Les espaces de l’attente en migration

logo_MigrinterPar Bénédicte Michalon

Le 19 février dernier, le laboratoire Migrinter organisait une séance de son séminaire « Sources et méthodes pour la recherche sur les migrations » autour des espaces de l’attente. Laurent Vidal, Professeur d’histoire à l’Université de la Rochelle, présentait la réflexion déployée depuis 2010 dans le programme Les territoires de l’attente (Terriat) sur l’attente en situation de mobilité. Chowra Makaremi, anthropologue, chargée de recherche CNRS à l’IRIS, y proposait une contribution basée sur son article « Participer en observant : Etudier et assister les étrangers aux frontières » (2008). Dans ma discussion, j’ai présenté quelques points structurants des travaux sur l’attente en migration, sans toutefois que cette présentation ne vise à l’exhaustivité.

Quels sont les enjeux de l’attente en situation migratoire ? Qu’est-ce que passer par l’attente permet de dire sur les migrations ? Une réflexion sur l’attente comme prisme de lecture des migrations s’avère stimulante dans la mesure où la thématique de l’attente peut se traiter tout autrement qu’en lien avec la migration. C’est notamment un thème central des recherches sur la prison et de l’enfermement ; il y a donc là matière à faire dialoguer des champs de recherche distincts. Pourquoi s’interroger en termes d’attente plutôt qu’en termes de temps, d’étape, de phase ou d’arrêt ? L’attente comporte à la fois une dimension contrainte (l’attente est généralement imposée) et une dimension prospective (l’attente a pour horizon un objectif précis, on attend quelque chose) ; elle se cristallise précisément au point de rencontre entre cette contrainte et cet objectif à atteindre. L’attente a ainsi le mérite de positionner les migrations dans des relations de pouvoir et de favoriser une lecture qui prenne au sérieux la charge politique des expériences migratoires.

« Le temps dilaté et l’espace rétréci » (Kobelinsky, 2014) : l’attente comme unité spatio-temporelle contrainte

L’attente en migration est inscrite dans un espace-temps qui lui propre. L’attente est rarement choisie, elle est en général imposée, que ce soit par les autorités en charge du contrôle des migrations, la logistique du voyage, ou l’inscription dans des réseaux sociaux qu’il faut mobiliser pour pouvoir migrer. Laurent Vidal reprend à cet égard la catégorie de « mouvement empêché » (stranded mobility) formulée par Bergman et Sager (2008).

Certains lieux sont institutionnellement définis par et pour la mise en attente des migrants, notamment les centres de demandeurs d’asile, les centres de rétention ou les zones d’attente aux frontières. Chowra Makaremi montre bien comment les zones d’attente sont caractérisées par leur fermeture, et comment la circulation n’y est pas libre ou alors seulement dans certaines portions. Le chercheur qui vient y enquêter ou l’associatif qui vient y travailler ne peuvent se soustraire à ces contraintes spatiales. Ce sont des espaces organisés, quadrillés par l’institution, des espaces fonctionnels qui répondent aux besoins de l’administration. Mais ces espaces sont aussi des lieux pratiqués, voire « habités », avec des points de regroupement, des espaces recherchés, des espaces où l’on voit et où l’on se montre, ou d’autres, à l’inverse, qui servent au repli sur soi, qui servent à cacher, à dissimuler. L’attente en migration se déroule aussi dans des lieux non institutionnalisés, non contrôlés par la puissance publique. La prise en main de la migration par des passeurs se traduit notamment par des phases d’attente dans des espaces temporairement transformés en « caches » de passeurs : appartements, parkings ou sous-sols de maisons dans lesquels les migrants attendent que l’on vienne les chercher pour tenter un passage de frontière. Ils y sont soumis à un contrôle fort, et y vivent, parfois pendant plusieurs semaines, dans une tension, une peur assez semblable à celle ressentie dans des lieux d’attente institutionnalisés.

