De l’usage contestataire des cartes

logo_GranitOlivier Clochard (UMR MIGRINTER, membre de TerrFerme) et Nicolas Lambert (UMS RIATE) participeront au séminaire du GRANIT 12 décembre intitulé « De l’usage contestataire des cartes ».

Leur intervention (« Des données de l’enfermement à la Cartographie radicale ») présentera le travail fait autour de deux outils de diffusion de l’information cartographique sur les lieux d’enfermement des étrangers, réalisés dans le cadre du réseau militant Migreurop : l’Atlas des migrations en Europe, paru en 2009 et actualisé en 2010, sorti en 2013 dans sa version anglaise ; et du site participatif closethecamps : une cartographie pour dénoncer l’enfermement des étranger-e-s en Europe et au-delà.

Plus d’informations sur la journée sur : http://www.ades.cnrs.fr/spip.php?article1272

Rapprocher les lieux d’enfermement, confronter les approches : un retour du colloque Terrferme

Par Olivier Milhaud :

Le colloque TerrFerme d’octobre 2013 fut un succès, autant pour sa qualité scientifique que pour son atmosphère chaleureuse. Il lui manquait toutefois ce qui s’éternise dans les lieux d’enfermement : le temps ! Puissent ces quelques notes jetées au retour du colloque servir de possibles points de départ pour une discussion plus large, prolongeant – via ce blog – nos débats inachevés à l’issue de longues journées.

Commencer le colloque par un film sur le contrôle général des lieux de privation de liberté (dans trois prisons et un hôpital psychiatrique en l’occurrence), avant les communications proprement dites, invitait d’emblée au décloisonnement des regards. Est-ce parce que la mise en visibilité de l’enfermement par un film (images, sons, mouvements) permet déjà d’en saisir toute l’épaisseur, alors même que les odeurs – si fondamentales dans tant de lieux d’enfermement – ne transpirent pas de l’écran ?

Décloisonnement analytique et rapprochement/confrontation des approches ne mènent assurément pas à un aplatissement du regard. Ils ne mènent pas non plus à des comparaisons au sens strict. Décloisonner le regard ne permet-il pas une purification des logiques à l’œuvre dans son objet (les prisons françaises par exemple) à force de le mettre en regard avec d’autres objets (hôpitaux psychiatriques, centres de rétention, logements contraints de travailleurs, camps de réfugiés, etc.) dans d’autres contextes régionaux (Ecosse, Pérou, Cameroun, Afrique du Sud, Italie, Niger…) ? Reste que la démarche est risquée : ne pas rendre justice à l’enracinement de chaque lieu d’enfermement ; manquer de nuances pour capter les processus d’enfermement à l’œuvre, être rivé à une seule échelle analytique, ou encore limiter son regard à la seule dimension matérielle du cadre d’enfermement. Jusqu’où l’approche spatiale est-elle heuristique ? Quand vire-t-elle à l’exercice de style ?

L’approche spatiale de l’enfermement semble bien souvent constituer la prison comme un modèle analytique indépassable. D’où la question d’Andrew Jefferson : pourquoi la métaphore carcérale est-elle si forte ? Certes, Lorna Rhodes appelait à une vision résolument “messy” des institutions d’enfermement, qui enchevêtrent des logiques qui se recoupent, laissant tout un espace entre les théories de l’institution et leurs actualisations concrètes dans les lieux. « Spatial ordering is limiting our imagination », entendait-on malgré tout, en fin de colloque.

De quoi le rapprochement des lieux nous éloigne-t-il (par-delà la singularité de chacun) ? Et de quoi nous rapproche-t-il aussi ? Question lancinante depuis Asiles de Goffman… Question qui rappelle combien le rapprochement permet de saisir l’effet d’amplification de l’enfermement. L’enfermement spectacularise les phénomènes, de manière dramatique pour les enfermés, et de manière peut-être analytiquement très profitable (soyons cyniques) pour les chercheurs. Le colloque a d’ailleurs permis de pointer, en creux, le peu de place laissé à l’analyse de la souffrance quand on monte en généralité ou quand on raffine l’analyse de l’espace d’enfermement.

Comme si le rapprochement des lieux pouvait dépolitiser, à notre insu, les processus d’enfermement. Pourquoi le caractère relationnel du pouvoir – thème incontournable si on ne veut pas priver l’enfermé de capacité d’action – nous fait si souvent oublier sa fondamentale asymétrie en ces lieux-là ? La géopolitique de la vulnérabilité, que Lauren Martin met en évidence pour le contrôle de l’immigration aux Etats-Unis, est une question politique autant qu’une question d’éthique de la recherche sur l’enfermement. Mais de quels moyens disposons-nous pour la soulever ? Quelle place donner à la souffrance, sans être pris dans les hiérarchisations victimaires qu’évoquait Andrew Jefferson ? Sans même parler des différences d’approches en terme de degré de politisation de l’analyse entre monde académique anglophone, plus volontiers critique et militant, et monde académique francophone, plus frileux peut-être.

L’approche du colloque, mettant à l’honneur la dimension spatiale de l’enfermement, montrait autant la richesse heuristique du questionnement spatial que les limites des raisonnements trop spatialistes des autorités qui enferment. D’un point de vue méthodologique, Sarah Curtis rappelait ainsi combien il était facile aux enquêtés de parler de l’espace physique des hôpitaux psychiatriques pour évoquer, in fine, le type de soin. Mais en même temps, l’espace invisibilise. La prison post-apartheid étudiée par Kelly Gillepsie soulignait combien ses concepteurs avaient pensé l’espace architectural pour ne pas penser complètement la peine de prison – prison inévitablement ségrégative, pointait Olivier Razac.

