Confinement des migrants en France

Date 10 novembre 2014 |

Avec son article intitulé « Les différents visages du confinement des migrants en France », Olivier Clochard contribue à l’ouvrage Migrations et mutations de la société française, l’état des savoirs, coordonné par Marie Poinsot et Serge Weber, aux éditions La Découverte.

Depuis 1981, période à laquelle le gouvernement de l’époque légalise la rétention administrative et judiciaire des étrangers démunis de documents en règles, de nouveaux modes de confinement ont été mis en place. La suppression graduelle des contrôles aux frontières internes de l’Union européenne (UE), consécutive à l’application des accords de Schengen (1995), a certes renforcé ce processus, mais le franchissement des frontières par des étrangers dépourvus des documents exigés et la situation des « sans-papiers » sont de plus en plus associés à des faits délictueux. En conséquence les lieux d’enfermement dont la capacité totale n’a cessé d’augmenter[1], sont devenus des enjeux importants dans l’évolution de la politique migratoire, les gouvernements successifs ayant procédé à des amendements législatifs pour faciliter la détention des migrants, engendrant dans le même temps d’autres formes de privation de liberté. C’est le cas à Calais et dans les autres villes portuaires de la Manche et la Mer du Nord où les étrangers sont confrontés à des mesures de surveillance et d’exclusion Enfin les « nouvelles » technologies comme la numérisation des données relatives à la situation administrative des migrants occupent une place croissante dans les politiques d’asile et d’immigration, elles visent à faciliter l’arrestation et l’enfermement d’enfants, de femmes et d’hommes à la recherche de meilleures conditions d’existence.

De par la convergence de leurs fonctionnements, ces dispositifs semblent constituer les diverses strates d’un confinement physique et immatériel où d’un côté, les contrôles des migrants doivent constamment être ajustés selon l’évolution des flux migratoires, et de l’autre les mobilités et les stratégies des migrants évoluent en fonction de ces nouveaux bornages mis en place (…).

[1] De 2000 à 2012, la capacité connue des lieux d’enfermement (centres et locaux de rétention administrative, zones d’attente) est passé de 723 à 2 280 places.

Schémas de la détention administrative en France de 1983 à 2013 (crédits cartographiques: Olivier Clochard), cliquez sur chaque carte pour l’agrandir :

 

Détention administrative en France en 1983.

Détention administrative en France en 1983.

 

Détention administrative en France en 1993.

Détention administrative en France en 1993.

 

Détention administrative en France en 2003.

Détention administrative en France en 2003.

 

Détention administrative en France en 2013 (1).

Détention administrative en France en 2013 (1).

 

Détention administrative en France en 2013 (2).

Détention administrative en France en 2013 (2).

 

Participation au colloque international “Un paysage global de camps”

Date 22 octobre 2014 |

cite_architecture Olivier Clochard et Tristan Bruslé participent au colloque international « Un paysage global de camps », qui a lieu à la Cité de l’architecture & du patrimoine à Paris les 22, 23 et 24 octobre.

Ils y débattront des chapitres qu’ils ont rédigé pour l’ouvrage « Un Monde de Camps », dirigé par Michel Agier (avec la collaboration de Clara Lecadet) et publié aux éditions La Découverte.

Olivier Clochard présentera, à partir d’enquêtes effectuées à Chypre, un chapitre (« Kofinou (Chypre). Du confinement à la mise au travail des demandeurs d’asile ») destiné à décrire le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile, les mesures de surveillance mises en place par les autorités chypriotes, et la manière dont ces dernières peuvent être ou non ressenties par les étrangers. Puis, dans un second temps, il s’agira d’envisager dans quelle mesure certaines activités de l’économie informelle de la région de Kofinou s’appuient sur la présence de ce camp « ouvert » articulant diverses formes de mobilité plus ou moins nouvelles et de mise au travail des étrangers.

Dans un texte intitulé « Qatar. Vie quotidienne et intimité dans un camp de travailleurs migrants », Tristan Bruslé s’est intéressé à la manière dont les travailleurs migrants s’approprient leur espace de vie contrainte. Entre routines quotidiennes, travail et ennui, les hommes tentent de se créer des parcelles d’intimité dans des dortoirs où l’entassement le dispute à l’inconfort.

 

Habiter l’enfermement?