L’attente peut aussi se dérouler en milieu ouvert, sans qu’elle ne soit assignée à un lieu particulier. La différenciation spatiale est importante pour le contenu de l’expérience de l’attente. Carolina Kobelinsky (2010) a en effet démontré que l’attente ne prend pas la même épaisseur dans les lieux de l’attente et hors de ces lieux. Le contrôle par les agents de l’État (ou ceux à qui cette fonction est déléguée, entreprises privées ou associations) et le quadrillage spatial et temporel qu’il implique conditionnent le vécu de l’attente. Celle-ci paraît d’autant plus difficile que le migrant ne peut s’y soustraire ; en milieu ouvert en revanche, il peut travailler, avoir une vie sociale, etc., autant d’activités qui rendent l’attente moins oppressante.

Ces lieux de l’attente, formels ou informels, ne sont pas isolés. Ils sont intégrés dans des réseaux de lieux qui dessinent l’armature des trajectoires migratoires ; les travaux menés par Nancy Hiemstra (2013) mettent bien en lumière cette dimension réticulaire des espaces de l’attente.

La configuration spatio-temporelle dans laquelle elle se déroule donne donc son épaisseur à l’attente, l’attente délimitant par elle-même un espace-temps spécifique.

L’individu, son corps et sa subjectivité : l’attente comme mise à l’épreuve du sujet

L’individu est au cœur de la problématique de l’attente en migration : il est visé par les politiques de mise en attente, et en fait l’expérience tant objective que subjective. L’attente se présente comme un rapport au temps et à l’espace qui rompt avec la perception du temps ordinaire et s’accompagne d’émotions diverses. De nombreux auteurs rapportent des propos du type « je perds ma vie » (Le Courant, 2014), « je perds mon temps », « je devrais être étudiant et mener la vie de tous les garçons de mon âge ». Ces perceptions subjectives du temps sont analysées par Gilles Chantraine (2004) qui, à propos de la prison, utilise l’expression de « temps vide », et par Melanie Griffiths (2014), qui distingue quatre types de temps subjectifs de l’attente à partir d’un terrain fait auprès d’étrangers placés en rétention : un temps « collant » (sticky time) qui est celui d’une attente longue et lente mais qui doit déboucher sur quelque chose ; un temps suspendu (suspended time), celui d’un arrêt sans aucune perspective ; un temps frénétique (frenzied time) marqué par une accélération telle des événements que les migrants peuvent en perdre le contrôle ; et la rupture temporelle, qui intervient lorsque les migrants sont incapables d’envisager ce qui peut leur arriver, cette impossibilité étant vécue comme une rupture.

L’individu est également au cœur de l’attente en situation migratoire par son corps. L’attente est en général la conséquence d’une biopolitique, dans la mesure où les politiques migratoires passent bien souvent par une emprise directe sur les corps des migrants. Ainsi, dans des contextes où l’activité est réduite, tels que le sont les divers centres de mise l’écart des étrangers, les migrants font face à l’attente en se repliant sur leurs besoins premiers, qui relèvent du fonctionnement corporel : se nourrir, dormir, déambuler dans les couloirs lorsqu’il est possible de sortir des cellules afin de se dégourdir les jambes, sont les activités qui rythment le quotidien. L’emprise sur les corps va plus loin encore : Chowra Makaremi décrit comment l’attente et le désœuvrement transforment le corps des voyageurs, leurs attitudes corporelles, et provoquent de nombreux problèmes psychosomatiques. Au final, en contraignant le migrant à se concentrer sur son corps et sur rien d’autre, c’est la possibilité de rester constitué en sujet qui est ébranlée en situation d’attente. Ce qui amène à revisiter la figure du migrant acteur, la question de sa capacité d’action, de son autonomie.

Mais cette focalisation des politiques de l’attente sur les individus et les conséquences qui en découlent n’excluent pas le fait que les espaces de l’attente sont aussi et bien sûr des espaces sociaux.

