Le bon, la brute et le migrant

sociologie_du_travailMathilde Darley publie « Le bon, la brute et le migrant ? Le rôle négocié des acteurs religieux dans un dispositif policier d’enfermement des étrangers en Allemagne » dans Sociologie du travail, Volume 56, Issue 4, October–December 2014, Pages 472–492.

Résumé:

Contrairement au modèle français, le centre allemand de rétention d’étrangers en situation irrégulière étudié ici ne prévoit pas d’autre intervention extérieure que celle des aumôniers. Leur champ d’action déborde cependant largement le cadre de l’assistance spirituelle pour inclure la défense des droits des étrangers retenus et la contestation politique du dispositif d’enfermement. Le huis clos de la rétention met ainsi en scène deux groupes professionnels, aumôniers et policiers, aux objectifs a priori inconciliables. Tout en éclairant les origines de cette cohabitation singulière, j’analyserai ici ce que l’intervention d’acteurs religieux dans un dispositif étatique de contrainte fait à la construction, par chaque famille d’acteurs, de sa légitimité professionnelle, et aux pratiques d’assistance et de contrôle qui en découlent.

Confinement des migrants en France

Avec son article intitulé « Les différents visages du confinement des migrants en France », Olivier Clochard contribue à l’ouvrage Migrations et mutations de la société française, l’état des savoirs, coordonné par Marie Poinsot et Serge Weber, aux éditions La Découverte.

Depuis 1981, période à laquelle le gouvernement de l’époque légalise la rétention administrative et judiciaire des étrangers démunis de documents en règles, de nouveaux modes de confinement ont été mis en place. La suppression graduelle des contrôles aux frontières internes de l’Union européenne (UE), consécutive à l’application des accords de Schengen (1995), a certes renforcé ce processus, mais le franchissement des frontières par des étrangers dépourvus des documents exigés et la situation des « sans-papiers » sont de plus en plus associés à des faits délictueux. En conséquence les lieux d’enfermement dont la capacité totale n’a cessé d’augmenter[1], sont devenus des enjeux importants dans l’évolution de la politique migratoire, les gouvernements successifs ayant procédé à des amendements législatifs pour faciliter la détention des migrants, engendrant dans le même temps d’autres formes de privation de liberté. C’est le cas à Calais et dans les autres villes portuaires de la Manche et la Mer du Nord où les étrangers sont confrontés à des mesures de surveillance et d’exclusion Enfin les « nouvelles » technologies comme la numérisation des données relatives à la situation administrative des migrants occupent une place croissante dans les politiques d’asile et d’immigration, elles visent à faciliter l’arrestation et l’enfermement d’enfants, de femmes et d’hommes à la recherche de meilleures conditions d’existence.

De par la convergence de leurs fonctionnements, ces dispositifs semblent constituer les diverses strates d’un confinement physique et immatériel où d’un côté, les contrôles des migrants doivent constamment être ajustés selon l’évolution des flux migratoires, et de l’autre les mobilités et les stratégies des migrants évoluent en fonction de ces nouveaux bornages mis en place (…).

[1] De 2000 à 2012, la capacité connue des lieux d’enfermement (centres et locaux de rétention administrative, zones d’attente) est passé de 723 à 2 280 places.

Schémas de la détention administrative en France de 1983 à 2013 (crédits cartographiques: Olivier Clochard), cliquez sur chaque carte pour l’agrandir :

 

Détention administrative en France en 1983.

Détention administrative en France en 1983.

 

Détention administrative en France en 1993.

Détention administrative en France en 1993.

 

Détention administrative en France en 2003.

Détention administrative en France en 2003.

 

Détention administrative en France en 2013 (1).

Détention administrative en France en 2013 (1).

 

Détention administrative en France en 2013 (2).

Détention administrative en France en 2013 (2).

 

Un article de Mathilde Darley dans la revue « Sociétés contemporaines »

Ashgate_LogoMathilde Darley publie « Les coulisses de la nation : Assignations genrées et racialisées dans les pratiques d’assistance aux étrangers en situation irrégulière » dans Sociétés contemporaines, n° 94, 2014, p. 19-39.

Cet article propose, à partir d’observations ethnographiques et d’entretiens réalisés dans un centre de rétention allemand ne prévoyant pas d’assistance juridique professionnelle et systématique, d’interroger les logiques selon lesquelles les aumôniers catholiques et protestants endossant de facto le rôle de conseillers mobilisent ou non la ressource juridique. L’enquête met ainsi en lumière le rôle des assignations de genre liées à la relation conjugale (hétérosexuelle) et à la figure maternelle, mais aussi l’incidence de représentations racialisées des rapports sociaux de sexe sur l’émergence de figures tutélaires de la « victime » à défendre en rétention et, partant, sur les pratiques quotidiennes de qualification des retenus pour une assistance juridique. Loin toutefois de penser ces assignations comme endogènes à la profession religieuse en rétention, l’article questionne leur inscription dans un régime institutionnel plus large de contrôle migratoire contribuant à tracer les frontières de la nation.