Date 30 septembre 2014 |

camp Malte c schmoll dec 2013_2Le Festival International de Géographie 2014 de Saint-Dié-des-Vosges s’intéresse à l’enfermement. La question de l’habiter, thématique centrale du festival cette année, sera relue par les lieux d’enfermement : est-il possible d’habiter un espace lorsque l’on est placé dans un rapport de force dissymétrique et limité géographiquement par une clôture ? A travers différents cas d’étude (France, Malte, Roumanie, Italie), les conférences s’attacheront à montrer comment l’habiter se décline dans des contextes de contraintes spatiales, corporelles et policières : la prison, le centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire, le centre pour demandeurs d’asile, et, par le biais d’un film documentaire, le Goulag.

Samedi 4 octobre, Conf 10 h 15 à 11 h. Lycée Jules-Ferry, amphithéâtre
Conférence «9m² pour deux. Habiter une prison» par Olivier Milhaud, Université de Paris Sorbonne.

L’objectif de cette conférence sur la thématique annuelle est d’explorer les dimensions de l’habiter dans une situation d’enfermement, c’est-à-dire de réduction d’espace, de contraintes spatiales, et de logement non choisi. A partir d’un travail empirique dans plusieurs maisons d’arrêt françaises (matériau accumulé lors d’une thèse de doctorat soutenue en 2009), on montrera dans quelles conditions sont appropriées les cellules (nettoyage pour en faire un espace propre à soi, partage de l’espace avec le codétenu, conflits récurrents pour la télé ou la propreté), occupés les espaces communs (articuler emploi du temps et emploi des lieux pour fréquenter ou au contraire fuir les parloirs, les promenades, les ateliers) et opérées les circulations d’un lieu à l’autre entre quatre murs (passer du temps hors de cellule permet d’accéder à des ressources cruciales en situation d’enfermement, à condition d’attendre entre les grilles et de savoir négocier des marges de manœuvre). La conférence sera autant une plongée dans l’univers carcéral français qu’une réflexion sur l’habiter en termes de territorialités, de micro-échelles et de violence.

Samedi 4 octobre, Conf 14 h 15 à 15 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter et cohabiter en prison : de la cellule à l’extérieur», par Lucie Bony, Université Paris Val de Seine, et Lionel Bolmont, docteur en philosophie, ex détenu.

Cette conférence propose une analyse des déterminants de l’habiter carcéral. Celui-ci sera appréhendé à trois échelles (la cellule, les espaces de circulation et d’activité, l’extérieur de la prison). A partir de données recueillies par entretien et par observation dans une maison d’arrêt de région parisienne en 2011, il s’agit de montrer que l’habiter carcéral est une construction sociale. Au-delà de la contrainte exercée par le cadre architectural et règlementaire du contexte carcéral, les manières d’habiter et de cohabiter en prison varient en effet selon les caractéristiques sociales des détenus, leurs réseaux relationnel en détention et à l’extérieur, la position de l’incarcération dans leur cycle de vie et leurs expériences résidentielles passées. Cette conférence s’attache finalement à montrer que l’habiter carcéral relève des mêmes logiques sociales et spatiales que l’habiter dans d’autres contextes résidentiels mais que celles-ci y sont exacerbées.

Samedi 4 octobre, Conf 17 h 15 à 18 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter des espaces contraints : l’enfermement des étrangers aux marges de l’Europe», avec Bénédicte Michalon, CNRS, UMR ADESS, Camille Schmoll, Université de Paris 7 Denis Diderot, et Nathalie Bernardie-Tahir, Université de Limoges.

Cette conférence portera sur l’habiter dans des espaces contraints, et plus précisément en centre pour demandeurs d’asile et en centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire. A partir d’enquêtes menées dans trois pays situés aux marges de l’Europe (Malte, Roumanie, Italie), il s’agira de discuter l’idée selon laquelle l’appropriation de l’espace est possible dans les lieux d’enfermement, mais toujours soumise au contrôle. L’habiter y est temporaire, bricolé, précaire. En effet, les lieux d’enfermement font l’objet de micropolitiques destinées à contrôler en permanence ce qui se déroule en leur sein et à empêcher, ou tout du moins à limiter fortement l’appropriation des espaces par ceux qui sont enfermés. Si ces micropolitiques concernent toutes celles et ceux qui sont placés en un établissement donné à un moment donné, le vécu de l’enfermement n’est pas le même pour tout le monde. L’habiter contraint connait des variations en fonction de lignes de catégorisation ethniques, de genre, de statuts juridiques, etc. En dépit du fort contrôle auquel les lieux de confinement sont soumis, des marges de manœuvre existent qui permettent aux étrangers de se ménager une parcelle d’intimité, afin de se préserver de l’institution. L’habiter « enfermé » se déploie notamment dans un dépassement de la clôture et dans une dialectique isolement/relations à l’extérieur. Au final, c’est toute la charge politique de cet habiter qui émerge : il contribue à transformer l’étranger, le migrant, en « enfermé » soumis à la puissance publique.

Samedi 4 octobre, Ciné 16 h, Espace Georges-Sadoul, salle Excelsior
Projection du film «Solovki : la bibliothèque disparue». Séance unique en présence de l’écrivain Olivier Rolin.
Un film de Élisabeth Kapnist, Olivier Rolin. 2014 – France – 54 minutes – HD.

Le camp des îles Solovki, au milieu de la Mer Blanche, fut le laboratoire d’où sortit « L’Archipel du Goulag ». Intellectuels, artistes, membres de l’ancienne aristocratie, les déportés firent que ce lieu d’esclavage et de mort fut aussi paradoxalement un lieu de culture.
Ce film, -voyage à travers les paysages, l’histoire et la littérature russes- est une enquête menée par l’écrivain Olivier Rolin sur le destin de la bibliothèque du camp qui compta jusqu’à 30 000 volumes.

Le programme du FIG 2014 est accessible sur : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/images/programme.pdf

Crédits photographiques : Camille Schmoll, centre de demandeurs d’asile Hal Far à Malte, décembre 2013.

 

Vient de paraître

Date 16 septembre 2014 |

Natures_Memoires L’ouvrage Natures, miroirs des hommes? vient de paraître sous la direction de Sophie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot et Antoine Da Lage chez L’Harmattan, collection Géographie et Cultures. Olivier Milhaud y a rédigé le chapitre “Enfermés entre quatre murs : les besoins de nature des détenus”.

En voici le résumé:

L’incarcération n’est pas seulement une privation de liberté. Elle est aussi une privation de “nature”, si l’on réduit ce mot à sa définition minimale du règne animal et végétal, au vivant non-humain. L’architecture carcérale, ultra-fonctionnaliste, et les contraintes sécuritaires expliquent cette absence de nature végétale. De l’extérieur, le mur d’enceinte manifeste de manière éclatante ce règne du minéral. A l’intérieur, les détenus s’accrochent à toute trace de végétal et d’animalité. Le moindre pigeon ou la moindre plante permet une sortie du cadre carcéral, le rappel d’une temporalité non pénitentiaire, marquée par les saisons, l’évidence d’une mobilité animale par-delà les murs, et donc un effacement en quelque sorte de la peine et de la privation de nature que semble imposer l’incarcération. Alors que les architectes de prison essaient de réintroduire des parterres gazonnés ou de la végétation basse entre les murs, alors que des projets de jardin en prison se développent, pourquoi donc tant de détenus tiennent à s’asseoir dans l’herbe, embrasser un arbre, ou voir la mer, au moment de leur sortie de prison? C’est la même réduction d’une nature à la fois essentielle et minimale – ce qui n’est pas humain mais permet de le devenir – qui guide les expériences de zoothérapie en prison. Derrière une conception qui pourrait paraître minimaliste de la nature (réduite à du végétal ou de l’animal), se cache toute une profondeur vitale des besoins de nature.

Milhaud, Olivier. Enfermés entre quatre murs : les besoins de nature des détenus. In Sophie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot et Antoine Da Lage (Dir.) Natures, miroirs des hommes?. Paris : L’Harmattan, 2014, p. 317-328 ( Géographie et Cultures).

 

Un article de Mathilde Darley dans la revue “Sociétés contemporaines”

Date 9 septembre 2014 |

Ashgate_LogoMathilde Darley publie « Les coulisses de la nation : Assignations genrées et racialisées dans les pratiques d’assistance aux étrangers en situation irrégulière » dans Sociétés contemporaines, n° 94, 2014, p. 19-39.