N’est-il pas dès lors illusoire de se réjouir de l’allègement de la surveillance entre les murs d’une Unité Hospitalière Spécialement Aménagée (« ici, c’est l’hôpital »), comme le rappelle Camille Lancelevée, quand cela se fait au prix d’un renforcement du dispositif technique de surveillance environnant, géré par l’Administration pénitentiaire ? Logique carcérale répétitive : ouvrir les espaces en les fermant mieux, dirait David Scheer. D’autant que le caractère hospitalier du dedans de l’Unité Hospitalière Spécialement Aménagée tend à lever l’inquiétude éthique des personnels, routinisant une urgence sanitaire encadrée par l’Administration pénitentiaire, voire laissant à penser que, finalement, la prison peut soigner.

Le cadre spatial de l’enfermement emprisonne le regard, rive les yeux sur le dedans. Ce qui fait toute l’urgence politique du décloisonnement scalaire (« the political urgency of the question of scale » pour reprendre l’expression de Kelly Gillepsie) : le dedans des lieux d’enfermement, comme le dehors que nous habitons, sont tous deux coproduits. André-Frédéric Hoyaux rappelle combien chaque situation est liée à un dispositif de contrôle, de placement de l’autre, de contrôle de l’assignation à un emplacement particulier. Cela invisibilise le contrôle social sans empêcher, dedans, l’ambition institutionnelle de tout voir, tout savoir, tout ordonner.

Qui plus est, l’espace matériel semble une réponse toujours disponible face aux vertiges du droit. Tant pour la rétention administrative des étrangers en instance d’éloignement que pour la rétention de sûreté faisant suite à une incarcération, Barbara Bauduin et Nicolas Fischer montrent ainsi comment l’espace (son agencement, les choix de localisation, comme la visibilité critique qu’il permet, donnant prise aux enquêtes indépendantes) va servir de réponse au caractère problématique d’une codification juridique n’allant pas de soi dans une démocratie (l’enfermement non pénal ou post-pénal, difficilement acceptable dans un Etat de droit). Travailler la matière spatiale devient ainsi outil de gouvernement. Outil loin d’être absolu ou infaillible, bien sûr, quand on réduit l’espace à un simple agencement matériel. Comme le disait Olivier Razac à propos des lieux psychiatriques, la sécurité technique a finalement des moyens limités pour une finalité illimitée : concilier sécurité parfaite des lieux et soin réussi.

Saisir l’enfermement comme un processus, les lieux comme des institutions en construction (ou en cours de délabrement ?) permet de croiser les dimensions spatiales et temporelles comme le rappelait Dominique Moran, et de ne pas figer le regard. Penser l’enfermement par le prisme de la mobilité, de la fluidité, de l’hybridation, de la complexité aussi (à l’image des femmes péruviennes enfermées chez elles, parce que gardiennes du foyer), est-ce un simple appel post-moderne craignant les réifications, ou une exigence de décentrer le regard et sortir des seuls lieux intra-muros pour essayer de cerner ce qui finalement nous entoure ?

Puissent ces quelques lignes, qui ne prétendent pas du tout à l’exhaustivité vu le nombre et la richesse des communications, appeler d’autres points de débat et d’autres questionnements. Dominique Moran a d’ailleurs déjà publié un billet sur le colloque sur son blog Carceral Geography (Reflections on the TerrFerme Colloque: Prisons, Paradoxes and Interpretation). Les  questions que pose l’enfermement au chercheur, au citoyen, au praticien, à l’enfermé, sont multiples et foisonnantes. Et les réponses n’en sont qu’à leur début. C’est bien la conviction de l’équipe TerrFerme.

 

 

Objets et enfermement : Compte-rendu

Marie Morelle propose un compte-rendu du séminaire de Terrferme qui s’est tenu le 9 mars dernier sur le thème « Objets et enfermement ».

Discutantes : Elisabeth Gessat Anstett (CNRS, IRIS), Alexandra Loumpet-Galitzine (CNRS, FMSH)

Participants : David Scheer (Université Libre de Bruxelles), Louise Tassin (URMIS), Olivier Clochard (ADES, TerrFerme), Olivier Razac (CIRAP), Claire de Galembert (ISP, Cachan), Corinne Rostaing (CMW, Lyon), Tristan Bruslé (UPR 299, TerrFerme), Gwenola Ricordeau (Université de Lille 1), Marie Morelle (Prodig, Terrferme).

Ce séminaire avait pour ambition de traiter des objets dans l’enfermement. Il pouvait s’agir de ceux liés explicitement à ces espaces, à visée coercitive et de surveillance ou d’objets a priori plus anodins mais dont l’existence et les usages pouvaient prendre un sens spécifique en situation de contrainte.

En filigrane, partir de ces objets devait permettre de continuer à réfléchir aux processus, situations et lieux d’enfermement.

Plusieurs thèmes ont pu être dégagés à l’issue des discussions.

Objet et rapports de pouvoir

Il a été rappelé combien les usages de certains de ces objets s’inscrivent dans des rapports de pouvoir : ils produisent l’enfermement, le rappellent (les portes, le PSE et PSEM), norment les usages. On peut d’ailleurs relever la complexification des dispositifs. Leur usage est souvent monopolistique et peut donner lieu, le cas échéant, à des négociations et des arrangements (les clefs et les serrures), malgré tout dans le cadre de rapports de domination (l’usage d’un briquet, les documents administratifs). Dans le même esprit, on peut noter des processus de dépossession : des objets et des usages sont interdits. Leur catégorisation est aussi au cœur d’enjeux de pouvoir (objets religieux, sacrés).