 

 

Objets et enfermement : un dossier dans la revue Champ pénal

champ_penalDans la lignée de la journée d’étude de mars 2012 sur la place des objets et cultures matérielles dans l’enfermement, organisée par l’équipe TerrFerme, un dossier vient de paraître dans la revue Champ pénal, vol. XI, « Parentalités enfermées/Objets et enfermement », sous la direction de Tristan Bruslé et Marie Morelle.

Cinq articles reviennent sur le rapport à l’objet dans les prisons et les centres de rétention, partie prenante des dispositifs d’enfermement ou point d’appui de contre-conduites. A découvrir ici : http://champpenal.revues.org/8714

 

L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention

Mathilde Darley , vient de publier cet article dans la revue Genre, sexualité & société:

« « Trouvez-vous une femme ici et tout s’arrangera… ». L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention « , Genre, sexualité & société [En ligne], 8 | Automne 2012, mis en ligne le 01 décembre 2012, Consulté le 13 février 2013. URL : http://gss.revues.org/index2523.html ; DOI : 10.4000/gss.2523

L’enquête ethnographique entreprise aux côtés d’aumôniers en charge du conseil spirituel et juridique aux étrangers en situation irrégulière dans un centre de rétention allemand visait à saisir et interpréter les logiques motivant leur décision de déployer ou non une relation d’assistance avec les retenus rencontrés. L’analyse développée ici à partir des observations collectées révèle notamment comment, à la socialisation religieuse des acteurs, se greffent d’autres régimes de normes, juridiques et moraux, mais aussi relatifs aux rapports sociaux de sexe. La centralité de normes « familialistes » invite en particulier à s’interroger non seulement sur le rôle des normes de genre et/ou de sexualité dans les mécanismes d’ordonnancement des retenus par les aumôniers, mais aussi sur le positionnement de ces derniers par rapport aux normes familiales et conjugales dominantes – elles-mêmes fortement marquées, en Allemagne plus que dans d’autres pays européens peut-être, du sceau de l’Eglise.

Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie

Bénédicte Michalon est invitée à présenter ses recherches dans le cadre des journées « Et l’immobilité dans la circulation ? ». Organisées par l’UMR Migrinter et l’axe Mobilités, Identités et Territoires du Collège International des Sciences du Territoire, elles auront lieu à Migrinter les 19 et 20 novembre 2012.

Ces journées ont pour objectif de revenir sur les articulations entre mobilité et immobilité : voici ce qu’en dit le texte de présentation.

« Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

La communication de Bénédicte Michalon, intitulée, « Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie », s’inscrira dans un atelier sur l’immobilité forcée (en prison, établissement pour mineurs, centre de rétention s) et ses liens à la mobilité. A partir de ses recherches menées en Roumanie sur le dispositif de rétention administrative des étrangers, sa communication cherchera à creuser les imbrications de l’immobilité et de la mobilité qui caractérisent ces lieux de privation de liberté, car ceux-ci ont pour vocation première d’interférer sur les circulations, de les cadrer spatialement et socialement, voire de les interrompre. En ce sens, la rétention consiste en une assignation à l’immobilité, dont la vocation est de contrarier, voire d’empêcher la liberté de mouvement. Or, l’existence même des lieux de rétention et leur fonctionnement reposent sur aussi des formes spécifiques de mise en mobilité, la plus évidente étant l’expulsion censée justifier le placement en rétention. Il s’agira donc de cerner comment mobilité et immobilité font partie intégrante des rapports de pouvoir, par nature dissymétriques, établis entre l’institution enfermante et ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés.

Les autres billets du carnet sur les terrains de Benedicte Michalon en Roumanie: lire les billets.

 

 

Majid Eazadi : près de 5 années derrière les barreaux à Chypre

Vue sur la prison centrale de Nicosie à l’intérieur de laquelle se situe Block Ten

Par Olivier Clochard:

