Habiter l’enfermement?

camp Malte c schmoll dec 2013_2Le Festival International de Géographie 2014 de Saint-Dié-des-Vosges s’intéresse à l’enfermement. La question de l’habiter, thématique centrale du festival cette année, sera relue par les lieux d’enfermement : est-il possible d’habiter un espace lorsque l’on est placé dans un rapport de force dissymétrique et limité géographiquement par une clôture ? A travers différents cas d’étude (France, Malte, Roumanie, Italie), les conférences s’attacheront à montrer comment l’habiter se décline dans des contextes de contraintes spatiales, corporelles et policières : la prison, le centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire, le centre pour demandeurs d’asile, et, par le biais d’un film documentaire, le Goulag.

Samedi 4 octobre, Conf 10 h 15 à 11 h. Lycée Jules-Ferry, amphithéâtre
Conférence «9m² pour deux. Habiter une prison» par Olivier Milhaud, Université de Paris Sorbonne.

L’objectif de cette conférence sur la thématique annuelle est d’explorer les dimensions de l’habiter dans une situation d’enfermement, c’est-à-dire de réduction d’espace, de contraintes spatiales, et de logement non choisi. A partir d’un travail empirique dans plusieurs maisons d’arrêt françaises (matériau accumulé lors d’une thèse de doctorat soutenue en 2009), on montrera dans quelles conditions sont appropriées les cellules (nettoyage pour en faire un espace propre à soi, partage de l’espace avec le codétenu, conflits récurrents pour la télé ou la propreté), occupés les espaces communs (articuler emploi du temps et emploi des lieux pour fréquenter ou au contraire fuir les parloirs, les promenades, les ateliers) et opérées les circulations d’un lieu à l’autre entre quatre murs (passer du temps hors de cellule permet d’accéder à des ressources cruciales en situation d’enfermement, à condition d’attendre entre les grilles et de savoir négocier des marges de manœuvre). La conférence sera autant une plongée dans l’univers carcéral français qu’une réflexion sur l’habiter en termes de territorialités, de micro-échelles et de violence.

Samedi 4 octobre, Conf 14 h 15 à 15 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter et cohabiter en prison : de la cellule à l’extérieur», par Lucie Bony, Université Paris Val de Seine, et Lionel Bolmont, docteur en philosophie, ex détenu.

Cette conférence propose une analyse des déterminants de l’habiter carcéral. Celui-ci sera appréhendé à trois échelles (la cellule, les espaces de circulation et d’activité, l’extérieur de la prison). A partir de données recueillies par entretien et par observation dans une maison d’arrêt de région parisienne en 2011, il s’agit de montrer que l’habiter carcéral est une construction sociale. Au-delà de la contrainte exercée par le cadre architectural et règlementaire du contexte carcéral, les manières d’habiter et de cohabiter en prison varient en effet selon les caractéristiques sociales des détenus, leurs réseaux relationnel en détention et à l’extérieur, la position de l’incarcération dans leur cycle de vie et leurs expériences résidentielles passées. Cette conférence s’attache finalement à montrer que l’habiter carcéral relève des mêmes logiques sociales et spatiales que l’habiter dans d’autres contextes résidentiels mais que celles-ci y sont exacerbées.

Samedi 4 octobre, Conf 17 h 15 à 18 h 30, KAFÉ/MPES
Conférence-débat «Habiter des espaces contraints : l’enfermement des étrangers aux marges de l’Europe», avec Bénédicte Michalon, CNRS, UMR ADESS, Camille Schmoll, Université de Paris 7 Denis Diderot, et Nathalie Bernardie-Tahir, Université de Limoges.