Cela n’empêche nullement des contournements et des détournements : posséder un objet malgré son interdiction, en faire un usage détourné.

Objet et rapports sociaux

Les objets donnent lieu à des rituels et des transmissions. Ils traduisent des savoir-faire et permettent la constitution et l’intégration à des groupes sociaux (une économie du geste). Ils sont au cœur de transactions et d’échanges. On peut penser à l’échange d’un briquet entre retenus comme à l’apprentissage pour les surveillants du fonctionnement d’une serrure.

Ils sont aussi au cœur d’échanges entre l’intérieur et l’extérieur (cadeaux, objets religieux). Ils participent donc des multiples circulations entre dehors et dedans, jusqu’à redéfinir la limite de l’enfermement (cas du bracelet électronique).

Objet et valeur

Dans un contexte de dénuement et, en général, de mise à l’écart, on est amené à se demander comment l’objet peut être investi. Comment entrent en jeu et sont définis ses qualités techniques, son caractère sacré, esthétique et affectif, pour le doter d’une valeur. L’objet banal acquiert dans le contexte d’une économie de la rareté et de la pauvreté, un statut extra-ordinaire : il est requalifié par le processus d’enfermement.

Objet et identité

La présence et les usages de l’objet sont au service de stratégies identitaires, de production et de mise en scène de soi (objets religieux, photographies), également d’assignation. Mais parce qu’ils sont porteurs d’images d’un soi dont on voudrait s’éloigner, signes d’une période douloureuse, ils peuvent aussi être jetés ou oubliés.

Objet et espace

Les objets permettent d’habiter l’espace. Les objets circulent, parfois plus que les individus eux-mêmes. Ils matérialisent des circulations et des seuils à franchir. Ils mettent aussi en circulation des univers sociaux, le lieu de l’enfermement et l’extérieur.

Ils ne sont pas situés au hasard au sein des lieux d’enfermement, exposés ou cachés.

Ils sont au fondement de processus d’appropriation d’espaces au départ standardisés (les parloirs, les espaces de prière, la cellule, le dortoir). Ils permettent de moduler les espaces au fil du temps (d’une journée, d’un séjour) au service, par exemple, de l’intimité (le parloir, le lit) ou de l’identité. Leur situation les dote d’une valeur (lit superposé).

Ils renvoient aussi à l’espace du corps (photographie), aux sens (PSEM), au sensible (le linge).

Carrière de l’objet et temporalités

Les objets ont une vie, depuis leur fabrication jusqu’à leurs usages et parfois leur disparition.

Ils sont gardés, transmis, parfois jetés (documents administratifs). Ils sont des traces et portent des traces. Ils peuvent être supports de mémoire.

Ils ont parfois plusieurs vies : ils connaissent des métamorphoses, souvent par le simple fait d’être situés et utilisés dans des contextes d’enfermement. On peut supposer que leurs usages évoluent dans le temps (lit et extensions) et qu’ils révèlent des cycles, des temporalités.

Objet comme indice

L’objet peut se muer en preuve judiciaire. De la même manière, il renvoie à la démarche du chercheur en quête d’informations.

Objets et enfermement

Le prochain séminaire de Terrferme se tiendra le 9 mars 2012 à la Maison des Suds (Pessac) sur le thème « Objets et enfermement ». En voici le programme:

Discutantes : Elisabeth Gessat Anstett (CNRS, IRIS), Alexandra Loumpet-Galitzine (CNRS, FMSH)

9h00 : Accueil des participants

9h30 – Table-ronde 1 : Objet et rapports de pouvoirs

– David Scheer (Université Libre de Bruxelles), « La prison de murs troués… Une micro-architecture carcérale de l’embrasure »

Franck Enjolras (IRIS, EHESS), « La discrétion policière aux frontières : usages et pratiques du menottage au cours de la procédure de rétention »

– Louise Tassin (URMIS), « De l’interdit à l’incendie, éléments de réflexion autour des briquets dans un centre de rétention administrative »

Olivier Clochard (ADES, TerrFerme), « Etrangers en rétention avec beaucoup de papiers »

Olivier Razac (CIRAP), « Objets de la traçabilité »

11h00 : Discussion

12h30-14h00 : déjeuner

14h00 – Table-ronde 2 : appropriations et circulations

Claire de Galembert (ISP, Cachan), Corinne Rostaing (CMW, Lyon), « La religion en prison racontée par les objets »

Tristan Bruslé (UPR 299, TerrFerme), « Le lit, objet et lieu. Micro-géographie d’une chambre de travailleurs migrants dans un labour camp au Qatar »

– Gwenola Ricordeau (Université de Lille 1), « Se dépouiller, se parer, mettre en scène et échanger : les objets au parloir »

Marie Morelle (Prodig, Terrferme), « Les portraits à la prison centrale de Yaoundé, Cameroun. Le détenu et ses doubles »

15h30 : Discussion

16h30 : Discussion générale, perspectives

17h00 : fin du séminaire

Contacts

Olivier Clochard, olivier.clochard@yahoo.fr

Marie Morelle, Marie.Morelle@univ-paris1.fr

Tristan Bruslé, tristan.brusle@gmail.com

ADES (UMR 5185) – CNRS – Université de Bordeaux

Maison des Suds – 12 Esplanade des Antilles – 33607 Pessac

Séminaire « Enfermement et intimité »

Le 25 novembre 2011 se tiendra le prochain séminaire de Terrferme sur le thème « Enfermement et intimité ».

