Les centres de rétention en Roumanie et le contrôle des étrangers enfermés

La Roumanie compte aujourd’hui deux centres de rétention pour étrangers en attente d’expulsion. Le placement d’étrangers dans ces « centres de prise en charge publique » (centre de custodie publică ou Centru de cazare, cf. image google map) est, selon la réglementation roumaine, une mesure de restriction temporaire de la liberté de mouvement sur le territoire de l’Etat roumain. Ces lieux clos sont gérés par l’Office Roumain pour l’Immigration (Oficiul Român pentru Imigrări, ORI), institution nationale rattachée au Ministère de l’Intérieur et en charge de l’immigration et de l’asile. Ils sont destinés à trois catégories d’étrangers : les « éloignables », sous le coup d’une mesure d’éloignement du territoire car ils n’ont pas ou plus de droit au séjour en Roumanie ; les « expulsables », sous le coup d’une mesure judiciaire d’expulsion car ils ont été condamnés dans le cadre d’une procédure pénale ; les étrangers « indésirables », considérés comme représentant une « menace » pour la sécurité nationale et l’ordre public et en attente d’expulsion.

Localisations, mises à distance, faible visibilité

L’un des deux centres est situé dans la banlieue nord de Bucarest, dans la commune d’Otopeni, à un kilomètre du principal aéroport du pays, l’aéroport Henri Coanda. Il a été ouvert en 1999, agrandi et rénové en 2005. L’autre est localisé à Horia, bourgade de 2.000 habitants à quelques kilomètres de la ville d’Arad et de la frontière avec la Hongrie. Il a ouvert en 2001. Avant la mise en service de ces centres, rendue possible par l’aide financière apportée par le programme Phare de l’UE, les étrangers arrêtés à la frontière ou en situation irrégulière étaient confinés au sein de l’aéroport d’Otopeni et cela en dehors de toute réglementation. Etre enfermé à Bucarest ou à Horia n’est pas équivalent. Les centres de rétention font certes tous deux l’objet d’une mise en périphérie. A Bucarest, elle se lit à l’échelle de la capitale ; le centre reste proche des instances judiciaires, du siège central de l’ORI, de la Police roumaine des Frontières et de l’unique organisation non gouvernementale qui intervient auprès des étrangers en rétention. Il est toutefois localisé à une quinzaine de kilomètres du cœur de l’agglomération, ce qui entraîne des difficultés d’accès pour ceux qui veulent rendre visite aux personnes retenues. A Horia, la mise à distance est plus marquée et problématique ; la localité est complètement excentrée à l’échelle du pays, ce qui a de nombreuses répercussions sur le fonctionnement du centre. Les retenus sont éloignés des communautés migrantes, majoritairement regroupées dans la capitale. L’éloignement est aussi celui d’une institution et de son personnel, à distance de son administration centrale.

Les centres  ne font l’objet d’aucune signalisation, à l’exception de plaques apposées à côté des portails d’entrée. A Bucarest, les deux immeubles d’un étage qui le composent sont entourés d’un mur d’enceinte surmonté de barbelés. Des caméras de vidéosurveillance enregistrent les déplacements sur le trottoir et au portail. Un policier en faction dans une guérite contrôle toutes les personnes qui entrent et sortent du périmètre. A Horia, l’architecture est moins passe-partout et tranche avec le paysage des maisons paysannes et villas neuves avoisinantes. Le bâtiment est un des plus hauts du village et le mur d’enceinte, peu élevé, ne le dissimule que partiellement aux regards extérieurs. Il n’est pas surmonté de barbelés. Le parking attenant et le portail font l’objet d’une surveillance électronique. Mais le portail n’est pas verrouillé et la guérite de contrôle est inoccupée ; la vérification des identités s’effectue à l’entrée du bâtiment.


Agrandir le plan

 

Organisation interne, seuils et séparation, localisation du contrôle policier

L’architecture des centres de rétention est caractérisée par la multitude de séparations et de seuils qui la jalonnent. L’espace est agencé différemment dans l’un et l’autre centre. Chaque unité possède des espaces destinés aux services de police (bureau des directeurs de centre et des directeurs adjoints, secrétariat, bagagerie, poste de contrôle…), d’hôtellerie restauration (cuisine, réfectoire, lingerie …) et de soins médicaux (infirmerie, bureau du psychologue). Ils sont strictement séparés des zones de vie des retenus, selon une partition horizontale à Horia (les différents services sont dans un corps de bâtiment, la zone de rétention à proprement parler dans un autre), et selon une double partition verticale et horizontale à Bucarest (l’administration est en rez-de-chaussée d’un bâtiment qui comporte aussi, à l’étage, la zone destinée aux étrangers ; la restauration est dans un second bâtiment). Les étrangers n’occupent donc qu’une portion limitée des centres, divisés en deux « mondes » : celui des personnels d’une part, celui des retenus d’autre part.

