Les ressources de la privation de liberté – Colloque 17 et 18 mars 2022

Toute privation de liberté se définit par une restriction, un manque, et l’on peut à juste titre s’inquiéter du manque chronique de ressources financières mobilisées par les États pour se doter de lieux respectueux de la dignité des personnes enfermées, de personnels suffisamment nombreux et formés, d’activités satisfaisantes, etc.

  Pourtant, la privation de liberté ne peut pas exister sans ressources, et les budgets des administrations pénitentiaires sont parfois conséquents. Au-delà des enjeux financiers, la notion de « ressources », entendue au sens large, nous invite à observer et à mesurer la diversité des ressources qui participent à faire de la privation de liberté ce qu’elle est.

 

Jeudi 17 mars 2022

14h – Ouverture du colloque par le comité d’organisation : Comité d’organisation et Pierre-Victor Tournier, Démographe et directeur de recherches au CNRS, INSHS – Institut National des Sciences de l’Homme et de la Société, fondateur du Colloque jeunes chercheurs sur la privation de liberté.

14h15 – Allocution d’ouverture : Pascal Beauvais, professeur de droit pénal à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (département de droit pénal de l’IRJS) et membre de la Commission nationale consultative des droits de l’homme

14h30 – Présidence, Jean-Manuel Larralde, Professeur de droit public à l’Université de Caen-Normandie et Éric Kania, Docteur en médecine, psychiatre, SMPR des Baumettes à Marseille

Séquence 1. Les ressources propres à l’institution

 A. Les ressources normatives

 1. Les interactions institutionnelles

14h40 – L. ITTAH, « Les ressources judiciaires dans l’hospitalisation psychiatrique sans consentement », Doctorante en droit privé à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (IRJS)

15h – T. TARTOUR « De la contestation au renforcement du pouvoir d’enfermement. Le droit et la psychiatrie comme ressources réciproques dans la privation de libertés relative aux soins sans consentement », Doctorante en sociologie et sciences politiques à Sciences Po Paris (Centre de sociologie des organisations)

 15h20 – Discussion et pause

 2. Le droit comme ressource substantielle

16h – J. CISTAC « En quête de dignité : les recommandations minimales du CGLPL, une ressource mobilisable par les personnes privées de liberté », doctorant en droit privé et sciences criminelles à l’Université d’Aix-Marseille (Laboratoire de droit privé et sciences criminelles)

 16h20 – P. MALLEJAC, Les ressources juridiques des droits et libertés collectifs des détenus, Doctorante en droit public à l’Université d’Aix-Marseille, Institut Louis Favoreu – Groupe d’Études et de Recherches sur la Justice Constitutionnelle

16h40 – Discussion

17h – Cocktail d’ouverture du colloque jeunes chercheurs

Vendredi 18 mars 2022

9h30 – Présidence, Olivier Milhaud, Maître de conférences en géographie, Sorbonne Université et Pascal Décarpes, Expert en criminologie, formateur, chercheur et consultant international

 B. Les besoins spécifiques en termes de ressources

1. Les personnes vulnérables

9h40 – L. JARDIN, « Les ressources du maintien en zone d’attente des mineurs non accompagnés », Doctorante en droit public en co-tutelle au Centre Thucydide (Paris Panthéon-Assas) et au Centre de recherche sur les relations entre le risque et le droit (Faculté de droit de l’Université Catholique de Lille)

10h – Y. ZDRAVKOVA, « Le handicap en prison : quelles ressources pour sa prise en charge ? », doctorante en sociologie à l’HESAM Université, LISE (Cnam/CNRS)

10h20 – Discussion et pause

2. Les spécificités de l’enfermement

11h – J. PORTIER, « Les moyens de la privation de liberté, s’en abstraire, les prendre en compte : le regard d’un juge correctionnel », Juge correctionnel au tribunal correctionnel de Paris

11h20 – N. RIVET, « Le partenariat public privé : quand le secteur privé devient une ressource pour la politique carcérale », Doctorant en sociologie à Sciences Po Paris (Centre de sociologie des organisations)

 11h40 – Discussion

 Séquence 2. Les ressources venues de l’extérieur

 11h50 – Présidence, Lucie Bony, Géographe, Chargée de recherche au CNRS, Benjamin Lévy, psychologue, chargé d’enseignement à l’École des psychologues praticiens de Paris et Augustin Laborde, contrôleur auprès du CGLPL, juge-assesseur à la Cour nationale du droit d’asile

