Du foyer au camp. Autour des travaux de Marc Bernardot

L’équipe TerrFerme se réunira le jeudi 11 mars au laboratoire PRODIG dans le cadre d’un atelier de travail consacré aux travaux de Marc Bernardot, Professeur de sociologie à l’Université du Havre, qui sera présent.

A partir du thème Du foyer au camp, il s’agira de réfléchir à la manière dont la perspective du logement permet d’approfondir et/ou de revisiter l’analyse des lieux d’enfermement. Seront aussi abordés le positionnement scientifique de l’auteur, ses évolutions et ses pratiques de recherche.

Un compte-rendu de cet atelier suivra.

A propos du séminaire avec Gilles Chantraine

P1000996_GillesChantraine2A propos du séminaire de Terrferme qui a eu lieu le 1er décembre dernier avec Gilles Chantraine.

Par Olivier Milhaud, Laboratoire ADES.

C’est toujours un plaisir de recevoir un jeune chercheur déjà doté d’une expérience riche et variée. On peut ainsi retracer avec lui autant les interrogations fondamentales qui ont guidé sa recherche que les évolutions des centres d’intérêt au cours des années.

Gilles Chantraine se montre très attaché à remettre en cause l’idée d’une prison immobile. Pourtant c’est bien cette immobilité qui semble dominer tant le vécu entre les murs (la routine et le temps suspendu des détenus, les « bonnes journées » des surveillants, celles où il ne se passe rien) que l’inertie historique d’une prison qui se reproduit malgré ses échecs et malgré les critiques récurrentes et monotones que d’aucuns lui adressent. Il ne faut pas succomber à cette vision immobile prévient Gilles Chantraine.

N’existe-t-il pas une rationalité pénale moderne, fort différente des rationalités antérieures? Si l’on en croit Alvaro Pires, la rationalité pénale moderne est « hostile, abstraite, négative et atomiste ».

<<Hostile, parce qu’on représente le déviant comme un ennemi du groupe tout entier et parce qu’on veut établir une sorte d’équivalence nécessaire, voire ontologique, entre la valeur du bien offensé et l’affliction à produire chez le déviant. Abstraite, parce que le mal (concret) causé par la peine est reconnu mais conçu comme devant causer un bien moral immatériel (« rétablir la justice par la souffrance », « renforcer la moralité des gens honnêtes », etc.) ou encore un bien pratique invisible et futur (la dissuasion). Négative, puisque ces théories excluent toute autre sanction visant à réaffirmer le droit par une action positive (le dédommagement, etc.) et stipulent que seul le mal concret et immédiat causé au déviant peut produire un bien-être pour le groupe ou réaffirmer la valeur de la norme. Et enfin, atomiste, parce que la peine – dans la meilleure des hypothèses – n’a pas à se préoccuper des liens sociaux concrets entre les personnes sauf d’une façon tout à fait secondaire et accessoire.>> (Pires et al., 2001, 198).

Cette rationalité pénale entrave toute innovation. Quand on pense que la moindre récidive peut faire vaciller toute la politique des libérations conditionnelles, on peut se demander pourquoi tant de récidives post-carcérales ne remettent pas en cause la prison? L’institution pénitentiaire existe assurément sous le poids d’une certaine lourdeur qui entrave les évolutions.

Cependant, ne croyons pas à une prison immobile. D’ailleurs, la sociologie carcérale s’est construite assez vite en porte à faux avec une certaine représentation du travail de Michel Foucault. Les constats empiriques ne sont pas ceux d’un dispositif correctionnaliste, mais plutôt celui d’un dispositif guerrier défensif, visant la contention, la neutralisation des détenus. Certes, il existe des efforts correctionnalistes, mais le fonctionnement banal d’une prison est bien plus pragmatique : réduire les désordres et éviter les évasions.

On constate toutefois une complexification de la vie sociale en prison aujourd’hui. Nous sommes loin des travaux de Gresham Sykes ou même du Erving Goffman d' »Asiles » et des institutions totales. Pensons simplement à la porosité grandissante avec l’environnement ou à la poussée du droit en détention. Toutes deux contribuent grandement à la complexification du pouvoir et des rapports sociaux en détention. La présence plus massive d’autres acteurs (issus de l’Administration pénitentiaire bien sûr, mais aussi de l’Education nationale, de la Santé, voire de la Protection Judiciaire de la Jeunesse…) redéfinit le gouvernement des détenus. Dans les Etablissements pour Mineurs, on a affaire à un gouvernement hétérogène, traitant des mineurs à gérer, des élèves à instruire, des patients à soigner, des jeunes à éduquer. A partir de là, on peut se demander qu’en pensent les principaux intéressés. Comment s’adaptent-ils? Comment résistent-ils?