Juillet 2011. Je revois Madjid à Nicosie, nous nous sommes donné rendez-vous devant l’immeuble de l’association Kisa. En provenance de la rue piétonne Ledra street, il marche d’une manière déterminée, à coté du trottoir. En me voyant, il me fait des grands signes de la main. Arrivé à ma hauteur, il m’embrasse et d’une accolade très chaleureuse, il me remercie à plusieurs reprises. Puis il me demande si tout va bien, la famille, le voyage et le séjour à Chypre. Nous ne traînons pas car sa voiture située de l’autre côté de Ledra street, est mal stationnée. Après quelques minutes, nous montons dans une voiture qu’il a empruntée à son ami qui vit avec lui dans sa maison à Limassol. Il ne cesse de parler, de ses difficultés administratives, de son avenir. Il ne connaît pas la ville de Nicosie, il a toujours vécu à Limassol à l’exception des trois années où il a été maintenu dans le centre de rétention de Block Ten. Il roule à travers Nicosie sans savoir exactement où nous allons. Après avoir emprunté rues, boulevards et avenues dans la banlieue sud de Nicosie, nous reprenons la direction du centre de Nicosie. Nous nous arrêtons en bordure d’une place, dans la partie « nouvelle » de la ville. Une fois l’argent mis dans l’horodateur, nous tentons de chercher un café où nous pourrions discuter tranquillement. Madjid se ballade avec une mallette, je crois qu’à l’intérieur, il dispose d’un ordinateur portable, mais pas du tout : c’est une petite mallette où l’ensemble de sa correspondance avec l’administration est archivée. Notre recherche de café s’avère vaine, et nous décidons de reprendre la voiture pour aller dans le centre ville. Je lui indique les différentes rues à prendre, nous nous stationnons sur une place à proximité de la mosquée. Puis nous allons nous installer à la terrasse d’un bar-restaurant devant lequel je suis souvent passé sans m’y arrêter. Je prends une salade composée et Madjid prend un café glacé, c’est lui qui offre.

Kofinou

Il m’apprend qu’il est assigné à résidence à Kofinou, dans le centre d’accueil pour demandeur d’asile bien que Madjid ait été débouté de sa demande d’asile à deux reprises et qu’aujourd’hui, il n’ait pas entrepris d’autres démarches. C’est la police qui l’a transféré dans le centre à sa sortie de Block Ten. Il savait qu’il y serait conduit. Depuis sa sortie de rétention, il doit aller chaque semaine au poste de police de Kofinou, signer un document, et il doit également ne pas s’absenter plus de quarante-huit heures du centre. Il doit indiquer à chaque fois aux responsables du centre quand il sort et quand il pense revenir. Alors il ne cesse de faire des allers et retours entre le centre où il y passe une nuit sur deux environ, et sa maison à Limassol qu’il a entièrement refaite avant qu’il soit arrêté et conduit à la prison centrale de Nicosie où se situe Block Ten.

Il dit que les odeurs à proximité de Kofinou, demeurent insupportables. Les puanteurs proviennent de l’usine d’équarrissage voisine du centre. Un enfant d’une famille a du être hospitalisé il y a quelques mois, et selon lui, les malaises de l’enfant seraient dus à ces émanations. Depuis quelques semaines, les produits d’hygiène et la nourriture sont distribués aux résidents, de façon restreinte. Il parle également des agriculteurs des alentours qui viennent régulièrement à l’entrée du camp pour y recruter de la main d’œuvre. Les gens partent travailler aux aurores, en été de sept heures à vingt heures le soir. À travail égal, les salaires ne sont pas les mêmes pour tous, ils diffèrent selon la couleur de la peau des personnes. Ce comportement racial des employeurs perdure depuis des années : les personnes à la peau noire, souvent insultées par l’emploi du terme grec « mavro », sont payées entre quinze et vingt euros, les autres sont rémunérées autour de vingt-cinq euros. Madjid n’est jamais allé travailler dans les champs. Bien que les autorités lui interdisent, il dit qu’il aurait pu y aller. Il préfère aller de temps en temps travailler à Limassol sans être déclaré, cela lui permet d’avoir un peu d’argent pour ses cigarettes, ses déplacements en voiture et la nourriture. Par ailleurs, son ancien patron est prêt à le reprendre à partir du moment où les autorités chypriotes délivreront un titre de séjour à Madjid.

Durant sa période de rétention, il a toujours été maintenu à Block Ten et il n’a jamais changé de chambre. Lors de notre week-end à la plage, il me dit qu’il pourrait écrire au Guinness des records pour mentionner qu’il détient à ce jour le triste record d’avoir été maintenu en rétention en Europe, pendant plus de trois ans, dans la même cellule. C’est à se demander si les policiers n’y trouvaient pas leur compte en maintenant toujours Madjid à Block Ten, de par sa formation de mécanicien et chauffagiste, Madjid dit à plusieurs reprises avoir réparé les installations du centre (climatisation, douches, WC, etc.). Au départ, il a travaillé pendant près de deux ans à l’entretien du jardin, il n’a jamais eu accès au terrain de Basket à proximité duquel il y a Block 9, bâtiment où sont maintenus les femmes. Il dit bien qu’avec son ancienneté dans le centre, il était devenu en quelques sortes le porte-parole des prisonniers de Block Ten, toutefois chaque groupe ethnique à l’intérieur de Block Ten a son porte-parole.