Cette conférence portera sur l’habiter dans des espaces contraints, et plus précisément en centre pour demandeurs d’asile et en centre de rétention pour étrangers en attente d’éloignement du territoire. A partir d’enquêtes menées dans trois pays situés aux marges de l’Europe (Malte, Roumanie, Italie), il s’agira de discuter l’idée selon laquelle l’appropriation de l’espace est possible dans les lieux d’enfermement, mais toujours soumise au contrôle. L’habiter y est temporaire, bricolé, précaire. En effet, les lieux d’enfermement font l’objet de micropolitiques destinées à contrôler en permanence ce qui se déroule en leur sein et à empêcher, ou tout du moins à limiter fortement l’appropriation des espaces par ceux qui sont enfermés. Si ces micropolitiques concernent toutes celles et ceux qui sont placés en un établissement donné à un moment donné, le vécu de l’enfermement n’est pas le même pour tout le monde. L’habiter contraint connait des variations en fonction de lignes de catégorisation ethniques, de genre, de statuts juridiques, etc. En dépit du fort contrôle auquel les lieux de confinement sont soumis, des marges de manœuvre existent qui permettent aux étrangers de se ménager une parcelle d’intimité, afin de se préserver de l’institution. L’habiter « enfermé » se déploie notamment dans un dépassement de la clôture et dans une dialectique isolement/relations à l’extérieur. Au final, c’est toute la charge politique de cet habiter qui émerge : il contribue à transformer l’étranger, le migrant, en « enfermé » soumis à la puissance publique.

Samedi 4 octobre, Ciné 16 h, Espace Georges-Sadoul, salle Excelsior
Projection du film «Solovki : la bibliothèque disparue». Séance unique en présence de l’écrivain Olivier Rolin.
Un film de Élisabeth Kapnist, Olivier Rolin. 2014 – France – 54 minutes – HD.

Le camp des îles Solovki, au milieu de la Mer Blanche, fut le laboratoire d’où sortit « L’Archipel du Goulag ». Intellectuels, artistes, membres de l’ancienne aristocratie, les déportés firent que ce lieu d’esclavage et de mort fut aussi paradoxalement un lieu de culture.
Ce film, –voyage à travers les paysages, l’histoire et la littérature russes– est une enquête menée par l’écrivain Olivier Rolin sur le destin de la bibliothèque du camp qui compta jusqu’à 30 000 volumes.

Le programme du FIG 2014 est accessible sur : http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/images/programme.pdf

Crédits photographiques : Camille Schmoll, centre de demandeurs d’asile Hal Far à Malte, décembre 2013.

 

Parution : Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention

Ashgate_LogoBénédicte Michalon et Olivier Milhaud viennent de contribuer à l’ouvrage Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, coordonné par Dominique Moran, Nick Gill et Deirdre Colon et publié chez Ashgate. Cet ouvrage marque l’essor très récent d’une géographie des lieux de privation de liberté, et questionne plus spécifiquement l’emprisonnement et le placement d’étrangers en rétention administrative à partir de la mise à l’écart, des actions et des mobilités provoquées par l’enfermement.

A partir du cas roumain, l’article de Bénédicte Michalon éclaire la manière dont les mobilités participent des relations de pouvoir qui caractérisent le dispositif de rétention, en analysant tant la gestion des déplacements internes aux centres que les mobilités externes induites par le placement dans ces lieux de privation de liberté (« Mobility and Power in Detention : The Management of Internal Movement and Governmental Mobility in Romania », pp.37-55).

Olivier Milhaud a co-écrit, avec Dominique Moran, la contribution intitulée « Penal Space and Privacy in French and Russian Prisons » (pp.167-182). Ils y questionnent, à partir d’une comparaison franco-russe, les répercussions de l’organisation spatiale des lieux d’incarcération sur la capacité d’action des détenus, et plus particulièrement sur ce qui relève de leur intimité.

Quatrième de couverture : This book draws together the work of a new community of scholars with a growing interest in carceral geography: the geographical study of practices of imprisonment and detention. It combines work by geographers on ‘mainstream’ penal establishments where people are incarcerated by the prevailing legal system, with geographers’ recent work on migrant detention centres, where irregular migrants and ‘refused’ asylum seekers are detained, ostensibly pending decisions on admittance or repatriation. Working in these contexts, the book’s contributors investigate the geographical location and spatialities of institutions, the nature of spaces of incarceration and detention and experiences inside them, governmentality and prisoner agency, cultural geographies of penal spaces, and mobility in the carceral context. In dialogue with emergent and topical agendas in geography around mobility, space and agency, and in relation to international policy challenges such as the (dis)functionality of imprisonment and the search for alternatives to detention, this book presents a timely addition to emergent interdisciplinary scholarship that will prompt dialogue among those working in geography, criminology and prison sociology (http://www.ashgate.com/isbn/9781409442684).

Dominique Moran, Nick Gill, Deirdre Colon (Ed.), Carceral Spaces. Mobility and Agency in Imprisonment and Migrant Detention, Farnham, Ashgate, avril 2013, 250 p.

Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie

Bénédicte Michalon est invitée à présenter ses recherches dans le cadre des journées « Et l’immobilité dans la circulation ? ». Organisées par l’UMR Migrinter et l’axe Mobilités, Identités et Territoires du Collège International des Sciences du Territoire, elles auront lieu à Migrinter les 19 et 20 novembre 2012.

Ces journées ont pour objectif de revenir sur les articulations entre mobilité et immobilité : voici ce qu’en dit le texte de présentation.

« Depuis les années 1980, plusieurs avancées conceptuelles en sciences sociales francophones ont permis de mieux décrire les caractéristiques sociales, spatiales et temporelles de la circulation des individus et des groupes sociaux. D’un point de vue social, des recherches ont rattaché la circulation des individus à des logiques familiales, à l’instar de la notion de système résidentiel familial. D’un point de vue spatial, démographes et géographes ont souligné à travers les notions d’«espace de vie », de «multilocalité» ou d’«habiter polytopique», les limites d’une approche de la mobilité spatiale définie par un lieu de résidence unique. Enfin, les approches biographiques de la mobilité ont mis au jour, pour de nombreux individus, des successions de périodes d’immobilités et de mobilités.

Les multiples approches de la circulation montrent que «mobiles» et «immobiles» sont bien loin de constituer des catégories cloisonnées. D’une part, des individus peuvent passer d’un état à l’autre à différentes périodes de leur existence. D’autre part, les immobiles prennent autant part à la circulation que les mobiles. La circulation des uns serait alors un moyen d’assurer le maintien des autres en un lieu et, réciproquement, un lieu d’ancrage solide permettrait de pérenniser une pratique de circulation.

L’objectif de ces journées est de réunir des chercheurs travaillant sur des terrains variés (au Nord comme au Sud) et intéressés par les questions suivantes :

  • A quel(s) groupe(s) sociaux (familiaux, communautaires, diasporiques, professionnels etc.) rattacher la circulation ?
  • Comment «circulation» et «immobilité» se négocient, se partagent, s’organisent entre les membres d’un groupe ?
  • Comment la circulation conditionne ou menace la cohésion des groupes ?
  • Comment la circulation évolue-­t-­elle, plus globalement, en fonction des mutations économiques, sociales et politiques ?

Il s’agit de remettre à l’ordre du jour ces questionnements déjà anciens afin d’ouvrir des dialogues entre disciplines, champs thématiques (migrations internationales, mobilités résidentielles, mobilités professionnelles, sociologie et démographie de la famille) et spécialistes de différentes régions du globe. L’étude des «mobiles» est privilégiée dans la plupart des travaux. L’objectif de ces journées consiste à mieux comprendre le(s) rôle(s) spécifique(s) des «immobiles» afin de mieux interroger les rapports entre mobilité et immobilité.

La communication de Bénédicte Michalon, intitulée, « Enfermer pour faire circuler, faire circuler pour enfermer. Les centres de rétention pour étrangers en Roumanie », s’inscrira dans un atelier sur l’immobilité forcée (en prison, établissement pour mineurs, centre de rétention s) et ses liens à la mobilité. A partir de ses recherches menées en Roumanie sur le dispositif de rétention administrative des étrangers, sa communication cherchera à creuser les imbrications de l’immobilité et de la mobilité qui caractérisent ces lieux de privation de liberté, car ceux-ci ont pour vocation première d’interférer sur les circulations, de les cadrer spatialement et socialement, voire de les interrompre. En ce sens, la rétention consiste en une assignation à l’immobilité, dont la vocation est de contrarier, voire d’empêcher la liberté de mouvement. Or, l’existence même des lieux de rétention et leur fonctionnement reposent sur aussi des formes spécifiques de mise en mobilité, la plus évidente étant l’expulsion censée justifier le placement en rétention. Il s’agira donc de cerner comment mobilité et immobilité font partie intégrante des rapports de pouvoir, par nature dissymétriques, établis entre l’institution enfermante et ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés.

Les autres billets du carnet sur les terrains de Benedicte Michalon en Roumanie: lire les billets.

 

 

Communications de Terrferme au colloque « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche »

Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon participeront au colloque interdisciplinaire organisé par le laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs, à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée, les 20-21 septembre 2012, et qui a pour thème « Espace et rapports sociaux de domination. Où en est la recherche ? ».