La zone des retenus à Bucarest évoque une structure d’hébergement collectif « classique ». La porte d’accès ouvre sur un couloir central, étroit. Les cellules sont alignées d’un côté. De l’autre, ce sont les pièces collectives : un parloir pour les visiteurs extérieurs, une laverie, un bureau de visite pour les ONG, une salle dite « de sport », et une salle « de loisirs » dotée d’une télévision et de quelques ouvrages. Seul élément qui rompt cette monotonie spatiale : au milieu du couloir, un petit coin équipé de quelques fauteuils et d’une télévision est destiné aux surveillants. Il est attenant au poste de contrôle, dont les écrans sont reliés aux caméras vidéo qui surveillent les salles collectives et le couloir. Le couloir ouvre sur une grande terrasse, sur laquelle les retenus peuvent jouer au ping-pong et dont les ouvertures ont été bouchées pour éviter les évasions. Une passerelle connecte cette terrasse à la salle de restauration située dans l’autre bâtiment ; la structure est encadrée de grilles. Ce centre a une capacité totale de 164 places. Les cellules font une surface de douze mètres carrés environ, elles sont généralement destinées à être occupées par quatre personnes et comportent des sanitaires. Le mobilier de base est composé de deux lits superposés, d’une armoire et d’une table. Il y a une fenêtre, avec des barreaux. Les portes sont blindées et équipées d’un œilleton. Chaque cellule est reliée au poste de contrôle par une sonnette d’alarme. Au bout du couloir, il y a deux cellules d’isolement. L’espace interne est organisé différemment à Horia, prévu pour une soixantaine de personnes. Les cellules sont réparties face au poste de surveillance, dont elles sont séparées par deux grilles. Le poste de surveillance est lui-même entourée de barreaux. La coursive desservant les cellules est également clôturée et a vue sur la seule pièce collective, au rez-de-chaussée. Ce local est équipé d’un téléviseur, d’une table de ping-pong et d’une machine à café. Les cellules présentent grosso modo les mêmes caractéristiques qu’à Bucarest.

On retrouve dans les deux centres des éléments caractéristiques d’une architecture carcérale : organisation en cellules, absence d’espaces privatifs, manque d’espaces de circulation et multiples dispositifs de contrôle (portes blindées fermées depuis l’extérieur, œilletons, clés, grilles et barreaux, vidéosurveillance, sonnettes d’alarme…). En revanche, les centres diffèrent par le positionnement spatial des surveillants, donc des représentants du pouvoir, par rapport aux retenus. A Bucarest, les surveillants sont installés au beau milieu de l’espace de circulation commun, le couloir, par lequel les retenus se déplacent. Il leur est impossible de sortir de leur cellule et de se mouvoir sans voir les surveillants, ou sans que ceux-ci ne les voient. Cette organisation entraîne également des problèmes de promiscuité, les uns et les autres se plaignant du bruit et des dérangements occasionnés. A Horia, le contrôle policier est localisé à l’extérieur de l’espace dévolu aux étrangers. Il n’y a pas de cohabitation immédiate entre détenus et surveillants, il y a en revanche une confrontation visuelle permanente entre eux. Les agents de l’institution font une ronde des cellules deux fois par jour et ne se rendent sur la coursive ou dans les cellules que si besoin est. Si la position du poste de contrôle ne permet pas de voir directement dans toutes les cellules, la structure à barreaux permet en revanche de voir tout déplacement ou toute action qui se produit sur la coursive. Le pouvoir connaît donc deux positionnements différents au sein des centres de rétention roumains. Mais dans les deux cas la cellule apparaît comme un espace privatif : les surveillants se tiennent sur le seuil et n’y entrent qu’en cas de nécessité.

A l’aune de cette description, le dispositif roumain semble concentré sur sa fonction de contrôle des étrangers enfermés plus que sur le maintient de la clôture avec l’extérieur. Multiscalaire, contraignant, divisé, soumis à une rationalité gestionnaire, l’espace est dans les centres de rétention un médiateur puissant du contrôle des autorités roumaines sur les étrangers retenus.

Crédits: Extraits d’un article de Bénédicte Michalon à paraître en 2011 dans Géographie et Cultures.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *