La prison au travers de l’espace architectural

Le dernier numéro de la revue Champ pénal/Penal field vise à éclairer l’enfermement à partir de l’espace architectural pour analyser des interactions, des pratiques, des gestes, et des expériences dans divers lieux de détention. Il s’agit de proposer une vision critique, non programmative et non normative, des espaces architecturaux de détention ; soit, de comprendre comment ils sont produits et ce qu’ils produisent. Ce numéro propose ainsi des regards pluridisciplinaires sur des lieux spécifiques de l’enfermement, pour appréhender la multiplicité de l’espace architectural : de la programmation gouvernementale en matière d’architecture carcérale aux pratiques réelles de circulations en détention, de l’histoire de la cellule en France aux enjeux de l’intimité dans des prisons canadiennes, de l’essor de prisons-modèles en Espagne aux interrelations fines en Centre éducatif fermé en France, en passant par la répartition des individus en prison. Les textes sont empiriquement riches, rendant honneur à la singularité des lieux qu’ils visitent, tout en éclairant plusieurs enjeux de l’enfermement contemporain. Ils sont tirés d’une série de séminaires financés par le Groupement européen de recherches sur les normativités (GERN) CNRS.

Olivier Milhaud et David Scheer, La prison au travers de l’espace architectural, Champ Pénal/Penal Fields, n°20, mis en ligne le 28 mai 2020, URL : https://journals.openedition.org/champpenal/11599

 

Introduction

Entretien

Articles

 

Définir l’enfermement à travers espaces et mouvements / Defining the carceral through space and movements

4e Conférence internationale de Géographie de l’enfermement, 2020

 

Nous relayons ici l’appel à communication de la 4e Conférence internationale de Géographie de l’enfermement qui devrait se tenir à Bruxelles les 14-15 décembre 2020. Cet appel, rédigé en anglais, est en ligne sur le site du Groupe de travail de Géographie de l’enfermement de la Société Royale de Géographie / Institut des Géographes Britanniques

The Carceral Geography Working Group (CGWG) of the RGS-IBG welcomes paper abstracts for the 4th International Conference for Carceral Geography.

The 4th International Conference for Carceral  Geography will take place in Brussels, Belgium. Hosted by the NICC (Nationaal Instituut voor Criminalistiek en Criminologie/Institut National de Criminalistique et de Criminologie), this will be the first Carceral Geography Conference to be held outside of the UK.

At the moment, we expect the conference to take place on 14th and 15th December 2020. However, given the current circumstances and the uncertainty surrounding the COVID-19 pandemic, we are considering other possibilities should these prove necessary. We are monitoring the situation closely and will communicate possible changes in a timely manner.

Paper abstracts should be sent to Crimino@just.fgov.be by 30 June 2020 by using this form. Selection decisions will be made by 15 September 2020. 

Call for papers – Defining the carceral through spaces and movements

Over the last years, a research area has gained growing attention: carceral geography. On the one hand, as a radically interdisciplinary field, it has mainly grown from an interest by geographers in the prison and, more broadly, in carceral phenomena (such as retention camps, penal limitation of mobility outside of prison, deprivation of liberty in psychiatric institutions, and so on). On the other hand it has been further developed by criminology’s new look at a classical object, through a particular attention to questions of space. This current research field leads to the exploration of basic questions, such as the definition of prison (Milhaud 2009; Turner 2016) and its place in the public space (Milhaud and Morelle 2006), specificities of its space compared to other confinement areas (Altin and Minca 2017), the role of space and its arrangement in the experience of incarceration (Scheer 2016), management of transfers between prison facilities and mobility (Moran, Gill, and Conlon 2013; Turner and Peters 2017; Gill et al. 2016), the use of mobility to manage and legitimate prison (Mincke 2017; Gill 2013), etc.

One of the main challenges for carceral geography scholars is to characterise carceral spaces and the movements within. Although a lot of reflections have been published, it seems there remains a need for a dialogue around this specific question. Therefore, the next Carceral Geography Conference will be centred on combining spaces and movements, as key elements of the definition of the carceral.

The first purpose of this conference is to challenge researchers to reflect on their use of spaces and movements to define the carceral institutions or practices they are studying. Key questions might be: In which way are spaces and movements intertwined? Are they essential or might the carceral be defined beyond spatiality and mobility?

The second purpose is to explore the concrete characteristics of carceral spaces and mobilities. The spaces can be conceived in terms of openness, continuity, compartmentalisation, porosity, hierarchy, etc. The movements could be legal or illegal, constant or rare, promoted or hampered, and might be related to persons, information, ideas, diseases, goods and services, etc. Furthermore, the importance of movement in power relationships, in the perceptions of spaces and, among others, in the legitimation discourses of carceral settings should be discussed. Perspectives that include both spatiality and mobility are strongly recommended.

The third purpose of this conference is to embed these visions of carceral spaces and mobilities into typologies: is there something like a typical carceral space or (im)mobility, are carceral spaces and mobilities multiple and protean, or could the carceral cope with any type of space and mobility?

The fourth purpose underlies the others and encourages the researchers to explore epistemologies or methodologies supporting the definition and understanding of carceral spaces and mobilities. In order to motivate carceral geography in defining its objects and its relationships to them, theoretical presentations are highly welcomed.

The conference is meant to be a meeting point for various disciplines and a place where interdisciplinary approaches can be presented. Geography, criminology, sociology, anthropology, political science, history, and many other disciplines are welcomed. Empirical and theoretical contributions as well as conceptual refinements of this young research domain are encouraged. Priority will be given to contributions combining the different angles of this call.

For any queries about the application process, the upcoming conference, or any other aspect of this Call, please email the Organising Committee via Crimino@just.fgov.be.

We look forward to welcoming you to the 4th Carceral Geography Conference!

Justice et santé mentale: impossibles frontières

Les relations entre justice et santé mentale, initialement explorées à travers l’expertise psychiatrique, ne se réduisent pas à la rencontre d’expert·e·s psychiatres et de magistrat·e·s. Ils impliquent une diversité d’actrices et d’acteurs à des échelles différentes, qui se croisent ponctuellement ou durablement dans des contextes variés.

Ces relations font l’objet d’un dossier de la revue Champ Pénal/Penal Fields, dossier dont l’ambition est de faire état d’un nouveau champ de recherches francophone rendant compte de la diversité et de la complexité de ces relations. Loin de conclure à une pénalisation de la folie, à une médicalisation de la déviance, à une juridicisation/judiciarisation de la santé mentale, ou encore à une sanitarisation de la justice, ce dossier illustre la façon dont ces différentes évolutions conduisent à des recompositions institutionnelles de grande ampleur, bouleversant les pratiques et les parcours tant des professionnels que des personnes qui se retrouvent à l’intersection de ces deux mondes.

Camille Lancelevée, Caroline Protais, Tristan Renard et Sébastien Saetta, Justice et santé mentale : impossibles frontières, Champ Pénal/Penal Fields, n°18, mis en ligne le 5 décembre 2019, URL : https://journals.openedition.org/champpenal/11124

La prison. Réalités et paradoxes

 

Camille Lancelevée, David Scheer, La prison. Réalités et paradoxes, Presses Universitaires Blaise Pascal, Collection Opportune, 2019, 64p.

Dans un petit livre synthétique, Camille Lancelevée et David Scheer proposent de revenir à quelques questions fondamentales et pourtant complexes autour de la prison. Malgré les critiques dont elle fait l’objet, la prison constitue toujours la peine de référence de la justice en France. Comment expliquer la pérennité de cette institution controversée? Comment décrire la réalité carcérale? Qu’est-ce qu’une peine de prison en France aujourd’hui? Cet ouvrage propose de questionner la prison à travers ses paradoxes. Les auteurs interrogent la place de la prison dans la société, décryptent les débats qui l’entourent et éclairent le quotidien carcéral. Cet ouvrage invite à replacer l’analyse de la prison contemporaine dans une réflexion sur la société qui l’environne.