Cet article propose, à partir d’observations ethnographiques et d’entretiens réalisés dans un centre de rétention allemand ne prévoyant pas d’assistance juridique professionnelle et systématique, d’interroger les logiques selon lesquelles les aumôniers catholiques et protestants endossant de facto le rôle de conseillers mobilisent ou non la ressource juridique. L’enquête met ainsi en lumière le rôle des assignations de genre liées à la relation conjugale (hétérosexuelle) et à la figure maternelle, mais aussi l’incidence de représentations racialisées des rapports sociaux de sexe sur l’émergence de figures tutélaires de la « victime » à défendre en rétention et, partant, sur les pratiques quotidiennes de qualification des retenus pour une assistance juridique. Loin toutefois de penser ces assignations comme endogènes à la profession religieuse en rétention, l’article questionne leur inscription dans un régime institutionnel plus large de contrôle migratoire contribuant à tracer les frontières de la nation.

 

 

Objets et enfermement : un dossier dans la revue Champ pénal

Date 23 juillet 2014 |

champ_penalDans la lignée de la journée d’étude de mars 2012 sur la place des objets et cultures matérielles dans l’enfermement, organisée par l’équipe TerrFerme, un dossier vient de paraître dans la revue Champ pénal, vol. XI, « Parentalités enfermées/Objets et enfermement », sous la direction de Tristan Bruslé et Marie Morelle.

Cinq articles reviennent sur le rapport à l’objet dans les prisons et les centres de rétention, partie prenante des dispositifs d’enfermement ou point d’appui de contre-conduites. A découvrir ici : http://champpenal.revues.org/8714

 

Les relations entre prison et rétention des étrangers

Date 13 juin 2014 |

uoBirmingham_logoBénédicte Michalon et Djemila Zeneidi sont invitées le 20 juin à communiquer à l’Université de Birmingham lors d’une séance de la série de séminaires “Exploring Everyday Practice and Resistance in Immigration Detention” coordonnée par Dominique Moran, Nick Gill, Mary Bosworth, Alexandra Hall et Imogen Tyler et financée par le Economic and Social Research Council. La séance portera plus précisément sur la recherche consacrée aux relations entre prison et rétention des étrangers.

Bénédicte et Djemila présenteront une réflexion méthodologique menée par l’ensemble de l’équipe TerrFerme sur les modalités et enjeux d’une recherche sur trois types différents de lieux d’enfermement.

By bringing together a range of established academics, early-career academics, postgraduates, practitioners, artists, activists and former detainees this seminar series will investigate the ways in which the UK experience of detention reflects and re-produces the contradictory logics inherent in modern global detention practices. Through five one-day workshop events the seminar series will span the academic disciplines of criminology, geography, politics and sociology in order to examine the phenomenon of detention as it relates to supporting detainees, penology and prisons, everyday experiences of detention and the politics of, and resistance to, detention practices.

The seminars, to be held in London, York, Birmingham, Oxford and Lancaster will also reflect upon the ethical/methodological challenges that the study of detention produces and the tension, running throughout work in this area, between outright resistance to detention practices or a reformist approach based on working with the state on behalf of immigration detainees.

Voici le programme du séminaire: ESRC Seminar Series

Les travaux de “Border Criminologies”

Date 28 mai 2014 |

Border_criminologyLes collègues de l’équipe Border Criminologies, coordonnée par Mary Bosworth et accueillie par l’Université d’Oxford, nous font parvenir un billet sur les activités qu’ils ont conduites pendant la première année de leur programme:

Launched in April 2013, Border Criminologies was created at the Centre for Criminology at the University of Oxford as part of Mary Bosworth’s European Research Council Starting Grant, ‘Subjectivity, Identity and Penal Power.’ In both its online format and within the University, Border Criminologies brings together an international group of academics, practitioners, and those who have experienced border control, disseminating high quality original research on the nature and effects of border control while exploring alternatives. Supported by a core group based in Oxford, the network and website have grown rapidly and continue to evolve as new researchers join in and content is added.

At year-end 2013, the Border Criminologies network included seventeen academic researchers and six postgraduate research students along with an international advisory group whose fourteen members represent academic, government, and non-government sectors. The website combines an active blog presenting a variety of research projects, teaching resources, publications, and information about forthcoming seminars. It also links to Border Criminologies’ active social media accounts on Twitter, Facebook, and Flickr.