Comme d’autres qui sont passés par la prison avant d’être détenus en rétention, il dit que les conditions de détention étaient meilleures lorsqu’il était enfermé dans la partie pénitentiaire de la prison de Nicosie, espace destiné aux prisonniers de droit commun et aux étrangers condamnés à une peine d’emprisonnement pour entrée ou séjour « irrégulier ». Pour lui, lorsqu’on est en prison, les personnes connaissent leur durée de détention et savent en conséquence la période à laquelle elles vont sortir. Il y a par ailleurs un cadre règlementaire, les gardiens par exemple interviennent à l’intérieur de l’espace carcéral lorsqu’il y a des différents entre les détenus, ce qui n’est pas toujours le cas à Block Ten. Le soir, il y a une heure où tout le monde doit être couché. Cette demande de limites peut paraître paradoxale pour des gens qui recherchent par tous les moyens, à être à l’extérieur. La préférence de la prison à Block Ten se joue aussi sur le terrain des périodes de promenades autorisées : en prison, il est possible chaque jour d’aller à l’extérieur du bâtiment où les prisonniers sont maintenus alors qu’à Block Ten, il est accordé au mieux aux étrangers une heure de sortie par jour. La nourriture y est également meilleure, elle est préparée par les prisonniers eux-mêmes. Autant de points qui font passer Block Ten pour un endroit pire qu’une prison. Il y a enfin le fait non négligeable qu’à Block Ten, « nous avons déjà un pied dehors, l’expulsion n’est jamais loin. Si ce n’est pas nous, ce sont des gars que tu côtoies au quotidien, et un jour, tu ne les voies plus ».

Madjid évoque les problèmes qu’il a eus avec un policier, un agent qu’il a tenté de soudoyer en lui donnant de l’argent pour qu’il sorte de rétention. Madjid dit qu’il n’est pas le seul à avoir (ou tenté d’avoir) eu recours aux services de ce policier corrompu. Bilan de l’opération : Madjid a perdu de l’argent et n’a pas été libéré pour autant. Il a porté l’affaire devant les tribunaux. Une première audience devait avoir lieu en septembre 2011, selon Madjid.

Suite à ce précédent billet, il semble que les autorités chypriotes auraient pris la décision de le libérer en mars 2011. Une dizaine d’autres personnes qui étaient maintenues depuis près de dix-huit mois, ont également été libérées. À son départ, Madjid a laissé toutes ses affaires aux autres détenus, à l’exception de ses effets personnels.

Sur la plage

Depuis Madjid me dit que chaque nuit, il se réveille, parfois c’est un cauchemar qui le sort de son sommeil. La nuit que nous passons sous la tente sur la plage, un cri viendra rompre le bruit des vagues…

En septembre 2011, j’apprends qu’il a été à nouveau incarcéré au moment où il allait pointer au commissariat (même pour un étranger qui a obtenu un titre de séjour après avoir été en situation irrégulière à Chypre, celui-ci peut être ensuite arrêté et conduit en rétention pour le seul fait d’avoir été sans papier à un moment donné de sa vie). Est-ce lié au procès qui devait avoir lieu ? Il passera plusieurs semaines, enfermé dans le commissariat de Kofinou – sans pouvoir sortir – avant d’être transféré à Block 10. Ce statut de leader qu’il avait acquis avec le temps durant la précédente période de rétention, il ne le retrouvera pas après sa nouvelle arrestation. Au-delà du fait d’être enfermé une fois de plus, le fait de revenir dans un lieu avec une position sociale différente de celle qu’il avait quand il a quitté Block Ten au printemps 2011, explique sans doute les grandes difficultés psychologiques dans lesquelles se trouve Madjid à l’automne 2011.

Octobre 2012, cela fait plus d’un an qu’il est enfermé, et près de cinq années si on fait le cumul des périodes passées derrière les barreaux. Or « Lorsqu’il apparaît qu’il n’existe plus de perspective raisonnable d’éloignement pour des considérations d’ordre juridique ou autres (…) ne sont plus réunies, la rétention ne se justifie plus et la personne concernée est immédiatement remise en liberté ». Article 15 de la Directive 2008/115/CE du Parlement européen et du Conseil du 16 décembre 2008 relative aux normes et procédures communes applicables dans les États membres au retour des ressortissants de pays tiers en séjour irrégulier. Directive que l’État chypriote a transposée.

Aujourd’hui Chypre est présidente de l’Union européenne jusqu’en décembre 2012, et Majid Eazadi est toujours derrière les barreaux. Jusqu’à quand ?

Graphique des périodes d’enfermement: Parcours_enfermement_Eazadi

Crédits photographiques: Olivier Clochard

Communications de Terrferme au colloque « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche »

Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon participeront au colloque interdisciplinaire organisé par le laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, les 20-21 septembre 2012, et qui a pour thème « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche ? ».