L’intimité existe-t-elle en situation d’enfermement ? A travers une série de lieux clos caractérisés par l’exposition contrainte des individus enfermés et par le pouvoir des institutions sur les corps et les sujets, l’équipe Terrferme souhaite interroger l’enfermement à travers la notion d’intimité et ses différentes expériences. Prise dans un sens large, dégagée d’une définition qui la réduise à la sexualité, nous l’envisageons sous une multiplicité de facettes, dans une dimension juridique de propriété de soi (privacy) et dans une dimension relative au sujet (intimacy) (Iness, 1992). Nous nous attacherons à appréhender l’intimité comme une construction socioculturelle, à la sonder dans son historicité (Laé, 2003).

La journée sera structurée par un certain nombre de questions autour du postulat que l’intimité est mise à mal dans un système d’enfermement. Comment les sujets – détenus, retenus, demandeurs d’asile dans des centres, travailleurs en situation de « logement contraint » (Bernardot, 2005) – parviennent-ils à garder une zone de secret, un for intérieur, un espace de retranchement, un monde à soi ? Peut-on voir dans la production mentale ou matérielle d’une zone de retranchement une possible résistance physique comme morale à la contrainte ? Quelle place y tiennent les liens qui fondent et étayent l’identité de l’individu, tels les liens d’amour filial ? Comment l’intimité résiste-elle à l’épreuve de la visibilité sans réciprocité ?

On peut aussi se demander s’il y existe un droit à l’intimité. Quelle place a cette notion dans les règlements des lieux, et dans les procédures afférentes ? Comment est-elle mise en mots ? Peut-on, en se basant sur le vocabulaire technique en vigueur dans certains lieux comme la prison et dont l’expression « être extrait » est un bon exemple, dire qu’il existe un vocabulaire de l’intimité enfermée ? Par ailleurs, la mainmise des institutions sur les corps permet-elle d’envisager les lieux clos comme ordonnés par une gestion politique de l’intimité ?

Nous interrogerons enfin la spécificité de l’intimité des lieux d’enfermement. Un contrepoint sera porté à partir de ce qui peut faire irruption et troubler les interactions ou les modes de co-présence dans l’espace public (prostitution, nudité, intimité des SDF…) (Laé et Proth, 2002).

Références citées :

Bernardot M., Déplacer et loger les indésirables, sociologie du logement contraint, Recueil Alexandries, Collections Esquisses, septembre 2005, url de référence: http://www.reseau-terra.eu/article337.html.

Inness J. C., 1992, Privacy, Intimacy and Isolation, Oxford University Press.

Laé J-F, 2002, « L’intimité: une longue histoire de la propriété de soi », Sociologie et sociétés, vol. 35, n° 2, 2003, p. 139-147.

Laé J-F, Proth B., 2002, « Les territoires de l’intimité, protection et sanction », Ethnologie française, 2002/1 Vol. 32, p. 5- 10.

Programme :

10-11 heures Jean-François Laé, Professeur, Université Paris 8

« Penser l’intimité en situation extrême »

11-12 heures Caroline Touraut, Post-doctorante, Centre Max Weber, Lyon

« Entraves et supports de l’intimité au-delà des murs »

Déjeuner

14h-15 heures Camille Schmoll, Maître de conférences, Université Paris 7

« Les tyrannies de l’enfermement. Échelles et lieux de l’intimité chez les femmes somaliennes immobilisées à Malte »

15-16 heures Stéphanie Latte-Abdallah, Chargée de recherche CNRS, Iremam, Aix-en-Provence

« Toile carcérale et toile de liens en Palestine : les intimités virtuelles des prisonniers »

Discussion générale

Pour des raisons logistiques, les personnes intéressées sont priées de prendre contact avec les organisatrices avant le séminaire.

Contacts:

Bénédicte Michalon, Chargée de recherche Cnrs, b.michalon@ades.cnrs.fr

Djemila Zeneidi, Chargée de recherche Cnrs, djemila.zeneidi@ades.cnrs.fr

Lieu: ADES (UMR 5185) – CNRS – Université de Bordeaux, Maison des Suds – 12 Esplanade des Antilles – 33607 Pessac (Salle 19 places).

Appel à communications

Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement :

circulations et transferts

Colloque international organisé par le Centre Marc Bloch de Berlin (Centre franco-allemand de recherche en sciences sociales), le programme de recherche ANR TerrFerme, la section de sociologie du droit de l’Association allemande de sociologie et le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne (UMR 8131 EHESS-CNRS) Paris.

Berlin, 1er au 3 décembre 2011

Comité scientifique :

Falk Bretschneider, EHESS/CRIA, bretschn@ehess.fr

Mathilde Darley, CNRS/Centre Marc Bloch, programme TerrFerme, mathilde.darley@gmail.com

Camille Lancelevée, EHESS/IRIS, Centre Marc Bloch, camille.lancelevee@gmail.com

Bénédicte Michalon, CNRS/ADES, programme TerrFerme, b.michalon@ades.cnrs.fr

Thomas Scheffer, Humboldt-Universität/Institut für Europäische Ethnologie, scheffer@law-in-action.org

Les lieux d’enfermement – prisons, hôpitaux, monastères, centres de rétention, centres éducatifs, casernes, etc. – ont fait l’objet ces dernières décennies d’un nombre croissant de travaux historiques et sociologiques. Une partie de ces recherches, doublement inspirée des projets goffmanien et foucaldien d’étude des « institutions totales » et des « institutions disciplinaires », a notamment permis d’affiner la compréhension sociologique de ces lieux en encourageant leur appréhension par l’ethnographie. Un autre volet de recherche très fourni a porté sur leur inscription dans l’histoire, en visant notamment à mettre en évidence les éventuelles continuités existant entre les formes contemporaines de confinement et leurs précédents historiques. Ces différents travaux ont ainsi permis de dégager des « modèles » permettant de penser ensemble les différentes formes de gouvernement des populations par l’enfermement. Ils ont également contribué à mettre en évidence les superpositions pouvant exister entre ces différentes institutions, par exemple en termes de groupes enfermés ou de pratiques et de logiques d’enfermement.

