Méthodologie de l’enquête et lieux d’enfermement

trou_maille2Le séminaire du 21 septembre auquel vous invite TerrFerme (voir programme ci-dessous) a pour objectif de réfléchir aux méthodes de l’enquête dans les lieux d’enfermement à partir d’une question simple : comment, concrètement, le chercheur peut-il y mener son enquête ? Les particularités de ces lieux engendrent-elles des spécificités dans le travail d’enquête du chercheur ? On peut en effet partir de l’idée que la clôture physique des lieux et leur contrôle strict par des administrations ad hoc constituent des obstacles à surmonter qui vont orienter les manières de mener des investigations scientifiques.

Se pose d’emblée la question de l’accès à ce type de lieu et donc de l’accès aux informations indispensables à l’enquête. Se pose aussi la question de l’entrée sur ce terrain : par où, par qui et comment entreprendre le recueil des données empiriques ? Faut-il nécessairement enquêter à l’intérieur même des lieux clos pour réfléchir sur l’enfermement ?

Une fois à l’intérieur, quelles sont les méthodes et techniques les plus appropriées (par ex. entretien et niveau de sa structuration, observation et ses lieux de conduite…) ? Comment les adapter aux contraintes de contrôle des espaces et des personnes qui les fréquentent ? Comment les adapter, aussi, aux préoccupations de ceux qui vivent l’enfermement, bien différentes de celle de l’enquêteur ? Les temporalités de l’enquête doivent-elles également être aménagées ?

Par la suite, que faire de toutes ces contraintes dans le traitement des données ? Comment analyser des données qui ont été recueillies dans des circonstances de contrôle variables ? Par exemple, les informations recueillies à l’intérieur et celles recueillies à l’extérieur ont-elles le même statut ?

Est-ce que les modalités de l’enquête peuvent être les mêmes pour tous les lieux d’enfermement retenus dans le cadre de ce programme, ou les différences de vocation et de fonctionnement qui peuvent être repérées entre prisons, centres de rétention administrative et de demandeurs d’asile, et logements contraints des travailleurs entraînent-elles nécessairement des variations dans les manières de mener les investigations ? Peut-on s’armer d’un viatique méthodologique commun pour aborder tous ces lieux ?

C’est finalement la singularité même de l’enquête scientifique dans les lieux d’enfermement qui est à interroger, en matière de positionnement du chercheur, en matière de méthodes et techniques de recueil des données, en matière de traitement de ces informations.

Crédits photographiques : Pulpolux !!!, Licence CC


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.