Tristan Bruslé y fera une communication sur Loger pour exclure. Le labour camp, espace rouage d’un système de domination des migrants peu qualifiés dans le Golfe arabique (exemples au Qatar), dont voici le résumé:

Les millions de travailleurs migrants peu qualifiés établis temporairement dans les pays du Golfe sont pris dans un système de domination et d’exclusion à plusieurs échelles dont le logement forme la base spatiale. Le système du sponsorship, en encadrant l’importation de main-d’œuvre, constitue le cadre légal en dehors duquel aucun « travailleur invité » ne peut agir. Il représente la délégation par l’État au secteur privé du contrôle des mouvements des travailleurs. Dépendants entièrement de leur sponsor pour leur travail, la majeure partie des migrants peu qualifiés le sont aussi pour leur logement. Les zones industrielles, espaces de relégation situés loin des villes, regroupent à la fois des industries polluantes, des entrepôts, des ateliers mécaniques et les logements des migrants (labour camps). La stigmatisation spatiale dont elles souffrent et dont témoigne leur absence d’entretien, correspond à une politique de facto de mise à l’écart et de cantonnement des migrants peu qualifiés, loin  des espaces centraux. Elles symbolisent aussi la crainte des populations locales vis-à-vis de la catégorie « célibataire sud-asiatique », assimilée à une classe dangereuse. D’où la nécessité ressentie d’exclure les migrants, grâce au logement en particulier.

Les labour camps, un mode d’hébergement des travailleurs importé par les compagnies pétrolières américaines selon une logique de ségrégation raciale (Vitalis), sont ainsi la pierre angulaire de l’invisibilisation des travailleurs. Espaces à l’architecture hyperfonctionnelle où l’entassement le dispute à la rusticité, ils sont les lieux où les travailleurs passent la majorité de leur temps hors du travail. Espaces où la parole du migrant est peu entendue, ils sont un rouage d’un système de domination où les relations de pouvoir sont totalement asymétriques et les termes d’une possible négociation réduits à la portion congrue. Le dénuement des migrants dans la sphère publique est quasi-total et ressenti comme tel par les travailleurs d’autant plus que la domination par l’espace se fait non seulement des les zones industrielles mais aussi par la difficulté et/ou l’interdiction de fréquenter certains lieux, à certains moments. La position subalterne du sujet migrant lui est rappelée sur son lieu de vie et à chacun de ses déplacements.

La communication de Bénédicte Michalon portera sur L’espace au cœur des rapports de pouvoir entre institutions et enfermés dans les centres de rétention pour étrangers (L’exemple de la Roumanie). En voici le résumé:

La présente communication aborde le rôle de l’espace dans l’enfermement des étrangers dans les politiques de contrôle des migrations internationales, à partir du cas de la Roumanie. Quelle place tient donc l’espace dans les rapports de pouvoir dissymétriques qui sont établis entre l’institution enfermante ou ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés ? Il s’agit plus spécifiquement de montrer que le dispositif repose sur la combinaison de deux régimes spatiaux de contrôle et d’instrumentalisation, qui se déclinent à plusieurs échelles.

La rétention repose d’abord sur un contrôle de l’espace en lui-même. Celui-ci passe par un principe de séparation, qui se matérialise par l’enfermement dans des centres ad hoc, clôturés et soumis à des techniques et pratiques de surveillance poussées. Il se manifeste également dans l’architecture interne de ces centres, marquée par de multiples seuils. La rétention fonctionne en second lieu grâce à un contrôle des pratiques spatiales, ici faites de mobilité. A l’intérieur des centres, le contrôle des déplacements des retenus est un enjeu majeur : les centres de rétention sont les lieux d’une gestion rationnelle des mobilités et des stationnements. La vocation de la rétention est d’intervenir sur les trajectoires migratoires – par l’arrêt des étrangers en situation irrégulière et leur expulsion vers un pays tiers ou leur pays d’origine ; il y a là une autre modalité d’action sur les pratiques de l’espace. Le placement en rétention n’est enfin pas synonyme d’immobilisation définitive ; il s’accompagne en effets de déplacements organisés par l’institution, sur lesquels le retenu n’a pas de pouvoir décisionnel, à vocation procédurale ou punitive. La mobilité peut donc être un outil de contrôle aux mains du pouvoir.

