Rapprocher les lieux d’enfermement, confronter les approches : un retour du colloque Terrferme

Date 7 novembre 2013 |

Par Olivier Milhaud :

Le colloque TerrFerme d’octobre 2013 fut un succès, autant pour sa qualité scientifique que pour son atmosphère chaleureuse. Il lui manquait toutefois ce qui s’éternise dans les lieux d’enfermement : le temps ! Puissent ces quelques notes jetées au retour du colloque servir de possibles points de départ pour une discussion plus large, prolongeant – via ce blog – nos débats inachevés à l’issue de longues journées.

Commencer le colloque par un film sur le contrôle général des lieux de privation de liberté (dans trois prisons et un hôpital psychiatrique en l’occurrence), avant les communications proprement dites, invitait d’emblée au décloisonnement des regards. Est-ce parce que la mise en visibilité de l’enfermement par un film (images, sons, mouvements) permet déjà d’en saisir toute l’épaisseur, alors même que les odeurs – si fondamentales dans tant de lieux d’enfermement – ne transpirent pas de l’écran ?

Décloisonnement analytique et rapprochement/confrontation des approches ne mènent assurément pas à un aplatissement du regard. Ils ne mènent pas non plus à des comparaisons au sens strict. Décloisonner le regard ne permet-il pas une purification des logiques à l’œuvre dans son objet (les prisons françaises par exemple) à force de le mettre en regard avec d’autres objets (hôpitaux psychiatriques, centres de rétention, logements contraints de travailleurs, camps de réfugiés, etc.) dans d’autres contextes régionaux (Ecosse, Pérou, Cameroun, Afrique du Sud, Italie, Niger…) ? Reste que la démarche est risquée : ne pas rendre justice à l’enracinement de chaque lieu d’enfermement ; manquer de nuances pour capter les processus d’enfermement à l’œuvre, être rivé à une seule échelle analytique, ou encore limiter son regard à la seule dimension matérielle du cadre d’enfermement. Jusqu’où l’approche spatiale est-elle heuristique ? Quand vire-t-elle à l’exercice de style ?

L’approche spatiale de l’enfermement semble bien souvent constituer la prison comme un modèle analytique indépassable. D’où la question d’Andrew Jefferson : pourquoi la métaphore carcérale est-elle si forte ? Certes, Lorna Rhodes appelait à une vision résolument “messy” des institutions d’enfermement, qui enchevêtrent des logiques qui se recoupent, laissant tout un espace entre les théories de l’institution et leurs actualisations concrètes dans les lieux. « Spatial ordering is limiting our imagination », entendait-on malgré tout, en fin de colloque.

De quoi le rapprochement des lieux nous éloigne-t-il (par-delà la singularité de chacun) ? Et de quoi nous rapproche-t-il aussi ? Question lancinante depuis Asiles de Goffman… Question qui rappelle combien le rapprochement permet de saisir l’effet d’amplification de l’enfermement. L’enfermement spectacularise les phénomènes, de manière dramatique pour les enfermés, et de manière peut-être analytiquement très profitable (soyons cyniques) pour les chercheurs. Le colloque a d’ailleurs permis de pointer, en creux, le peu de place laissé à l’analyse de la souffrance quand on monte en généralité ou quand on raffine l’analyse de l’espace d’enfermement.

Comme si le rapprochement des lieux pouvait dépolitiser, à notre insu, les processus d’enfermement. Pourquoi le caractère relationnel du pouvoir – thème incontournable si on ne veut pas priver l’enfermé de capacité d’action – nous fait si souvent oublier sa fondamentale asymétrie en ces lieux-là ? La géopolitique de la vulnérabilité, que Lauren Martin met en évidence pour le contrôle de l’immigration aux Etats-Unis, est une question politique autant qu’une question d’éthique de la recherche sur l’enfermement. Mais de quels moyens disposons-nous pour la soulever ? Quelle place donner à la souffrance, sans être pris dans les hiérarchisations victimaires qu’évoquait Andrew Jefferson ? Sans même parler des différences d’approches en terme de degré de politisation de l’analyse entre monde académique anglophone, plus volontiers critique et militant, et monde académique francophone, plus frileux peut-être.

