Expériences associatives en rétention

Du 16 au 18 janvier 2011 s’est tenue à Vienne (Autriche) une conférence œcuménique sur le thème : « Assistance spirituelle et conseil en rétention » (“Beratung und Seelsorge in der Schubhaft“), organisée à l’initiative des acteurs religieux intervenant en rétention en Allemagne et en Autriche et réunissant des représentants d’associations caritatives et non caritatives en Suisse, Hollande, Finlande, Norvège, France, Allemagne et Autriche.

Deux membres du programme TerrFerme (Mathilde Darley et Bénédicte Michalon) y avaient été conviés par le pasteur intervenant dans le centre de rétention allemand dans lequel Mathilde Darley mène depuis plusieurs mois une enquête. Il était en effet chargé de l’organisation d’une table ronde dédiée à la confrontation transeuropéenne d’expériences associatives en rétention et s’avère par ailleurs très intéressé par le développement des échanges entre chercheurs et acteurs de terrain.

La conférence a notamment mis en évidence la spécificité du contexte allemand mais aussi, dans une moindre mesure, autrichien, suisse ou hollandais, où les acteurs religieux jouent souvent un rôle fondamental dans l’assistance aux retenus. Ainsi, dans certains Länder allemands, ils sont les seuls autorisés à pénétrer sur une base régulière dans l’espace de la rétention et disposent d’un accès relativement large aux retenus eux-mêmes, mais aussi à leurs dossiers juridiques et médicaux. L’équilibre des forces en présence reste toutefois précaire et les conditions d’accès des acteurs religieux à l’univers rétentionnaire dépendent avant tout des relations entretenues avec l’administration policière. Les acteurs religieux soulignent ainsi unanimement les entraves existant à leur prise de parole publique sur la rétention : le maintien de leur position en rétention est généralement conditionné à l’absence de critiques formulées publiquement sur le fonctionnement du dispositif d’enfermement et d’expulsion des étrangers.

Ils occupent de ce fait une position à priori inconfortable dans l’univers de la rétention : alors que les retenus voient en eux des « porte-parole » susceptibles de sensibiliser l’opinion publique à la question de l’enfermement des étrangers à des fins d’expulsion, les autorités policières cherchent la plupart du temps à encadrer strictement l’intervention des acteurs religieux en rétention et à la limiter à l’assistance spirituelle qui justifie généralement leur présence. Or la question de savoir s’il est possible d’intervenir en rétention sans s’engager dans une forme d’assistance juridique aux retenus est une question récurrente dans le monde associatif religieux. Si certains, en Allemagne notamment, ne peuvent concevoir leur mission en rétention sans une dimension d’assistance juridique et de défense des droits des retenus (par la mobilisation d’avocats spécialisés notamment), d’autres ont au contraire intégré cette limitation de leurs activités à la sphère religieuse et ne la remettent pas en cause – non pas tant parce qu’ils adhèrent à une conception de leurs activités consacrant le primat de l’assistance spirituelle sur l’assistance juridique et/ou matérielle que parce qu’ils ont conscience de la fragilité de leur position en rétention. En acceptant de se plier aux injonctions policières, ils évitent avant tout que ne soit remise en cause leur autorisation d’entrée dans les lieux d’enfermement.

En offrant la possibilité aux acteurs de terrain de différents pays européens de revenir sur les conditions de leur intervention auprès des étrangers retenus, la conférence de Vienne a notamment permis de mettre en lumière les différences fondamentales existant entre les centres de rétention d’un pays à l’autre (voir, en Allemagne ou en Autriche par exemple, d’une région à l’autre), notamment en regard de l’accès au droit des retenus. L’accent a notamment été mis sur la situation autrichienne, dont le caractère jugé très préoccupant par les acteurs religieux avait motivé la tenue de la conférence à Vienne. Depuis plusieurs années déjà, les acteurs religieux et non religieux jusqu’alors en charge de l’assistance aux retenus se sont vus progressivement évincer des centres de rétention autrichiens à la suite d’appels d’offres lancés par le ministère de l’Intérieur et systématiquement remportés par une organisation non gouvernementale créée dans la deuxième moitié des années 2000 et caractérisée par sa grande proximité avec le ministère. De ce fait, l’assistance juridique aux retenus n’est plus assurée et très peu d’informations sont disponibles sur les conditions de rétention, l’accès aux soins, les recours possibles, les pratiques d’expulsion, etc.