Cet appel à communications s’inscrit dans ce mouvement amorcé de désenclavement de l’analyse des lieux d’enfermement, tout en visant plus spécifiquement la mise en perspective de la prison, de l’enfermement des étrangers (rétention) et de l’hôpital psychiatrique. Il nous semble en effet que ces lieux ont connu dans le passé et connaissent à nouveau aujourd’hui des évolutions qui, sans remettre en cause leurs objectifs particuliers, rendent pertinent leur rapprochement analytique.

Cette rencontre scientifique visera notamment à interroger les pratiques, les acteurs et les espaces de l’enfermement sous l’angle de leurs éventuels transferts ou circulations d’une institution fermée à l’autre : il s’agira alors de mettre en lumière les éventuels effets de ces circulations sur les différentes institutions elles-mêmes, sur leurs agents (enfermants et enfermés, mais aussi acteurs extérieurs), sur leurs structures organisationnelles et spatiales, mais aussi sur la construction de leur image publique. On pourra décliner ces questionnements en quatre grands champs d’investigation :

1. Circulations et transferts des acteurs et des catégories

Au fondement de toute institution fermée, on trouve d’abord la labellisation de personnes ou groupes de personnes comme « déviantes », labellisation qui justifie l’enfermement. Dans la perspective qui nous intéresse ici, il s’agira de s’interroger sur les catégories mobilisées par les différents types de lieux : quelles sont-elles et dans quelle mesure se recoupent-elles ou s’alimentent-elles mutuellement, non seulement dans les pratiques des professionnels mais aussi dans les éventuelles réappropriations des catégories par les enfermés eux-mêmes ?

La question des circulations de catégories d’une institution à l’autre pose également celle, plus concrète, des formes de passage existant entre les différents lieux de privation de liberté retenus ici. En histoire, les passages soit au sein des « institutions combinées » de l’époque moderne, soit entre différents établissements fermés (prisons, maisons de travail, asiles psychiatriques, etc.) au 19e siècle ont fait l’objet de différents travaux. Les analyses contemporaines n’ont en revanche que marginalement porté sur ces formes de passage et ont par ailleurs montré que, si elles existent, elles ne sont généralement pas interrogées – les institutions concernées étant souvent pensées et se pensant elles-mêmes de façon autonome.

Dans une perspective diachronique ou synchronique, quels visages ces circulations revêtent-elles donc (passages d’un lieu à l’autre des personnes enfermées, des intervenants extérieurs, des professionnels) ? Quels effets ont-elles sur les manières dont le lieu d’enfermement est « pratiqué » et sa population « catégorisée » par les différents acteurs qui l’habitent ?

2. Production et reproduction d’un ordre interne

Selon la typologie goffmanienne des « institutions totales », celles-ci se définissent par un certain nombre de caractéristiques et de pratiques communes : une clôture (apparemment stricte) vers l’extérieur, une vie en communauté dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées, la négation de l’identité des enfermés au profit d’une assignation et d’un rôle définis par l’institution. Qu’en est-il lorsqu’on analyse de plus près ces pratiques de maintien de l’ordre au sein de différents lieux d’enfermement ? Il s’agira d’en saisir à la fois les similitudes et les divergences selon les lieux fermés étudiés, à partir par exemple des règlements intérieurs, des rituels lors de l’arrivée ou du départ des enfermés, de l’organisation du quotidien (travail, temps libre, pratiques religieuses, etc.) et de la surveillance, des sanctions, mais aussi des conditions matérielles de l’enfermement, tant pour les enfermés (alimentation, accès aux soins, à la famille, etc.)  que pour les enfermants (pratiques contraignantes, soignantes, etc.) .

Se pose notamment la question de savoir comment la situation d’enfermement est vécue selon les différents lieux fermés et par les différents groupes d’acteurs (enfermés et enfermants) : y a-t-il une expérience commune à l’ensemble de ces institutions ? Quelles pratiques spécifiques (de résistance, d’adaptation ou de contournement pour les enfermés / de légitimation de la force pour les enfermants) se développent au sein des lieux d’enfermement et comment évoluent-elles en fonction des changements politiques, économiques, sociaux ou spatiaux qui les accompagnent ?

3. Pratiques spatiales : transformations des espaces de pouvoir

L’historiographie des milieux clos met à jour, eu égard au modèle spatial mobilisé, la perpétuation étonnante d’un même schéma – celui du monastère. En effet, le cloître a fourni un archétype puissant de l’enfermement, au sens figuré et au sens très concret des usages spatiaux (en témoigne la conversion d’anciens couvents en hôpitaux, en maisons de correction ou en prisons en Allemagne après la Réforme ou en France au moment de la Révolution). Il s’agira donc de s’interroger non seulement sur les modèles spatiaux mobilisés pour l’aménagement des différentes institutions closes, mais aussi sur les transformations qui ont pu s’opérer à travers des utilisations diverses. Dans cette perspective, un intérêt particulier sera porté aux effets de transferts des pratiques spatiales d’une institution à l’autre (à titre d’exemple, les effets de l’évolution des technologies de sécurité carcérale sur l’organisation spatiale d’autres types d’établissements fermés, l’incidence de l’expérience du camp colonial sur les usages spatiaux pratiqués en métropole, ou encore la perpétuation de « l’asile » dans des enfermements psychiatriques modernes).

