Alvaro Escobar Molina – L’enfermement. Espace, Temps, Clôture

Alvaro Escobar Molina, 1989, L’enfermement. Espace, Temps, Clôture, Paris, Klincksieck, 370 p.

Alvaro Escobar Molina, psychothérapeute, aborde les aspects psychologiques de l’enfermement à travers six entretiens avec des moines et des prisonniers. D’abord difficile, L’enfermement. Espace, Temps, Clôture est souvent déroutant pour un géographe tant les méthodes et les concepts employés sont éloignés des approches des sciences humaines. Par exemple, la recherche n’étant pas contextualisée, le lecteur ne sait quasiment rien des conditions de son déroulement et ni ne connaît les données sociologiques essentielles des individus interrogés. Le point d’entrée de la recherche n’est pas l’espace de la prison ou du monastère mais les espaces intérieurs « de l’illusion ou de la désillusion » : l’auteur insiste sur le temps et la mémoire dans des espaces de répétition et de routine où « la parole est défiée par le temps ». Il affirme d’emblée une correspondance de destin entre les moines et les prisonniers, « deux populations caractérisées par la vocation ou l’adhésion à un idéal fortement investi, l’une ayant choisi volontairement l’enfermement, l’autre ayant accepté et encouru le risque ». Dans le « travail de l’idéal aux prises avec l’enfermement », il distingue trois phases chronologiques, à travers lesquelles passent les enfermés : l’initiation, la négociation et le dépassement.

La phase d’initiation est celle d’une confrontation directe et brutale de l’idéal avec un monde clos où la discipline prime sur l’idéal et où le but de l’institution ne rejoint pas forcément celui de l’interné. C’est le temps pendant lequel les institutions « annulent le dehors grâce au système de la clôture, afin de travailler le dedans, les enfermés ». Le « deuil de la perte du dehors » se fait progressivement jusqu’à ce que le dehors devienne un univers étrange. Pour le moine et le prisonnier, le monde devient « parallèle ».

La phase de négociation correspond à l’entrée dans le temps de la durée qui se prolonge, qui « fait basculer les choses et le vécu dans le rêve ». Les internés réalisent l’emprise de l’institution et de son espace et tentent d’y résister par l’imaginaire et par l’appropriation de leur espace de vie. C’est dans l’enfermement que les internés découvrent « les pouvoirs inouïs de l’espace. Comme s’il fallait être cloué, figé dans l’espace d’enfermement pour saisir la mobilité qu’offrait l’espace ». C’est dans cette deuxième phase que l’enfermé ayant joué le jeu de l’institution « se confond avec elle et en reproduit le rêve, le répète et confond les avatars de sa vie avec ceux de l’institution, sans vivre réellement des tâches humaines plus personnalisantes ».

La phase de dépassement ou de mort correspond à l’expérience du vide social, c’est-à-dire l’organisation sociale de la méconnaissance et de l’invisibilité de l’interné par la société entière. L’enfermé souffre de la « rupture des transmissions sociales » et continue néanmoins à chercher l’idéal. « L’espace et le temps confondu en oubli de la clôture deviennent un lieu de deuil et de nostalgie » ; l’interné se réfugie dans les sensations du corps, « lieu d’une lente mise à distance », mais « piégé du dehors et du dedans, il expérimente la vraie prison, d’où personne ne peut faire sortir personne ».


2 réflexions au sujet de « Alvaro Escobar Molina – L’enfermement. Espace, Temps, Clôture »

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article sur cet ouvrage intéressant. Un petit détail: le sous-titre de l’ouvrage est Espace Temps Clôture, Espace au singulier… Ne pas faire de confusion avec la revue EspacesTemps… Si vous pouvez corriger!

    Merci de votre travail,
    Emmanuelle Tricoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.