L’attente, à l’articulation de régimes temporels différenciés

Des temporalités différentes coexistent dans les espaces d’attente : le désœuvrement des personnes confinées et leurs différentes appréhensions subjectives du temps ont à faire face aux temporalités des différents groupes professionnels qui interviennent en zone d’attente. Si les temporalités des migrants sont celles de l’attente, celles des professionnels sont souvent en revanche marquées par une certaine urgence. Un détour par la sociologie carcérale permet de creuser ce qui se joue dans cette rencontre des temporalités. Yasmine Bouagga (2014) a analysé les dissonances entre d’une part les temps des personnels pénitentiaires et juges d’application des peines, qui s’envisagent en général sous l’angle de l’urgence et de la gestion de la pénurie, et d’autre part les expériences du prisonnier, qui peuvent être résumées comme celles du « temps vide » (p.6). Yasmine Bouagga montre comment les usages du temps sont déterminés par les besoins des professionnels et de l’administration, par leurs contraintes organisationnelles – et non par l’objectif de normalisation disciplinaire des prisonniers. On a donc d’un côté du temps « trop long », et de l’autre du temps « trop court », et cela relève d’une politique volontariste : « les usages du temps dans la prison marquent une radicale asymétrie de pouvoir entre les gardiens et les reclus, entre ceux qui maîtrisent le temps et ceux qui se trouvent dans une disponibilité permanente à leur égard » (p.3).

La portée sociale de l’attente réside aussi dans le fait qu’elle constitue une mise à l’écart des temps sociaux, tant dans les pays d’immigration que dans les sociétés d’origine. On pourrait évoquer le fait, assez connu, que les placements dans des espaces d’attente, par exemple en centre de rétention, ont des répercussions fortes sur la vie quotidienne : perte du travail, perte du logement, affaiblissement des liens sociaux et familiaux. A la sortie, que l’on soit expulsé ou non, il faut souvent tout reconstruire, parfois sans même que la situation administrative ne soit débloquée. L’attente crée donc un affaiblissement social, qui peut s’aggraver à mesure que se répètent les mises en attente (par exemple en cas de non régularisation). On peut aussi évoquer le fait qu’être en situation irrégulière et ne pas pouvoir faire des allers-retours avec le pays d’origine « fige » en quelque sorte les migrants dans une position sociale qui petit à petit, ne correspond plus à leur âge. Ainsi, plusieurs auteurs, dont Stephan Le Courant (2014) montrent comment le fait de ne pas pouvoir se marier et avoir des enfants du fait de la précarité administrative bloque les hommes dans le statut de « jeunes », de « garçons » et les empêche de devenir « hommes » à des âges où, selon les normes de leurs sociétés d’origine, ils devraient déjà l’être. Ce qui peut perturber l’ordre des mariages dans la famille (un jeune frère en situation régulière qui se marie avant son frère ainé sans titre de séjour). L’administration agit ainsi directement sur les rythmes biographiques, et indirectement sur les rythmes familiaux.

Ainsi, les temps subjectifs des personnes mises en attente ne sont pas isolés ; ils se confrontent à d’autres temps sociaux, et cette confrontation contribue à l’affaiblissement des migrants en les mettant en porte-à-faux avec les temps sociaux dans lesquels ils sont inscrits.

L’attente comme technique de gouvernement des migrations

Les différents vécus subjectifs de l’attente se recoupent autour de la question de l’incertitude. Cette incertitude est intrinsèque à l’attente mais elle prend un relief particulier à propos de l’attente en situation migratoire car elle résulte des logiques institutionnelles. Le fait que l’attente en situation migratoire soit souvent imposée et parfois aussi non bornée dans le temps (on ne sait pas quand on recevra l’avis de la commission d’attribution du statut de réfugié, on ne sait pas quand l’expulsion aura lieu, etc), explique que l’attente soit avant tout vécue comme une épreuve. Cette impression est renforcée par la confrontation de temporalités contradictoires : le temps long et vide de l’attente est sans arrêt confronté à des accélérations brutales, l’expulsion pouvant par exemple survenir de manière très rapide. Ainsi, tout en craignant de rester à jamais dans une situation d’attente, les migrants redoutent également le moment brutal où cette attente prendra fin par une expulsion, ou d’être déboutés du droit d’asile. Les modes d’intervention institutionnelle sur le devenir des migrants provoquent donc le net sentiment d’être privés de la maîtrise du présent et du futur immédiat.

L’institution définit également son champ d’intervention par la gestion (ou non gestion) de la situation d’attente. Lorsqu’elle cherche à gérer cette attente, elle va organiser des activités (sport, sorties à l’air libre, célébration de cultes, voire travail rémunéré dans certains pays). Mais parfois aussi l’institution se désintéresse de cette attente et c’est l’inactivité qui prévaut, ce qui affaiblir psychologiquement les migrants et limite leur capacité à réagir à la situation dans laquelle ils sont placés. Enfin, l’institution prévoit aussi d’avoir à faire face à des situations de crise : la mise à l’isolement, la distribution de somnifères et d’anxiolytiques sont des mesures qui peuvent être prises lorsque l’attente devient intolérable ou provoque des réactions que l’administration juge inadaptées.

