Revue Criminologie – appel à articles “Géographies carcérales”

Géographies carcérales : nouvelles perspectives sur les espaces d’enfermement et de contrôle social

Le numéro 56.2 de la revue Criminologie porte sur la thématique la géographie carcérale. Il aura pour objectif de mettre en évidence la contribution que ce champ d’études en pleine expansion peut apporter à l’étude de problématiques criminologiques. Si le rapprochement entre la criminologie et la géographie n’est pas nouveau, les chercheur·e·s s’intéressant aux lieux d’enfermement sont de plus en plus nombreux à se tourner vers la géographie carcérale qui offre de nouvelles perspectives de recherche, conviant à dépasser une analyse de la prison et des expériences en son sein pour l’envisager également comme une peine spatiale ; à s’émanciper d’une approche figée des prisons, restreinte à son enceinte et ses dynamiques internes ; et enfin à appréhender le carcéral dans toute sa complexité en prenant en considération l’extension du projet pénal au-delà des murs des établissements correctionnels. 

Le numéro 56.2 de la revue Criminologie qui paraîtra à l’automne 2023 aura pour thématique la géographie carcérale et a pour objectif de mettre en évidence la contribution que ce champ d’études en pleine expansion peut apporter à l’étude de problématiques criminologiques.

Si le rapprochement entre la criminologie et la géographie n’est pas nouveau, les chercheur·e·s s’intéressant aux lieux d’enfermement sont de plus en plus nombreux à se tourner vers la géographie carcérale qui offre de nouvelles perspectives de recherche, conviant à dépasser une analyse de la prison et des expériences en son sein pour l’envisager également comme une peine spatiale ; à s’émanciper d’une approche figée des prisons, restreinte à son enceinte et ses dynamiques internes ; et enfin à appréhender le carcéral dans toute sa complexité en prenant en considération l’extension du projet pénal au-delà des murs des établissements correctionnels.

Ouvrant la porte à un nouveau dialogue avec Agamben, Goffman, Foucault, etc. la géographie carcérale prend la forme d’une boite à outils conceptuels et méthodologiques, invitant dès lors à l’ouverture et au renouvellement du champ d’études de la prison et des espaces d’enfermement contraint, en proposant par exemple une relecture des concepts d’institution totale et de corps dociles, ou encore de nouvelles entrées analytiques à travers les théories de la mobilité et de la liminalité. Ce numéro se veut donc une invitation à penser différemment et bouleverser nos représentations parfois figées de l’univers carcéral en soulignant les apports théoriques, empiriques, conceptuels ou encore méthodologiques de la géographie carcérale à la criminologie et à l’étude de l’enfermement, en mettant en lumière les problématiques autour desquelles ces différents champs d’études se retrouvent. L’entrée analytique privilégiée sera celle de la spatialité, proposant une réflexion sur la nature carcérale des espaces, sur ce qu’ils produisent et favorisent, sur la façon dont ils sont animés, appropriés et transformés, sur les rapports de pouvoir et de domination qui y prennent place ou encore sur les expériences en leur sein (individuelles ou professionnelles).

Le numéro se structurerait autour des trois axes de réflexion suivants :

  • Le premier axe s’intéresserait aux géographies des prisons en proposant par exemple d’analyser la prison à travers l’espace architectural, retraçant des politiques de conceptions et d’emplacements, dévoilant des rapports à l’espace, interrogeant des pratiques ou encore dessinant une géographie expérientielle et émotionnelle des établissements correctionnels.
  • Le second axe proposerait de s’émanciper d’une analyse du carcéral restreinte à la prison, afin de décrire et d’analyser d’autres structures qui confinent, enferment, contraignent, surveillent et contrôlent. Cette forme d’expansion conceptuelle permet de mettre à jour des mécanismes et logiques propres au carcéral, mais parfois camouflés (par exemple dans les centres de détention de l’immigration, les centres jeunesse, les hôpitaux psychiatriques, etc.).
  • Enfin, le troisième axe s’emploierait à mettre en lumière la prévalence de logiques carcérales au-delà des murs institutionnels. Cet axe présente l’intérêt de dépasser les contours classiques de l’analyse du « carcéral » telle qu’opérée par la criminologie. Il pourrait ainsi l’étendre aux camps de réfugiés, aux frontières (géographies des murs), à la cité et aux espaces qui la partitionnent (quartiers sous surveillance, écoles, hébergements des sans-abris, etc.) ou encore le questionner comme stratégie coloniale, par exemple dans le cadre des territoires et réserves autochtones.

Coordination scientifique du numéro

Sandra Lehalle et Anaïs Tschanz

Modalités de soumission

Pour proposer une contribution à ce numéro thématique, veuillez transmettre les noms, affiliations et coordonnées des auteurs à Anaïs Tschanz (anais.tschanz@justice.fr) et Sandra Lehalle (Sandra.Lehalle@uottawa.ca).

Votre proposition doit également inclure un titre et un résumé en français de 250 à 500 mots. La date limite pour soumettre votre proposition est le 1er avril 2022.

Les propositions seront envoyées pour évaluation à des pairs identifiés par les responsables du numéro.

https://calenda.org/960185 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.