Enquêter dans les lieux d’enfermement. Retour collectif sur une expérience de recherche

 Les membres du programme TerrFerme, à l’origine de ce blog, publient dans la revue les Carnets de géographes un article méthodologique réflexif sur les enquêtes qu’ils et elles ont menées dans le cadre du programme.

Enquêter dans les lieux d’enfermement. Retour collectif sur une expérience de recherche

Bénédicte Michalon, Tristan Bruslé, Olivier Clochard, Mathilde Darley, Olivier Milhaud et Marie Morelle
 

Les recherches en sciences sociales sur l’enfermement reposent largement sur la conduite d’enquêtes qualitatives à l’intérieur des institutions de réclusion. Dans cette lignée, le texte livre une analyse collective de la méthodologie employée dans six contextes nationaux (Allemagne, Cameroun, Espagne, France, Qatar, Roumanie), par les membres de l’équipe TerrFerme au sein de lieux marqués par une fonction d’enfermement (prisons, centres de rétention administrative pour étranger.e.s, logements fermés pour main-d’œuvre étrangère). La thématique du degré d’ouverture et de fermeture de ces lieux, centrale dans leur traitement politique comme dans leur appréhension scientifique, s’est rapidement imposée comme le dénominateur commun de ces enquêtes et notamment comme enjeu méthodologique. Quelles ont été les différentes procédures mises en place par les chercheur.e.s pour accéder aux lieux visés ainsi que sur leurs effets sur la conduite des enquête ? Ces cheminements méthodologiques se trouvent constitués en leviers de réflexion. Enquêter entre les murs est aujourd’hui possible grâce au mouvement d’ouverture relative des institutions de réclusion : les négociations menées avec les autorités publiques et avec des acteurs non gouvernementaux ont ouvert à certain.e.s d’entre nous les portes des lieux visés et ont largement conditionné nos positions intramuros. Cependant, les difficultés rencontrées par d’autres ont montré les limites de ce mouvement et nous ont poussé.e.s à enquêter également hors les murs : c’est la structuration de la surveillance en un continuum social et spatial qui a alors guidé nos enquêtes.

Cette contribution s’insère dans un dossier consacré aux dimensions spatiales du maintien de l’ordre, coordonné par Lucie Bony, Muriel Froment-Meurice et Marion Lecoquierre.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.