 A. Les ressources culturelles

 1. Pour les personnes privées de liberté

12h – J. GAVARD-VEAU « L’enseignement et les enseignants, des ressources indispensables en prison », doctorante en sciences de l’éducation à l’Université de Bourgogne (IREDU)

12h20 – L. BAUDINET, « L’action culturelle en prison : ressource sociale et outil de réinsertion », doctorant en sociologie à l’Université de Lorraine (2L2S)

12h40 – Discussion

13h – Pause déjeuner libre

 2. Pour l’administration ?

14h30 – S. LEBRET-DALLASERRA, « Les activités socioculturelles en détention : rôle et enjeux d’une ressource encore peu exploitée par l’administration pénitentiaire », doctorante en sociologie à l’Université Grenoble Alpes – Sciences Po Grenoble (PACTE)

14h50 – L. SARRUT, « Raconter la prison : mode d’expression dans les lieux de dénuement. De la volonté institutionnelle à l’appropriation culturelle », doctorante en musique à l’Université Lille Nord de France (CEAC Centre d’Étude des Arts Contemporain)

15h10 – Discussion et pause

B. Les ressources relationnelles

15h50 – S. EL ATIFI, H. LE MER « Le parloir, une ressource inégalement distribuée pour affronter l’incarcération », doctorants en sociologie

16h10 – C CRAHAY, L. GAUTHIER « Les représentations de la femme « terro » : une ressource cognitive de justification relationnelle », doctorantes en criminologie à l’Université catholique de Louvain (CRIDE&P et GEPS)

16h30 – L. HAURAT-PEREZ « Les ressources plurielles des prisonniers auto-définis politiques basques : un soutien multidimensionnel », doctorante en sociologie à l’Université de Bordeaux (Centre Emile Durkheim)

16h50 – Discussion

17h15 – Conclusion générale

Clôture de la journée


Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Centre Panthéon
Salle 6 (Aile Soufflot)
12, place du Panthéon 75005 Paris
Entrée libre dans la limite des places disponibles
Inscription obligatoire
Contact et inscription :
marina.krivitzky[at]univ-paris1.fr


Comité scientifique : Lucie Bony (Géographe, Chargée de recherche au CNRS), Pascal Décarpes (Expert en criminologie, formateur, chercheur et consultant international), Nordine Drici (Expert international sur la question des conditions de détention), Isabelle Fouchard (Juriste, Chargée de recherche au CNRS et contrôleur des lieux de privation de liberté), Éric Kania (Docteur en médecine, psychiatre, SMPR des Baumettes à Marseille), Augustin Laborde (contrôleur auprès du CGLPL, juge-assesseur à la Cour nationale du droit d’asile), Jean-Manuel Larralde (Professeur de droit public à l’Université de Caen-Normandie), Benjamin Lévy (psychologue, chargé d’enseignement à l’École des psychologues praticiens de Paris), Olivier Milhaud (Maître de conférences en géographie, Sorbonne Université, laboratoire Médiations), Pierre-Yves Quiviger, (Professeur de philosophie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Xavier Rousseaux (Historien, Professeur à l’Université catholique de Louvain, directeur de recherche au FNRS), Anne Simon (Maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l’Université Paris 1), Caroline Touraut (Sociologue, chargée d’études à la Direction de l’administration pénitentiaire) .

Revue Criminologie – appel à articles “Géographies carcérales”

Géographies carcérales : nouvelles perspectives sur les espaces d’enfermement et de contrôle social

Le numéro 56.2 de la revue Criminologie porte sur la thématique la géographie carcérale. Il aura pour objectif de mettre en évidence la contribution que ce champ d’études en pleine expansion peut apporter à l’étude de problématiques criminologiques. Si le rapprochement entre la criminologie et la géographie n’est pas nouveau, les chercheur·e·s s’intéressant aux lieux d’enfermement sont de plus en plus nombreux à se tourner vers la géographie carcérale qui offre de nouvelles perspectives de recherche, conviant à dépasser une analyse de la prison et des expériences en son sein pour l’envisager également comme une peine spatiale ; à s’émanciper d’une approche figée des prisons, restreinte à son enceinte et ses dynamiques internes ; et enfin à appréhender le carcéral dans toute sa complexité en prenant en considération l’extension du projet pénal au-delà des murs des établissements correctionnels. 