La présentation de l’ouvrage sur le site de l’éditeur: http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100013370&fa=sommaire

La recension proposée par Jean-Lucien Sanchez sur Criminocorpus: https://journals.openedition.org/criminocorpus/6921

Les frontières de la privation de liberté

5ème Colloque jeunes chercheurs et jeunes chercheuses sur la privation de liberté

JEUDI 12 MARS 2020, 14h -18h
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Site Port-Royal – Bât. 1- 2ème étage
Salle 13
1, rue de la Glacière
75013 Paris

VENDREDI 13 MARS 2020, 10h -18h
Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Centre Panthéon
Salle 1
12, place du Panthéon
75005 Paris

Entrée libre dans la limite des places disponibles.
Inscription obligatoire
Contact et inscription : colloquejeuneschercheurs2020@gmail.com
Colloque organisé par l’Institut des sciences juridique et philosophique de la Sorbonne (UMR 8103 CNRS – Paris 1)

Programme définitif-JCJC 2020


Continuer la lecture

Vieillir en prison. Punition et compassion

Caroline Touraut vient de publier Vieillir en prison. Punition et compassion (éd. Champ social).

Les personnes détenues âgées de plus de 50 ans représentent 11,9% de la population carcérale au 1er janvier 2018. Le vieillissement de la population en France s’est imposé comme un enjeu majeur des politiques publiques. Il impacte de nombreuses institutions confrontées à des difficultés inédites. C’est le cas des établissements pénitentiaires où les personnes détenues âgées de plus de 50 ans représentent 11,9% de la population carcérale au 1er janvier 2018. Loin de chercher à appréhender le vieillissement en prison à partir d’un point de vue en surplomb, le vieillissement est analysé à travers la compréhension des expériences vécues par les personnes détenues et celles des personnels. Comment les personnes détenues âgées éprouvent-elles leur incarcération ? En quoi la présence croissante des personnes âgées en détention change-t-elle les manières de travailler en prison ?

Ainsi, ce livre analyse la construction sociale du problème de la vieillesse dans l’environnement de la prison. Il porte sur les désajustements et réajustements d’une institution face à un public nouveau qui vient interroger – et donc révéler – ses modes habituels de fonctionnement. Les images sociales de la vieillesse, associée souvent à une forte vulnérabilité, et celles des détenus, perçus sous le spectre de la dangerosité peinent à s’articuler. Comment dès lors, l’institution prend-elle en charge des personnes détenues âgées qui méritent punition et suscitent compassion ?

L’analyse de l’expérience carcérale des personnes détenues âgées et la compréhension des dilemmes moraux vécus par les professionnels questionnent de manière singulière le sens de la peine et ce qu’il est moralement acceptable en matière de droit de punir. Les analyses reposent sur une enquête empirique menée dans quatre prisons où 135 entretiens ont été réalisés dont 63 avec des personnes détenues et 72 avec des personnels.

Toutes les informations sur l’ouvrage et un extrait sont accessibles sur: http://www.champsocial.com/book-vieillir_en_prison_punition_et_compassion,1077.html

Carceral Geography Conference 2016

geog-building-sunshine1There is just one week left before the Call for Papers for this conference closes (at 8am UK time on Friday 7th October)!

Carceral Geography Conference 2016 at the University of Birmingham : Confinement, Crossings and Conditions

The School of Geography, Earth and Environmental Sciences at the University of Birmingham will host the first dedicated conference for Carceral Geography, on Tuesday 13th December 2016.