Tristan Bruslé y fera une communication sur Loger pour exclure. Le labour camp, espace rouage d’un système de domination des migrants peu qualifiés dans le Golfe arabique (exemples au Qatar), dont voici le résumé:

Les millions de travailleurs migrants peu qualifiés établis temporairement dans les pays du Golfe sont pris dans un système de domination et d’exclusion à plusieurs échelles dont le logement forme la base spatiale. Le système du sponsorship, en encadrant l’importation de main-d’œuvre, constitue le cadre légal en dehors duquel aucun « travailleur invité » ne peut agir. Il représente la délégation par l’État au secteur privé du contrôle des mouvements des travailleurs. Dépendants entièrement de leur sponsor pour leur travail, la majeure partie des migrants peu qualifiés le sont aussi pour leur logement. Les zones industrielles, espaces de relégation situés loin des villes, regroupent à la fois des industries polluantes, des entrepôts, des ateliers mécaniques et les logements des migrants (labour camps). La stigmatisation spatiale dont elles souffrent et dont témoigne leur absence d’entretien, correspond à une politique de facto de mise à l’écart et de cantonnement des migrants peu qualifiés, loin  des espaces centraux. Elles symbolisent aussi la crainte des populations locales vis-à-vis de la catégorie « célibataire sud-asiatique », assimilée à une classe dangereuse. D’où la nécessité ressentie d’exclure les migrants, grâce au logement en particulier.

Les labour camps, un mode d’hébergement des travailleurs importé par les compagnies pétrolières américaines selon une logique de ségrégation raciale (Vitalis), sont ainsi la pierre angulaire de l’invisibilisation des travailleurs. Espaces à l’architecture hyperfonctionnelle où l’entassement le dispute à la rusticité, ils sont les lieux où les travailleurs passent la majorité de leur temps hors du travail. Espaces où la parole du migrant est peu entendue, ils sont un rouage d’un système de domination où les relations de pouvoir sont totalement asymétriques et les termes d’une possible négociation réduits à la portion congrue. Le dénuement des migrants dans la sphère publique est quasi-total et ressenti comme tel par les travailleurs d’autant plus que la domination par l’espace se fait non seulement des les zones industrielles mais aussi par la difficulté et/ou l’interdiction de fréquenter certains lieux, à certains moments. La position subalterne du sujet migrant lui est rappelée sur son lieu de vie et à chacun de ses déplacements.

La communication de Bénédicte Michalon portera sur L’espace au cœur des rapports de pouvoir entre institutions et enfermés dans les centres de rétention pour étrangers (L’exemple de la Roumanie). En voici le résumé:

La présente communication aborde le rôle de l’espace dans l’enfermement des étrangers dans les politiques de contrôle des migrations internationales, à partir du cas de la Roumanie. Quelle place tient donc l’espace dans les rapports de pouvoir dissymétriques qui sont établis entre l’institution enfermante ou ses représentants -le personnel des centres- et les étrangers enfermés ? Il s’agit plus spécifiquement de montrer que le dispositif repose sur la combinaison de deux régimes spatiaux de contrôle et d’instrumentalisation, qui se déclinent à plusieurs échelles.

La rétention repose d’abord sur un contrôle de l’espace en lui-même. Celui-ci passe par un principe de séparation, qui se matérialise par l’enfermement dans des centres ad hoc, clôturés et soumis à des techniques et pratiques de surveillance poussées. Il se manifeste également dans l’architecture interne de ces centres, marquée par de multiples seuils. La rétention fonctionne en second lieu grâce à un contrôle des pratiques spatiales, ici faites de mobilité. A l’intérieur des centres, le contrôle des déplacements des retenus est un enjeu majeur : les centres de rétention sont les lieux d’une gestion rationnelle des mobilités et des stationnements. La vocation de la rétention est d’intervenir sur les trajectoires migratoires – par l’arrêt des étrangers en situation irrégulière et leur expulsion vers un pays tiers ou leur pays d’origine ; il y a là une autre modalité d’action sur les pratiques de l’espace. Le placement en rétention n’est enfin pas synonyme d’immobilisation définitive ; il s’accompagne en effets de déplacements organisés par l’institution, sur lesquels le retenu n’a pas de pouvoir décisionnel, à vocation procédurale ou punitive. La mobilité peut donc être un outil de contrôle aux mains du pouvoir.

Les centres de rétention en Roumanie et le contrôle des étrangers enfermés

La Roumanie compte aujourd’hui deux centres de rétention pour étrangers en attente d’expulsion. Le placement d’étrangers dans ces « centres de prise en charge publique » (centre de custodie publică ou Centru de cazare, cf. image google map) est, selon la réglementation roumaine, une mesure de restriction temporaire de la liberté de mouvement sur le territoire de l’Etat roumain. Ces lieux clos sont gérés par l’Office Roumain pour l’Immigration (Oficiul Român pentru Imigrări, ORI), institution nationale rattachée au Ministère de l’Intérieur et en charge de l’immigration et de l’asile. Ils sont destinés à trois catégories d’étrangers : les « éloignables », sous le coup d’une mesure d’éloignement du territoire car ils n’ont pas ou plus de droit au séjour en Roumanie ; les « expulsables », sous le coup d’une mesure judiciaire d’expulsion car ils ont été condamnés dans le cadre d’une procédure pénale ; les étrangers « indésirables », considérés comme représentant une « menace » pour la sécurité nationale et l’ordre public et en attente d’expulsion.

Localisations, mises à distance, faible visibilité

L’un des deux centres est situé dans la banlieue nord de Bucarest, dans la commune d’Otopeni, à un kilomètre du principal aéroport du pays, l’aéroport Henri Coanda. Il a été ouvert en 1999, agrandi et rénové en 2005. L’autre est localisé à Horia, bourgade de 2.000 habitants à quelques kilomètres de la ville d’Arad et de la frontière avec la Hongrie. Il a ouvert en 2001. Avant la mise en service de ces centres, rendue possible par l’aide financière apportée par le programme Phare de l’UE, les étrangers arrêtés à la frontière ou en situation irrégulière étaient confinés au sein de l’aéroport d’Otopeni et cela en dehors de toute réglementation. Etre enfermé à Bucarest ou à Horia n’est pas équivalent. Les centres de rétention font certes tous deux l’objet d’une mise en périphérie. A Bucarest, elle se lit à l’échelle de la capitale ; le centre reste proche des instances judiciaires, du siège central de l’ORI, de la Police roumaine des Frontières et de l’unique organisation non gouvernementale qui intervient auprès des étrangers en rétention. Il est toutefois localisé à une quinzaine de kilomètres du cœur de l’agglomération, ce qui entraîne des difficultés d’accès pour ceux qui veulent rendre visite aux personnes retenues. A Horia, la mise à distance est plus marquée et problématique ; la localité est complètement excentrée à l’échelle du pays, ce qui a de nombreuses répercussions sur le fonctionnement du centre. Les retenus sont éloignés des communautés migrantes, majoritairement regroupées dans la capitale. L’éloignement est aussi celui d’une institution et de son personnel, à distance de son administration centrale.

Les centres  ne font l’objet d’aucune signalisation, à l’exception de plaques apposées à côté des portails d’entrée. A Bucarest, les deux immeubles d’un étage qui le composent sont entourés d’un mur d’enceinte surmonté de barbelés. Des caméras de vidéosurveillance enregistrent les déplacements sur le trottoir et au portail. Un policier en faction dans une guérite contrôle toutes les personnes qui entrent et sortent du périmètre. A Horia, l’architecture est moins passe-partout et tranche avec le paysage des maisons paysannes et villas neuves avoisinantes. Le bâtiment est un des plus hauts du village et le mur d’enceinte, peu élevé, ne le dissimule que partiellement aux regards extérieurs. Il n’est pas surmonté de barbelés. Le parking attenant et le portail font l’objet d’une surveillance électronique. Mais le portail n’est pas verrouillé et la guérite de contrôle est inoccupée ; la vérification des identités s’effectue à l’entrée du bâtiment.


Agrandir le plan

 

Organisation interne, seuils et séparation, localisation du contrôle policier

L’architecture des centres de rétention est caractérisée par la multitude de séparations et de seuils qui la jalonnent. L’espace est agencé différemment dans l’un et l’autre centre. Chaque unité possède des espaces destinés aux services de police (bureau des directeurs de centre et des directeurs adjoints, secrétariat, bagagerie, poste de contrôle…), d’hôtellerie restauration (cuisine, réfectoire, lingerie …) et de soins médicaux (infirmerie, bureau du psychologue). Ils sont strictement séparés des zones de vie des retenus, selon une partition horizontale à Horia (les différents services sont dans un corps de bâtiment, la zone de rétention à proprement parler dans un autre), et selon une double partition verticale et horizontale à Bucarest (l’administration est en rez-de-chaussée d’un bâtiment qui comporte aussi, à l’étage, la zone destinée aux étrangers ; la restauration est dans un second bâtiment). Les étrangers n’occupent donc qu’une portion limitée des centres, divisés en deux « mondes » : celui des personnels d’une part, celui des retenus d’autre part.

La zone des retenus à Bucarest évoque une structure d’hébergement collectif « classique ». La porte d’accès ouvre sur un couloir central, étroit. Les cellules sont alignées d’un côté. De l’autre, ce sont les pièces collectives : un parloir pour les visiteurs extérieurs, une laverie, un bureau de visite pour les ONG, une salle dite « de sport », et une salle « de loisirs » dotée d’une télévision et de quelques ouvrages. Seul élément qui rompt cette monotonie spatiale : au milieu du couloir, un petit coin équipé de quelques fauteuils et d’une télévision est destiné aux surveillants. Il est attenant au poste de contrôle, dont les écrans sont reliés aux caméras vidéo qui surveillent les salles collectives et le couloir. Le couloir ouvre sur une grande terrasse, sur laquelle les retenus peuvent jouer au ping-pong et dont les ouvertures ont été bouchées pour éviter les évasions. Une passerelle connecte cette terrasse à la salle de restauration située dans l’autre bâtiment ; la structure est encadrée de grilles. Ce centre a une capacité totale de 164 places. Les cellules font une surface de douze mètres carrés environ, elles sont généralement destinées à être occupées par quatre personnes et comportent des sanitaires. Le mobilier de base est composé de deux lits superposés, d’une armoire et d’une table. Il y a une fenêtre, avec des barreaux. Les portes sont blindées et équipées d’un œilleton. Chaque cellule est reliée au poste de contrôle par une sonnette d’alarme. Au bout du couloir, il y a deux cellules d’isolement. L’espace interne est organisé différemment à Horia, prévu pour une soixantaine de personnes. Les cellules sont réparties face au poste de surveillance, dont elles sont séparées par deux grilles. Le poste de surveillance est lui-même entourée de barreaux. La coursive desservant les cellules est également clôturée et a vue sur la seule pièce collective, au rez-de-chaussée. Ce local est équipé d’un téléviseur, d’une table de ping-pong et d’une machine à café. Les cellules présentent grosso modo les mêmes caractéristiques qu’à Bucarest.

On retrouve dans les deux centres des éléments caractéristiques d’une architecture carcérale : organisation en cellules, absence d’espaces privatifs, manque d’espaces de circulation et multiples dispositifs de contrôle (portes blindées fermées depuis l’extérieur, œilletons, clés, grilles et barreaux, vidéosurveillance, sonnettes d’alarme…). En revanche, les centres diffèrent par le positionnement spatial des surveillants, donc des représentants du pouvoir, par rapport aux retenus. A Bucarest, les surveillants sont installés au beau milieu de l’espace de circulation commun, le couloir, par lequel les retenus se déplacent. Il leur est impossible de sortir de leur cellule et de se mouvoir sans voir les surveillants, ou sans que ceux-ci ne les voient. Cette organisation entraîne également des problèmes de promiscuité, les uns et les autres se plaignant du bruit et des dérangements occasionnés. A Horia, le contrôle policier est localisé à l’extérieur de l’espace dévolu aux étrangers. Il n’y a pas de cohabitation immédiate entre détenus et surveillants, il y a en revanche une confrontation visuelle permanente entre eux. Les agents de l’institution font une ronde des cellules deux fois par jour et ne se rendent sur la coursive ou dans les cellules que si besoin est. Si la position du poste de contrôle ne permet pas de voir directement dans toutes les cellules, la structure à barreaux permet en revanche de voir tout déplacement ou toute action qui se produit sur la coursive. Le pouvoir connaît donc deux positionnements différents au sein des centres de rétention roumains. Mais dans les deux cas la cellule apparaît comme un espace privatif : les surveillants se tiennent sur le seuil et n’y entrent qu’en cas de nécessité.