The blog has emerged as a particularly important feature of Border Criminologies’ work. In 2013, we published over 80 entries on a variety of topics related to border control: immigration detention, border policing, research methods, visual methods, and maritime migration. Our website statistics indicate that over 8 months the blog was viewed approximately 21,000 times. The single most popular post so far has been that written by recent Oxford BCL graduate Celia Rooney, ‘Exploiting a Tragedy: The Securitization of EU Borders in the Wake of Lampedusa.’

In addition to the blog, we have extended the online presence of Border Criminologies through social media, with multiple Twitter feeds and posts on Facebook. As part of our focus on visual methods, we are slowly amassing images of border control on our Flickr account. While the main viewers of the website are from the UK, US, Canada, and Australia, Border Criminologies has viewers from countries in Europe, Africa, Asia, and Central and South America. At the end of 2013, Border Criminologies was approached by Newstex, a web based business to syndicate our blog content, a development that has the potential to widen our reach significantly.

Members of the Border Criminologies group in Oxford and elsewhere were active in research and publication throughout 2013, presenting on their research in a variety of academic and professional venues. Examples of their publications can be found on the Research Publications page, while accounts of some of their research activity can be found on the Current Research page. Details about their teaching in this field can be found on the Teaching page, while examples of survey instruments can be found on the Research Surveys page.

In December 2013, Mary Bosworth was awarded a Leverhulme International Network Fellowship to link the Border Criminologies research group at Oxford with the Border Crossing Observatory group at Monash University and the Crime Control in the Borderlands of Europe team at the University of Oslo. As part of this network, Border Criminologies will set up and host a new open access SSRN journal on research in criminology and migration. In addition, it will create a forum for emerging researchers to discuss and share research methods and experiences. The Leverhulme grant will also fund a three-year Network Facilitator who will be able to assist with the management and development of the website.

Looking ahead

For 2014, we have several goals in mind. First, we will be launching a redesigned version of the Border Criminologies website so that the blog is clearly identifiable on a separate page. We hope the redesigned website will be more user-friendly. Once that is done we aim to consolidate the blog’s publishing schedule. Ideally, we would like to publish three posts per week, on Monday, Wednesday, and Friday. We will continue to build content on the website, with a specific focus on three main areas:

  1. teaching resources for criminology courses on border control, migration, and mobility;
  2. creating a postdoctoral research network; and
  3. creating a professional network for NGOs.

We intend to integrate more audio and visual content, starting with podcasts from two seminars that we are hosting in March 2014 on foreign national prisoners and everyday life in immigration detention.

As we develop the website, we will include more information about the research of the network members and create a blog for detainees, ex-prisoners, and those with experience of border control. Sarah Turnbull, who is currently conducting research on immigration detainees’ perspectives on home and belonging, has started to hand out cameras to women and men leaving detention, to record what happens next. The first photo essay from this project will appear as an entry on the blog in early 2014, while later images will be collated for further academic analysis. Combined with images taken in detention centres by members of Border Criminologies, these may form the basis of a future exhibition.

Border Criminologies is at an exciting stage. While still new, it has started to consolidate. We continue to experiment with new methods and modes of communication, reaching out to colleagues around the world. Alongside these web-based interactions, network members remain active in research and publications in more traditional academic arenas as well. As we move forward, we welcome comments, suggestions, and participation in these endeavours.

We would like to thank everyone who contributed to Border Criminologies in 2013 and to those of you who follow the blog and Border Criminologies through social media.

Mary, Inês, and Sarah

Rapprocher les lieux d’enfermement, confronter les approches : un retour du colloque Terrferme

Date 7 novembre 2013 |

Par Olivier Milhaud :

Le colloque TerrFerme d’octobre 2013 fut un succès, autant pour sa qualité scientifique que pour son atmosphère chaleureuse. Il lui manquait toutefois ce qui s’éternise dans les lieux d’enfermement : le temps ! Puissent ces quelques notes jetées au retour du colloque servir de possibles points de départ pour une discussion plus large, prolongeant – via ce blog – nos débats inachevés à l’issue de longues journées.

Commencer le colloque par un film sur le contrôle général des lieux de privation de liberté (dans trois prisons et un hôpital psychiatrique en l’occurrence), avant les communications proprement dites, invitait d’emblée au décloisonnement des regards. Est-ce parce que la mise en visibilité de l’enfermement par un film (images, sons, mouvements) permet déjà d’en saisir toute l’épaisseur, alors même que les odeurs – si fondamentales dans tant de lieux d’enfermement – ne transpirent pas de l’écran ?