Call for Papers

Abstracts are invited for papers which address the themes of this conference: Confinement, Crossings and Conditions. These themes pertain to the nature and experience of carceral confinement, broadly interpreted; the notion of crossing of an assumed or contested boundary both between spaces of confinement and ‘other’ spaces,  and to the ways in which carceral experiences persist after periods of custody have ended – both for those confined, and for affected others. During ESRC research projects to which the conference is linked, (focused on the experience of carceral spaces) issues of absence, intimacy, choreography and the microscale emerged as significant, and prospective speakers are invited to engage with (but are by no means limited to) these notions. Papers which discuss methodological or theoretical approaches for carceral geography, and those exploring the ‘place’ of carceral geography in relation to human geography / criminology / carceral studies more generally are also welcome.

Abstracts from postgraduate and early career researchers are particularly welcome.

As well as providing a forum for dissemination and discussion of new and recent research in carceral geography, this event is intended provide a ‘springboard’ for the development of an organisational structure for this subdiscipline: there will formal and informal opportunities to discuss and plan actions and activities around this topic.

A limited number of travel and accommodation bursaries will be available for paper presenters.

Please use this URL to:

  •     Register to attend as a speaker, and submit your abstract
  •     Register to attend as a non-presenting delegate

If you are submitting an abstract, please note that the closing date to do so is 8am (UK time) on Friday 7th October. Selection decisions will be communicated by Friday 14th October.

Enfermement et catégorisations

Critique_Internationale_072_L204Vient de paraître :  « Enfermement et catégorisations », un numéro de la revue Critique Internationale (2016/3 N° 72) coordonné par Tristan Bruslé et Bénédicte Michalon.

Au nom du maintien de la paix et d’une organisation efficace de la vie entre les murs au quotidien, l’enfermement s’accompagne de processus de classement des individus par le genre, l’ethnicité et la religion. Il convient d’examiner ce que l’enfermement fait à ces processus de catégorisation et, réciproquement, comment les logiques de classification sont transformées, mises à mal ou au contraire renforcées en situations de réclusion, situations dans lesquelles la possibilité d’identifier, de classer et de nommer apparaît comme un véritable outil de gestion des relations sociales et rencontre finalement peu de résistances. Envisagées dans leurs ressorts concrets, les catégorisations sont ici analysées comme des procédures disciplinaires et normatives, contribuant aux rapports de pouvoir en établissement pénitentiaire comme dans les lieux d’enfermement des étrangers.

Ce numéro publie quelques-unes des contributions au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches » organisé par l’équipe TerrFerme à Pessac en octobre 2013.

Au sommaire :

Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé, « L’ethnicité, la religion et le genre dans les institutions d’enfermement : processus et effets de catégorisation »

Aurore Mottet, « Répartition et circulation : les enjeux de la catégorisation dans le camp de Choucha (Tunisie) »

Louise Tassin, « Les frontières de la rétention : genre et ethnicité dans le contrôle des étrangers en instance d’expulsion »

Claire de Galembert, « Le « radical », une nouvelle figure de dangerosité carcérale aux contours flous »

Irene Becci, Mohammed Khalid Rhazzali, Valentina Schiavinato, « Appréhension et expérience de la pluralité religieuse dans les prisons en Suisse et en Italie : une approche par l’ethnographie »

Une interview à propos du dossier est également disponible ici : http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/enfermement-et-categorisations

 

 

L’intervention évangélique dans une prison pour femmes à Lima

Crédit Santiago Barco

Crédit Santiago Barco

Une contribution de Chloé Constant :

Sociologue, postdoctorante à la Universidad Autónoma Metropolitana-Unidad Xochimilco. Elle travaille actuellement sur les trajectoires de vie de femmes transsexuelles migrantes incarcérées à Mexico. Auteure de Solidarité et inégalités. Le centre de détention de femmes Santa Mónica à Lima (IHEAL-CREDAL, 2011), ainsi que de plusieurs articles dans des revues internationales comme Signs et Champ Pénal/Penal Field, elle a coordonné la publication d’un ouvrage sur les prisons latino-américaines à paraître en 2016.

