerçant déjà sur ces derniers.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.