La rétention des étrangers à Berlin

Retour de terrain par Mathilde Darley

Eléments de contexte

La gestion de la rétention est, en Allemagne, de la compétence des Länder (régions), ce qui signifie que les conditions et les formes de rétention varient fortement d’une région à l’autre. A cet égard, Berlin a la réputation d’être l’une des régions les plus « libérales » en matière d’enfermement des étrangers. C’est par ailleurs également l’un des quelques Länder disposant d’un bâtiment spécifiquement consacré à l’enfermement des étrangers en attente d’expulsion. De nombreux autres Länder allemands regroupent l’enfermement des étrangers en instance d’éloignement avec celui des détenus de droit commun, ce qui place la rétention dans le champ de compétences du ministère de la Justice (et non de l’Intérieur) et soumet les retenus à un règlement intérieur beaucoup plus strict, celui de l’institution carcérale (Strafvollzugsgesetz).

Le centre de rétention de Berlin a été installé en 1995 dans une ancienne prison est-allemande pour femmes située dans la banlieue de la ville, à proximité de points de baignade dans la Spree, à une heure environ du centre-ville en transports en commun. L’architecture du centre de rétention est donc fortement marquée par son ancienne vocation carcérale : il est entouré de hauts murs surmontés de barbelés et jalonnés de caméras de vidéo-surveillance. A l’entrée, un panneau signale qu’il s’agit d’un « centre de détention policier ». Il est situé sur une artère assez passante (desservie par le tramway) d’une zone résidentielle, entre un supermarché discount et une série de petites « datchas » entourées d’un jardin (« Schrebergärten », où les Berlinois aiment passer le week-end aux beaux jours).

La capacité totale d’accueil du lieu avait été une première fois réduite au moment de la rénovation des bâtiments, au tournant des années 1990. Officiellement, le centre peut aujourd’hui héberger 214 retenus. Cependant, au cours des dernières années, leur nombre a rarement excédé la centaine – il a même généralement oscillé, au cours de l’année 2010, entre cinquante et soixante-dix et n’a que rarement dépassé quarante retenus en 2011. En 2009, 611 expulsions ont été organisées depuis Berlin, soit deux fois moins qu’en 2005. Ce recul des mesures d’éloignement est généralement attribué à l’adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à l’UE (la Roumanie était jusqu’à 2007 l’une des principales destinations des vols d’expulsion), à la création d’une « zone-tampon » pour l’arrestation de migrants en situation irrégulière (zone constituée des Etats est-européens) ainsi qu’à la politique particulière suivie en la matière par le Land de Berlin, où le placement en rétention des étrangers en situation irrégulière n’est pas systématique (ce qui explique les faibles effectifs de retenus).

Le Land de Berlin a défini ainsi l’objectif de la rétention : « Wohnen minus Freiheit », c’est-à-dire « Habiter, la liberté en moins », ce qui se traduit par la garantie de droits supplémentaires aux retenus (par rapport aux autres Länder) tels que circuler librement au sein de chaque étage du centre de rétention, conserver son téléphone portable et pouvoir en faire usage, être autorisé à fumer dans l’espace de la rétention, être autorisé à recevoir des visites quotidiennement de 7h à 19h (en principe limitées à 1h par jour et par personne mais cette limitation n’est mise en œuvre qu’en cas de forte affluence dans la salle des visites), etc.

Malgré ces conditions relativement libérales en regard d’autres dispositifs de rétention des étrangers, la Commission pour la prévention de la torture (Länderkommission zur Verhütung von Folter) a récemment déploré l’architecture carcérale des lieux, le caractère spartiate de l’aménagement des cellules et des installations sanitaires, et les insuffisances en matière d’activités de loisirs ainsi que d’accompagnement médical et psychologique des retenus (voir l’article).

La durée moyenne de rétention à Berlin est extrêmement variable. Elle est estimée par les acteurs associatifs et policiers à 33 jours mais certains retenus sont enfermés depuis plus de trois mois (en particulier les retenus d’origine vietnamienne, qui doivent souvent attendre plusieurs semaines que leur ambassade les reconnaisse comme ressortissants vietnamiens), tandis que d’autres ne restent que quelques jours.

Architecture et quotidien en rétention

Le centre de rétention comprend trois bâtiments : le premier accueille, au sous-sol, le bureau des acteurs religieux intervenant en rétention (cf. plus bas) ainsi que ceux où ont lieu les entretiens des retenus demandeurs d’asile avec les représentants de l’Office national pour les migrations et les réfugiés (Bundesamt für Migration und Flüchtlinge). Le rez-de-chaussée est occupé par les bureaux des policiers affectés à l’accueil et au transport des retenus, ainsi que par le service médical et les bureaux de l’Office des étrangers (Ausländerbehörde) chargé d’organiser l’expulsion. Les étages supérieurs (au nombre de trois) sont découpés en cellules et hébergent les retenus hommes.