L’incertitude qui entoure l’attente fait donc partie intégrante du gouvernement des étrangers. Elle n’est pas forcément planifiée en tant que telle –l’administration ne cherche pas forcément délibérément à faire attendre les étrangers –, mais elle joue tout de même un rôle central dans les rouages du contrôle politique et social et dans l’emprise de l’État sur les étrangers. Ce qui rappelle le propos de Bourdieu, pour qui « L’attente est une des manières privilégiées d’éprouver le pouvoir » (1997).

L’attente peut aussi être comprise dans un autre sens, qui serait celui de l’espérance, d’une opinion vis-à-vis de quelqu’un ou de quelque chose. En l’occurrence, en situation migratoire, l’attente désignerait aussi ce que les migrants imaginent, conçoivent, peuvent attendre de l’État qui gère leur statut administratif et qui ordonne leurs déplacements ou non-déplacements. Or, les espaces-temps de l’attente mettent à mal ces attentes vis-à-vis de l’État. Les rapports de pouvoir auxquels les migrants sont soumis, les perturbations fortes de leur vie sociale et émotionnelle qui en découlent, les amènent à réviser leur point de vue sur la puissance publique. Bien souvent, celle-ci n’apparaît plus comme garante du respect des droits de l’homme et de la démocratie, comme protectrice, mais à l’inverse comme productrice de mise à l’écart et d’injustice. L’État est dévoilé dans ses ambivalences, les migrants le voient sous un autre jour. En somme, l’attente c’est la fin des attentes et le début d’un rapport désillusionné à l’État.

 Références citées

Bergman Sigurd, Sager Tore, 2008, “In Between standstill and hypermobility – introductory Remarks to a Broader discourse”, in Bergman Sigurd, Sager Tore, The Ethics of Mobilities. Rethinking Place, Exclusion, Freedom and Environment, Farnham, Ashgate, pp.1-9.

Bouagga Yasmine, 2014, « Le temps de punir. Gérer l’attente en maison d’arrêt », Terrain, n°63, pp.86-101.

Bourdieu Pierre, 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

Chantraine Gilles, « La mécanique du temps vide. Structure sécuritaire et réactions individuelles au temps carcéral en maison d’arrêt » (2004).

Griffiths Melanie, 2013, “Living with Uncertainty: Indefinite Immigration Detention”, Journal of Legal Anthropology, vol.1, n°3, pp.263-286.

Griffiths Melanie, 2014, « Out of Time : The Temporal Uncertainties od Refused Asylum Seekers and Immigration Detainees », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.40, n°12.

Hiemstra Nancy, 2013, « ‘You don’t even know where you are’. Chaotic Geographies of US Migrant Detention and Deportation », in Moran Dominique, Gill Nick, Conlon Deirdre (ed.), Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Farnham, Ashgate pp.57-75.

Kobelinsky Carolina, 2010, L’accueil des demandeurs d’asile. Une ethnographie de l’attente, Paris, Editions du Cygne.

Kobelinsky Carolina, 2014, « Le temps dilaté, l’espace rétréci. Le quotidien des demandeurs d’asile », Terrain, n°63, pp.22-37.

Le Courant Stephan, 2014, « ‘Etre le dernier jeune’. Les temporalités contrariées des migrants irréguliers », Terrain, n°63, pp.38-53.

Makaremi Chowra, 2008, « Participer en observant : Etudier et assister les étrangers aux frontières », in Fassin Didier, Bensa Alban, Politiques de l’enquête  Paris, La Découverte, pp.165-183.

Le bon, la brute et le migrant

sociologie_du_travailMathilde Darley publie « Le bon, la brute et le migrant ? Le rôle négocié des acteurs religieux dans un dispositif policier d’enfermement des étrangers en Allemagne » dans Sociologie du travail, Volume 56, Issue 4, October–December 2014, Pages 472–492.

