L’expérience de l’enfermement

L’expérience de l’enfermement.

Camps, commissariats, prisons

 

Les dispositifs d’enfermement accompagnent la mise en œuvre des deux politiques régaliennes que sont le contrôle des frontières et la justice pénale. Dans les centres de rétention, camps de travailleurs migrants, prisons ou commissariats de police, le pouvoir s’exerce sur des sujets qui vivent les contraintes qui leur sont imposées, les ressentent, les interprètent. Leurs expériences, marquées du sceau de la subordination, rencontrent celles des nombreux professionnels qui interviennent en ces lieux : policiers et surveillants, psychologues, acteurs humanitaires ou religieux, avocats…

Parfois niées et réduites à de simples corps, les personnes recluses peuvent aussi voir leurs expériences exploitées par les autorités qui cherchent à en faire des instruments de la réclusion.

Appuyé sur des enquêtes empiriques menées dans six pays (Allemagne, France, Chypre, Roumanie, Népal, Qatar), ce livre documente les effets de l’enfermement sur celles et ceux qui y vivent et y travaillent. Il questionne les multiples manières dont leurs expériences vécues participent au fonctionnement même de ces institutions. Il alimente une réflexion académique et sociétale sur l’ambivalence actuelle des politiques migratoires et pénales, qui oscillent entre renforcement et assouplissement des conditions faites aux personnes recluses.

Coordonné par Bénédicte Michalon et Djemila Zeneidi, ce livre publié par les Presses universitaires François Rabelais dans la collection Migrations clôture le programme TerrFerme, à l’origine de ce blog. Il contient des contributions de Lucie Bony, Tristan Bruslé, Olivier Clochard, Mathilde Darley, Camille Lancelevée, Bénédicte Michalon, Caroline Touraut, et une cartographie réalisée par Olivier Pissoat.

Le sommaire et le bon de commande peuvent être téléchargés en cliquant ici: BdC L’expérience de l’enfermement.

Enquêter dans les lieux d’enfermement. Retour collectif sur une expérience de recherche

 Les membres du programme TerrFerme, à l’origine de ce blog, publient dans la revue les Carnets de géographes un article méthodologique réflexif sur les enquêtes qu’ils et elles ont menées dans le cadre du programme.

Enquêter dans les lieux d’enfermement. Retour collectif sur une expérience de recherche

Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé, Olivier Clochard, Mathilde Darley, Olivier Milhaud et Marie Morelle
 

Les recherches en sciences sociales sur l’enfermement reposent largement sur la conduite d’enquêtes qualitatives à l’intérieur des institutions de réclusion. Dans cette lignée, le texte livre une analyse collective de la méthodologie employée dans six contextes nationaux (Allemagne, Cameroun, Espagne, France, Qatar, Roumanie), par les membres de l’équipe TerrFerme au sein de lieux marqués par une fonction d’enfermement (prisons, centres de rétention administrative pour étranger.e.s, logements fermés pour main-d’œuvre étrangère). La thématique du degré d’ouverture et de fermeture de ces lieux, centrale dans leur traitement politique comme dans leur appréhension scientifique, s’est rapidement imposée comme le dénominateur commun de ces enquêtes et notamment comme enjeu méthodologique. Quelles ont été les différentes procédures mises en place par les chercheur.e.s pour accéder aux lieux visés ainsi que sur leurs effets sur la conduite des enquête ? Ces cheminements méthodologiques se trouvent constitués en leviers de réflexion. Enquêter entre les murs est aujourd’hui possible grâce au mouvement d’ouverture relative des institutions de réclusion : les négociations menées avec les autorités publiques et avec des acteurs non gouvernementaux ont ouvert à certain.e.s d’entre nous les portes des lieux visés et ont largement conditionné nos positions intramuros. Cependant, les difficultés rencontrées par d’autres ont montré les limites de ce mouvement et nous ont poussé.e.s à enquêter également hors les murs : c’est la structuration de la surveillance en un continuum social et spatial qui a alors guidé nos enquêtes.

Cette contribution s’insère dans un dossier consacré aux dimensions spatiales du maintien de l’ordre, coordonné par Lucie Bony, Muriel Froment-Meurice et Marion Lecoquierre.