 

Crédit Chloé Constant

Crédit Chloé Constant

Résumé :

Les visiteurs évangéliques intervenant dans la prison de femmes de Chorrillos à Lima remplissent diverses fonctions qui dépassent largement le cadre religieux. Outre le soutien spirituel, ils apportent aux détenues un soutien matériel et un soutien substitutif qui permet de « combler leur incapacité d’action ». Or les détenues qui participent aux activités évangéliques ne représentent qu’un faible pourcentage de la population carcérale et celles qui profitent de ces diverses formes de soutien sont majoritairement étrangères. Quels critères conditionnent l’accès à ces intervenants et dans quelle mesure cette situation crée-t-elle des dissensions au sein de la population carcérale ? Cet article cherche à montrer la diversité des fonctions remplies par les intervenants évangéliques et à examiner leurs pratiques et leurs discours, pour analyser leur impact sur les relations entre détenues.

Lire le texte : L’intervention évangelique dans une prison pour femmes à Lima

 

 

Les réformes de l’enfermement en actes

Deviance_et_societeVient de paraître :  « Les réformes de l’enfermement en actes », un numéro de la revue Déviance et Sociétés coordonné par Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Carolina Kobelinsky et Bénédicte Michalon.

Il y a plus de quarante ans les analyses de Michel Foucault (1975) nous invitaient à envisager les réformes de la prison comme un mode de reproduction du système carcéral lui-même. Alors qu’une réforme pénale est entrée en vigueur (Loi n° 2014-896 du 15 août 2014 relative à l’individualisation des peines et renforçant l’efficacité des sanctions pénales) et qu’un nouveau projet de loi relatif au droit des étrangers et de l’asile est en cours d’élaboration, ne faut-il pas s’interroger à nouveau sur le sens des récurrentes visées réformatrices des espaces d’enfermement, qui, si l’on en croit le philosophe, n’auraient finalement de cesse que d’assurer la survie même de ces institutions complètes et austères de la réclusion ? Le présent numéro se propose de saisir la réforme comme plus qu’un simple discours, dont on noterait avant tout l’effet d’ensemble et de long terme : assurer la reproduction de l’enfermement dans son fonctionnement immuable. Fondées sur des matériaux empiriques, les contributions qu’il rassemble visent bien plutôt à décrire concrètement les ressorts sociaux des réformes : il s’agit alors d’en identifier les acteurs, de décrire leurs pratiques et les liens qui les unissent à travers les transformations contemporaines de l’enfermement. Mais il s’agit aussi de laisser dans l’analyse une place importante à l’incertitude qui accompagne les réformes, au stade de la production comme à celui de la mise en œuvre : processus ouvert, la réforme de l’enfermement est traversée par des tensions multiples, et marquée par les pratiques d’innovation, d’adaptation ou de résistance de ses acteurs qui en réorientent chaque fois les effets. Dès lors l’analyse se doit d’en éclairer les différents ressorts en actes.

 

Ce numéro publie une partie des contributions au colloque « L’enfermement au prisme des sciences sociales : Rapprocher les lieux, confronter les approches » organisé par l’équipe TerrFerme à Pessac en octobre 2013.

 

Au sommaire :

Fabrice Fernandez, Nicolas Fischer, Carolina Kobelinsky, Bénédicte Michalon, « Introduction : Traiter, humaniser, judiciariser. Les transformations contemporaines de l’enfermement »

Fabrice Fernandez, « Lorsque la prison (se) rend justice. Le traitement contemporain de l’indiscipline carcérale »

Gregory Salle, « Une anomalie normale de l’État de droit. La détention provisoire en RFA entre critiques et réformes (1953-2013) »

Collectif Contrast, « La création des UHSA : une nouvelle régulation de l’enfermement ? »

Nicolas Fischer, « De l’informalité à la « transparence ». Institutionnalisation et statut de la critique dans les réformes de la rétention administrative des étrangers en France »

Arnaud Frauenfelder, Éva Nada, Géraldine Bugnon, « Division morale du travail et recompositions du sens de l’enfermement en Centre éducatif fermé »