D’où les recherches de Gilles Chantraine, au croisement des stratégies de gouvernement, selon une ligne foucaldienne, et des interactions quotidiennes, selon une ligne plus goffmanienne.

Sa thèse, Par-delà les Murs (Le Monde, 2004), revisitait l’idée d’institution totale à l’aune des expériences subjectives. La diversité des expériences carcérales, du fait de la diversité des parcours de vie, y est pour beaucoup.

Son séjour à Montréal lui a ouvert la porte des governmentality studies: qui gouverne? comment? quelles sont les réactions? D’où ses travaux sur la prison post-disciplinaire, ou sur les mutations pénales contemporaines.

Son travail sur les trajectoires d’enfermement (suivi de cohortes biographiques) lui a permis de rencontrer des jeunes en quartier mineurs puis de les réinterroger six mois plus tard (pour ceux dont on n’a pas perdu la trace) là où ils en sont de leur parcours.

A présent, Gilles Chantraine travaille plus sur les professionnels que sur les détenus. Nouvel éclairage sur une rationalité pénale moderne toujours saisie au plus prés des vécus et des expériences.

•PIRES A.P., CELLARD A., PELLETIER G. (2001). L’énigme des demandes de modifications législatives au code criminel canadien, in FRAILLE P. (dir.), Régulations et gouvernances. Le contrôle des populations et du territoire en Europe et au Canada. Une perspective historique, Barcelone, Éditions de l’Université de Barcelone, p. 195-217.

Voir aussi :

•PIRES, A. P. (1998). Aspects, traces et parcours de la rationalité pénale moderne, in DEBUYST, C., DIGNEFFE F. & PIRES, A. P. (eds.), Histoire des savoirs sur le crime et la peine. 2/ La rationalité pénale et la naissance de la criminologie, Montréal, DeBoeck Université, p. 3-52.

Crédits photographiques: B. Michalon, C. Abéla

Penser l’enfermement à partir de la prison

Progr_seminaireChantraine_3

Le prochain séminaire de TerrFerme aura lieu le mardi 1er décembre de 9h à 12h à la Maison des Suds (campus de Pessac), salle des stages.

Il prendra la forme d’un atelier de travail à partir des travaux de Gilles Chantraine, chargé de recherche CNRS (CLERSE, Lille), qui sera présent. Autour du thème « Penser l’enfermement à partir de la prison », seront abordés : le positionnement scientifique de l’auteur (sa grille d’interprétation, ses concepts et notions, son analyse, sa posture en tant que chercheur, etc.), sa méthode (l’accès au terrain et aux données, les techniques d’enquête, le positionnement face aux interlocuteurs, les émotions du chercheur) et enfin son approche de la prison et de l’enfermement.

Cet atelier est ouvert au public. Pour des raisons logistiques, les personnes intéressées sont priées de prendre contact avec l’organisatrice avant le séminaire.

Contact : Bénédicte Michalon, chargée de recherche Cnrs.

Et n’oubliez pas la soutenance de thèse d’Olivier Milhaud le lundi 30 novembre!!!


Compte-rendu du séminaire sur la méthodologie de l’enquête

Voici un compte-rendu du séminaire TerrFerme du 21 septembre 2009 « Comment enquêter dans les lieux d’enfermement » avec Michel Agier (EHESS), Cédric de Torcy (CGLPL), Mathilde Darley (CESDIP / CNRS).

Définir les lieux d’enfermement

Dans la démarche de retranscrire la « France captive » qui est celle du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), Cédric de Torcy souligne que la loi du 30 octobre 2007 laisse une grande souplesse dans la définition de ce qu’est un lieu d’enfermement où des personnes sont maintenues sur décision administrative et/ou judiciaire ; en conséquence, des véhicules servant aux transferts de détenus ou d’étrangers en instance d’expulsion sont considérés comme des espaces de confinement par le CGLPL. Dans ce processus, il y a l’idée de définir l’enfermement autant par la localisation que par le statut institutionnel ou par d’autres critères déjà existants ou à définir ; l’enfermement peut donc être présent dans des lieux inattendus. Enfin, à partir du terme d’encampement que Michel Agier emprunte à Barbara Harrell-Bond, une typologie des lieux de mise à l’écart est proposée : les camps de réfugiés (la mise en camp est vue comme la quatrième solution du HCR aux situations des réfugiés dans le monde; officiellement le HCR propose trois solutions : l’intégration dans le premier pays d’accueil, la réinstallation dans un pays tiers et le retour dans le pays d’origine une fois la crise terminée) , les lieux de confinement (centre de rétention administrative, zones d’attente…), les camps de déplacés et les camps informels.