Le numéro 56.2 de la revue Criminologie qui paraîtra à l’automne 2023 aura pour thématique la géographie carcérale et a pour objectif de mettre en évidence la contribution que ce champ d’études en pleine expansion peut apporter à l’étude de problématiques criminologiques.

Si le rapprochement entre la criminologie et la géographie n’est pas nouveau, les chercheur·e·s s’intéressant aux lieux d’enfermement sont de plus en plus nombreux à se tourner vers la géographie carcérale qui offre de nouvelles perspectives de recherche, conviant à dépasser une analyse de la prison et des expériences en son sein pour l’envisager également comme une peine spatiale ; à s’émanciper d’une approche figée des prisons, restreinte à son enceinte et ses dynamiques internes ; et enfin à appréhender le carcéral dans toute sa complexité en prenant en considération l’extension du projet pénal au-delà des murs des établissements correctionnels.

Ouvrant la porte à un nouveau dialogue avec Agamben, Goffman, Foucault, etc. la géographie carcérale prend la forme d’une boite à outils conceptuels et méthodologiques, invitant dès lors à l’ouverture et au renouvellement du champ d’études de la prison et des espaces d’enfermement contraint, en proposant par exemple une relecture des concepts d’institution totale et de corps dociles, ou encore de nouvelles entrées analytiques à travers les théories de la mobilité et de la liminalité. Ce numéro se veut donc une invitation à penser différemment et bouleverser nos représentations parfois figées de l’univers carcéral en soulignant les apports théoriques, empiriques, conceptuels ou encore méthodologiques de la géographie carcérale à la criminologie et à l’étude de l’enfermement, en mettant en lumière les problématiques autour desquelles ces différents champs d’études se retrouvent. L’entrée analytique privilégiée sera celle de la spatialité, proposant une réflexion sur la nature carcérale des espaces, sur ce qu’ils produisent et favorisent, sur la façon dont ils sont animés, appropriés et transformés, sur les rapports de pouvoir et de domination qui y prennent place ou encore sur les expériences en leur sein (individuelles ou professionnelles).

Le numéro se structurerait autour des trois axes de réflexion suivants :

  • Le premier axe s’intéresserait aux géographies des prisons en proposant par exemple d’analyser la prison à travers l’espace architectural, retraçant des politiques de conceptions et d’emplacements, dévoilant des rapports à l’espace, interrogeant des pratiques ou encore dessinant une géographie expérientielle et émotionnelle des établissements correctionnels.
  • Le second axe proposerait de s’émanciper d’une analyse du carcéral restreinte à la prison, afin de décrire et d’analyser d’autres structures qui confinent, enferment, contraignent, surveillent et contrôlent. Cette forme d’expansion conceptuelle permet de mettre à jour des mécanismes et logiques propres au carcéral, mais parfois camouflés (par exemple dans les centres de détention de l’immigration, les centres jeunesse, les hôpitaux psychiatriques, etc.).
  • Enfin, le troisième axe s’emploierait à mettre en lumière la prévalence de logiques carcérales au-delà des murs institutionnels. Cet axe présente l’intérêt de dépasser les contours classiques de l’analyse du « carcéral » telle qu’opérée par la criminologie. Il pourrait ainsi l’étendre aux camps de réfugiés, aux frontières (géographies des murs), à la cité et aux espaces qui la partitionnent (quartiers sous surveillance, écoles, hébergements des sans-abris, etc.) ou encore le questionner comme stratégie coloniale, par exemple dans le cadre des territoires et réserves autochtones.

Coordination scientifique du numéro

Sandra Lehalle et Anaïs Tschanz

Modalités de soumission

Pour proposer une contribution à ce numéro thématique, veuillez transmettre les noms, affiliations et coordonnées des auteurs à Anaïs Tschanz (anais.tschanz@justice.fr) et Sandra Lehalle (Sandra.Lehalle@uottawa.ca).

Votre proposition doit également inclure un titre et un résumé en français de 250 à 500 mots. La date limite pour soumettre votre proposition est le 1er avril 2022.