L’accent portera en outre sur les pratiques spatiales / spatialisantes (officielles ou non) des acteurs et visera à identifier en quoi l’espace participe de la structure de pouvoir établie au sein du lieu d’enfermement. Il s’agira également de se demander dans quelle mesure l’espace est lui-même l’objet de réappropriations par les enfermés et/ou les enfermants, voire participe des stratégies de contestation de l’ordre et des rôles établis.

4. Ouvertures / Fermetures des lieux d’ « enfermement »

L’analyse des espaces de l’enfermement fournira enfin l’occasion de revenir sur les liens entre intérieur et extérieur. D’une part, l’histoire de l’enfermement montre une fermeture progressive, depuis les institutions de l’époque moderne aux frontières poreuses jusqu’aux établissements du 19e siècle aux murs et portails a priori hermétiquement fermés. De même, l’évolution actuelle des lieux de privation de liberté est généralement décrite comme marquée par une fermeture accrue[1]. Cette fermeture supposée est-elle effectivement observable dans les manières dont le lieu d’enfermement est pratiqué – et si oui à quels niveaux ?

D’autre part, on remarque également un mouvement d’ouverture (imposée ou voulue) de ces institutions sur l’extérieur. Depuis le 19e siècle, le nombre d’associations et d’intervenants (associations religieuses ou philanthropiques, médecins, inspecteurs, parlementaires, puis travailleurs sociaux, psychologues et autres intervenants du monde de l’action sociale) présents dans les lieux de privation de liberté n’a cessé de croître ; s’est en outre récemment ajoutée la mise en place de structures dédiées à leur contrôle – tel le Contrôle Général des Lieux de Privation de Liberté en France ou, au niveau européen, le Comité européen pour la Prévention de la Torture. En quoi l’intrusion d’acteurs extérieurs (et éventuellement de « contrôleurs ») modifie-t-elle l’image de l’institution fermée (celle qu’elle donne et/ou celle qu’elle souhaite donner) mais aussi ses pratiques internes, de maintien de l’ordre notamment ?

Les contributions proposées dans le cadre de cet appel devront donc s’intéresser, dans une perspective historique ou contemporaine, aux pratiques, aux acteurs et aux espaces de l’enfermement et aux effets de leurs éventuels transferts ou circulations d’une institution à l’autre. Les communications proposant une approche empirique, « en actes », de ces institutions seront privilégiées. Les institutions retenues pour l’appel à communications (prison, rétention et hôpital psychiatrique) pourront éventuellement être confrontées à d’autres types de lieux (locaux de gardes à vue, centres éducatifs,  « labour camps », mais aussi camps, hôpitaux, casernes, etc.) si l’approche retenue pour le colloque y apparaît pertinente.

Organisées par le Centre franco-allemand de recherche en sciences sociales de Berlin (Centre Marc Bloch), le programme de recherche TerrFerme (hébergé par le laboratoire ADES de Bordeaux), l’Institut d’Ethnologie Européenne de l’Université Humboldt à Berlin et le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne à Paris, cette manifestation vise tant à promouvoir le dialogue interdisciplinaire qu’à encourager la mise en perspective internationale. Nous accueillerons donc très favorablement les études s’inscrivant dans différents contextes nationaux, à l’échelle européenne ou mondiale. Toutefois, pour des raisons pratiques de traduction des communications, les langues d’intervention devront être l’allemand, l’anglais ou le français.

Les propositions, sous la forme d’un résumé de 300 mots environ, devront nous parvenir à l’adresse enfermement@googlemail.com avant le 15 mai et préciser, autant que faire se peut, les possibilités de financement de l’intervenant. Seuls les participants dont les institutions de rattachement ne peuvent prendre en charge le déplacement et/ou l’hébergement pourront voir leurs frais totalement ou partiellement remboursés.

[1]Voir l’augmentation du recours à la détention provisoire, la mise en place de mesures de contention pour faire face à la délinquance juvénile, le développement de structures de rétention post-pénales, ou encore la création de dispositifs sécurisés en psychiatrie.

A propos du séminaire Terrferme avec Marc Bernardot

Camp de travailleurs chinois (1886), Bibliothèque et archives Canada.

Le compte-rendu de l’équipe

Le sociologue Marc Bernardot est venu partager avec nous un moment de réflexion sur le logement contraint, le 11 mars dernier. Cette rencontre nous a permis de réfléchir aux orientations de sa recherche, depuis les foyers de la Sonacotra jusqu’aux « camps d’étrangers ». Voici quelques aperçus de cette pensée « en marche ».

Il a longtemps travaillé sur les foyers ; mais le monde qu’il y a connu il y a vint-cinq ans n’existe plus, il a tout simplement disparu, de nouvelles formes de logement d’urgence sont apparues dans les mêmes lieux. Les bâtiments sont restés, c’est le principe du foyer qui a été radicalement transformé. Il a été inséré dans un espace réglementaire plus large alors que, dans le même temps, les formes d’hébergement d’urgence connaissaient une fragmentation rapide, une précarisation sans précédent des statuts d’habitation et des bâtiments. Il y voit une « indigénisation » des politiques du logement social, avec transfert sur ce champ de l’action publique de techniques auparavant testées sur des indigènes.

La thématique des camps s’est profilée lors de ces recherches sur les foyers, lors d’entretiens avec des responsables qui avaient auparavant travaillé dans des camps coloniaux. Il avait par ailleurs constaté une répétition des lieux, dont les fonctions d’internement se répétaient dans l’histoire (par exemple à Crest ou à Rivesaltes), tout en visant des « publics » similaires, et dont les dispositifs d’encadrement se ressemblaient. Les foyers comme les différents types de camps ne sont pas faits pour être habités, or ils le sont quand même ; c’est un point de rencontre à creuser.