Résumé:

Contrairement au modèle français, le centre allemand de rétention d’étrangers en situation irrégulière étudié ici ne prévoit pas d’autre intervention extérieure que celle des aumôniers. Leur champ d’action déborde cependant largement le cadre de l’assistance spirituelle pour inclure la défense des droits des étrangers retenus et la contestation politique du dispositif d’enfermement. Le huis clos de la rétention met ainsi en scène deux groupes professionnels, aumôniers et policiers, aux objectifs a priori inconciliables. Tout en éclairant les origines de cette cohabitation singulière, j’analyserai ici ce que l’intervention d’acteurs religieux dans un dispositif étatique de contrainte fait à la construction, par chaque famille d’acteurs, de sa légitimité professionnelle, et aux pratiques d’assistance et de contrôle qui en découlent.

L’Atlas global, pour voir le monde autrement

atlas_global_arton3972Olivier Milhaud (TerrFerme) a participé à l’Atlas global (s.d. Christian Grataloup, Gilles Fumey, Patrick Boucheron, Les Arènes, 2014) en publiant une carte “Derrière les barreaux” et en interrogeant les énormes écarts de taux d’incarcération sur la planète. Le texte oppose aux systèmes concentrationnaires (notamment le record américain du nombre de détenus par milliers d’habitants) des pays incarcérant comparativement si peu leurs citoyens (Inde, Japon, etc.), et cherche les logiques explicatives derrière ces si fortes variations.

“L’Atlas global est un essai en images, conçu par une équipe de vingt-six historiens et géographes de renom. En soixante cartes et infographies inédites, ils nous racontent comment l’Occident s’est vu (parfois à tort) au centre du monde et pourquoi, au tournant du xxie siècle, les cartes du pouvoir ont été rebattues.

Un autre monde émerge sous nos yeux, largement désoccidentalisé. La beauté, le bonheur, les prisons, le sport, les déchets, les virus, les habitudes alimentaires, la vieillesse, le climat… on peut tout cartographier.

 

De l’usage contestataire des cartes

logo_GranitOlivier Clochard (UMR MIGRINTER, membre de TerrFerme) et Nicolas Lambert (UMS RIATE) participeront au séminaire du GRANIT 12 décembre intitulé « De l’usage contestataire des cartes ».

Leur intervention (« Des données de l’enfermement à la Cartographie radicale ») présentera le travail fait autour de deux outils de diffusion de l’information cartographique sur les lieux d’enfermement des étrangers, réalisés dans le cadre du réseau militant Migreurop : l’Atlas des migrations en Europe, paru en 2009 et actualisé en 2010, sorti en 2013 dans sa version anglaise ; et du site participatif closethecamps : une cartographie pour dénoncer l’enfermement des étranger-e-s en Europe et au-delà.

Plus d’informations sur la journée sur : http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1272

Confinement des migrants en France

Avec son article intitulé « Les différents visages du confinement des migrants en France », Olivier Clochard contribue à l’ouvrage Migrations et mutations de la société française, l’état des savoirs, coordonné par Marie Poinsot et Serge Weber, aux éditions La Découverte.

Depuis 1981, période à laquelle le gouvernement de l’époque légalise la rétention administrative et judiciaire des étrangers démunis de documents en règles, de nouveaux modes de confinement ont été mis en place. La suppression graduelle des contrôles aux frontières internes de l’Union européenne (UE), consécutive à l’application des accords de Schengen (1995), a certes renforcé ce processus, mais le franchissement des frontières par des étrangers dépourvus des documents exigés et la situation des « sans-papiers » sont de plus en plus associés à des faits délictueux. En conséquence les lieux d’enfermement dont la capacité totale n’a cessé d’augmenter[1], sont devenus des enjeux importants dans l’évolution de la politique migratoire, les gouvernements successifs ayant procédé à des amendements législatifs pour faciliter la détention des migrants, engendrant dans le même temps d’autres formes de privation de liberté. C’est le cas à Calais et dans les autres villes portuaires de la Manche et la Mer du Nord où les étrangers sont confrontés à des mesures de surveillance et d’exclusion Enfin les « nouvelles » technologies comme la numérisation des données relatives à la situation administrative des migrants occupent une place croissante dans les politiques d’asile et d’immigration, elles visent à faciliter l’arrestation et l’enfermement d’enfants, de femmes et d’hommes à la recherche de meilleures conditions d’existence.