 

Early Career Perspectives in Carceral Geography

 

Le groupe de travail en Carceral Geography de la Société royale de géographie RGS-IBG crée un atelier pour jeunes chercheur.ses. La première séance aura lieu le 17 juin 2021.

Plus d’informations sur le site du Working Group: https://carceralgeography.com/earlycareerperspectives/

La toile carcérale : Une histoire de l’enfermement en Palestine

Stéphanie Latte-Abdallah, Chargée de recherche CNRS au CERI, vient de publier un ouvrage sur l’histoire de la réclusion carcérale en Palestine.

Dans les Territoires palestiniens, depuis l’occupation de 1967, le passage par la prison a marqué les vécus et l’histoire collective. Les arrestations et les incarcérations massives ont installé une toile carcérale, une détention suspendue. Environ 40 % des hommes palestiniens sont passés par les prisons israéliennes depuis 1967. Cet ouvrage remarquable permet de comprendre en quoi et comment le système pénal et pénitentiaire est un mode de contrôle fractal des Territoires palestiniens qui participe de la gestion des frontières. Il raconte l’envahissement carcéral mais aussi la manière dont la politique s’exerce entre Dedans et Dehors, ses effets sur les masculinités et les féminités, les intimités. Stéphanie Latte Abdallah a conduit une longue enquête ethnographique, elle a réalisé plus de 350 entretiens et a travaillé à partir d’archives et de documents institutionnels. Grâce à une narration sensible s’apparentant souvent au documentaire, le lecteur met ses pas dans ceux de l’auteure à la rencontre des protagonistes de cette histoire contemporaine méconnue.

Ce livre est publié par les éditions Bayard: https://www.bayard-editions.com/religions-et-sciences-humaines/sciences-humaines/societe/la-toile-carcerale-une-histoire-de-lenfermement-en-palestine

Stéphanie Latte-Abdallah présentera son livre le 3 juin 2021 à 19h à l’Institut du Monde Arabe, en compagnie d’Aude Signoles, et de Denis Sieffert de Politis. Plus d’informations sur https://www.imarabe.org/fr/rencontres-debats/la-toile-carcerale-une-histoire-de-l-enfermement-en-palestine

Les ressources de la privation de liberté

APPEL A CONTRIBUTION – 6ème Colloque Jeunes Chercheurs et Jeunes Chercheuses sur la privation de liberté – Paris, 17 et 18 mars 2022 (envoi des propositions de contribution avant le 4 juillet 2021)

Toute privation de liberté se définit par une restriction, un manque, et l’on peut à juste titre s’inquiéter du manque chronique de ressources financières mobilisées par les États pour se doter de lieux respectueux de la dignité des personnes enfermées, de personnels suffisamment nombreux et formés, d’activités satisfaisantes, etc.

Pourtant, la privation de liberté ne peut pas exister sans ressources, et les budgets des administrations pénitentiaires sont parfois conséquents. Au-delà des enjeux financiers, la notion de « ressources », entendue au sens large, nous invite à observer et à mesurer la diversité des ressources qui participent à faire de la privation de liberté ce qu’elle est.

Les personnes privées de liberté vivent autant de ressources matérielles, même dans des lieux de dénuement, que de ressources humaines qu’incarnent notamment les personnels, les familles, les associations, les aumôniers ou encore les avocats.

Les personnes qui font face, d’une manière ou d’une autre, à la privation de liberté mobilisent aussi leurs propres ressources sociales, culturelles, psychiques ou spirituelles pour vivre cette privation de liberté, s’instruire, travailler, s’évader, se révolter…

A un niveau plus institutionnel, la privation de liberté suppose des ressources juridiques, politiques et sociales, pour encadrer cette situation particulière. Certains choix de politique criminelle traduisent d’ailleurs une volonté de mobiliser certaines ressources (financières, théoriques, pratiques) en priorité. A titre d’exemple, on peut évoquer la mise en œuvre récente par les services d’insertion et de probation de certaines ressources criminologiques et notamment d’outils actuariels développés outre-Atlantique. Quel que soit le type de lieu de privation de liberté concerné, les personnels ne cessent de réclamer plus de moyens pour mener à bien leur mission. Faute de mieux, souvent ils imaginent et développent des initiatives locales qui en tant que telles peuvent parfois être vues comme une forme de ressources.