Décloisonnement analytique et rapprochement/confrontation des approches ne mènent assurément pas à un aplatissement du regard. Ils ne mènent pas non plus à des comparaisons au sens strict. Décloisonner le regard ne permet-il pas une purification des logiques à l’œuvre dans son objet (les prisons françaises par exemple) à force de le mettre en regard avec d’autres objets (hôpitaux psychiatriques, centres de rétention, logements contraints de travailleurs, camps de réfugiés, etc.) dans d’autres contextes régionaux (Ecosse, Pérou, Cameroun, Afrique du Sud, Italie, Niger…) ? Reste que la démarche est risquée : ne pas rendre justice à l’enracinement de chaque lieu d’enfermement ; manquer de nuances pour capter les processus d’enfermement à l’œuvre, être rivé à une seule échelle analytique, ou encore limiter son regard à la seule dimension matérielle du cadre d’enfermement. Jusqu’où l’approche spatiale est-elle heuristique ? Quand vire-t-elle à l’exercice de style ?

L’approche spatiale de l’enfermement semble bien souvent constituer la prison comme un modèle analytique indépassable. D’où la question d’Andrew Jefferson : pourquoi la métaphore carcérale est-elle si forte ? Certes, Lorna Rhodes appelait à une vision résolument “messy” des institutions d’enfermement, qui enchevêtrent des logiques qui se recoupent, laissant tout un espace entre les théories de l’institution et leurs actualisations concrètes dans les lieux. « Spatial ordering is limiting our imagination », entendait-on malgré tout, en fin de colloque.

De quoi le rapprochement des lieux nous éloigne-t-il (par-delà la singularité de chacun) ? Et de quoi nous rapproche-t-il aussi ? Question lancinante depuis Asiles de Goffman… Question qui rappelle combien le rapprochement permet de saisir l’effet d’amplification de l’enfermement. L’enfermement spectacularise les phénomènes, de manière dramatique pour les enfermés, et de manière peut-être analytiquement très profitable (soyons cyniques) pour les chercheurs. Le colloque a d’ailleurs permis de pointer, en creux, le peu de place laissé à l’analyse de la souffrance quand on monte en généralité ou quand on raffine l’analyse de l’espace d’enfermement.

Comme si le rapprochement des lieux pouvait dépolitiser, à notre insu, les processus d’enfermement. Pourquoi le caractère relationnel du pouvoir – thème incontournable si on ne veut pas priver l’enfermé de capacité d’action – nous fait si souvent oublier sa fondamentale asymétrie en ces lieux-là ? La géopolitique de la vulnérabilité, que Lauren Martin met en évidence pour le contrôle de l’immigration aux Etats-Unis, est une question politique autant qu’une question d’éthique de la recherche sur l’enfermement. Mais de quels moyens disposons-nous pour la soulever ? Quelle place donner à la souffrance, sans être pris dans les hiérarchisations victimaires qu’évoquait Andrew Jefferson ? Sans même parler des différences d’approches en terme de degré de politisation de l’analyse entre monde académique anglophone, plus volontiers critique et militant, et monde académique francophone, plus frileux peut-être.

L’approche du colloque, mettant à l’honneur la dimension spatiale de l’enfermement, montrait autant la richesse heuristique du questionnement spatial que les limites des raisonnements trop spatialistes des autorités qui enferment. D’un point de vue méthodologique, Sarah Curtis rappelait ainsi combien il était facile aux enquêtés de parler de l’espace physique des hôpitaux psychiatriques pour évoquer, in fine, le type de soin. Mais en même temps, l’espace invisibilise. La prison post-apartheid étudiée par Kelly Gillepsie soulignait combien ses concepteurs avaient pensé l’espace architectural pour ne pas penser complètement la peine de prison – prison inévitablement ségrégative, pointait Olivier Razac.