De par la convergence de leurs fonctionnements, ces dispositifs semblent constituer les diverses strates d’un confinement physique et immatériel où d’un côté, les contrôles des migrants doivent constamment être ajustés selon l’évolution des flux migratoires, et de l’autre les mobilités et les stratégies des migrants évoluent en fonction de ces nouveaux bornages mis en place (…).

[1] De 2000 à 2012, la capacité connue des lieux d’enfermement (centres et locaux de rétention administrative, zones d’attente) est passé de 723 à 2 280 places.

Schémas de la détention administrative en France de 1983 à 2013 (crédits cartographiques: Olivier Clochard), cliquez sur chaque carte pour l’agrandir :

 

Détention administrative en France en 1983.

Détention administrative en France en 1983.

 

Détention administrative en France en 1993.

Détention administrative en France en 1993.

 

Détention administrative en France en 2003.

Détention administrative en France en 2003.

 

Détention administrative en France en 2013 (1).

Détention administrative en France en 2013 (1).

 

Détention administrative en France en 2013 (2).

Détention administrative en France en 2013 (2).

 

Participation au colloque international “Un paysage global de camps”

cite_architecture Olivier Clochard et Tristan Bruslé participent au colloque international « Un paysage global de camps », qui a lieu à la Cité de l’architecture & du patrimoine à Paris les 22, 23 et 24 octobre.

Ils y débattront des chapitres qu’ils ont rédigé pour l’ouvrage « Un Monde de Camps », dirigé par Michel Agier (avec la collaboration de Clara Lecadet) et publié aux éditions La Découverte.

Olivier Clochard présentera, à partir d’enquêtes effectuées à Chypre, un chapitre (« Kofinou (Chypre). Du confinement à la mise au travail des demandeurs d’asile ») destiné à décrire le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile, les mesures de surveillance mises en place par les autorités chypriotes, et la manière dont ces dernières peuvent être ou non ressenties par les étrangers. Puis, dans un second temps, il s’agira d’envisager dans quelle mesure certaines activités de l’économie informelle de la région de Kofinou s’appuient sur la présence de ce camp « ouvert » articulant diverses formes de mobilité plus ou moins nouvelles et de mise au travail des étrangers.

Dans un texte intitulé « Qatar. Vie quotidienne et intimité dans un camp de travailleurs migrants », Tristan Bruslé s’est intéressé à la manière dont les travailleurs migrants s’approprient leur espace de vie contrainte. Entre routines quotidiennes, travail et ennui, les hommes tentent de se créer des parcelles d’intimité dans des dortoirs où l’entassement le dispute à l’inconfort.

 

Habiter l’enfermement?

camp Malte c schmoll dec 2013_2Le Festival International de Géographie 2014 de Saint-Dié-des-Vosges s’intéresse à l’enfermement. La question de l’habiter, thématique centrale du festival cette année, sera relue par les lieux d’enfermement : est-il possible d’habiter un espace lorsque l’on est placé dans un rapport de force dissymétrique et limité géographiquement par une clôture ? A travers différents cas d’étude (France, Malte, Roumanie, Italie), les conférences s’attacheront à montrer comment l’habiter se décline dans des contextes de contraintes spatiales, corporelles et policières : la prison, le centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire, le centre pour demandeurs d’asile, et, par le biais d’un film documentaire, le Goulag.

Samedi 4 octobre, Conf 10 h 15 à 11 h. Lycée Jules-Ferry, amphithéâtre
Conférence «9m² pour deux. Habiter une prison» par Olivier Milhaud, Université de Paris Sorbonne.

L’objectif de cette conférence sur la thématique annuelle est d’explorer les dimensions de l’habiter dans une situation d’enfermement, c’est-à-dire de réduction d’espace, de contraintes spatiales, et de logement non choisi. A partir d’un travail empirique dans plusieurs maisons d’arrêt françaises (matériau accumulé lors d’une thèse de doctorat soutenue en 2009), on montrera dans quelles conditions sont appropriées les cellules (nettoyage pour en faire un espace propre à soi, partage de l’espace avec le codétenu, conflits récurrents pour la télé ou la propreté), occupés les espaces communs (articuler emploi du temps et emploi des lieux pour fréquenter ou au contraire fuir les parloirs, les promenades, les ateliers) et opérées les circulations d’un lieu à l’autre entre quatre murs (passer du temps hors de cellule permet d’accéder à des ressources cruciales en situation d’enfermement, à condition d’attendre entre les grilles et de savoir négocier des marges de manœuvre). La conférence sera autant une plongée dans l’univers carcéral français qu’une réflexion sur l’habiter en termes de territorialités, de micro-échelles et de violence.