Le deuxième bâtiment est occupé, au sous-sol, par les cellules d’isolement, réservées notamment aux retenus posant des problèmes de discipline (tentatives d’évasion, refus d’embarquer à bord du vol d’expulsion, rixes avec des co-retenus, etc.). Lorsqu’une cellule d’isolement est occupée, un policier au moins est affecté en permanence à la surveillance du retenu isolé. Le sous-sol accueille également la « salle de prière », où a lieu tous les vendredis un office œcuménique (célébré alternativement par un prêtre catholique ou un/une pasteur(e) protestant(e)). Le dernier étage du deuxième bâtiment est occupé pour moitié par les cellules des femmes retenues et pour moitié par les cellules réservées aux familles. Les deux autres étages sont inoccupés.

Enfin, le troisième bâtiment accueille, outre le parloir pour les visites au rez-de-chaussée, les bureaux de l’administration policière (direction, salle de réunion, bureaux des travailleurs sociaux et du psychologue, etc.).


Agrandir le plan

Chaque étage dédié à l’enfermement des retenu(e)s est divisé en deux parties entre lesquelles se trouve un grand palier abritant le bureau des policiers de garde. Les demi-étages, clos par une grille, s’articulent autour d’un couloir central donnant de part et d’autre sur les cellules, la cuisine et les sanitaires. Chaque demi-étage, au sein duquel les retenus sont le plus souvent regroupés par origine géographique, comprend en général quatre grandes cellules (contentant trois à quatre lits superposés chacune), une petite cellule individuelle et une cuisine. Les toilettes sont dans une pièce attenante à la cellule, les douches sont à l’étage (une par étage). Le mobilier (tables, bancs, lits superposés) est inamovible, fixé au sol. A l’origine, une rangée de barreaux avait été installée à l’intérieur, devant les fenêtres, empêchant notamment leur ouverture. Ces barreaux intérieurs ont été supprimés par un précédent directeur du centre, ne restent donc « que » les barreaux extérieurs aux fenêtres et les fenêtres peuvent ainsi être entrouvertes. Les retenus qui en font la demande peuvent, si cette demande est appuyée par les travailleurs sociaux policiers du centre, être transférés dans une cellule individuelle. Ce transfert est en général motivé par des considérations relatives au psychisme du retenu (tendances suicidaires par exemple).

Le bureau des policiers, de petite taille, accueille généralement trois à quatre policiers par étage, réunis autour de deux tables. Au mur, un tableau fait état de l’occupation des cellules au moyen de petites étiquettes de couleur mentionnant le numéro des détenus. Les policiers de garde se trouvent quasiment en permanence dans leur bureau. Ils ne sortent sur le palier que si l’un des retenus les interpelle (par l’interjection « Meister ! ») à l’une des deux grilles séparant le demi-étage du palier. Les policiers ne pénètrent qu’exceptionnellement dans l’espace des cellules – par exemple à l’occasion des fouilles qui peuvent faire suite à la disparition d’un objet ou à un trouble survenu dans l’ordre interne du centre. Les étages ne sont pas équipés de dispositifs de vidéo-surveillance, de sorte que la surveillance n’est que partielle, limitée aux coups d’œil jetés par les policiers au couloir des étages, aperçu depuis le palier à travers les grilles.

Un plat chaud est distribué aux retenus le midi, du pain et du fromage leur sont mis à disposition pour le repas du soir. La plupart des retenus préfèrent cependant utiliser la cuisine et cuisiner pour eux-mêmes et leurs co-retenus. Pour ce faire, ils peuvent effectuer des achats au « chariot » qui passe quotidiennement dans les étages (et qui assure également la commercialisation de cigarettes par exemple) ou bien se faire apporter des denrées alimentaires lors des visites au parloir (conformément au règlement, qui interdit notamment la viande, le poisson ou les œufs crus, les emballages en verre ou en métal, etc.).

Les retenus ont droit à une heure (parfois deux) de promenade (Freistunde) quotidienne. L’ordre de passage des étages et l’heure de la promenade sont fixés par les policiers. Parmi les autres activités de loisirs proposées figurent notamment l’emprunt de documents à la bibliothèque et la participation à des cours de dessin ou de sport.  Les retenus qui le souhaitent peuvent également recevoir la visite d’un imam, d’un prêtre catholique ou d’un pasteur protestant et assister aux offices œcuméniques célébrés le vendredi. Ces offices, célébrés alternativement par le pasteur ou le prêtre, sont d’ailleurs très fréquentés par les retenus, indépendamment de leur confession religieuse : ils leur fournissent en effet l’occasion de sortir de l’espace des cellules et de rencontrer les retenues femmes.