Les propositions seront envoyées pour évaluation à des pairs identifiés par les responsables du numéro.

https://calenda.org/960185 

Conférence autour de la publication du N° 43 de la revue Archives de politique criminelle – “Espaces privés”

En 2010, les Archives de politique criminelle (APC) avaient consacré leur numéro 32 à l’espace public sous l’angle de la prévention et de la répression. Le phénomène social mis en avant sans contestation possible était celui de la pénalisation de l’espace public ; onze ans plus tard des mouvements de politique criminelle a priori contradictoires sont mis en lumière dans ce numéro 43 des APC concernant non pas la sphère publique mais la sphère privée. Intrusions multiples et protection accrue se heurtent, rendant infiniment difficile de définir la sphère privée ou plus précisément les espaces privés, d’en délimiter les frontières tant elles sont devenues poreuses et de saisir les mouvements de fond qui traversent les espaces privés.

PROGRAMME

 14h-14h15 : Introduction

Christine Lazerges, professeure de droit l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne et et Pascal Beauvais professeur de droit à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, rédacteur en chef des Archives de politique criminelle

 I. Espaces privés à l’ère numérique

14h15-14h30 : Mathieu Soula, professeur d’Histoire du droit à l’Université Paris Nanterre « L’essor de l’État intrusif : l’accélération de la transmutation du privé en public depuis le XIXème siècle » 

 14h30-14h45 : Emmanuel Dreyer, professeur de droit à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne « Existe-t-il une conception pénale de la vie privée »

14h45-15h : Christina Koumpli, docteure en droit public de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne « L’émergence d’un espace privé immatériel et ses oxymores »

15h15-15h45 Discussion et pause

II. Espaces privés et pénalités contemporaines

15h45-16h : Jean-Marie Delarue, Conseiller d’Etat honoraire, ancien président de a Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité, « Renseignement et sphère privée »

16h-16h15 : Patrick Henriot, Magistrat honoraire et Karine Parrot, professeure de droit à l’Université de Cergy-Pontoise « Un espace-temps sécuritaire : l’assignation à résidence à durée illimitée »

16h15-16h30 : Lucie Bony, Géographe, chargée de recherche au CNRS et Franck Ollivon, docteur en géographie de l’Université Lyon 2 « L’espace privé à l’épreuve de l’exécution des peines. Une perspective géographique articulant milieux fermé et ouvert »

16h30-16h45 : Ariane Amado, docteur en droit pénal de l’Université de Paris Panthéon Sorbonne “L’espace privé et la prévention des risques en prison

16h45- 17h30 : Discussion et clôture de la journée

 17h30 : Clôture de la journée

Conférence organisée par le Comité de rédaction des Archives de politique criminelle, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IRJS) et le GIP IERDJ.

En présentiel sur demande d’inscription préalable jusqu’au 26 janvier 2022 à l’adresse : archpolcrim@gmail.com (merci d’indiquer votre nom, prénom, courriel professionnel et fonction).
En raison de la jauge sanitaire une confirmation d’inscription vous sera envoyée selon et en fonction du nombre de places disponibles, port du masque obligatoire.

Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Salle 1 – Centre Panthéon
12 Place du Panthéon
75005 Paris

En visioconférence directement depuis le site de l’IERDJ : https://gip-ierdj.fr/fr/evenements/espaces-prives/ 

Habiter : situations de vulnérabilité et approches capacitaires – Journée d’étude – 9 décembre 2021

Le master Analyse et conception de l’intervention sociale propose une journée d’étude autour de la notion “d’habiter”.

Cette journée d’étude, portée par la mention « Intervention et développement social » de l’Université Lumière Lyon 2 et de L’université Jean Monnet de Saint-Etienne, co-organisée par le parcours Analyse et conception de l’intervention sociale (ANACIS), l’Orspere-Samdarra, Ocellia, et l’école Rockefeller, propose de discuter la notion « d’habiter » et d’échanger à partir d’enquêtes sur des dispositifs d’hébergement ou d’accès au logement à destination des publics en situation de grande vulnérabilité.

L’habiter apparaît en effet aujourd’hui comme une expérience qu’il s’agirait d’appréhender dans sa pluralité. Dans l’intervention sociale, et à travers une approche dite « capacitaire », des nouveaux programmes (comme par exemple ceux s’inscrivant dans le « logement d’abord ») présument une capacité à habiter commune à tout un chacun, impliquant un intérêt de plus en plus important pour comprendre les différentes formes d’habiter.  Cette journée d’étude, laissera une place importante aux échanges, notamment pour discuter les épreuves auxquelles font face celles et ceux qui interviennent à domicile, dans les squats et autres hôtels…
 
Toutes les informations ici.
 