L’approche du colloque, mettant à l’honneur la dimension spatiale de l’enfermement, montrait autant la richesse heuristique du questionnement spatial que les limites des raisonnements trop spatialistes des autorités qui enferment. D’un point de vue méthodologique, Sarah Curtis rappelait ainsi combien il était facile aux enquêtés de parler de l’espace physique des hôpitaux psychiatriques pour évoquer, in fine, le type de soin. Mais en même temps, l’espace invisibilise. La prison post-apartheid étudiée par Kelly Gillepsie soulignait combien ses concepteurs avaient pensé l’espace architectural pour ne pas penser complètement la peine de prison – prison inévitablement ségrégative, pointait Olivier Razac.

N’est-il pas dès lors illusoire de se réjouir de l’allègement de la surveillance entre les murs d’une Unité Hospitalière Spécialement Aménagée (« ici, c’est l’hôpital »), comme le rappelle Camille Lancelevée, quand cela se fait au prix d’un renforcement du dispositif technique de surveillance environnant, géré par l’Administration pénitentiaire ? Logique carcérale répétitive : ouvrir les espaces en les fermant mieux, dirait David Scheer. D’autant que le caractère hospitalier du dedans de l’Unité Hospitalière Spécialement Aménagée tend à lever l’inquiétude éthique des personnels, routinisant une urgence sanitaire encadrée par l’Administration pénitentiaire, voire laissant à penser que, finalement, la prison peut soigner.

Le cadre spatial de l’enfermement emprisonne le regard, rive les yeux sur le dedans. Ce qui fait toute l’urgence politique du décloisonnement scalaire (« the political urgency of the question of scale » pour reprendre l’expression de Kelly Gillepsie) : le dedans des lieux d’enfermement, comme le dehors que nous habitons, sont tous deux coproduits. André-Frédéric Hoyaux rappelle combien chaque situation est liée à un dispositif de contrôle, de placement de l’autre, de contrôle de l’assignation à un emplacement particulier. Cela invisibilise le contrôle social sans empêcher, dedans, l’ambition institutionnelle de tout voir, tout savoir, tout ordonner.

Qui plus est, l’espace matériel semble une réponse toujours disponible face aux vertiges du droit. Tant pour la rétention administrative des étrangers en instance d’éloignement que pour la rétention de sûreté faisant suite à une incarcération, Barbara Bauduin et Nicolas Fischer montrent ainsi comment l’espace (son agencement, les choix de localisation, comme la visibilité critique qu’il permet, donnant prise aux enquêtes indépendantes) va servir de réponse au caractère problématique d’une codification juridique n’allant pas de soi dans une démocratie (l’enfermement non pénal ou post-pénal, difficilement acceptable dans un Etat de droit). Travailler la matière spatiale devient ainsi outil de gouvernement. Outil loin d’être absolu ou infaillible, bien sûr, quand on réduit l’espace à un simple agencement matériel. Comme le disait Olivier Razac à propos des lieux psychiatriques, la sécurité technique a finalement des moyens limités pour une finalité illimitée : concilier sécurité parfaite des lieux et soin réussi.

Saisir l’enfermement comme un processus, les lieux comme des institutions en construction (ou en cours de délabrement ?) permet de croiser les dimensions spatiales et temporelles comme le rappelait Dominique Moran, et de ne pas figer le regard. Penser l’enfermement par le prisme de la mobilité, de la fluidité, de l’hybridation, de la complexité aussi (à l’image des femmes péruviennes enfermées chez elles, parce que gardiennes du foyer), est-ce un simple appel post-moderne craignant les réifications, ou une exigence de décentrer le regard et sortir des seuls lieux intra-muros pour essayer de cerner ce qui finalement nous entoure ?