Marc Bernardot travaille actuellement à une « archéologie globale » du camp. Il cherche à ouvrir sa réflexion sur la mise à l’écart, le confinement. Il se tourne vers une démarche plus comparative, qui confronte le cas français à d’autres structures étatiques ou d’anciens empires coloniaux (Australie, Japon, Etats-Unis). Il se penche aussi sur des formes d’enfermement plus anciennes, celles de la plantation dans les Caraïbes et dans le sud des Etats-Unis au XVIIIe siècle, ou celles des villes minières (Gabon, Afrique du Sud, Namibie). L’évolution de sa réflexion s’inspire de travaux de l’histoire et de l’anthropologie coloniale ; se pose alors la question de la circulation entre les métropoles et les espaces coloniaux, du rapatriement de formes de gestion coloniale en métropole, du transfert des idées et des modes de gestion des populations. Il faut aller voir du côté des travaux de Pierre Legendre et de la projection coloniale (Legendre 1992). Ann Stoler, avec son « archipel carcéral de l’Empire », avance l’idée d’une invention concomitante d’une manière de gérer les indigènes dans les colonies et les indigents, les exclus en métropole (Stoler 2009). Cette démarche plus englobante pose un problème épistémologique et de délimitation du champ d’analyse: les formes qui semblent avoir inventé le camp moderne prolifèrent.

C’est aussi une théorie globale de l’Etat et de la souveraineté qui s’esquisse à travers l’étude des sans papiers. Marc Bernardot s’inspire de l’analyse des guerres de capture (Meillassoux 1986) pour tenter un parallèle avec le traitement réservé aux sans papiers en Europe. Il voit dans la radicalisation des pouvoirs publics une fragmentation de la souveraineté. Il y a là une articulation entre un mode de contrôle et un mode de production (utilisation des sans papiers comme « armée de réserve »), qui renvoie à un discours à double-face de la société sur elle-même : la production discursive véhicule des figures de la diversité à la fois invasives et sympathiques. Cela peut se résumer en une formule : « l’Etat fait la guerre aux sans-papiers, la guerre aux sans-papiers fait l’Etat ».

La question des rapports sociaux sur la frontière est également posée. Qui intervient dans cet interface : groupes intégrés, citoyens, légalisés d’un côté ; groupes illégalisés, marginalisés de l’autre ? Que produit le contact entre les différentes populations en présence, quelle est la place attribuée à celles présentées comme impures voire contaminantes (prostituées, indigents) ? Il faut voir comment sont mobilisés ces « sous-citoyens » et comment leur mobilisation influence les rapports sur la frontière.

A travers ces différents aspects de ses travaux, Marc Bernardot cherche à désocculter les rapports sociaux et politiques et à agir sur les conditions de production du savoir scientifique. Son investissement dans le réseau Terra traduit une volonté de bousculer les frontières entre la production scientifique et la participation politique.

Les références citées par Marc Bernardot:

Legendre Pierre, Trésor historique de l’Etat en France. L’administration classique, Paris, Fayart, 1992.

Meillassoux Claude, Anthropologie de l’esclavage. Le ventre de fer et d’argent, Paris, PUF, 1986.

Stoler Ann. L., Along the Archival Grain. Epistemic Anxieties and Colonial Common Sense, Princeton, Princeton University Press, 2009.

Crédit photographique : Bibliothèque et Archives Canada / PA-053560, licence CC.

Du foyer au camp. Autour des travaux de Marc Bernardot

L’équipe TerrFerme se réunira le jeudi 11 mars au laboratoire PRODIG dans le cadre d’un atelier de travail consacré aux travaux de Marc Bernardot, Professeur de sociologie à l’Université du Havre, qui sera présent.

A partir du thème Du foyer au camp, il s’agira de réfléchir à la manière dont la perspective du logement permet d’approfondir et/ou de revisiter l’analyse des lieux d’enfermement. Seront aussi abordés le positionnement scientifique de l’auteur, ses évolutions et ses pratiques de recherche.

Un compte-rendu de cet atelier suivra.

A propos du séminaire avec Gilles Chantraine

P1000996_GillesChantraine2A propos du séminaire de Terrferme qui a eu lieu le 1er décembre dernier avec Gilles Chantraine.

Par Olivier Milhaud, Laboratoire ADES.

C’est toujours un plaisir de recevoir un jeune chercheur déjà doté d’une expérience riche et variée. On peut ainsi retracer avec lui autant les interrogations fondamentales qui ont guidé sa recherche que les évolutions des centres d’intérêt au cours des années.

Gilles Chantraine se montre très attaché à remettre en cause l’idée d’une prison immobile. Pourtant c’est bien cette immobilité qui semble dominer tant le vécu entre les murs (la routine et le temps suspendu des détenus, les « bonnes journées » des surveillants, celles où il ne se passe rien) que l’inertie historique d’une prison qui se reproduit malgré ses échecs et malgré les critiques récurrentes et monotones que d’aucuns lui adressent. Il ne faut pas succomber à cette vision immobile prévient Gilles Chantraine.

N’existe-t-il pas une rationalité pénale moderne, fort différente des rationalités antérieures? Si l’on en croit Alvaro Pires, la rationalité pénale moderne est « hostile, abstraite, négative et atomiste ».

