Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte

L’équipe TerrFerme est invitée à présenter ses recherches dans le cadre du groupe de travail « Traitements et contraintes » mis en place à la rentrée universitaire 2012 par une équipe de jeunes chercheurs de l’EHESS. Ce groupe de travail entend prolonger les réflexions développées dans le cadre du colloque Traitements et contraintes : approches empiriques des dispositifs institutionnels qui s’était tenu à Paris les 13 et 14 juin 2012.

La première séance du groupe de travail aura lieu le 21 novembre 2012 et sera  consacrée au thème « Approcher les institutions : le chercheur face à la contrainte ». Elle fournira l’occasion à Mathilde Darley de revenir sur la méthodologie déployée pour enquêter sur les différents lieux d’enfermement étudiés dans le cadre du projet de recherche. La présentation s’appuiera sur l’article collectif rédigé au printemps 2012 par les membres de TerrFerme et intitulé « Les lieux d’enfermement : méthodologie de la contrainte » : celui-ci s’attache à analyser une expérience collective d’enquêtes ethnographiques réalisées dans trois types de lieux de confinement (prisons, centres de rétention pour étrangers, logements fermés pour main-d’œuvre étrangère), soit dans des contextes marqués par une clôture plus ou moins prégnante et un fort contrôle institutionnel.

Il s’agit d’abord de s’interroger sur la démarche adoptée pour accéder à ces lieux a priori fermés à l’enquêteur, sur les contraintes rencontrées et les formes d’adaptation élaborées pour y répondre. L’article revient ensuite sur la pérennisation du dispositif d’enquête : une fois à l’intérieur des murs, le chercheur reste en effet tributaire de la fermeture et des rapports de pouvoir inhérents à ces espaces. Au final, il apparaît que la contrainte qui pèse sur ceux qui sont enfermés (détenus, étrangers en attente d’expulsion, travailleurs migrants) s’exerce aussi en permanence sur le chercheur. Les lieux de confinement sont marqués par des rapports de pouvoir dissymétriques dont l’enquêteur ne peut s’extraire. La complexité de l’entreprise ethnographique réside alors dans la capacité à saisir le caractère mouvant, fluctuant de ces rapports de pouvoir, perpétuellement recomposés.

 

Le programme Terrferme est prolongé d’une année

Le programme Terrferme vient d’obtenir un financement du Conseil régional d’Aquitaine (réf. : 2010407003). Venant compléter celui de l’ANR, ce financement va permettre à l’équipe de prolonger son projet de recherche d’une année (jusque fin 2012). Il donnera ainsi davantage d’ampleur aux travaux en cours en permettant en premier lieu d’effectuer plus de missions de recueil de données empiriques, en second lieu d’organiser ou de participer à davantage de manifestations scientifiques faisant ainsi connaître les recherches entreprises. Enfin ce financement va permettre à Olivier Clochard de mener une recherche postdoctorale sur le thème « Les passagers clandestins maritimes dans les ports du sud-ouest européen ».

Les terrains sur lesquels travaillent les membres de Terrferme nécessitent un investissement sur place aussi durable que possible. Nos enquêtes requièrent des collaborations avec des ONG locales. La sensibilité des thématiques que nous abordons avec nos interlocuteurs rendent indispensables l’établissement de liens de confiance, lesquels ne peuvent se faire que dans la durée. Enfin, une partie de nos enquêtes est soumise à l’obtention d’autorisations par les administrations compétentes, ce qui, à nouveau, nous impose de longs délais.

Pour toutes ces raisons l’équipe Terrferme est très heureuse de prolonger son projet !

La thèse d’Olivier Milhaud sur les prisons françaises est en ligne

Soutenance_OlivierLa thèse d’Olivier Milhaud, soutenue le 30 novembre 2009, est accessible sur le serveur de thèse TEL :

Milhaud Olivier, 2009, Séparer et punir. Les prisons françaises : mise à distance et punition par l’espace, Thèse de doctorat de géographie sous la direction de Guy Di Méo, Bordeaux/Pessac, Université Bordeaux 3 Michel de Montaigne/Laboratoire ADES CNRS, 50 ill., biblio., 368 p.

Passionnante lecture!

Compte-rendu du séminaire sur la méthodologie de l’enquête

Voici un compte-rendu du séminaire TerrFerme du 21 septembre 2009 « Comment enquêter dans les lieux d’enfermement » avec Michel Agier (EHESS), Cédric de Torcy (CGLPL), Mathilde Darley (CESDIP / CNRS).