 
PROGRAMME

Accueil : 8h30

Introduction : 9h00-9h15

Matinée : 9h30 – 12h30

  • « Habiter en attendant à l’hôtel », Jean-François Laé, Sociologue, Professeur émérite à l’Université de Paris 8, membre de l’UMR GTM 7217-Crespa.
  • « Habiter en prison : une expérience de vie, une épreuve quotidienne », Lucie Bony, Chargée de recherche CNRS, Centre de recherche sur l’Habitat – UMR 7218 Lavue.
  • « De la convivialité en coopérative d’habitant.e.s », Nicolas Berut, Membre de la fédération française des coopératives d’habitant.e.s, habitant du CAIRN, coopératives d’habitant.e.s à Lyon.

Discutant.e.s :  Béatrice Deries et Fleur Guy.

Après-midi : 13h30 – 16h30

  • « Habiter en hébergement social : entre temporalités paradoxales et fiction d’hospitalité », Cédric Sadin, Educateur spécialisé, chargé de projets chez CHRS Riboud (Lahso), Jamel Ben Hamed, ex-résident en CHRS.
  • « Chez soi d’abord Lyon », intervenant.es à confirmer.
  • « Réconcilier empowerment et crise psychique. Le cas du lieu de répit », Léo Zerbib, chercheur indépendant en sciences sociales. Ismaël Bechla :  ENS de Lyon – IHRIM / Association JUST – dispositif Lieu de Répit Marseille.

Discutant.e.s : Léa Aubry et Nicolas Chambon.

Conclusion 16h30 – 16h45


Informations pratiques
Campus Berges du Rhône
18 quai Claude Bernard
69007 LYON
Grand Amphithéâtre : 09h00 à 17h00
L’inscription à cet évènement est obligatoire.
Votre passe sanitaire vous sera demandé pour accéder à l’évènement.
Port du masque obligatoire.
Toutes les informations sur les mesures sanitaires mises en place au sein de l’Université

Institutions totales : évolutions et usages du concept au 21ème siècle

Colloque 29-30 novembre 2021

Lundi : 9h-19h
Mardi : 9h-16h30
Lieu(x) : Campus condorcet (Aubervilliers), Centre de colloques, Salle 100

Visioconférence : Lien zoom disponible à colloquesefit(chez)gmail.com

La fortune du concept goffmanien d’« institutions totales » a permis d’affiner la compréhension sociologique des lieux d’enfermement en encourageant leur appréhension par l’ethnographie. Elle pourrait cependant avoir pour revers une relative banalisation qui en aurait réduit la portée et la créativité heuristique. On assiste par ailleurs aujourd’hui, au sein des institutions d’enfermement, à un certain nombre de changements : un mouvement amorcé de désenclavement au cours des dernières années, la multiplication des moyens de communication et une plus grande implication, voire participation, des individus pris en charge par les institutions totales à la définition des modalités de leur parcours.
Les changements qui traversent les institutions totales invitent donc à une lecture renouvelée du concept même d’institution totale, au regard des mutations qu’a connues la société occidentale dans les dernières décennies, notamment dans le domaine juridique, de plus en plus protecteur des droits de la personne. Ainsi le concept se trouve-t-il régulièrement remis sur le métier à l’aune de ces évolutions : à titre d’exemples, les réflexions quant à l’actualité et la pertinence de l’application de l’idéal-type d’« institution totale » au contexte carcéral actuel sont nombreuses et les recherches autour de l’institution hospitalière, notamment psychiatrique, de même que les travaux consacrés aux institutions spécialisées dans le domaine du handicap, connaissent ces dernières années un effet d’accélération. Dans le contexte de ces réflexions, ce colloque propose ainsi de revenir à la définition première du concept, d’en faire l’examen, d’interroger sa pertinence, sa vitalité et l’ampleur de ses évolutions, sur des terrains variés.

Programme détaillé : COLLOQUE_PROGRAMME_V3.pdf

Détails pratiques : https://www.campus-condorcet.fr/fr/agenda/institutions-totales-evolutions-et-usages-du-concept-au-xxie-siecle 

 

 

L’expérience de l’enfermement

L’expérience de l’enfermement.