Puissent ces quelques lignes, qui ne prétendent pas du tout à l’exhaustivité vu le nombre et la richesse des communications, appeler d’autres points de débat et d’autres questionnements. Dominique Moran a d’ailleurs déjà publié un billet sur le colloque sur son blog Carceral Geography (Reflections on the TerrFerme Colloque: Prisons, Paradoxes and Interpretation). Les  questions que pose l’enfermement au chercheur, au citoyen, au praticien, à l’enfermé, sont multiples et foisonnantes. Et les réponses n’en sont qu’à leur début. C’est bien la conviction de l’équipe TerrFerme.

 

 

Parution du numéro de Cultures et Conflits sur l’enfermement

Date 1 novembre 2013 |

couv CC 90« Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales », voici le titre du dossier de Cultures et Conflits qui vient de paraître sous la responsabilité scientifique de Mathilde Darley, Camille Lancelevée et Bénédicte Michalon.

Il publie une partie des actes du colloque international et pluridisciplinaire tenu à Berlin en décembre 2011 « Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement : circulations et transferts » initié par Mathilde Darley et Camille Lancelevée et co-organisé avec Falk Bretschneider, Bénédicte Michalon et Thomas Scheffer en partenariat avec l’Université Humboldt (Berlin), le Centre Marc Bloch (Berlin), le programme de recherche TerrFerme (ANR / Conseil Région d’Aquitaine), le CRIA (EHESS), l’IRIS (EHESS) et l’Université franco-allemande.

Retrouvez les billets du carnet sur ce colloque: l’appel à communication, le programme du colloque.

« Où sont les murs ? Penser l’enfermement en sciences sociales », Cultures et Conflits, n°90, été 2013.

Le Qatar, une économie qui fabrique des parias

Date 30 octobre 2013 |

Tristan Bruslélemondefr a publié cet article dans le journal Le Monde:

Le Qatar, une économie qui fabrique des parias LE MONDE | 23.10.2013.

Retrouver les autres billets du carnet concernant le terrain de Tristan Bruslé au Qatar: tous les billets.

 

 

 

 

From poor neighbourhoods to prison. Daily social relationships and Cameroon State regulation in Yaoundé

Date 28 octobre 2013 |

Crédits: Stéphanie Fer, 2010.

Crédits: Stéphanie Fer, Yaoundé, 2010. 

Marie Morelle will participate to the Conference – The Stuck, the Mobile and the Dislocated: Reflections on Life in Ghettos, Slums, Camps and Prisons. This Conference will take place at Aalborg University’s Copenhagen Campus between October 30 and November 1, 2013.

Abstract of her talk:From poor neighbourhoods to prison. Daily social relationships and Cameroon State regulation in Yaoundé”

For the inmates of the Yaounde Central Prison, carceral space is divided into the Bottom and the Top of the prison. The Bottom, usually overcrowded, is devoted to working class individuals, especially second offenders and serious criminals. The inmates often originate from the poorest neighborhoods of the city. In the prison as in the city, these people learn on a daily basis how to negotiate with the State, through its officers (policemen, magistrates and guards). In a dissymmetric power relationship, they develop informal strategies to survive, marking both their life in the city and in the prison.

This paper draws from the case of the urban experiences of the cannabis dealers in order to analyze the continuum from the city to the prison. It will study the possible relationships to the State of people in a situation of domination, how they in turn use submission, passive obedience, intrumentalisation or resistance. At the same time, the State uses violence, coercion and corruption to regulate social relationships, on the one hand, and to neutralize the claims of the poorest, on the other, in an authoritarian context.

The paper draws from fielwork undertaken in the Yaounde Central Prison, in 2010 and 2011, as well as in a poor neighborhood of Yaoundé in 2013. The fieldwork was based on interviews and field observations with cannabis dealers.

Résumé: “Des quartiers populaires à la prison. Comment l’Etat gère au quotidien les rapports sociaux dans la ville de Yaoundé

Pour les détenus de la prison centrale de Yaoundé, leur espace de détention se divise grossièrement en deux entités : le “Haut” et le “Bas”. Sans surprise, le “Bas” rassemble principalement les quartiers les plus surpeuplés, accueillant les prisonniers les plus démunis. Ces derniers sont d’ailleurs originaires des quartiers populaires de la capitale camerounaise, à l’image d’autres espaces carcéraux à travers le monde. En prison comme dans les quartiers de Yaoundé, ces individus vont devoir apprendre à négocier avec des agents de l’Etat (police, magistrats, gardiens) dans le cadre d’une relation de pouvoir asymétrique, la capacité à vivre et à mener diverses petites activités informelles ou illégales.