N’est-il pas dès lors illusoire de se réjouir de l’allègement de la surveillance entre les murs d’une Unité Hospitalière Spécialement Aménagée (« ici, c’est l’hôpital »), comme le rappelle Camille Lancelevée, quand cela se fait au prix d’un renforcement du dispositif technique de surveillance environnant, géré par l’Administration pénitentiaire ? Logique carcérale répétitive : ouvrir les espaces en les fermant mieux, dirait David Scheer. D’autant que le caractère hospitalier du dedans de l’Unité Hospitalière Spécialement Aménagée tend à lever l’inquiétude éthique des personnels, routinisant une urgence sanitaire encadrée par l’Administration pénitentiaire, voire laissant à penser que, finalement, la prison peut soigner.

Le cadre spatial de l’enfermement emprisonne le regard, rive les yeux sur le dedans. Ce qui fait toute l’urgence politique du décloisonnement scalaire (« the political urgency of the question of scale » pour reprendre l’expression de Kelly Gillepsie) : le dedans des lieux d’enfermement, comme le dehors que nous habitons, sont tous deux coproduits. André-Frédéric Hoyaux rappelle combien chaque situation est liée à un dispositif de contrôle, de placement de l’autre, de contrôle de l’assignation à un emplacement particulier. Cela invisibilise le contrôle social sans empêcher, dedans, l’ambition institutionnelle de tout voir, tout savoir, tout ordonner.

Qui plus est, l’espace matériel semble une réponse toujours disponible face aux vertiges du droit. Tant pour la rétention administrative des étrangers en instance d’éloignement que pour la rétention de sûreté faisant suite à une incarcération, Barbara Bauduin et Nicolas Fischer montrent ainsi comment l’espace (son agencement, les choix de localisation, comme la visibilité critique qu’il permet, donnant prise aux enquêtes indépendantes) va servir de réponse au caractère problématique d’une codification juridique n’allant pas de soi dans une démocratie (l’enfermement non pénal ou post-pénal, difficilement acceptable dans un Etat de droit). Travailler la matière spatiale devient ainsi outil de gouvernement. Outil loin d’être absolu ou infaillible, bien sûr, quand on réduit l’espace à un simple agencement matériel. Comme le disait Olivier Razac à propos des lieux psychiatriques, la sécurité technique a finalement des moyens limités pour une finalité illimitée : concilier sécurité parfaite des lieux et soin réussi.

Saisir l’enfermement comme un processus, les lieux comme des institutions en construction (ou en cours de délabrement ?) permet de croiser les dimensions spatiales et temporelles comme le rappelait Dominique Moran, et de ne pas figer le regard. Penser l’enfermement par le prisme de la mobilité, de la fluidité, de l’hybridation, de la complexité aussi (à l’image des femmes péruviennes enfermées chez elles, parce que gardiennes du foyer), est-ce un simple appel post-moderne craignant les réifications, ou une exigence de décentrer le regard et sortir des seuls lieux intra-muros pour essayer de cerner ce qui finalement nous entoure ?

Puissent ces quelques lignes, qui ne prétendent pas du tout à l’exhaustivité vu le nombre et la richesse des communications, appeler d’autres points de débat et d’autres questionnements. Dominique Moran a d’ailleurs déjà publié un billet sur le colloque sur son blog Carceral Geography (Reflections on the TerrFerme Colloque: Prisons, Paradoxes and Interpretation). Les  questions que pose l’enfermement au chercheur, au citoyen, au praticien, à l’enfermé, sont multiples et foisonnantes. Et les réponses n’en sont qu’à leur début. C’est bien la conviction de l’équipe TerrFerme.

 

 

Parution du numéro de Cultures et Conflits sur l’enfermement

Date 1 novembre 2013 |

couv CC 90« Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales », voici le titre du dossier de Cultures et Conflits qui vient de paraître sous la responsabilité scientifique de Mathilde Darley, Camille Lancelevée et Bénédicte Michalon.

Il publie une partie des actes du colloque international et pluridisciplinaire tenu à Berlin en décembre 2011 « Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement : circulations et transferts » initié par Mathilde Darley et Camille Lancelevée et co-organisé avec Falk Bretschneider, Bénédicte Michalon et Thomas Scheffer en partenariat avec l’Université Humboldt (Berlin), le Centre Marc Bloch (Berlin), le programme de recherche TerrFerme (ANR / Conseil Région d’Aquitaine), le CRIA (EHESS), l’IRIS (EHESS) et l’Université franco-allemande.

Retrouvez les billets du carnet sur ce colloque: l’appel à communication, le programme du colloque.

« Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales », Cultures et Conflits, n°90, été 2013.


Carnets de recherche