Définir les lieux d’enfermement

Dans la démarche de retranscrire la « France captive » qui est celle du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), Cédric de Torcy souligne que la loi du 30 octobre 2007 laisse une grande souplesse dans la définition de ce qu’est un lieu d’enfermement où des personnes sont maintenues sur décision administrative et/ou judiciaire ; en conséquence, des véhicules servant aux transferts de détenus ou d’étrangers en instance d’expulsion sont considérés comme des espaces de confinement par le CGLPL. Dans ce processus, il y a l’idée de définir l’enfermement autant par la localisation que par le statut institutionnel ou par d’autres critères déjà existants ou à définir ; l’enfermement peut donc être présent dans des lieux inattendus. Enfin, à partir du terme d’encampement que Michel Agier emprunte à Barbara Harrell-Bond, une typologie des lieux de mise à l’écart est proposée : les camps de réfugiés (la mise en camp est vue comme la quatrième solution du HCR aux situations des réfugiés dans le monde; officiellement le HCR propose trois solutions : l’intégration dans le premier pays d’accueil, la réinstallation dans un pays tiers et le retour dans le pays d’origine une fois la crise terminée) , les lieux de confinement (centre de rétention administrative, zones d’attente…), les camps de déplacés et les camps informels.

Interactions sociales et territoriales

Paradoxalement, il convient aussi de montrer les possibles attachements des individus à ces espaces ; Michel Agier cite à ce propos les travaux d’Appadurai qui rappelle que tout lieu est nécessairement symboliquement produit. Par exemple, chez celles et ceux qui sont déplacé(e)s, la localisation s’accompagne de resocialisation – sans cette dimension, le déplacement serait en effet un exil sans fin. Et Michel Agier souligne l’importance de faire une typologie générale de ces « milieux en tension » dans une seule nébuleuse – qui aurait plus ou moins d’intensité – afin de mettre en évidence ce qui relève de l’accueil ou au contraire de l’enfermement. Le « vide » qui existe autour de ces espaces définit en partie le « plein » des camps, dans le sens où les personnes sont considérées comme « légales » – par les autorités qui gèrent ces lieux – uniquement à l’intérieur de ces lieux.

Enfin ces espaces sont disharmoniques sur le plan des structures et de la représentation que nous en avons ; c’est-à-dire qu’il existe des divergences entre l’organisation du monde et les aspects de l’organisation de ces lieux à l’échelle locale.

Carnets de terrain

Les lieux d’enfermement sont souvent considérés comme des terrains hybrides, troubles, compliqués à comprendre : ils sont alors largement abordés par le biais de la méthode ethnographique. La question émotionnelle y est prégnante et a été évoquée par deux des intervenants. Michel de Torcy dit à ce propos : « l’émotion, il ne faut pas qu’elle nous submerge mais je tiens à la garder » ; et Mathilde Darley rappelle qu’il ne faut pas « se concentrer sur les acteurs qui drainent le plus de pathos ». Les émotions font toutefois partie de la production de la recherche, et ces « troubles » se révèlent plus saillants dans les enquêtes relatives aux lieux d’enfermement. Pour autant, ils ne sont pas spécifiques à ces terrains. En conséquence, il semble intéressant, plutôt que d’appréhender ces terrains comme intrinsèquement spécifiques et de risquer ainsi de les réifier comme « terrains difficiles », de les rapprocher de terrains plus consensuels mais où s’offrent également à l’observation des formes d’interaction entre populations contrôlées et agents (étatiques ou non) du contrôle (voir par exemple les travaux de Vincent Dubois, en particulier La vie au guichet).

Au-delà de la question de la « débrouillardise », point évoqué à plusieurs reprises et qui est un élément à ne pas négliger dans ces processus d’enquête, Mathilde Darley souligne qu’elle ne prend jamais de notes durant les entretiens avec les migrants, pour ne pas interrompre la fluidité des propos ; et durant les observations ethnographiques auprès des acteurs du contrôle, elle retranscrit sur papier uniquement les informations données « officiellement » et non celles évoquées sur le mode du « off ». Dans certains lieux d’enfermement, parfois, il ne se passe pas grand-chose, et c’est peut-être cela l’important ; dans ce sens, ce qui intrigue, c’est ce rapport au temps (le temps de soi, le quotidien…). Maintenir les contacts avec les personnes maintenues (même une fois libre) est une contrepartie importante dans l’enquête. Il est aussi important de ne pas reproduire les conditions d’un des multiples interrogatoires subis par les retenus ou les détenus ; en définitive les enquêteurs peuvent également être pris dans des interactions, et se pose toujours la question de « la bonne distance » évoquée par les intervenants.