Camps, commissariats, prisons

 

Les dispositifs d’enfermement accompagnent la mise en œuvre des deux politiques régaliennes que sont le contrôle des frontières et la justice pénale. Dans les centres de rétention, camps de travailleurs migrants, prisons ou commissariats de police, le pouvoir s’exerce sur des sujets qui vivent les contraintes qui leur sont imposées, les ressentent, les interprètent. Leurs expériences, marquées du sceau de la subordination, rencontrent celles des nombreux professionnels qui interviennent en ces lieux : policiers et surveillants, psychologues, acteurs humanitaires ou religieux, avocats…

Parfois niées et réduites à de simples corps, les personnes recluses peuvent aussi voir leurs expériences exploitées par les autorités qui cherchent à en faire des instruments de la réclusion.

Appuyé sur des enquêtes empiriques menées dans six pays (Allemagne, France, Chypre, Roumanie, Népal, Qatar), ce livre documente les effets de l’enfermement sur celles et ceux qui y vivent et y travaillent. Il questionne les multiples manières dont leurs expériences vécues participent au fonctionnement même de ces institutions. Il alimente une réflexion académique et sociétale sur l’ambivalence actuelle des politiques migratoires et pénales, qui oscillent entre renforcement et assouplissement des conditions faites aux personnes recluses.

Coordonné par Bénédicte Michalon et Djemila Zeneidi, ce livre publié par les Presses universitaires François Rabelais dans la collection Migrations clôture le programme TerrFerme, à l’origine de ce blog. Il contient des contributions de Lucie Bony, Tristan Bruslé, Olivier Clochard, Mathilde Darley, Camille Lancelevée, Bénédicte Michalon, Caroline Touraut, et une cartographie réalisée par Olivier Pissoat.

Le sommaire et le bon de commande peuvent être téléchargés en cliquant ici: BdC L’expérience de l’enfermement.

Enquêter dans les lieux d’enfermement. Retour collectif sur une expérience de recherche

 Les membres du programme TerrFerme, à l’origine de ce blog, publient dans la revue les Carnets de géographes un article méthodologique réflexif sur les enquêtes qu’ils et elles ont menées dans le cadre du programme.

Enquêter dans les lieux d’enfermement. Retour collectif sur une expérience de recherche

Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé, Olivier Clochard, Mathilde Darley, Olivier Milhaud et Marie Morelle
 

Les recherches en sciences sociales sur l’enfermement reposent largement sur la conduite d’enquêtes qualitatives à l’intérieur des institutions de réclusion. Dans cette lignée, le texte livre une analyse collective de la méthodologie employée dans six contextes nationaux (Allemagne, Cameroun, Espagne, France, Qatar, Roumanie), par les membres de l’équipe TerrFerme au sein de lieux marqués par une fonction d’enfermement (prisons, centres de rétention administrative pour étranger.e.s, logements fermés pour main-d’œuvre étrangère). La thématique du degré d’ouverture et de fermeture de ces lieux, centrale dans leur traitement politique comme dans leur appréhension scientifique, s’est rapidement imposée comme le dénominateur commun de ces enquêtes et notamment comme enjeu méthodologique. Quelles ont été les différentes procédures mises en place par les chercheur.e.s pour accéder aux lieux visés ainsi que sur leurs effets sur la conduite des enquête ? Ces cheminements méthodologiques se trouvent constitués en leviers de réflexion. Enquêter entre les murs est aujourd’hui possible grâce au mouvement d’ouverture relative des institutions de réclusion : les négociations menées avec les autorités publiques et avec des acteurs non gouvernementaux ont ouvert à certain.e.s d’entre nous les portes des lieux visés et ont largement conditionné nos positions intramuros. Cependant, les difficultés rencontrées par d’autres ont montré les limites de ce mouvement et nous ont poussé.e.s à enquêter également hors les murs : c’est la structuration de la surveillance en un continuum social et spatial qui a alors guidé nos enquêtes.

Cette contribution s’insère dans un dossier consacré aux dimensions spatiales du maintien de l’ordre, coordonné par Lucie Bony, Muriel Froment-Meurice et Marion Lecoquierre.

 

Early Career Perspectives in Carceral Geography

 

Le groupe de travail en Carceral Geography de la Société royale de géographie RGS-IBG crée un atelier pour jeunes chercheur.ses. La première séance aura lieu le 17 juin 2021.

