Appel à communications : Objets et enfermement

Date 23 janvier 2012

Séminaire Terrferme: Objets et enfermement

Date: 9 mars 2012

Lieu: ADES, Maison de Suds (Pessac)

 

Depuis 2009, notre équipe TerrFerme composée de chercheurs en géographie et en sciences politiques appréhende la notion d’enfermement par l’étude de centres de rétention, de prisons et de logements fermés de travailleurs migrants, dans différents Etats.

L’un de nos axes d’analyse privilégie la compréhension des processus individuels et collectifs d’appropriation d’un espace contraint. Dans cette optique, lors de nos observations et de certains de nos entretiens, nous avons remarqué l’existence récurrente d’un certain nombre d’objets matériels, d’un terrain à l’autre, aux utilisations et aux sens variés. Si certains relèvent du registre disciplinaire et sécuritaire, d’autres renvoient aux tactiques d’adaptations des « enfermés » voire à certaines dynamiques de résistance. A titre d’exemple, en France, dans son rapport annuel de 2008, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté dénonce la classification en « objets dangereux » des soutiens-gorge et des lunettes, au même titre que les lacets et les ceintures. Ces objets sont retirés à la personne incarcérée, au risque de remettre en cause la dignité de celle-ci.

Notre séminaire a pour ambition de traiter des objets dans l’enfermement. Il peut s’agir de ceux classiquement liés à ces espaces, à visée coercitive et de surveillance (menottes, entraves, œilletons, caméras) ou défensive (les couteaux et armes de fortune) et souvent illégaux ; ou à l’inverse, à des objets pensés comme « éducatifs » (Dirsuweit, 1999), non exempts de détournements de la part des « enfermés » (maquillage, matériel de coiffure et couture) : les objets de l’enfermement. Dans cette lignée, l’importance et le sens de la création artisanale voire artistique ont pu être étudiés (Gessat-Anstett, 2007). On peut aussi discuter d’objets a priori plus anodins (les objets dans l’enfermement) (photographie, bijou, livre, etc.) et dont l’existence et les usages prennent peut-être un sens spécifique en situation de contrainte. Ces objets nous révèlent les tentatives et les stratégies pour préserver et pour conquérir des espaces d’intimité, pour maintenir des liens avec « l’extérieur » ou asseoir un pouvoir au sein d’un espace donné. L’objet est une part de soi mis en scène. Il est aussi un repère dans les rythmes familiers (Kaufmann, 1997). La question de son agencement et de sa position dans l’espace nous intéressera dans la mesure où les lieux de l’enfermement sont aussi ceux de l’exigüité. L’armoire, la valise, le lit ou le casier sont des contenants qui permettent le stockage d’autres biens mais dont la propriété n’est pas toujours permise à tout le monde. La fabrication parfois, la possession et la circulation de ces objets ou d’autres plus recherchés peuvent être sources de tensions entre individus, parfois source de pouvoir pour les institutions. En définitive, les objets dont un « enfermé » est dépouillé lors de l’incarcération, ceux qui lui sont accordés au titre d’un certain nombre de droits (médicaments), ceux qu’il cache (téléphone portable) et ceux qu’il revendique (papiers d’identité) donnent à voir des faits et des processus sociaux propres aux espaces de l’enfermement.

Ce séminaire ne souhaite pas se doter d’une ligne directrice trop définitive. Au contraire, il a pour objectif de faire émerger des questions diverses. Il faudra aussi discuter de la notion même d’objet, et son intégration à la démarche méthodologique. Comment observer un objet, l’analyser et en restituer le sens ?

La journée se déroulera sous la forme de présentations courtes, éventuellement réunies en plusieurs tables rondes thématiques, selon les propositions reçues. Ces interventions présenteront un objet en particulier (10 à 15 mn à chaque fois) et seront suivies d’un temps de discussion animé par des intervenants extérieurs (20 mn), La journée se terminera par une réflexion plus générale et transversale.
Les notes d’intention ( 3 pages soit 15 000 signes espaces compris) ) sont à envoyer avant le 9 février 2012 aux organisateurs (contacts ci-dessous).

Références bibliographiques

-Artières Philippe, Laé Jean-François (dir.), 2009, L’asile aux fous. Un lieu d’oubli, Presses Universitaires de Vincennes.
-Contrôleur général des lieux de privation de liberté, 2008, Rapport d’activité, Paris.
-Dirsuweit T., 1999, « Carceral Spaces in South Africa: A Case Study of Institutional Power, Sexuality and Transgression in a Women's Prison », Geoforum, vol. 30, pp.71-83.
-Gessat-Anstett Elisabeth, 2007, « Résister à l’outrage. Un musée de l’institution concentrationnaire soviétique », Gradhiva, 5, pp. 96-101.
-Goffman E., 1968, Asiles. Etudes sur la condition des malades mentaux, Paris, Editions de Minuit.
-Kaufman, J.C., 1997, « Le monde social des objets », Sociétés contemporaines, n°27, pp.111-125.
-Majerus Benoît, 2011, « La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie », Genèses, vol.1, n°82, pp.95-119.

Contacts:
Olivier Clochard, olivier.clochard@yahoo.fr
Marie Morelle, Marie.Morelle@univ-paris1.fr
Tristan Bruslé, tristan.brusle@gmail.com

Lieu: ADES (UMR 5185) - CNRS – Université de Bordeaux
Maison des Suds – 12 Esplanade des Antilles – 33607 Pessac


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">