A l’aune de cette description, le dispositif roumain semble concentré sur sa fonction de contrôle des étrangers enfermés plus que sur le maintient de la clôture avec l’extérieur. Multiscalaire, contraignant, divisé, soumis à une rationalité gestionnaire, l’espace est dans les centres de rétention un médiateur puissant du contrôle des autorités roumaines sur les étrangers retenus.

Crédits: Extraits d’un article de Bénédicte Michalon à paraître en 2011 dans Géographie et Cultures.

How migratory routes shed light on geography of confinement

Abstract of the paper presented by Bénédicte Michalon at the Association of American Geographers Annual meeting as part of the Paper Session: Mobilities, Borders, and Confinement I: Confinement as Mobility (scheduled on Friday, 4/15/2011 at 10:00 AM. Washington State Convention Center Level 6, Seattle, Washington) :

How migratory routes shed light on geography of confinement

This proposal is a spatial reading of detention centres for foreigners awaiting deportation, confronted with the migratory routes of migrants. I assume that international migrations and the control policies dedicated to them produce fixity and confinement. I do not oppose mobility and control of mobility in a binary way, but shed light on the diversity of interactions that arise between them. The migratory routes appear to be more and more linked to confinement places for foreigners. These are not only milestones but places where the following steps of the trip can be planed. The second level of analysis is about temporality: the length of migration gets considerably longer because of the stays in detention places. The stops-off are not short cuts in the trip but can last months or years. There is a rhythmic inversion: the migrants spend less time moving than waiting to go on. The third level handles with the insertion of detention centres in a set of places of confinement. A lot of migrants go through other places of confinement, such as: hiding places of smugglers, prisons, military settlements. Migratory routes reveal geography of confinement.

Romania is an interesting place to observe how the globalisation of migration flows and the control of migration in the frame of the European enlargement meet and produce new dynamics and places of confinement. The empirical datas used were gathered in 2009 and 2010 in the two detention centres of Romania, as well as during interviews with migrants in detention or released.

La Roumanie et ses migrations

Bénédicte Michalon, responsable de TerrFerme, vient de publier avec Mihaela Nedelcu le dernier numéro de la Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest, consacré à la Roumanie et ses migrations vingt ans après la chute du Communisme et l’ouverture des frontières du pays. La Roumanie est un des principaux pays d’émigration dans l’Union européenne, et ce depuis le début des années quatre-vingt dix ; la majorité des contributions approfondit la connaissance des migrations des Roumains à travers l’Europe. Mais c’est aussi un pays dans lequel des étrangers passent ou s’installent ; en dépit du nombre extrêmement réduit de recherches consacrées à cette autre facette de la question migratoire, le numéro tente de donner quelques éclaircissements sur ce sujet.

Si le numéro n’aborde pas de front la question de l’enfermement des étrangers en Roumanie, il livre néanmoins des clés pour contextualiser celui-ci, tant du point de vue des dynamiques et pratiques migratoires (les réseaux et leur fonctionnement jouent un rôle déterminant de soutien aux étrangers en rétention ou sortis de rétention), que de la position particulière de la Roumanie sur la scène migratoire européenne, avec un panorama de l’immigration dans l’introduction. L’article de Rixta Wundrak parle du gigantesque marché localisé à la périphérie nord de Bucarest, le marché dit « Europe » : c’est un des principaux lieux d’emploi des étrangers en Roumanie, et nombreux sont ceux qui, avant ou après avoir été placés dans un centre de rétention, y trouvent du travail. La contribution de Helga Zichner et Andreas Wust permet quant à elle de confronter le recours à la rétention à la logique globale de renforcement des contrôles aux frontières externes de l’Union européenne, les centres de rétention constituant, finalement, des frontières délocalisées à l’intérieur des territoires nationaux.

Commander la Revue d’Etudes Comparatives Est-Ouest: Commande. Ou : Jean-Louis Soubret, 16, rue Claude Tillier, 75012 Paris, Tel. 06 21 15 22 22.

Les terrains de TerrFerme

Cette carte fait apparaître la répartition des terrains prévus dans le cadre du projet TerrFerme en fonction de trois types de lieux (prisons, centres de rétention et logements contraints) et des chercheurs impliqués.

terrains-et-lieux-terrferme_02_blog_51

Crédits cartographiques : Olivier Pissoat.