Interactions sociales et territoriales

Paradoxalement, il convient aussi de montrer les possibles attachements des individus à ces espaces ; Michel Agier cite à ce propos les travaux d’Appadurai qui rappelle que tout lieu est nécessairement symboliquement produit. Par exemple, chez celles et ceux qui sont déplacé(e)s, la localisation s’accompagne de resocialisation – sans cette dimension, le déplacement serait en effet un exil sans fin. Et Michel Agier souligne l’importance de faire une typologie générale de ces « milieux en tension » dans une seule nébuleuse – qui aurait plus ou moins d’intensité – afin de mettre en évidence ce qui relève de l’accueil ou au contraire de l’enfermement. Le « vide » qui existe autour de ces espaces définit en partie le « plein » des camps, dans le sens où les personnes sont considérées comme « légales » – par les autorités qui gèrent ces lieux – uniquement à l’intérieur de ces lieux.

Enfin ces espaces sont disharmoniques sur le plan des structures et de la représentation que nous en avons ; c’est-à-dire qu’il existe des divergences entre l’organisation du monde et les aspects de l’organisation de ces lieux à l’échelle locale.

Carnets de terrain

Les lieux d’enfermement sont souvent considérés comme des terrains hybrides, troubles, compliqués à comprendre : ils sont alors largement abordés par le biais de la méthode ethnographique. La question émotionnelle y est prégnante et a été évoquée par deux des intervenants. Michel de Torcy dit à ce propos : « l’émotion, il ne faut pas qu’elle nous submerge mais je tiens à la garder » ; et Mathilde Darley rappelle qu’il ne faut pas « se concentrer sur les acteurs qui drainent le plus de pathos ». Les émotions font toutefois partie de la production de la recherche, et ces « troubles » se révèlent plus saillants dans les enquêtes relatives aux lieux d’enfermement. Pour autant, ils ne sont pas spécifiques à ces terrains. En conséquence, il semble intéressant, plutôt que d’appréhender ces terrains comme intrinsèquement spécifiques et de risquer ainsi de les réifier comme « terrains difficiles », de les rapprocher de terrains plus consensuels mais où s’offrent également à l’observation des formes d’interaction entre populations contrôlées et agents (étatiques ou non) du contrôle (voir par exemple les travaux de Vincent Dubois, en particulier La vie au guichet).

Au-delà de la question de la « débrouillardise », point évoqué à plusieurs reprises et qui est un élément à ne pas négliger dans ces processus d’enquête, Mathilde Darley souligne qu’elle ne prend jamais de notes durant les entretiens avec les migrants, pour ne pas interrompre la fluidité des propos ; et durant les observations ethnographiques auprès des acteurs du contrôle, elle retranscrit sur papier uniquement les informations données « officiellement » et non celles évoquées sur le mode du « off ». Dans certains lieux d’enfermement, parfois, il ne se passe pas grand-chose, et c’est peut-être cela l’important ; dans ce sens, ce qui intrigue, c’est ce rapport au temps (le temps de soi, le quotidien…). Maintenir les contacts avec les personnes maintenues (même une fois libre) est une contrepartie importante dans l’enquête. Il est aussi important de ne pas reproduire les conditions d’un des multiples interrogatoires subis par les retenus ou les détenus ; en définitive les enquêteurs peuvent également être pris dans des interactions, et se pose toujours la question de « la bonne distance » évoquée par les intervenants.

Depuis la nomination du contrôleur général des lieux de privation de liberté, des prisons, des centres et locaux de rétention administrative, des hôpitaux psychiatriques ont été visités et font l’objet de rapports non publiés à l’exception d’extraits dans le rapport annuel. Pour chaque visite, un rapport de constat (sans aucun commentaire) est tout d’abord effectué et envoyé aux autorités du lieu visité ; puis le rapport est accompagné de préconisations qui sont adressées aux ministres compétents. « Nous essayons de tout voir » dit Cédric de Torcy, « nous nous attachons à voir un grand nombre de personnes maintenues (notamment les indigents, celles et ceux qui ne sortent jamais de leur cellule, etc.). Nous devons prendre le temps, perdre notre temps ; ce qui explique qu’aujourd’hui, certaines visites se déroulent durant toute une semaine ». Enfin, Cédric de Torcy souligne le déséquilibre qui existe aujourd’hui entre la sécurité et le respect de la personne, la première l’emportant toujours sur la seconde. Il rappelle notamment l’exemple du soutien-gorge évoqué dans le Rapport annuel du Contrôleur général des lieux de privations de liberté 2008.

