Retour de terrain de Tristan Bruslé au Qatar

Retour de terrain par Tristan Bruslé:

En septembre 2011 je suis retourné au Qatar durant deux semaines. Il s’agissait de ma deuxième mission au Qatar pour le programme TerrFerme. La première avait été centrée sur la vie quotidienne dans un labor camp de travailleurs. La seconde avait pour objectif de cerner les politiques du logement, en particulier du logement contraint dans un pays qui accueille au moins 700 000 hommes seuls, logés en grande partie par leur employeur dans des labor camps. Je voulais donc rencontrer les acteurs des politiques publiques (municipalité de Doha, ministère du travail) et des acteurs privés (entreprises du secteur du bâtiment et entreprises employant des ouvriers) pour comprendre la manière dont les institutions « gèrent » le logement des migrants. Mais dans un pays où la question migratoire est encore très taboue (au moins 85 % de la population est étrangère), il s’est révélé très difficile de franchir les portes des bureaux pour rencontrer des officiels. Que ce soient les institutions qataries ou les entreprises, la suspicion est de rigueur. Le chercheur est considéré comme un intrus, dont les rapports, qu’on imagine peu flatteurs, ne peuvent pas être contrôlés. L’accès à l’information est donc très verrouillé. Comprendre les politiques publiques, non rendues publiques, s’avère quasiment impossible. Comme la question de la politique du logement des travailleurs migrants n’a pas pu être abordée de front, je me suis tourné vers les manifestations de cette politique, à savoir les expressions spatiales de la ségrégation. Pour ce faire, j’ai visité assez longuement les industrial areas où sont localisés les logements pour travailleurs, je suis retourné dans le camp de mon précédent terrain et j’ai visité d’autres camps. Une entreprise m’a ouvert les portes d’un de ses camps où je suis resté trois jours. Dans chaque lieu, je me suis entretenu avec leurs habitants, à défaut d’entrer en contact avec les gestionnaires de la main-d’œuvre et des camps. Les impressions générales de cette période de terrain, qui s’est révélée plus difficile qu’escomptée, vont dans le sens d’une ségrégation de plus en plus forte des travailleurs migrants peu ou semi-qualifiés. Même s’il est difficile de dire qu’elle est intentionnelle (est-ce à dessein que les alentours des labor camps ne sont pas entretenus et ressemblent à des décharges ?), une politique d’exclusion de facto est en place. Que ce soit dans les zones dites industrial areas, où sont réunis des usines polluantes, des ateliers mécaniques, des entrepôts et des logements pour travailleurs migrants, ou en ville, où l’accès à certains lieux est interdit aux célibataires le vendredi, la ségrégation sociale et raciale est de mise. Les soutiers de la mondialisation en sont conscients, eux qui rappellent souvent au chercheur combien le Qatar est une prison.

Crédits photographiques: Trustan Bruslé


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.