L’intervention prendra pour exemple l’itinéraire urbain de dealers de cannabis afin de démontrer le continuum du quartier à la prison. L’objectif est de saisir la manière dont se construit un certain rapport à l’Etat, en situation de dominés, entre assujettissement, négociation et résistance. Comment, dans le même temps, cet Etat joue de la coercition et de la violence d’une part, de la corruption et du clientélisme d’autre part pour réguler les rapports sociaux en ville et pour neutraliser les populations les plus pauvres et leurs éventuelles revendications, en régime autoritaire.

L’intervention s’appuiera sur des enquêtes menées dans la prison centrale de Yaoundé en 2010 et 2011 et, en 2013, l’amorce de nouvelles enquêtes auprès des revendeurs de cannabis d’un quartier populaire de la capitale camerounaise.

 

Soutenance d’HDR de Marie Morelle

Date 23 octobre 2013 |

marie_morelleMarie Morelle a le plaisir de vous faire part de sa soutenance d’Habilitation à Diriger des Recherches.

Le 6 novembre 2013

A l’Université Nanterre Paris Ouest La Défense

Bâtiment B, salle B015 (salle René Rémond)

A 14 heures

 

Le jury sera composé de :

Michel Agier, Directeur de recherche à l’IRD, Directeur d’études à l’EHESS

Marie-Hélène Bacqué, Professeure à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Jean-Louis Chaléard, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (rapporteur)

Guy Di Méo, Professeur à l’Université Michel de Montaigne Bordeaux 3 (rapporteur)

Laurent Fourchard, Chargé de recherche, Fondation Nationale des Sciences Politiques, Les Afriques dans le Monde (LAM), IEP de Bordeaux

Philippe Gervais-Lambony, Professeur à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (référent)

 

Le dossier de HDR se décline en 3 volumes :

Volume 1 « Espace et rapports de pouvoir » (itinéraire scientifique) »

Volume 2 : « Recension des principales publications »

Volume 3 « La prison et la ville » (inédit)

 

Marie Morelle

Maître de Conférences

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne

Laboratoire Prodig

http://terrferme.hypotheses.org/

http://www.inverses.org/

 

Venez les rencontrer au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales »

Date 24 septembre 2013 |

Djemila Zeneidi nous présente les biographies des chercheurs que nous aurons le plaisir et le privilège de rencontrer lors du colloque de Terrferme qui se tiendra à Bordeaux du 16 au 19 octobre 2013:

Lorna Rhodes : Psychiatrie, Prisons modernes, et Enfermement total

Anthropologue de l’université de Washington (Seattle), sa recherche a pour point de départ un contexte précis : le croisement de la dés-institutionalisation de la psychiatrie (diminution du nombre de structures de prise en charge des malades mentaux) et la présence croissante de personnes souffrant de maladies mentales dans les prisons. Elle  est une spécialiste reconnue de la psychiatrie (Voir son ouvrage Emptying Beds: The Work of an Emergency Psychiatric Unit 1998) et du monde carcéral. Elle a restitué dans un ouvrage remarquable Total Confinement: Madness and Reason in the Maximum Security Prison l’univers de l’enfermement absolu dans les « supermax », prisons modernes de haute sécurité aux Etats-Unis, où les détenus sont confinés pendant des jours entiers sans voir un seul individu. Elle réinterroge les effets de cette pratique sur les détenus et sur le sens de la peine, qui remet en cause  l’idée  de réinsertion, pourtant une des missions affichées de la prison.

Sarah Curtis : Comment se justifie encore la contention du patient en milieu psychiatrique ?