Samedi 4 octobre, Conf 14 h 15 à 15 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter et cohabiter en prison : de la cellule à l’extérieur», par Lucie Bony, Université Paris Val de Seine, et Lionel Bolmont, docteur en philosophie, ex détenu.

Cette conférence propose une analyse des déterminants de l’habiter carcéral. Celui-ci sera appréhendé à trois échelles (la cellule, les espaces de circulation et d’activité, l’extérieur de la prison). A partir de données recueillies par entretien et par observation dans une maison d’arrêt de région parisienne en 2011, il s’agit de montrer que l’habiter carcéral est une construction sociale. Au-delà de la contrainte exercée par le cadre architectural et règlementaire du contexte carcéral, les manières d’habiter et de cohabiter en prison varient en effet selon les caractéristiques sociales des détenus, leurs réseaux relationnel en détention et à l’extérieur, la position de l’incarcération dans leur cycle de vie et leurs expériences résidentielles passées. Cette conférence s’attache finalement à montrer que l’habiter carcéral relève des mêmes logiques sociales et spatiales que l’habiter dans d’autres contextes résidentiels mais que celles-ci y sont exacerbées.

Samedi 4 octobre, Conf 17 h 15 à 18 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter des espaces contraints : l’enfermement des étrangers aux marges de l’Europe», avec Bénédicte Michalon, CNRS, UMR ADESS, Camille Schmoll, Université de Paris 7 Denis Diderot, et Nathalie Bernardie-Tahir, Université de Limoges.

Cette conférence portera sur l’habiter dans des espaces contraints, et plus précisément en centre pour demandeurs d’asile et en centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire. A partir d’enquêtes menées dans trois pays situés aux marges de l’Europe (Malte, Roumanie, Italie), il s’agira de discuter l’idée selon laquelle l’appropriation de l’espace est possible dans les lieux d’enfermement, mais toujours soumise au contrôle. L’habiter y est temporaire, bricolé, précaire. En effet, les lieux d’enfermement font l’objet de micropolitiques destinées à contrôler en permanence ce qui se déroule en leur sein et à empêcher, ou tout du moins à limiter fortement l’appropriation des espaces par ceux qui sont enfermés. Si ces micropolitiques concernent toutes celles et ceux qui sont placés en un établissement donné à un moment donné, le vécu de l’enfermement n’est pas le même pour tout le monde. L’habiter contraint connait des variations en fonction de lignes de catégorisation ethniques, de genre, de statuts juridiques, etc. En dépit du fort contrôle auquel les lieux de confinement sont soumis, des marges de manœuvre existent qui permettent aux étrangers de se ménager une parcelle d’intimité, afin de se préserver de l’institution. L’habiter « enfermé » se déploie notamment dans un dépassement de la clôture et dans une dialectique isolement/relations à l’extérieur. Au final, c’est toute la charge politique de cet habiter qui émerge : il contribue à transformer l’étranger, le migrant, en « enfermé » soumis à la puissance publique.

Samedi 4 octobre, Ciné 16 h, Espace Georges-Sadoul, salle Excelsior
Projection du film «Solovki : la bibliothèque disparue». Séance unique en présence de l’écrivain Olivier Rolin.
Un film de Élisabeth Kapnist, Olivier Rolin. 2014 – France – 54 minutes – HD.

Le camp des îles Solovki, au milieu de la Mer Blanche, fut le laboratoire d’où sortit « L’Archipel du Goulag ». Intellectuels, artistes, membres de l’ancienne aristocratie, les déportés firent que ce lieu d’esclavage et de mort fut aussi paradoxalement un lieu de culture.
Ce film, -voyage à travers les paysages, l’histoire et la littérature russes- est une enquête menée par l’écrivain Olivier Rolin sur le destin de la bibliothèque du camp qui compta jusqu’à 30 000 volumes.

