Temporalités de la prison

Lors du Congrès des études africaines en France qui s’est tenu à Bordeaux les 6, 7 et 8 septembre derniers, Marie Morelle a coordonné avec Amandine Spire un des ateliers « Glissements de terrain », organisés par le Gecko :

Glissements de terrain 5 : bascules et glissements temporels sur le terrain, sur le thème  « Faire son temps »  : les temporalités de la prison centrale de Kondengui à Yaoundé (Cameroun).

En voici la présentation :

Les travaux scientifiques sur l’espace carcéral en Afrique subsaharienne s’avèrent peu fréquents. Quelques historiens ont pu retracer et croiser l’histoire de la prison avec celle de la colonisation. Les médecins ont vu en elle un espace propice à des études épidémiologiques. Cependant, la prison, en Afrique, reste largement appréhendée à travers la presse, le roman, le témoignage de quelques grandes figures politiques. Elle est avant tout un objet d’étude et d’action des organisations internationales et non gouvernementales.

Espace faiblement étudié, la prison est un espace oublié où, au Cameroun par exemple, les prévenus dépassent en nombre les condamnés, dans l’espoir d’un hypothétique procès. L’attente est inhérente à l’univers carcéral. Le temps s’écoule lentement : celui de « la préventive », celui de la peine. Il est continuité mais aussi succession de moments. Ceux-ci sont au fondement d’un système de contrôle institutionnel comme de tactiques de résistances et de contournements. Comprendre le fonctionnement d’un espace fermé, qui plus est marqué par la surpopulation, implique de saisir les temporalités qui le figent autant qu’elles le modulent.


1 réflexion sur « Temporalités de la prison »

  1. Ping : Tweets that mention Temporalités de la prison | TerrFerme -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.