Objets et enfermement : Compte-rendu

Date 30 mars 2012

Marie Morelle propose un compte-rendu du séminaire de Terrferme qui s'est tenu le 9 mars dernier sur le thème "Objets et enfermement".

Discutantes : Elisabeth Gessat Anstett (CNRS, IRIS), Alexandra Loumpet-Galitzine (CNRS, FMSH)

Participants : David Scheer (Université Libre de Bruxelles), Louise Tassin (URMIS), Olivier Clochard (ADES, TerrFerme), Olivier Razac (CIRAP), Claire de Galembert (ISP, Cachan), Corinne Rostaing (CMW, Lyon), Tristan Bruslé (UPR 299, TerrFerme), Gwenola Ricordeau (Université de Lille 1), Marie Morelle (Prodig, Terrferme).

Ce séminaire avait pour ambition de traiter des objets dans l’enfermement. Il pouvait s’agir de ceux liés explicitement à ces espaces, à visée coercitive et de surveillance ou d’objets a priori plus anodins mais dont l’existence et les usages pouvaient prendre un sens spécifique en situation de contrainte.

En filigrane, partir de ces objets devait permettre de continuer à réfléchir aux processus, situations et lieux d’enfermement.

Plusieurs thèmes ont pu être dégagés à l’issue des discussions.

Objet et rapports de pouvoir

Il a été rappelé combien les usages de certains de ces objets s’inscrivent dans des rapports de pouvoir : ils produisent l’enfermement, le rappellent (les portes, le PSE et PSEM), norment les usages. On peut d’ailleurs relever la complexification des dispositifs. Leur usage est souvent monopolistique et peut donner lieu, le cas échéant, à des négociations et des arrangements (les clefs et les serrures), malgré tout dans le cadre de rapports de domination (l’usage d’un briquet, les documents administratifs). Dans le même esprit, on peut noter des processus de dépossession : des objets et des usages sont interdits. Leur catégorisation est aussi au cœur d’enjeux de pouvoir (objets religieux, sacrés).

Cela n’empêche nullement des contournements et des détournements : posséder un objet malgré son interdiction, en faire un usage détourné.

Objet et rapports sociaux

Les objets donnent lieu à des rituels et des transmissions. Ils traduisent des savoir-faire et permettent la constitution et l’intégration à des groupes sociaux (une économie du geste). Ils sont au cœur de transactions et d’échanges. On peut penser à l’échange d’un briquet entre retenus comme à l’apprentissage pour les surveillants du fonctionnement d’une serrure.

Ils sont aussi au cœur d’échanges entre l’intérieur et l’extérieur (cadeaux, objets religieux). Ils participent donc des multiples circulations entre dehors et dedans, jusqu’à redéfinir la limite de l’enfermement (cas du bracelet électronique).

Objet et valeur

Dans un contexte de dénuement et, en général, de mise à l’écart, on est amené à se demander comment l’objet peut être investi. Comment entrent en jeu et sont définis ses qualités techniques, son caractère sacré, esthétique et affectif, pour le doter d’une valeur. L’objet banal acquiert dans le contexte d’une économie de la rareté et de la pauvreté, un statut extra-ordinaire : il est requalifié par le processus d’enfermement.

Objet et identité

La présence et les usages de l’objet sont au service de stratégies identitaires, de production et de mise en scène de soi (objets religieux, photographies), également d’assignation. Mais parce qu'ils sont porteurs d’images d’un soi dont on voudrait s’éloigner, signes d’une période douloureuse, ils peuvent aussi être jetés ou oubliés.

Objet et espace

Les objets permettent d'habiter l’espace. Les objets circulent, parfois plus que les individus eux-mêmes. Ils matérialisent des circulations et des seuils à franchir. Ils mettent aussi en circulation des univers sociaux, le lieu de l’enfermement et l’extérieur.

Ils ne sont pas situés au hasard au sein des lieux d’enfermement, exposés ou cachés.

Ils sont au fondement de processus d’appropriation d’espaces au départ standardisés (les parloirs, les espaces de prière, la cellule, le dortoir). Ils permettent de moduler les espaces au fil du temps (d’une journée, d’un séjour) au service, par exemple, de l’intimité (le parloir, le lit) ou de l’identité. Leur situation les dote d’une valeur (lit superposé).

Ils renvoient aussi à l’espace du corps (photographie), aux sens (PSEM), au sensible (le linge).

Carrière de l’objet et temporalités

Les objets ont une vie, depuis leur fabrication jusqu’à leurs usages et parfois leur disparition.

Ils sont gardés, transmis, parfois jetés (documents administratifs). Ils sont des traces et portent des traces. Ils peuvent être supports de mémoire.

Ils ont parfois plusieurs vies : ils connaissent des métamorphoses, souvent par le simple fait d’être situés et utilisés dans des contextes d’enfermement. On peut supposer que leurs usages évoluent dans le temps (lit et extensions) et qu’ils révèlent des cycles, des temporalités.

Objet comme indice

L’objet peut se muer en preuve judiciaire. De la même manière, il renvoie à la démarche du chercheur en quête d’informations.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

XHTML: Vous pouvez utilisez ces balises :<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">