Le programme du FIG 2014 est accessible sur : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/images/programme.pdf

Crédits photographiques : Camille Schmoll, centre de demandeurs d’asile Hal Far à Malte, décembre 2013.

 

Vient de paraître

Natures_Memoires L’ouvrage Natures, miroirs des hommes? vient de paraître sous la direction de Sophie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot et Antoine Da Lage chez L’Harmattan, collection Géographie et Cultures. Olivier Milhaud y a rédigé le chapitre “Enfermés entre quatre murs : les besoins de nature des détenus”.

En voici le résumé:

L’incarcération n’est pas seulement une privation de liberté. Elle est aussi une privation de “nature”, si l’on réduit ce mot à sa définition minimale du règne animal et végétal, au vivant non-humain. L’architecture carcérale, ultra-fonctionnaliste, et les contraintes sécuritaires expliquent cette absence de nature végétale. De l’extérieur, le mur d’enceinte manifeste de manière éclatante ce règne du minéral. A l’intérieur, les détenus s’accrochent à toute trace de végétal et d’animalité. Le moindre pigeon ou la moindre plante permet une sortie du cadre carcéral, le rappel d’une temporalité non pénitentiaire, marquée par les saisons, l’évidence d’une mobilité animale par-delà les murs, et donc un effacement en quelque sorte de la peine et de la privation de nature que semble imposer l’incarcération. Alors que les architectes de prison essaient de réintroduire des parterres gazonnés ou de la végétation basse entre les murs, alors que des projets de jardin en prison se développent, pourquoi donc tant de détenus tiennent à s’asseoir dans l’herbe, embrasser un arbre, ou voir la mer, au moment de leur sortie de prison? C’est la même réduction d’une nature à la fois essentielle et minimale – ce qui n’est pas humain mais permet de le devenir – qui guide les expériences de zoothérapie en prison. Derrière une conception qui pourrait paraître minimaliste de la nature (réduite à du végétal ou de l’animal), se cache toute une profondeur vitale des besoins de nature.

Milhaud, Olivier. Enfermés entre quatre murs : les besoins de nature des détenus. In Sophie Guichard-Anguis, Anne-Marie Frérot et Antoine Da Lage (Dir.) Natures, miroirs des hommes?. Paris : L’Harmattan, 2014, p. 317-328 ( Géographie et Cultures).

 

Un article de Mathilde Darley dans la revue “Sociétés contemporaines”

Ashgate_LogoMathilde Darley publie « Les coulisses de la nation : Assignations genrées et racialisées dans les pratiques d’assistance aux étrangers en situation irrégulière » dans Sociétés contemporaines, n° 94, 2014, p. 19-39.

Cet article propose, à partir d’observations ethnographiques et d’entretiens réalisés dans un centre de rétention allemand ne prévoyant pas d’assistance juridique professionnelle et systématique, d’interroger les logiques selon lesquelles les aumôniers catholiques et protestants endossant de facto le rôle de conseillers mobilisent ou non la ressource juridique. L’enquête met ainsi en lumière le rôle des assignations de genre liées à la relation conjugale (hétérosexuelle) et à la figure maternelle, mais aussi l’incidence de représentations racialisées des rapports sociaux de sexe sur l’émergence de figures tutélaires de la « victime » à défendre en rétention et, partant, sur les pratiques quotidiennes de qualification des retenus pour une assistance juridique. Loin toutefois de penser ces assignations comme endogènes à la profession religieuse en rétention, l’article questionne leur inscription dans un régime institutionnel plus large de contrôle migratoire contribuant à tracer les frontières de la nation.

 

 

Objets et enfermement : un dossier dans la revue Champ pénal

champ_penalDans la lignée de la journée d’étude de mars 2012 sur la place des objets et cultures matérielles dans l’enfermement, organisée par l’équipe TerrFerme, un dossier vient de paraître dans la revue Champ pénal, vol. XI, « Parentalités enfermées/Objets et enfermement », sous la direction de Tristan Bruslé et Marie Morelle.

Cinq articles reviennent sur le rapport à l’objet dans les prisons et les centres de rétention, partie prenante des dispositifs d’enfermement ou point d’appui de contre-conduites. A découvrir ici : http://champpenal.revues.org/8714