Terrain en Roumanie

Le matériel de terrain de Bénédicte

Le matériel de terrain de Bénédicte

Bénédicte Michalon a commencé son terrain en Roumanie. Quelques questions à chaud posées par Caroline :

Où se passe ton terrain précisément ?

Je commence par Bucarest, la capitale, car c’est là que vivent la majeure partie des étrangers présents dans le pays. Du coup c’est aussi à Bucarest que se trouvent plusieurs lieux d’enfermement de ces étrangers : le centre de rétention situé à proximité de l’aéroport international d’Otopeni, un centre de demandeurs d’asile implanté dans un des quartiers nord de la ville. Il y a aussi des zones de rétention pour étrangers dans les deux aéroports internationaux de la ville. Ces espaces peuvent être qualifiés de lieux d’enfermement car les personnes qui y vivent ne peuvent aller et venir à leur guise, elles sont parfois totalement enfermées comme c’est le cas en rétention, et sont soumises à un contrôle strict de la part des autorités roumaines. Mais c’est en fait dans l’ensemble du pays qu’il faut mener l’enquête, car il y a un autre centre de rétention près de la frontière avec la Hongrie, à Horea ; et les quatre autres centres pour demandeurs d’asile sont dispersés sur l’ensemble du territoire, à proximité des frontières.

Quels sont tes objectifs ?

En partant mon objectif principal était de nouer des contacts avec différents types d’acteurs impliqués dans la question de l’enfermement des étrangers. Il s’agit avant tout de migrants ayant vécus dans un des lieux d’enfermement et qui en sont aujourd’hui sortis, ou qui y vivent encore, par exemple dans le centre de demandeurs d’asile. La difficulté est qu’il est très difficile d’accéder à ces personnes sans passer par les ONG qui s’occupent d’elles. Ces ONG et leur personnel sont donc tout aussi centrales dans mon enquête, car c’est par leur intermédiaire que je peux accéder aux migrants. Enfin, je vais essayer de contacter des agents de l’État impliqués dans la gestion de ces centres et dans leur fonctionnement quotidien. Il faut que ces contacts soient suffisamment étroits pour que je puisse les conserver tout au long du programme de recherche, revenir à plusieurs reprises ici pour compléter les entretiens, rencontrer de nouvelles personnes, revoir celles que j’ai déjà interrogées…

Quelle méthode as-tu suivie pour cette première approche du terrain ?

J’étais déjà venue il y en novembre 2007 pour préparer cette enquête, et plus largement l’ensemble du programme TerrFerme. J’avais été accueillie pendant plusieurs jours par une ONG qui s’occupe des demandeurs d’asile et des réfugiés à Timişoara, et j’avais visité le centre de demandeurs d’asile qui se trouve dans cette ville. A Bucarest j’avais rencontré quelques ONG impliquées dans l’aide aux étrangers. J’ai ainsi pu avoir une image globale de la situation, et définir des priorités. Une de ces ONG s’est spécialisées dans l’assistance aux personnes enfermées en centre de rétention ou en étant sorties. J’y travaille donc comme bénévole quelques heures par semaine, ce qui me permet de rencontrer celles et ceux qui y viennent pour y trouver une aide en matière d’emploi, de logement, de procédure juridique…

Qu’as-tu l’intention de faire maintenant ?

Je vais rester deux mois à Bucarest pour mener ces entretiens. C’est un travail de longue haleine car il faut établir une certaine confiance avec les migrants pour qu’ils acceptent de parler de leur trajectoire migratoire et de leur expérience de l’enfermement. Je procède par entretiens dits « semi-directifs » : j’ai une liste de questions à poser, que j’adapte en fonction des circonstances. Mon activité bénévole au sein de l’ONG me permet également d’apprendre beaucoup sur ces lieux, sur ceux qui y sont enfermés. J’ai également l’intention de faire des demandes auprès de l’administration roumaine pour aller dans le centre d’Otopeni et dans le centre de demandeurs d’asile. Mais il n’est pas sûr que j’obtienne les autorisations requises. C’est la raison pour laquelle je réalise la majeure partie des entretiens avec des personnes sorties des centres. Il est très difficile de pouvoir leur parler sur place, du fait de ces problèmes d’accès aux lieux ; par ailleurs leur parler à l’extérieur permet probablement de recueillir un discours plus libre.

Crédits photographiques : Bénédicte Michalon