Professeure de géographie  à l ‘université de Durham, elle est une spécialiste internationale de la géographie de la santé.  Ses travaux portent sur les inégalités de santé. Elle est des premières et géographes à avoir travaillé sur une géographie de la psychiatrie. Elle a mené des recherches sur les soins psychiatriques en France de 1800 aux années 2000. Elle est aussi experte des politiques de santé de nombreux pays européens.

Son dernier ouvrage, Space, Place and Mental Health (Ashgate, 2010), interroge l’articulation entre l’environnement et la santé mentale. Dans ce colloque son intervention portera sur la pratique de la contention des patients et la gestion du risque dans le milieu de la psychiatrie.

Ruth Gilmore Wilson: Pourquoi et comment la prison est devenue aux Usa une peine pour les noirs ?

Don’t reform prison, abolish them (« Ne réformez pas les prisons, abolissez les). Cet appel à la fin de la prison est de Ruth Gilmore Wilson et reflète la recherche engagée de cette géographe américaine de grand renom. A la fois chercheure et activiste, elle est une grande figure du mouvement abolitionniste aux Usa. Elle a fondé avec Angela Davis (et d’autres), figure des Black Panthers militante des droits civiques, le mouvement Critical Resistance, mouvement qui lutte contre « l’industrie de la prison ».  Auteur d’un ouvrage central dans le champ des études carcérales, intitulé Golden Gulag, c’est une des premières géographes à avoir travaillé sur le sujet.

Ses études ont principalement été menées en Californie où elle a mis en évidence l’hyperincarcération, et une racialisation de cette hyperincarération, qui concerne en premier lieu les noirs. Elle a livré une analyse sans concession du recul de l’Etat providence en lien avec les mutations du capitalisme.

Andrew Jefferson : Les effets de l’enfermement sur les sujets  

Psychologue, chercheur au Dignity – Danish Institute against Torture de Copenhage, ses travaux portent sur la violence,  le recours à l’incarcération et le vécu de l’enfermement dans des situations de post-conflits. Ses terrains sont l’Afrique de l’ouest, en particulier le Nigeria et la Sierra Leone, ainsi que  les Philippines. Il établit des comparaisons entre vie en prison et vie dans les ghettos. Lors du colloque, il s’intéressera aux effets de l’enfermement sur les sujets. Il est également co-fondateur du GLOBAL PRISONS RESEARCH NETWORK, réseau de chercheurs et de militants dont la mission est de contribuer au développement et à la diffusion des travaux sur l’enfermement dans d’autres aires culturelles que l’Europe de l’ouest et l’Amérique du nord.

Kelly Gillespie : La prison post apartheid, vers la fin de la ségrégation ?

Anthropologue de l’Université de Witwatersrand à Johannesburg, le travail de Kelly Gillespie porte sur une analyse des périodes de l’apartheid et post-apartheid à travers la prison. Lors du colloque, elle s’intéressera à une prison particulière construite par un cabinet d’architectes noirs, la première prison post-l’apartheid. Elle livre, à partir de l’étude attentive des plans de ces architectes et aménageurs, la volonté d’inaugurer une nouvelle ère. Mais la chercheure démontrera que malgré de significatives avancées, il n’est pas simple de démanteler un système ségrégationniste.

Dominique Moran : Russie, des goulags aux prisons actuelles

Professeure de géographie à l’Université de Birmingham, Dominique Moran a d’abord travaillé sur les femmes et les prisons en Russie. Elle est une des principales animatrices d’un nouveau courant en géographie : la « carceral geography ». Ce courant cherche à penser ensemble centres de rétention pour migrant et prisons. Son dernier ouvrage collectif explique pourquoi et comment se pensent ensemble ces différents espaces (avec Nick Gill et Deirdre Conlon,  Carceral Spaces: Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Ashgate 2013).

Gilles Chantraine : Les horizons du projet punitif

Sociologue chargé de recherche au Clersé – Cnrs (Lille 1). Il est l’auteur de l’ouvrage Par-delà les murs: expériences et trajectoires en maison d’arrêt, (prix Le Monde de la recherche universitaire et prix spécial de l’Association française de criminologie en 2004). Il est également l’auteur d’un rapport sur la détention des mineurs (2011). Son travail porte sur l’expérience carcérale saisie à partir des trajectoires individuelles. Un des apports majeurs de son travail réside dans la mise en évidence de l’enfermement carcéral comme une peine sociale qui excède la peine judiciaire.

