Une micro-géographie de la prison : compromis, contingents et territorialisations violentes

Olivier Milhaud nous présente sa lecture de:

Lamarre J., 2001, « La territorialisation de l’espace carcéral », Géographie et Cultures, n°40, pp. 77-92.

Si plusieurs tageographie-et-culturesctiques géographiques permettent de s’approprier certains espaces dans les lieux d’enfermement, elles ne vont pas sans difficulté. Ainsi, en prison, les logiques d’appropriation de l’espace carcéral relèvent bien souvent d’une territorialisation violente (Lamarre, 2001). La prison constitue un espace de placement exacerbé : chaque emplacement est essentiel, et tous dépendent d’un pouvoir – celui de l’administration, celui des surveillants, celui des autres détenus.

Les négociations et les compromis qui s’établissent entre les détenus pour s’approprier et contrôler tel ou tel lieu, s’avèrent donc à la fois violents et contingents. Au Centre de détention de Québec qu’étudie Jules Lamarre, les détenus mangent dans un réfectoire : un nouveau venu ne peut en aucun cas prendre place à la table un peu isolée des « dominants », à moins d’y avoir été explicitement invité. Cette table relève des territoires de socialisation réservés aux plus forts. Jules Lamarre reprend les distinctions de Gustave-Nicolas Fischer (1997) entre les territoires de socialisation (qui regroupent certains individus et en excluent d’autres), les espaces interstitiels peu ou mal contrôlés, et enfin les espaces refuges de la solitude protectrice. Les couloirs, où les détenus font exprès de se trouver à telle ou telle heure, parce qu’ils sont sûrs d’y croiser une connaissance d’une autre aile de la prison, relèveraient par exemple des espaces interstitiels que l’administration ne peut pas entièrement contrôler. La cellule ou le lit constituent des lieux refuges, de solitude et de tranquillité.

Toutefois, Jules Lamarre rappelle que les détenus ne restent pas éternellement dans les mêmes ailes ou dans les mêmes cellules : certains quittent la prison, d’autres sont affectés ailleurs, au point que la territorialisation change sans cesse. Les compromis territoriaux s’avèrent toujours très contingents. L’administration tient compte de ces compromis territoriaux, établis par les détenus, pour pouvoir gérer la détention. Certes, « le désir de demeurer quelqu’un dans un endroit où la société condamne les gens à n’être plus personne » pourrait bien être un moteur essentiel (voir Hoyaux, 2003-2004, pour une idée similaire mais dans le cadre de toute une réflexion sur l’habiter dans les camps de concentration nazis), mais Jules Lamarre ne démontre pas qu’il soit « le moteur de toute l’activité d’appropriation des lieux qui s’effectue en prison » (2001, p. 90).

Références :

Fischer G.-N., 1997, Psychologie de l’environnement social, Paris, Dunod, 204 p.

Hoyaux A.-F., 2003-2004, « Pouvait-on habiter un camp de concentration sous le nazisme ? », Travaux de l’Institut de Géographie de Reims, n°115-118, pp. 123-136.

Lamarre J., 2001, « La territorialisation de l’espace carcéral », Géographie et Cultures, n°40, pp. 77-92.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.