A propos

Les institutions d’enfermement sont soumises à une actualité permanente, à des réformes et des changements répétés. Elles sont traversées par des recompositions multiples et contradictoires, qui tout à la fois renforcent et « humanisent » les modes d’exercice du pouvoir qui les caractérisent. Les suicides et morts accidentelles, les révoltes de personnes enfermées, la lassitude des professionnels face à leurs conditions de travail, les témoignages publics de personnes libérées ou de professionnels lèvent en partie le voile sur ce qui se passe entre les murs des lieux fermés, construits par les Etats de droit comme leur « part d’ombre » (Salle, 2009) et marqués d’un « déni social et politique » (Artières, Lascoumes, 2004, p.40).

Ce blog propose une centralisation de l’actualité de la recherche en sciences sociales sur l’enfermement et ses ramifications en milieu ouvert. Inscrit dans un mouvement d’expansion de l’intérêt scientifique pour ce mode de gouvernement des populations, il informe sur les évolutions des politiques de réclusion et sur les expériences vécues tant des professionnels qui y interviennent que des personnes enfermées. Il éclaire le recours à l’enfermement dans différents secteurs de l’action publique – la justice pénale, le contrôle des frontières, la santé mentale notamment. Il cherche à promouvoir des travaux réalisés des régions géographiques variées, dans les pays occidentaux et au-delà. Une attention particulière est également portée aux données mobilisées pour documenter et analyser la réclusion, comme aux passerelles et dialogues entre recherche académique et recherche appliquée dans la connaissance de ce pan spécifique d’intervention régalienne.

Il prolonge les travaux du programme de recherche TerrFerme (2009-2015), dont les billets sur ce blog sont archivés dans la catégorie « Programme 2009-2015 ».