Olivier Razac : Le bracelet électronique, une alternative néolibérale à l’enfermement.

Professeur de philosophie à l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire (Agen), Olivier Razac est l’auteur d’un ouvrage passionnant sur l’histoire du barbelé : Histoire politique du barbelé. La prairie, la tranchée, le camp (Ed La Fabrique). Il y dresse la trajectoire de politisation de cet objet et une lecture sociologique et historique de la période contemporaine. Spécialiste des travaux de Michel Foucault, il mène des recherches sur les alternatives à l’enfermement, tel le bracelet électronique. Cette orientation s’articule selon lui à une politique néolibérale qui fait du détenu un contractuel, partenaire dans l’exécution de sa peine.

Olivier Clochard : l’Europe des camps

Chercheur Cnrs (Migrinter Poitiers), président de Migreurop (Observatoire des frontières), membre d’un programme de recherche sur les usages et dispositifs contemporains de l’enfermement, piloté par Bénédicte Michalon (Cnrs, Adess) il est l’auteur de nombreuses études sur la rétention en Europe, à Chypre, Malte, et de l’Atlas des migrants, Une géographie critique des politiques migratoires (Armand colin, 2012). Sa dernière enquête porte sur l’enfermement des migrants à bord des navires et dans les ports.

La prison centrale de Yaoundé : l’espace au coeur d’un dispositif de pouvoir

Date 12 juillet 2013 |

logo_armand_colinMarie Morelle a publié un article dans le dernier numéro des Annales de Géographie, des éditions Armand Colin:

La prison centrale de Yaoundé : l’espace au coeur d’un dispositif de pouvoir” Annales de Géographie, n°691, juin 2013, pp. 332-356.

Cet article traite du fonctionnement interne de la prison centrale de Yaoundé (Cameroun). Construite en 1968 pour accueillir 1 000 prisonniers, celle-ci abrite environ 4 000 détenus, répartis de manière très inégalitaire. De tels effectifs influent sur les processus de contrôle de l’espace carcéral. On constate l’émergence d’une gestion de la prison fondée sur une double hiérarchie dans le travail de surveillance : les gardiens exercent leur contrôle sur les détenus tout en déléguant une partie de cette tâche à certains prisonniers. Selon un système de don-contre-don, des détenus accèdent ainsi à de relatifs privilèges durant leur incarcération. Ils surveillent des espaces et des seuils au sein de la prison : ils en tirent une rente et un statut. D’autres prisonniers encore ont recours à la corruption des agents de l’administration pénitentiaire. Des logiques informelles de régulation et de pacification de l’espace carcéral côtoient ainsi des pratiques plus formelles. Ensemble, elles produisent un dispositif de pouvoir, garant du maintien de l’ordre en prison. Cet article étudie les rapports de pouvoir entre les personnels de l’Administration pénitentiaire et les détenus d’une part, et entre les détenus d’autre part, dans leur dimension spatiale, en étudiant en particulier les circulations internes à la prison centrale de Yaoundé.

Non-Lieux de l’exil

Date 17 mai 2013 |

Marie Morelle participera au séminaire Non-Lieux de l’exil qui aura lieu le 22 mai prochain (10h-12h30, salle 638-640, 190 av. de France 75013 Paris; M°Quai de la gare, bus 89). Elle y sera discutante, avec Sébastien Ledoux (Paris I), de l’intervention d’Octave Debary (Université Paris-Descartes) sur le thème  “Objets perdus, mémoires retrouvées : Jochen Gerz et l’art contemporain”.

Les Rencontres interdisciplinaires “Non-Lieux de l’exil” sont organisées par le programme scientifique du même nom (Fondation Maison des sciences de l’homme, Paris) avec la collaboration du groupe de recherche POexil (Université de Montréal), du Réseau Asie – Imasie (FMSH / CNRS) et du Cardiff Research Group on Politics of Translating (Cardiff University) ainsi que des Editions Non-lieu (Paris).