Ce 6ème Colloque Jeunes chercheurs et jeunes chercheuses sur la privation de liberté invite donc à questionner la thématique des ressources de la manière la plus large et la plus ouverte possible

Continuer la lecture

Institutions totales : évolutions et usages du concept au XXIe siècle

Colloque Ethnographies Plurielles # 11 – Société d’Ethnologie Française – 2021

Lorsqu’il élabore le concept d’institution totale, à la suite d’un terrain en hôpital psychiatrique au milieu des années 1950, Erving Goffman le circonscrit ainsi : « On peut définir une institution totale comme un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. Les prisons constituent un bon exemple de ce type d’institutions mais nombre de leurs traits caractéristiques se retrouvent dans les collectivités dont les membres n’ont pas contrevenu aux lois. » (Goffman, 1968 (1961), p. 41)

La typologie goffmanienne des institutions totales définit ces dernières par un certain nombre de caractéristiques et de pratiques communes, au titre desquelles une frontière qui sépare l’intérieur de l’extérieur, une vie en communauté régie par des règles strictes, la promiscuité, la prise en charge des besoins et l’assignation aux individus qui y vivent d’un statut défini par l’institution, au détriment de leur identité propre. 

La fortune de ce concept a notamment permis d’affiner la compréhension sociologique des lieux d’enfermement en encourageant leur appréhension par l’ethnographie (Mahi 2015 ; Bruslé, Michalon, 2016), mais pourrait avoir pour revers une relative banalisation qui en a réduit la portée et la créativité heuristique (Amourous, Blanc, Peuclestrade, 2001 ; Chevallier, 2015). Ainsi le concept se trouve-t-il régulièrement remis sur le métier : à titre d’exemple, les réflexions quant à l’actualité et la pertinence de l’application de l’idéal-type d’« institution totale » au contexte carcéral actuel sont nombreuses (Chauvenet et al., 1996 ; Marchetti, 2001 ; Vacheret et Lemire, 2007 ; Bony, 2015 ; Rostaing, 2009 ; Chantraine 2004, Kensey 2007), et les recherches autour de l’institution hospitalière, notamment psychiatrique, de même que les travaux consacrés aux institutions spécialisées dans le domaine du handicap, connaissent ces dernières années un effet d’accélération (Fassin, Memmi, 2004 ; Fassin, Lecompte, 2013 ; Giami, 2013 ; Dargère, 2014 ; Velpry, 2016 ; Moreau, 2017 ; Nayak, 2017).

On assiste en effet aujourd’hui, au sein des institutions d’enfermement, à un certain nombre de changements : un mouvement amorcé de désenclavement au cours des dernières années, la multiplication des moyens de communication et une plus grande implication, voire participation, des individus pris en charge par les institutions totales à la définition des modalités de leur parcours (Gardien, 2010 ; Bureau, Hermann-Mesfen, 2014 ; Vuattoux, 2021). Le concept d’institution totale ne cesse de faire l’objet d’un questionnement dense et fécond, dans le cadre de colloques (notamment Les institutions totales d’Erving Goffman : fortune d’un concept sociologique, 1999 ; Pratiques, acteurs et espaces de l’enfermement : circulations et transferts, 2011 ; très récemment Gouverner les corps et les conduites, 2020), et des groupes de recherche se sont constitués autour de problématiques liées directement au concept (Criminocorpus, ANR « TerrFerme », CONTRAST, De la contrainte et du consentement. Recompositions des régulations dans les pratiques en santé mentale, groupe de jeunes chercheurs Traitements et Contraintes). Ces travaux multiples proposent une lecture renouvelée du concept d’institution totale, au regard des mutations qu’a connues par la société occidentale dans les dernières décennies, notamment dans le domaine juridique, de plus en plus protecteur des droits de la personne. Il paraît donc pertinent de revenir à la définition première du concept, d’en faire l’examen, d’interroger sa pertinence, sa vitalité et l’ampleur de ses évolutions.  