Depuis la nomination du contrôleur général des lieux de privation de liberté, des prisons, des centres et locaux de rétention administrative, des hôpitaux psychiatriques ont été visités et font l’objet de rapports non publiés à l’exception d’extraits dans le rapport annuel. Pour chaque visite, un rapport de constat (sans aucun commentaire) est tout d’abord effectué et envoyé aux autorités du lieu visité ; puis le rapport est accompagné de préconisations qui sont adressées aux ministres compétents. « Nous essayons de tout voir » dit Cédric de Torcy, « nous nous attachons à voir un grand nombre de personnes maintenues (notamment les indigents, celles et ceux qui ne sortent jamais de leur cellule, etc.). Nous devons prendre le temps, perdre notre temps ; ce qui explique qu’aujourd’hui, certaines visites se déroulent durant toute une semaine ». Enfin, Cédric de Torcy souligne le déséquilibre qui existe aujourd’hui entre la sécurité et le respect de la personne, la première l’emportant toujours sur la seconde. Il rappelle notamment l’exemple du soutien-gorge évoqué dans le Rapport annuel du Contrôleur général des lieux de privations de liberté 2008.

Méthodologie de l’enquête et lieux d’enfermement

trou_maille2Le séminaire du 21 septembre auquel vous invite TerrFerme (voir programme ci-dessous) a pour objectif de réfléchir aux méthodes de l’enquête dans les lieux d’enfermement à partir d’une question simple : comment, concrètement, le chercheur peut-il y mener son enquête ? Les particularités de ces lieux engendrent-elles des spécificités dans le travail d’enquête du chercheur ? On peut en effet partir de l’idée que la clôture physique des lieux et leur contrôle strict par des administrations ad hoc constituent des obstacles à surmonter qui vont orienter les manières de mener des investigations scientifiques.

Se pose d’emblée la question de l’accès à ce type de lieu et donc de l’accès aux informations indispensables à l’enquête. Se pose aussi la question de l’entrée sur ce terrain : par où, par qui et comment entreprendre le recueil des données empiriques ? Faut-il nécessairement enquêter à l’intérieur même des lieux clos pour réfléchir sur l’enfermement ?

Une fois à l’intérieur, quelles sont les méthodes et techniques les plus appropriées (par ex. entretien et niveau de sa structuration, observation et ses lieux de conduite…) ? Comment les adapter aux contraintes de contrôle des espaces et des personnes qui les fréquentent ? Comment les adapter, aussi, aux préoccupations de ceux qui vivent l’enfermement, bien différentes de celle de l’enquêteur ? Les temporalités de l’enquête doivent-elles également être aménagées ?

Par la suite, que faire de toutes ces contraintes dans le traitement des données ? Comment analyser des données qui ont été recueillies dans des circonstances de contrôle variables ? Par exemple, les informations recueillies à l’intérieur et celles recueillies à l’extérieur ont-elles le même statut ?

Est-ce que les modalités de l’enquête peuvent être les mêmes pour tous les lieux d’enfermement retenus dans le cadre de ce programme, ou les différences de vocation et de fonctionnement qui peuvent être repérées entre prisons, centres de rétention administrative et de demandeurs d’asile, et logements contraints des travailleurs entraînent-elles nécessairement des variations dans les manières de mener les investigations ? Peut-on s’armer d’un viatique méthodologique commun pour aborder tous ces lieux ?

C’est finalement la singularité même de l’enquête scientifique dans les lieux d’enfermement qui est à interroger, en matière de positionnement du chercheur, en matière de méthodes et techniques de recueil des données, en matière de traitement de ces informations.

Crédits photographiques : Pulpolux !!!, Licence CC

Comment enquêter dans les lieux d’enfermement ?

TerrFerme vous invite le 21 septembre 2009 à son séminaire sur le thème « Comment enquêter dans les lieux d’enfermement? ».

Programme :

13h30 -14h45 Michel AGIER (Anthropologue, EHESS, Centre d’Etudes Africaines, Paris)

Place et déplacements de l’ethnologue, dans les camps et dans le dispositif humanitaire

14h45 -16h Cédric DE TORCY (Contrôleur général des lieux de privation de liberté)

Le Contrôleur général des lieux de privation de liberté : une approche globale

16h – 16h15 Pause

16h15 -17h30 Mathilde DARLEY (Politologue, CNRS, Cesdip, Guyancourt)

Enquêter dans les lieux d’enfermement pour étrangers : questionnements méthodologiques

17h30 -18h Discussions et conclusion

Lieu : Maison des Suds (salle des stages), 12 Esplanade des Antilles, 33600 PESSAC

Contact :

Bénédicte Michalon