Les actualités de ces rencontres sont sur:

http://fr-fr.facebook.com/NonLieuxDelExil

et sur le carnet : http://nle.hypotheses.org/

Inscription recommandée auprès de : marine.sam@cnrs.fr

Parution : Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention

Date 3 avril 2013 |

Ashgate_LogoBénédicte Michalon et Olivier Milhaud viennent de contribuer à l’ouvrage Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, coordonné par Dominique Moran, Nick Gill et Deirdre Colon et publié chez Ashgate. Cet ouvrage marque l’essor très récent d’une géographie des lieux de privation de liberté, et questionne plus spécifiquement l’emprisonnement et le placement d’étrangers en rétention administrative à partir de la mise à l’écart, des actions et des mobilités provoquées par l’enfermement.

A partir du cas roumain, l’article de Bénédicte Michalon éclaire la manière dont les mobilités participent des relations de pouvoir qui caractérisent le dispositif de rétention, en analysant tant la gestion des déplacements internes aux centres que les mobilités externes induites par le placement dans ces lieux de privation de liberté (« Mobility and Power in Detention : The Management of Internal Movement and Governmental Mobility in Romania », pp.37-55).

Olivier Milhaud a co-écrit, avec Dominique Moran, la contribution intitulée « Penal Space and Privacy in French and Russian Prisons » (pp.167-182). Ils y questionnent, à partir d’une comparaison franco-russe, les répercussions de l’organisation spatiale des lieux d’incarcération sur la capacité d’action des détenus, et plus particulièrement sur ce qui relève de leur intimité.

Quatrième de couverture : This book draws together the work of a new community of scholars with a growing interest in carceral geography: the geographical study of practices of imprisonment and detention. It combines work by geographers on ‘mainstream’ penal establishments where people are incarcerated by the prevailing legal system, with geographers’ recent work on migrant detention centres, where irregular migrants and ‘refused’ asylum seekers are detained, ostensibly pending decisions on admittance or repatriation. Working in these contexts, the book’s contributors investigate the geographical location and spatialities of institutions, the nature of spaces of incarceration and detention and experiences inside them, governmentality and prisoner agency, cultural geographies of penal spaces, and mobility in the carceral context. In dialogue with emergent and topical agendas in geography around mobility, space and agency, and in relation to international policy challenges such as the (dis)functionality of imprisonment and the search for alternatives to detention, this book presents a timely addition to emergent interdisciplinary scholarship that will prompt dialogue among those working in geography, criminology and prison sociology (http://www.ashgate.com/isbn/9781409442684).

Dominique Moran, Nick Gill, Deirdre Colon (Ed.), Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Farnham, Ashgate, avril 2013, 250 p.

L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention

Date 13 février 2013 |

Mathilde Darley , vient de publier cet article dans la revue Genre, sexualité & société:

“« Trouvez-vous une femme ici et tout s’arrangera… ». L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention “, Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, Consulté le 13 février 2013. URL : http://gss.revues.org/index2523.html ; DOI : 10.4000/gss.2523

L’enquête ethnographique entreprise aux côtés d’aumôniers en charge du conseil spirituel et juridique aux étrangers en situation irrégulière dans un centre de rétention allemand visait à saisir et interpréter les logiques motivant leur décision de déployer ou non une relation d’assistance avec les retenus rencontrés. L’analyse développée ici à partir des observations collectées révèle notamment comment, à la socialisation religieuse des acteurs, se greffent d’autres régimes de normes, juridiques et moraux, mais aussi relatifs aux rapports sociaux de sexe. La centralité de normes « familialistes » invite en particulier à s’interroger non seulement sur le rôle des normes de genre et/ou de sexualité dans les mécanismes d’ordonnancement des retenus par les aumôniers, mais aussi sur le positionnement de ces derniers par rapport aux normes familiales et conjugales dominantes – elles-mêmes fortement marquées, en Allemagne plus que dans d’autres pays européens peut-être, du sceau de l’Eglise.


Carnets de recherche