<<Hostile, parce qu’on représente le déviant comme un ennemi du groupe tout entier et parce qu’on veut établir une sorte d’équivalence nécessaire, voire ontologique, entre la valeur du bien offensé et l’affliction à produire chez le déviant. Abstraite, parce que le mal (concret) causé par la peine est reconnu mais conçu comme devant causer un bien moral immatériel (« rétablir la justice par la souffrance », « renforcer la moralité des gens honnêtes », etc.) ou encore un bien pratique invisible et futur (la dissuasion). Négative, puisque ces théories excluent toute autre sanction visant à réaffirmer le droit par une action positive (le dédommagement, etc.) et stipulent que seul le mal concret et immédiat causé au déviant peut produire un bien-être pour le groupe ou réaffirmer la valeur de la norme. Et enfin, atomiste, parce que la peine – dans la meilleure des hypothèses – n’a pas à se préoccuper des liens sociaux concrets entre les personnes sauf d’une façon tout à fait secondaire et accessoire.>> (Pires et al., 2001, 198).

Cette rationalité pénale entrave toute innovation. Quand on pense que la moindre récidive peut faire vaciller toute la politique des libérations conditionnelles, on peut se demander pourquoi tant de récidives post-carcérales ne remettent pas en cause la prison? L’institution pénitentiaire existe assurément sous le poids d’une certaine lourdeur qui entrave les évolutions.

Cependant, ne croyons pas à une prison immobile. D’ailleurs, la sociologie carcérale s’est construite assez vite en porte à faux avec une certaine représentation du travail de Michel Foucault. Les constats empiriques ne sont pas ceux d’un dispositif correctionnaliste, mais plutôt celui d’un dispositif guerrier défensif, visant la contention, la neutralisation des détenus. Certes, il existe des efforts correctionnalistes, mais le fonctionnement banal d’une prison est bien plus pragmatique : réduire les désordres et éviter les évasions.

On constate toutefois une complexification de la vie sociale en prison aujourd’hui. Nous sommes loin des travaux de Gresham Sykes ou même du Erving Goffman d' »Asiles » et des institutions totales. Pensons simplement à la porosité grandissante avec l’environnement ou à la poussée du droit en détention. Toutes deux contribuent grandement à la complexification du pouvoir et des rapports sociaux en détention. La présence plus massive d’autres acteurs (issus de l’Administration pénitentiaire bien sûr, mais aussi de l’Education nationale, de la Santé, voire de la Protection Judiciaire de la Jeunesse…) redéfinit le gouvernement des détenus. Dans les Etablissements pour Mineurs, on a affaire à un gouvernement hétérogène, traitant des mineurs à gérer, des élèves à instruire, des patients à soigner, des jeunes à éduquer. A partir de là, on peut se demander qu’en pensent les principaux intéressés. Comment s’adaptent-ils? Comment résistent-ils?

D’où les recherches de Gilles Chantraine, au croisement des stratégies de gouvernement, selon une ligne foucaldienne, et des interactions quotidiennes, selon une ligne plus goffmanienne.

Sa thèse, Par-delà les Murs (Le Monde, 2004), revisitait l’idée d’institution totale à l’aune des expériences subjectives. La diversité des expériences carcérales, du fait de la diversité des parcours de vie, y est pour beaucoup.

Son séjour à Montréal lui a ouvert la porte des governmentality studies: qui gouverne? comment? quelles sont les réactions? D’où ses travaux sur la prison post-disciplinaire, ou sur les mutations pénales contemporaines.

Son travail sur les trajectoires d’enfermement (suivi de cohortes biographiques) lui a permis de rencontrer des jeunes en quartier mineurs puis de les réinterroger six mois plus tard (pour ceux dont on n’a pas perdu la trace) là où ils en sont de leur parcours.

A présent, Gilles Chantraine travaille plus sur les professionnels que sur les détenus. Nouvel éclairage sur une rationalité pénale moderne toujours saisie au plus prés des vécus et des expériences.

•PIRES A.P., CELLARD A., PELLETIER G. (2001). L’énigme des demandes de modifications législatives au code criminel canadien, in FRAILLE P. (dir.), Régulations et gouvernances. Le contrôle des populations et du territoire en Europe et au Canada. Une perspective historique, Barcelone, Éditions de l’Université de Barcelone, p. 195-217.

Voir aussi :

•PIRES, A. P. (1998). Aspects, traces et parcours de la rationalité pénale moderne, in DEBUYST, C., DIGNEFFE F. & PIRES, A. P. (eds.), Histoire des savoirs sur le crime et la peine. 2/ La rationalité pénale et la naissance de la criminologie, Montréal, DeBoeck Université, p. 3-52.

Crédits photographiques: B. Michalon, C. Abéla

Penser l’enfermement à partir de la prison

Progr_seminaireChantraine_3

Le prochain séminaire de TerrFerme aura lieu le mardi 1er décembre de 9h à 12h à la Maison des Suds (campus de Pessac), salle des stages.

Il prendra la forme d’un atelier de travail à partir des travaux de Gilles Chantraine, chargé de recherche CNRS (CLERSE, Lille), qui sera présent. Autour du thème « Penser l’enfermement à partir de la prison », seront abordés : le positionnement scientifique de l’auteur (sa grille d’interprétation, ses concepts et notions, son analyse, sa posture en tant que chercheur, etc.), sa méthode (l’accès au terrain et aux données, les techniques d’enquête, le positionnement face aux interlocuteurs, les émotions du chercheur) et enfin son approche de la prison et de l’enfermement.

Cet atelier est ouvert au public. Pour des raisons logistiques, les personnes intéressées sont priées de prendre contact avec l’organisatrice avant le séminaire.

Contact : Bénédicte Michalon, chargée de recherche Cnrs.

Et n’oubliez pas la soutenance de thèse d’Olivier Milhaud le lundi 30 novembre!!!