Plus d’informations sur le site du Working Group: https://carceralgeography.com/earlycareerperspectives/

La toile carcérale : Une histoire de l’enfermement en Palestine

Stéphanie Latte-Abdallah, Chargée de recherche CNRS au CERI, vient de publier un ouvrage sur l’histoire de la réclusion carcérale en Palestine.

Dans les Territoires palestiniens, depuis l’occupation de 1967, le passage par la prison a marqué les vécus et l’histoire collective. Les arrestations et les incarcérations massives ont installé une toile carcérale, une détention suspendue. Environ 40 % des hommes palestiniens sont passés par les prisons israéliennes depuis 1967. Cet ouvrage remarquable permet de comprendre en quoi et comment le système pénal et pénitentiaire est un mode de contrôle fractal des Territoires palestiniens qui participe de la gestion des frontières. Il raconte l’envahissement carcéral mais aussi la manière dont la politique s’exerce entre Dedans et Dehors, ses effets sur les masculinités et les féminités, les intimités. Stéphanie Latte Abdallah a conduit une longue enquête ethnographique, elle a réalisé plus de 350 entretiens et a travaillé à partir d’archives et de documents institutionnels. Grâce à une narration sensible s’apparentant souvent au documentaire, le lecteur met ses pas dans ceux de l’auteure à la rencontre des protagonistes de cette histoire contemporaine méconnue.

Ce livre est publié par les éditions Bayard: https://www.bayard-editions.com/religions-et-sciences-humaines/sciences-humaines/societe/la-toile-carcerale-une-histoire-de-lenfermement-en-palestine

Stéphanie Latte-Abdallah présentera son livre le 3 juin 2021 à 19h à l’Institut du Monde Arabe, en compagnie d’Aude Signoles, et de Denis Sieffert de Politis. Plus d’informations sur https://www.imarabe.org/fr/rencontres-debats/la-toile-carcerale-une-histoire-de-l-enfermement-en-palestine

Les ressources de la privation de liberté

APPEL A CONTRIBUTION – 6ème Colloque Jeunes Chercheurs et Jeunes Chercheuses sur la privation de liberté – Paris, 17 et 18 mars 2022 (envoi des propositions de contribution avant le 4 juillet 2021)

Toute privation de liberté se définit par une restriction, un manque, et l’on peut à juste titre s’inquiéter du manque chronique de ressources financières mobilisées par les États pour se doter de lieux respectueux de la dignité des personnes enfermées, de personnels suffisamment nombreux et formés, d’activités satisfaisantes, etc.

Pourtant, la privation de liberté ne peut pas exister sans ressources, et les budgets des administrations pénitentiaires sont parfois conséquents. Au-delà des enjeux financiers, la notion de « ressources », entendue au sens large, nous invite à observer et à mesurer la diversité des ressources qui participent à faire de la privation de liberté ce qu’elle est.

Les personnes privées de liberté vivent autant de ressources matérielles, même dans des lieux de dénuement, que de ressources humaines qu’incarnent notamment les personnels, les familles, les associations, les aumôniers ou encore les avocats.

Les personnes qui font face, d’une manière ou d’une autre, à la privation de liberté mobilisent aussi leurs propres ressources sociales, culturelles, psychiques ou spirituelles pour vivre cette privation de liberté, s’instruire, travailler, s’évader, se révolter…

A un niveau plus institutionnel, la privation de liberté suppose des ressources juridiques, politiques et sociales, pour encadrer cette situation particulière. Certains choix de politique criminelle traduisent d’ailleurs une volonté de mobiliser certaines ressources (financières, théoriques, pratiques) en priorité. A titre d’exemple, on peut évoquer la mise en œuvre récente par les services d’insertion et de probation de certaines ressources criminologiques et notamment d’outils actuariels développés outre-Atlantique. Quel que soit le type de lieu de privation de liberté concerné, les personnels ne cessent de réclamer plus de moyens pour mener à bien leur mission. Faute de mieux, souvent ils imaginent et développent des initiatives locales qui en tant que telles peuvent parfois être vues comme une forme de ressources.

Ce 6ème Colloque Jeunes chercheurs et jeunes chercheuses sur la privation de liberté invite donc à questionner la thématique des ressources de la manière la plus large et la plus ouverte possible

Continuer la lecture