La rencontre de Vienne a cependant également été l’occasion, pour les acteurs de terrain réunis, d’aborder la question de leur positionnement éthique et déontologique en rétention. Les arrangements nécessaires avec l’autorité policière font ainsi craindre à nombre d’entre eux de faire finalement partie du dispositif de contrôle des retenus en contribuant à les apaiser et en facilitant ainsi leur enfermement puis leur expulsion. Si certains acceptent de jouer le rôle d’ « agents pacificateurs » et délivrent, en situation de crise notamment, une assistance spirituelle tant aux « enfermés » qu’aux « enfermants », d’autres voient au contraire dans le fait d’être « du côté des victimes » le cœur de leur mission. Cette perception de l’univers rétentionnaire comme clairement scindé en deux camps, celui des « victimes » et celui des « coupables », les amènent à refuser toute forme de « compromission » avec les enfermants. Cette conception des retenus comme « victimes » est notamment étayée par une mise en perspective récurrente des conditions d’enfermement faites aux détenus de droit commun avec celles faites aux étrangers placés en rétention. Il en découle un sentiment d’indignation, que les acteurs religieux présentent comme « légitime » : alors même que les étrangers retenus « n’ont commis aucun crime », ils sont soumis à des conditions d’enfermement plus strictes, dans des établissements plus vétustes et avec un accès aux acteurs juridiques plus restreint (voire inexistant) que les détenus de droit commun.

Cette opposition entre rétention et prison semble jouer un rôle structurant, pour nombre d’acteurs (religieux ou non) intervenant en rétention, dans la définition de leur rôle et la perception de leurs « publics ». Les débats traversant voire divisant la sphère non gouvernementale quant au qualificatif même de « victime » et à son apposition au migrant enfermé invitent donc à s’interroger plus avant sur les caractéristiques du retenu pouvant justifier, dans les pratiques d’assistance des acteurs non gouvernementaux, son inscription ou non dans la catégorie des « victimes ». Ils appellent également à questionner les incidences de ces processus de catégorisation sur le traitement accordé aux demandes d’assistance formulées par les retenus ainsi que sur la place réservée, dans ces mécanismes de labellisation des publics retenus, aux anciens détenus ayant fait l’objet d’un transfert depuis un établissement pénitentiaire vers un centre de rétention.

La position des acteurs associatifs en rétention, le caractère souvent précaire de leur autorisation d’entrée et la nécessité constante qui leur est faite de démontrer leur « loyauté » aux autorités policières (induisant notamment d’importantes entraves à leurs prises de position publiques), ou encore leur éventuelle instrumentalisation (en tant que « caution humanitaire ») par les acteurs de la sécurité, autorisent de nombreux parallèles avec la situation du chercheur travaillant sur les lieux d’enfermement. Ce dernier est en effet généralement lui aussi tributaire, pour la réalisation de ses enquêtes de terrain, du bon vouloir de la hiérarchie policière ; il s’expose aussi à une possible remise en cause de son autorisation d’accès en cas de publication d’analyses jugées peu favorables aux acteurs du contrôle. Enfin, il fait souvent l’objet d’instrumentalisations par les enquêtés (enfermés, enfermants ou acteurs intermédiaires) qui posent la question de l’incidence du rôle endossé par le chercheur sur les résultats produits et sur les formes possibles de leur restitution aux différents groupes d’enquêtés.

La conférence de Vienne et la proximité qu’elle a fait apparaître entre les retours auto-réflexifs conduits par les acteurs non gouvernementaux (et en particulier religieux) et ceux qui animent la communauté des chercheurs travaillant sur l’enfermement quant à leur positionnement en rétention invitent donc à chercher de nouvelles opportunités d’échanges entre la sphère scientifique et la sphère non gouvernementale, qui entretiennent souvent des liens étroits sur le terrain du fait des conditions mêmes d’accès des chercheurs (par le biais des acteurs associatifs) aux terrains à priori décrits comme « fermés ».

Crédits photographiques aspito4kids (Prison tree), Licence CC.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.