Méthodologie de l’enquête et lieux d’enfermement

trou_maille2Le séminaire du 21 septembre auquel vous invite TerrFerme (voir programme ci-dessous) a pour objectif de réfléchir aux méthodes de l’enquête dans les lieux d’enfermement à partir d’une question simple : comment, concrètement, le chercheur peut-il y mener son enquête ? Les particularités de ces lieux engendrent-elles des spécificités dans le travail d’enquête du chercheur ? On peut en effet partir de l’idée que la clôture physique des lieux et leur contrôle strict par des administrations ad hoc constituent des obstacles à surmonter qui vont orienter les manières de mener des investigations scientifiques.

Se pose d’emblée la question de l’accès à ce type de lieu et donc de l’accès aux informations indispensables à l’enquête. Se pose aussi la question de l’entrée sur ce terrain : par où, par qui et comment entreprendre le recueil des données empiriques ? Faut-il nécessairement enquêter à l’intérieur même des lieux clos pour réfléchir sur l’enfermement ?

Une fois à l’intérieur, quelles sont les méthodes et techniques les plus appropriées (par ex. entretien et niveau de sa structuration, observation et ses lieux de conduite…) ? Comment les adapter aux contraintes de contrôle des espaces et des personnes qui les fréquentent ? Comment les adapter, aussi, aux préoccupations de ceux qui vivent l’enfermement, bien différentes de celle de l’enquêteur ? Les temporalités de l’enquête doivent-elles également être aménagées ?

Par la suite, que faire de toutes ces contraintes dans le traitement des données ? Comment analyser des données qui ont été recueillies dans des circonstances de contrôle variables ? Par exemple, les informations recueillies à l’intérieur et celles recueillies à l’extérieur ont-elles le même statut ?

Est-ce que les modalités de l’enquête peuvent être les mêmes pour tous les lieux d’enfermement retenus dans le cadre de ce programme, ou les différences de vocation et de fonctionnement qui peuvent être repérées entre prisons, centres de rétention administrative et de demandeurs d’asile, et logements contraints des travailleurs entraînent-elles nécessairement des variations dans les manières de mener les investigations ? Peut-on s’armer d’un viatique méthodologique commun pour aborder tous ces lieux ?

C’est finalement la singularité même de l’enquête scientifique dans les lieux d’enfermement qui est à interroger, en matière de positionnement du chercheur, en matière de méthodes et techniques de recueil des données, en matière de traitement de ces informations.

Crédits photographiques : Pulpolux !!!, Licence CC

Comment enquêter dans les lieux d’enfermement ?

TerrFerme vous invite le 21 septembre 2009 à son séminaire sur le thème « Comment enquêter dans les lieux d’enfermement? ».

Programme :

13h30 -14h45 Michel AGIER (Anthropologue, EHESS, Centre d’Etudes Africaines, Paris)

Place et déplacements de l’ethnologue, dans les camps et dans le dispositif humanitaire

14h45 -16h Cédric DE TORCY (Contrôleur général des lieux de privation de liberté)

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté : une approche globale

16h – 16h15 Pause

16h15 -17h30 Mathilde DARLEY (Politologue, CNRS, Cesdip, Guyancourt)

Enquêter dans les lieux d’enfermement pour étrangers : questionnements méthodologiques

17h30 -18h Discussions et conclusion

Lieu : Maison des Suds (salle des stages), 12 Esplanade des Antilles, 33600 PESSAC

Contact :

Bénédicte Michalon

Séance inaugurale de TerrFerme

La première réunion de travail du projet TerrFerme a permis de poser les bases d’une réflexion méthodologique. De nombreuses questions ont été soulevées à travers une séance de lecture collective d’ouvrages, qui pourront être traitées dans la suite du projet.

Que recouvre la notion d’enfermement ? Comment étudier les lieux fermés ? Quelles sont les contraintes de l’enquête ? De quelle manière décrire les lieux d’enfermement et quelle méthode comparative élaborer pour des lieux aussi divers que les prisons, les camps de travailleurs, les centres de rétention administrative et de demandeurs d’asile?

Les ouvrages abordés feront l’objet de prochains billets.

Crédits photographiques : Larsomat, Licence CC.

Bienvenue sur le carnet de TerrFerme

La séance inaugurale du projet TerrFerme se tiendra les 14 et 15 mai 2009 au laboratoire ADES. Elle aura pour objectif de définir le cadre théorique de l’analyse de l’enfermement à travers la présentation et la discussion de travaux tels que ceux d’Alfred Schütz, Georg Simmel ou, entre autres, Erving Goffman.

Le 6 février dernier la question de l’enfermement avait fait l’objet d’un séminaire sur les jalons théoriques. Elle fut l’objet d’une démarche croisée à travers d’une part l’étude des dispositifs de zonage environnementaux considérés comme une forme d’enfermement de la nature et d’autre part les procédures politiques et les configurations spatiales de l’enfermement.

Le programme : seminaire_jalons_enfermement_06022009