Le comité scientifique sera particulièrement attentif aux propositions de communication qui participeront d’une approche originale, voire critique du concept d’institution totale. Les propositions, d’une longueur de 3000 à 5000 signes espaces compris, devront être envoyées le 22 juin 2021 au plus tard à l’adresse suivante : colloquesefit@gmail.com.

Les propositions seront évaluées en double aveugle par les membres du comité scientifique. Le résultat de la sélection sera communiqué aux contributeur.trice.s le 15 juillet 2021.

Dates du colloque : 29 et 30 Novembre 2021, Campus Condorcet Paris – Aubervilliers.

Continuer la lecture

Conférence internationale de Carceral Geography (4ème édition)

Organisée dans le cadre du Carceral Geography Working Group de la Royal Geographical Society britannique, le colloque est intitulé “Defining the carceral through space and movement” et entend mener à bien une réflexion sur les contours de ce qui peut être qualifié de carcéral et sur ses rapports avec l’espace et la mobilité.

Le colloque se tiendra entièrement en ligne (via Teams). L’inscription y est gratuite. Il est également possible d’assister aux travaux en ligne, en direct, via un simple lien, sans inscription préalable (sans accès aux « chat rooms » permettant des échanges entre participants).

L’ensemble des travaux sera ensuite disponible en ligne.

Un programme complet, ainsi que le système d’inscription en ligne peuvent être trouvés sur le site du Carceral Geography WG.

La prison au travers de l’espace architectural

Le dernier numéro de la revue Champ pénal/Penal field vise à éclairer l’enfermement à partir de l’espace architectural pour analyser des interactions, des pratiques, des gestes, et des expériences dans divers lieux de détention. Il s’agit de proposer une vision critique, non programmative et non normative, des espaces architecturaux de détention ; soit, de comprendre comment ils sont produits et ce qu’ils produisent. Ce numéro propose ainsi des regards pluridisciplinaires sur des lieux spécifiques de l’enfermement, pour appréhender la multiplicité de l’espace architectural : de la programmation gouvernementale en matière d’architecture carcérale aux pratiques réelles de circulations en détention, de l’histoire de la cellule en France aux enjeux de l’intimité dans des prisons canadiennes, de l’essor de prisons-modèles en Espagne aux interrelations fines en Centre éducatif fermé en France, en passant par la répartition des individus en prison. Les textes sont empiriquement riches, rendant honneur à la singularité des lieux qu’ils visitent, tout en éclairant plusieurs enjeux de l’enfermement contemporain. Ils sont tirés d’une série de séminaires financés par le Groupement européen de recherches sur les normativités (GERN) CNRS.

Olivier Milhaud et David Scheer, La prison au travers de l’espace architectural, Champ Pénal/Penal Fields, n°20, mis en ligne le 28 mai 2020, URL : https://journals.openedition.org/champpenal/11599

 

Introduction

Entretien

Articles

 

Définir l’enfermement à travers espaces et mouvements / Defining the carceral through space and movements

4e Conférence internationale de Géographie de l’enfermement, 2020

 

Nous relayons ici l’appel à communication de la 4e Conférence internationale de Géographie de l’enfermement qui devrait se tenir à Bruxelles les 14-15 décembre 2020. Cet appel, rédigé en anglais, est en ligne sur le site du Groupe de travail de Géographie de l’enfermement de la Société Royale de Géographie / Institut des Géographes Britanniques

The Carceral Geography Working Group (CGWG) of the RGS-IBG welcomes paper abstracts for the 4th International Conference for Carceral Geography.

The 4th International Conference for Carceral  Geography will take place in Brussels, Belgium. Hosted by the NICC (Nationaal Instituut voor Criminalistiek en Criminologie/Institut National de Criminalistique et de Criminologie), this will be the first Carceral Geography Conference to be held outside of the UK.

At the moment, we expect the conference to take place on 14th and 15th December 2020. However, given the current circumstances and the uncertainty surrounding the COVID-19 pandemic, we are considering other possibilities should these prove necessary. We are monitoring the situation closely and will communicate possible changes in a timely manner.

Paper abstracts should be sent to Crimino@just.fgov.be by 30 June 2020 by using this form. Selection decisions will be made by 15 September 2020. 