Les acteurs de la rétention

Le corps policier se divise, en rétention, entre policiers chargés de la garde des retenus aux étages et policiers chargés des escortes, stationnés au rez-de-chaussée. L’équipe policière du centre comprend également, outre un directeur et un directeur adjoint, un psychologue et deux travailleurs sociaux. Enfin, un médecin policier est également présent  quotidiennement dans le centre et une équipe d’infirmiers y assure une permanence jour et nuit. Au total, ce sont 192 policiers qui sont employés au sein du centre de rétention, pour une quarantaine de retenus environ. L’importance du personnel policier explique, en partie au moins, le coût élevé du dispositif rétentionnaire – coût qui incombe, à Berlin, au retenu lui-même : chaque jour passé en rétention est facturé 65,26 euros au retenu. Si ce dernier dispose de quelques économies lors de son placement en rétention, le coût de son séjour est directement prélevé sur ses économies. S’il n’est pas en mesure de régler ses « frais de séjour » dans le centre, il contracte une dette à l’égard de la région de Berlin et doit s’en acquitter avant de pouvoir à nouveau déposer, ultérieurement, une demande de titre de séjour sur le territoire allemand.

Les seuls acteurs associatifs autorisés à se rendre dans les cellules sont les acteurs religieux : un pasteur, une pasteure (chargée de l’accompagnement des femmes retenues), un prêtre, une sœur, un imam et, depuis peu, un rabbin. Ils sont présents plusieurs fois par semaine et assurent, outre l’accompagnement religieux des retenus, le « démêlage » des fils de leur parcours migratoire et/ou juridique afin de les orienter, si nécessaire, vers un avocat ou une association d’aide aux migrants. Les acteurs religieux jouent également fréquemment le rôle d’intermédiaires ou de relais entre les retenus, avec lesquels ils ont un contact quasi quotidien, et les travailleurs sociaux policiers du centre.

Une fois par semaine, une permanence gratuite est assurée au parloir par un collectif d’avocats bénévoles. Chaque retenu n’a cependant le droit de faire appel à cette consultation (d’une durée d’un quart d’heure environ) qu’une fois au cours de son séjour en rétention. Les consultations ultérieures sont payantes. Pour les retenus dont ils estiment qu’ils ont besoin d’être assistés par un avocat mais qui n’ont pas les moyens d’en régler les honoraires, les acteurs œcuméniques tentent d’organiser une prise en charge des frais d’avocat par l’Eglise.

* * *

L’observation du centre de rétention de Berlin soulève différents questionnements relatifs à la privation de liberté pour les étrangers en situation irrégulière. Le fait que,  en Allemagne, la rétention puisse, selon les Länder, être du ressort du ministère de la Justice (et donc rattachée à l’institution pénitentiaire) ou de celui de l’Intérieur (et alors administrée par l’autorité policière) invite à s’interroger sur les conséquences de ces deux alternatives sur le fonctionnement des dispositifs d’enfermement et sur le vécu des enfermés. Le cas particulier de Berlin, où le personnel policier est près de cinq fois supérieur au nombre des retenus (et où le coût de la rétention doit en outre être pris en charge par le retenu lui-même) questionne par ailleurs le rôle que revêtent de tels dispositifs, lourds et coûteux, dans la politique de contrôle migratoire. Enfin, le fait que les religieux soient les seuls acteurs non policiers autorisés à pénétrer l’univers rétentionnaire pose la question de l’ouverture très relative du lieu au contrôle de la société civile.

Colloque au Centre Marc Bloch de Berlin

Le colloque « Pratiques, Acteurs et Espaces de l’Enfermement : Circulations et Transferts » aura lieu au Centre Marc Bloch de Berlin du 1e au 3 décembre 2011.

Il est organisé par le Centre Marc Bloch de Berlin (Centre franco-allemand de recherche en sciences sociales), le programme de recherche TerrFerme, la section de sociologie du droit de l’Association allemande de sociologie et le Centre de recherches interdisciplinaires sur l’Allemagne de Paris (UMR 8131 EHESS-CNRS).

Cette rencontre scientifique s’inscrit dans ce mouvement amorcé de désenclavement de l’analyse des lieux d’enfermement, tout en visant plus spécifiquement la mise en perspective de la prison, de l’enfermement des étrangers (rétention) et de l’hôpital psychiatrique. Il nous semble en effet que ces lieux ont connu dans le passé et connaissent à nouveau aujourd’hui des évolutions qui, sans remettre en cause leurs objectifs particuliers, rendent pertinent leur rapprochement analytique. Le colloque visera notamment à interroger les pratiques, les acteurs et les espaces de l’enfermement sous l’angle de leurs éventuels transferts ou circulations d’une institution fermée à l’autre : il s’agira alors de mettre en lumière les éventuels effets de ces circulations sur les différentes institutions elles-mêmes, sur leurs agents (enfermants et enfermés, mais aussi acteurs extérieurs), sur leurs structures organisationnelles et spatiales, mais aussi sur la construction de leur image publique.

Le programme est accessible ici : Programme_Berlin_2011

Comité scientifique :

Le colloque est soutenu financièrement par l’Université franco-allemande.

Crédits photographiques: Centre Marc Bloch