Call for papers – Defining the carceral through spaces and movements

Over the last years, a research area has gained growing attention: carceral geography. On the one hand, as a radically interdisciplinary field, it has mainly grown from an interest by geographers in the prison and, more broadly, in carceral phenomena (such as retention camps, penal limitation of mobility outside of prison, deprivation of liberty in psychiatric institutions, and so on). On the other hand it has been further developed by criminology’s new look at a classical object, through a particular attention to questions of space. This current research field leads to the exploration of basic questions, such as the definition of prison (Milhaud 2009; Turner 2016) and its place in the public space (Milhaud and Morelle 2006), specificities of its space compared to other confinement areas (Altin and Minca 2017), the role of space and its arrangement in the experience of incarceration (Scheer 2016), management of transfers between prison facilities and mobility (Moran, Gill, and Conlon 2013; Turner and Peters 2017; Gill et al. 2016), the use of mobility to manage and legitimate prison (Mincke 2017; Gill 2013), etc.

One of the main challenges for carceral geography scholars is to characterise carceral spaces and the movements within. Although a lot of reflections have been published, it seems there remains a need for a dialogue around this specific question. Therefore, the next Carceral Geography Conference will be centred on combining spaces and movements, as key elements of the definition of the carceral.

The first purpose of this conference is to challenge researchers to reflect on their use of spaces and movements to define the carceral institutions or practices they are studying. Key questions might be: In which way are spaces and movements intertwined? Are they essential or might the carceral be defined beyond spatiality and mobility?

The second purpose is to explore the concrete characteristics of carceral spaces and mobilities. The spaces can be conceived in terms of openness, continuity, compartmentalisation, porosity, hierarchy, etc. The movements could be legal or illegal, constant or rare, promoted or hampered, and might be related to persons, information, ideas, diseases, goods and services, etc. Furthermore, the importance of movement in power relationships, in the perceptions of spaces and, among others, in the legitimation discourses of carceral settings should be discussed. Perspectives that include both spatiality and mobility are strongly recommended.

The third purpose of this conference is to embed these visions of carceral spaces and mobilities into typologies: is there something like a typical carceral space or (im)mobility, are carceral spaces and mobilities multiple and protean, or could the carceral cope with any type of space and mobility?

The fourth purpose underlies the others and encourages the researchers to explore epistemologies or methodologies supporting the definition and understanding of carceral spaces and mobilities. In order to motivate carceral geography in defining its objects and its relationships to them, theoretical presentations are highly welcomed.

The conference is meant to be a meeting point for various disciplines and a place where interdisciplinary approaches can be presented. Geography, criminology, sociology, anthropology, political science, history, and many other disciplines are welcomed. Empirical and theoretical contributions as well as conceptual refinements of this young research domain are encouraged. Priority will be given to contributions combining the different angles of this call.

For any queries about the application process, the upcoming conference, or any other aspect of this Call, please email the Organising Committee via Crimino@just.fgov.be.

We look forward to welcoming you to the 4th Carceral Geography Conference!

Justice et santé mentale: impossibles frontières

Les relations entre justice et santé mentale, initialement explorées à travers l’expertise psychiatrique, ne se réduisent pas à la rencontre d’expert·e·s psychiatres et de magistrat·e·s. Ils impliquent une diversité d’actrices et d’acteurs à des échelles différentes, qui se croisent ponctuellement ou durablement dans des contextes variés.

Ces relations font l’objet d’un dossier de la revue Champ Pénal/Penal Fields, dossier dont l’ambition est de faire état d’un nouveau champ de recherches francophone rendant compte de la diversité et de la complexité de ces relations. Loin de conclure à une pénalisation de la folie, à une médicalisation de la déviance, à une juridicisation/judiciarisation de la santé mentale, ou encore à une sanitarisation de la justice, ce dossier illustre la façon dont ces différentes évolutions conduisent à des recompositions institutionnelles de grande ampleur, bouleversant les pratiques et les parcours tant des professionnels que des personnes qui se retrouvent à l’intersection de ces deux mondes.

Camille Lancelevée, Caroline Protais, Tristan Renard et Sébastien Saetta, Justice et santé mentale : impossibles frontières, Champ Pénal/Penal Fields, n°18, mis en ligne le 5 décembre 2019, URL : https://journals.openedition.org/champpenal/11124